Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

15 

La dette extérieure d’Haïti, une hypocrisie française (suivi de "Laurent Fabius a égaré "son" dictateur")..

Haïti vient d’être frappé par un terrible séisme. Chacun y va de sa larme. Mais cette catastrophe s’ajoute à d’autres, évitables celles-là , réparable pour l’une d’elle. Sans elles, le drame d’aujourd’hui aurait des effets moins cruels et des vies seraient sauvées en ce moment même. Car les conséquences d’un tremblement de terre ne sont pas identiques dans un pays riche et dans un pays pauvre, ruiné et pillé.

La France accorde une aide humanitaire dont nous devrions être fiers ? Il vaudrait mieux qu’elle rende à Haïti ce qu’elle lui doit.

Le Grand Soir.

En 1803, après 300 ans d’esclavage, Haïti se souleva et mit en déroute l’armée française. Vint ensuite la déclaration d’indépendance abolissant l’esclavage en 1804.

En 1825, les Français exigèrent le paiement d’une somme équivalente à 21 milliards de dollars actuels pour reconnaître l’indépendance du pays et renoncer à une nouvelle invasion.

Aujourd’hui, Haïti doit rembourser d’énormes sommes au FMI, organisation où la France dispose d’un poids important. Mais, si elle discourt en faveur du développement de ce pays appauvri par toutes ces politiques, elle n’a aucun geste concret pour y aider.

Ce refus de payer sa dette s’aggrave avec le refuge qu’elle accorde à l’ex-dictateur Jean Claude Duvalier, exilé en France (après 29 ans de dictature de père en fils) avec une fortune de 900 millions de dollars, volée dans les caisses de l’Etat haïtien, soit une somme alors supérieure à la dette externe du pays.

Ainsi, le devoir de la France est de permettre à Haïti de récupérer ce qui reste de l’argent volé en extradant Duvalier qui comparaîtra devant la justice haïtienne.

Etant Dupain, journaliste haïtien.

Traduction : Grégoire Souchay pour http://www.larevolucionvive.org.ve/


Laurent Fabius a égaré "son" dictateur.

(extraits d’un article de Maxime Vivas, publié le 2 novembre 2005 par LGS
www.legrandsoir.info/Laurent-Fabius-a-egare-son-dictateur.html)
JPEG - 56.1 ko

Portrait d’un assassin et d’un voleur.

Entre 1971 et 1986, Haïti a saigné sous la férule de Jean-Claude Duvalier, dit « Bébé Doc », président à vie à 19 ans par la grâce de son père et avec le soutien des Etats-Uniens. Il put impunément massacrer 60 000 personnes dont des écoliers de moins de dix ans, livrer la rue aux sinistres « tontons macoutes » avant d’être obligé de prendre la fuite, non sans avoir vidé les caisses de son pays. On estime à 600/800 millions de dollars les sommes détournées par les Duvalier père et fils et à 500 000 le nombre de morts de faim sous leur règne (sur moins de 7 millions d’habitants). Haïti est aujourd’hui un des pays les plus pauvres du monde. Si pauvre que les écoles ferment, que l’analphabétisme progresse, que le français, qui est encore la langue officielle de ce pays, n’est plus enseigné.

Fabius, où l’avez-vous caché ?

Bébé Doc en cavale fut accueilli en France en 1986 par le Premier ministre, Laurent Fabius qui, devant l’indignation générale, jura qu’il y resterait 8 jours. Dans quelques mois, Bébé Doc fêtera ses 20 ans de bombances dans la patrie des Droits de l’Homme.

Le tyran a d’abord séjourné 9 ans sur la côte d’Azur, achetant un château par ci, une résidence par là pour changer d’air, louant des hôtels (en 1986, il séjourna à l’Abbaye de l’hôtel de Talloires avec une suite de 23 personnes, dont ses hommes de main). Partout où il est passé (palaces, boutiques de luxe, grands restaurants, concessionnaires Mercedes) les commerçants éblouis gardent le souvenir d’un grand seigneur payant cash. Tous ? Presque : en 1995, il quitte l’hôtel l’Eden Bleu de Mougins dans les Alpes-Maritimes en laissant une ardoise faramineuse. La police ne donne pas suite à la plainte de l’hôtelier et déclare avoir perdu la trace de l’escroc. Le commerçant la retrouve sans mal. Les Renseignements Généraux le mettent alors en garde contre les risques d’une balle perdue. Affaire classée.

Crimes contre l’humanité, détournements de fonds publics, grivèlerie : des broutilles, puisque Bébé Doc est libre comme l’air. En dépit des demandes du gouvernement qui lui a succédé à Port-au-Prince et d’associations d’anciennes victimes, aucun mandat international n’a été lancé contre lui, et la France n’a jamais engagé une procédure d’extradition.

Des parlementaires se sont alors avisés que Bébé Doc était un sans papier et qu’il pouvait être expulsé à ce titre (Al Capone est « tombé » pour une histoire d’impôts !). Ainsi, dans le meilleur des cas, si les autorités françaises qui déclarent à ce jour ne pas savoir où il est (alors que les journalistes le voient parader) le décident, le bourreau nous quittera avec sa suite de tontons macoutes et les restes de la fortune volée.

Depuis 1986, Fabius n’a jamais pensé qu’il fallait le renvoyer chez lui, ou le présenter à un tribunal international et l’obliger à rendre le magot. Il est trop occupé à dénoncer Cuba qu’il appelle « L’île de nos rêves brisés ».

Fabius ou l’indignation calculée.

« Répression à Cuba, il faut agir », écrit-il dans Libération du 29 octobre 2005.

Et de dénoncer les « conditions de détention barbares » imposées là -bas aux « combattants de la liberté » dont plusieurs font « une grève de la faim de plusieurs semaines ».

Il appelle à se mobiliser contre un régime qui « démontre une fois de plus son caractère odieux » et il « appelle le gouvernement français et l’Union européenne à faire pression sur le gouvernement cubain ».

Et cet homme qu’on n’a pas entendu depuis bientôt 20 ans dire un mot d’indignation contre un assassin qu’il a accueilli et qui dépense, sous ses fenêtres, l’argent des pauvres ajoute : « Nous ne pouvons rester silencieux ».

Cachez ces vérités que je ne saurais voir.

Que la police et l’armée de Cuba n’aient jamais tiré sur le peuple depuis 46 ans, que les écoliers y soient choyés et non pas abattus dans la rue, que les exécutions extrajudiciaires aient disparu avec Batista, que les ressources du pays soient réparties pour que la misère (bidonvilles, famine, SDF) qui sévit un peu partout en Amérique latine soit éradiquée, que le niveau d’instruction soit proche de celui des pays riches, que la médecine soit gratuite et l’espérance de vie supérieure à celles des autres pays de l’arrière-cour US, cela n’interpelle pas Fabius et ne pousse pas cet esprit fin à la nuance. Que le système politique diffère du nôtre parce que le contexte diffère entre un grand pays comme la France, riche, possesseur de l’arme atomique, menacé par personne et un petit pays comme Cuba, dont les USA annoncent l’invasion (dans un document de 450 pages, ils détaillent le futur système de gestion sous leur protectorat - lire le document-), alors que les troupes ennemis sont déjà sur place à Guantanamo, voila des détails que Fabius, pourtant subtil quand il le veut, ne considère pas. Que les dirigeants de cette île ne soient pas propriétaires de palais chez eux où chez nous, qu’ils aient prévenu qu’ils mourront les armes à la main si les USA attaquent, l’énarque en sourirait, tant la chose lui paraît impossible s’il en juge par ce que sa carrière lui a appris des politiciens.

Et pourtant, nul ne contestera sa capacité à se renseigner. Il faut donc en déduire que taper sur Cuba (qui résiste à l’Empire) et oublier Haïti (vassalisée par l’Empire et ruinée par des dirigeants soudoyés) découle d’une allégeance à la pensée d’une organisation internationale et d’un choix calculé pour un bon positionnement en vue d’une candidature en 2007.

Les silences de Fabius.

En effet, qui peut citer un article indigné de Fabius sur Guantanamo, contre les « conditions de détention barbares » imposées là -bas à des malheureux, raflés dans leur pays et dont plusieurs font « une grève de la faim de plusieurs semaines » ? Personne.

Qui connaît un papier de Fabius contre le blocus imposé au peuple cubain par les USA et condamné chaque année depuis 13 ans par l’ONU ? Personne.

Quelqu’un a-t-il lu dans Libération ou Le Monde, médias qui le reçoivent régulièrement, un long cri de colère de Fabius contre les capitaines argentins qui firent disparaître 30 000 démocrates et vivent libres ? Fabius a-t-il offert à notre presse un texte de soutien aux « Dames en blancs » de Buenos Aires, ces mères, filles, épouses de disparus ? On en serait surpris. Mais il nous dit son intérêt pour le Mouvement des « Dames en blanc » cubaines : « Leur combat est exemplaire. Tous les démocrates doivent le soutenir ».

Il parle là des femmes des mercenaires cubains arrêtés en 2003, lesquelles marchent parfois sur la place de la Révolution à La Havane (librement, Fabius, librement, sans matraquages par des CRS, ni tirs d’escadrons de la mort, ni coups de machettes, ni enlèvement pour être jetées d’un avion en pleine mer !) et qui ont usurpé le nom des « Dames en blanc » de la Plaza de Mayo de Buenos Aires.

Une « dame en blanc »

L’écrivain et intellectuel français Salim Lamrani a interviewé le 4 juin 2005 (voir document complet ) Mme Hebe de Bonafini, présidente de l’Association des Mères de la Place de Mai de Buenos Aires qui, tous les jeudis depuis 28 ans, se réunit avec ses amies sur cette place pour exiger la vérité sur la disparition de ses trois enfants et de toutes les autres victimes assassinées. Son combat lui a valu de nombreux prix décernés par des institutions internationales (prix « Education et paix » de l’UNESCO en 1999), des universités du monde entier, des municipalités, des syndicats etc. Elle est membre permanent du Comité contre la torture de New York.

Ecoutons-là réagir quand elle apprend comment leur mouvement est récupéré : « Tout d’abord, laissez-moi vous dire que la Plaza de Mayo se trouve en Argentine et nulle part ailleurs. Notre foulard blanc symbolise la vie alors que ces femmes dont vous me parlez représentent la mort. Nous n’allons pas accepter que l’on nous compare ou qu’elles utilisent nos symboles pour nous piétiner. Nous sommes en total désaccord avec leurs propos. [...] Ces femmes ne se rendent pas compte que la lutte des Mères de la Plaza de Mayo symbolise l’amour que nous portons pour nos enfants disparus, assassinés par les tyrans imposés par les Etats-Unis. Notre combat représente la Révolution, celle que nos fils et nos filles avaient voulu mettre en oeuvre. Leur lutte est différente car elles défendent la politique subversive des Etats-Unis qui n’est faite que d’oppression, de répression et de mort. »

Sur sa lancée, cette mère-courage évoque Haïti où, dit-elle « au lieu d’envoyer des troupes, Cuba envoie des médecins. », déplore que, « En Argentine, dans (s)on pays, chaque mois, 100 enfants meurent de faim ou de maladies curables. On fête ce mois-ci [avril] la journée internationale de l’enfant. 250 millions d’enfants sont actuellement exploités dans le monde. Le seul pays d’Amérique latine où il n’y pas un enfant qui soit forcé de travailler est Cuba. C’est à partir de ces données qu’il faut parler ou non de démocratie. »

15 000 Morts ! Mais c’est incroyable !

Enfin, s’informant sur le nombre de personnes âgées mortes de chaleur en France en 2003, elle s’exclame : « 15 000 ? Mais c’est incroyable ! Comment un pays qui laisse mourir ses parents et grands-parents peut-il donner des leçons à Cuba. » (Heureusement qu’elle ne sait rien de cette histoire de sang contaminé. Affaire jugée, n’en parlons plus).

Elle poursuit : « Laissez-moi vous dire une chose. En août dernier [2004], un cyclone a ravagé Cuba. Toute la population a été mobilisée et on a dû déplorer 4 décès. Comment, dans un pays développé comme la France, 15 000 personnes peuvent-elles mourir de chaleur ? Et après, la France se permet de condamner Cuba pour violations des Droits de l’Homme ? Donnez-moi une explication. »

S’il vous plaît, Mme Bonafini, frappez à la bonne porte.

Mme Hebe de Bonafini, on vous respecte et on vous aime bien mais, sur les incohérences de nos politiciens de gauche, sur leurs indignations sélectives, sur leur sensibilité hémiplégique, sur leurs larmoiements borgnes, posez plutôt la question à Laurent Fabius, voulez-vous ?

Voici ses coordonnées :

www.agirpourlegalite.org
www.laurent-fabius.net
lfabius@assemblee-nationale.fr.

Mais, permettez à un habitué de nos moeurs politiques de vous prévenir que vous n’obtiendrez aucune réponse publique à ses propos publics. Tout au plus, une réponse privée, assortie d’une belle leçon de démocratie. Quant à la presse qui le publie, elle ne passe JAMAIS un droit de réponse ou une tribune libre qui ne soit à 100% hostile à Cuba.

Les « combattants de la liberté » en Amérique latine, chacun les aime quand l’Empire les a ainsi baptisés, quand ils se font payer par lui pour participer à son effort de désinformation, prélude à ses efforts de « libération » à l’irakienne. Ailleurs et ici, on les préfère muets, muselés, surtout s’ils voient la liberté dans la résistance au FMI, à l’OMC, à la Banque Mondiale et dans l’intrusion des peuples dans les rouages décisionnels, pour une démocratie participative, égalitaire, solidaire.

Par suite, des citoyens pensent que la seule façon de toucher nos politiciens et d’obtenir d’eux une réaction publique et bien médiatisée est de leur lancer des oeufs sur la tête.

Maxime Vivas

URL de cet article 9796
   
Même Auteur
« Les déchirures » de Maxime Vivas
Maxime VIVAS
Sous ce titre, Maxime Vivas nous propose un texte ramassé (72 pages) augmenté par une préface de Paul Ariès et une postface de Viktor Dedaj (site Le Grand Soir).. Pour nous parler des affaires publiques, de répression et d’impunité, de management, de violences et de suicides, l’auteur (éclectique) convoque Jean-Michel Aphatie, Patrick Balkany, Jean-Michel Baylet, Maïté Biraben, les Bonnets rouges, Xavier Broseta (DRH d’air France), Warren Buffet, Jérôme Cahuzac, Charlie Hebdo, Jean-François Copé, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Laissez les chiens de l’empire aboyer, c’est leur travail. Le nôtre, c’est de se battre pour achever la véritable libération de notre peuple »

Hugo Chavez


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.