Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

18 

La fugue superbe du Pascal Paoli


1er octobre 2005


D’abord, c’est la boue des magouilles : une entreprise nationale que l’Etat a mal géré (à dessein ?) mise en concurrence déloyale avec une autre dont le siège est en Italie (économies de taxes), qui touche des subventions publiques (françaises) et surexploite des marins sud-américains.

Puis c’est la révélation de la ronde des requins. Si l’on arrive à démêler l’écheveau volontairement complexifié de l’arnaque, on croit comprendre ceci : la SNCM vaut 450 à 500 millions d’euros, l’Etat va verser dans ses caisses 113 millions d’euros pour apurer les déficits, puis elle sera bradée à Butler Capital Partner pour 35 millions d’euros. Butler, un proche de Villepin, entre ainsi à 70 % dans le capital de la SNCM avec l’objectif d’en revendre 30% à Connex, filiale du groupe de transport Veolia (ex-vivendi) derrière lequel on trouve un proche de Chirac. Restent (pour le moment) 25 % pour l’Etat et 5 % pour les salariés (pour ceux qui n’auront pas été licenciés).

Demain ou après-demain, nous aurons deux compagnies privées se tirant la bourre. Leur concurrence ne pourra pas être pure et parfaite, ni libre et non faussée si la plus récente n’opte pas à son tour pour un pavillon étranger et pour l’embauche de marins esclavagés.

Face à cette obscénité, un geste d’une grande pureté esthétique : le Pascal Paoli s’évadant du port, gagnant le grand large, montrant sa poupe au sordide. On voit ainsi le taureaux briser l’enclos et courir droit devant pour échapper à l’arène, au combat inégal, à la mise à mort annoncée.

Que l’échappée du Paoli soit légale ou pas, elle est légitime et superbe. Cette image liliale dans les flots bleus, majestueuse et lente dans sa fugue, fait corps avec celle des marins qui, insubordonnés et calmes, ont osé ce « crime » d’arracher le Pascal Paoli à la souillure des tractations cupides. Par ce geste altruiste, ils s’exposaient pour tous leurs camarades et pour une cause qui les grandit tous.

Quelques années avant sa mort, j’ai fait la connaissance de Georges Coulonges. Je sais qu’il aurait admiré les « mutins » du Pascal Paoli. C’est en effet pour aider les combats de notre époque qu’il a raconté ceux du passé dans ses chansons et dans ses livres. Les paroles de son « Potemkine » ne vieillissent pas :

«  M’en voudrez-vous beaucoup si je vous dis un monde

Où l’on n’est pas toujours du côté du plus fort... »

Certes, comparaison n’est pas raison et le GIGN n’a pas menacé de fusiller les marins. L’Histoire retiendra cependant que, à l’encontre des travailleurs qui s’opposaient à la spoliation de leur pays, l’Armée française a été requise et que, sous son escorte, le Pascal Paoli, dépossédé in extremis et par la force de l’accueil enthousiaste que lui réservait la Corse, a fait une entrée piteuse dans un arsenal militaire, séquestré par l’Armée pour échapper à une libération populaire.

J’ai lu sous une plume syndicale qu’on pouvait « émettre des réserves sur la méthode choisie » par les marins traçant vers la Corse. Je crois au contraire qu’elle est glorieuse et que le Pascal Paoli a écrit dans la mer une page qu’aucune vague ne pourra effacer.

«  Ce soir j’aime la marine... »

Line Arez Demora


Il y a beaucoup de leçons à tirer de la bataille marseillaise ! par Danielle Bleitrach.

Marseille résiste, par Danielle Bleitrach.

SNCM : Qui sont les pirates ? par Benito Perez.


URL de cet article 2721
   
Même Thème
La face cachée de Reporters sans frontières - de la CIA aux faucons du Pentagone.
Maxime VIVAS
Des années de travail et d’investigations (menées ici et sur le continent américain) portant sur 5 ans de fonctionnement de RSF (2002 à novembre 2007) et le livre est là . Le 6 avril 2006, parce que j’avais, au détour d’une phrase, évoqué ses sources de financements US, RSF m’avait menacé dans le journal Métro : " Reporters sans frontières se réserve le droit de poursuivre Maxime Vivas en justice". Au nom de la liberté d’expression ? m’étonné-je. Quoi qu’il en soit, j’offre aujourd’hui au libre débat (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ne nous flattons pas trop de nos victoires sur la nature ; elle se venge de chacune d’elles.

Friedrich Engels


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.