Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


La liste des riches du Sunday Times : L’austérité ? Pas pour les élites. (WSWS)

Ceux qui ont besoin de preuves supplémentaires pour réfuter l’affirmation du premier ministre David Cameron comme quoi tout le monde en Grande Bretagne souffre de la même manière des mesures d’austérité n’ont qu’a jeter un coup d’oeil à la dernière liste des plus grandes fortunes du Sunday Times.

Le journaliste du Times, Philip Beresford explique que " la période d’austérité n’affecte pas les Anglais les plus riches dont la fortune collective a augmenté de 18% pendant l’année dernière". Il ajoute : "Tous ensemble les 1000 multimillionnaires de la liste de riches possèdent 60,2 milliards de livres (une livre : 1,15E) de plus qu’en 2010."

Les 1000 personnes les plus riches d’Angleterre possèdent aujourd’hui la somme colossale de 396 milliards de livres.

Selon Beresford, la richesse amassée maintenant par l’oligarchie financière basée en Grande Bretagne "se rapproche étonnamment du montant le plus important qu’elle ait jamais atteint, celui d’avant la crise en 2008 qui était de 413 milliards de livres."

Le crash économique de 2008 a tout d’abord diminué les revenus et la richesse des super riches dont on a pu constater les pertes dans la liste de 2009. Mais la collaboration avec d’abord le parti travailliste qui a donné presque un billion de livres de fonds publics aux banques et maintenant avec la coalition des libéraux démocrates et des conservateurs, lui a permis de prospérer en transférant le fardeau sur les épaules des travailleurs.

Alors que les salaires des travailleurs britanniques vont baisser au cours des quatre années qui viennent pour la première fois depuis la première "grande dépression" des années 1870, la fortune des super riches devient astronomique. Le sort économique et la part de richesse globale des masses anglaises et ceux de la toute petite minorité de 1% les plus riches prennent deux directions opposées.

Face, les responsables de l’oligarchie financière ont gagné, pile les masses ont perdu. Les activités financières qui les ont rendu horriblement riches ont causé un crash économique dont ils ont encore profité en baissant les salaires, en réduisant leur personnel et en se débarrassant de la concurrence.

L’Institut National de recherche Economique et sociale prévoit, et c’est une prévision optimiste, que la production anglaise ne retrouvera pas son niveau d’avant la crise avant trois ans. Mais l’oligarchie financière elle exhale un parfum de roses.

Le pays tout entier est mis au service d’une poignée d’individus super riches. Les gouvernements successifs ont fait de Londres leur terrain de jeu et les politiques de tous les partis officiels sont calculées pour satisfaire leurs plus petits désirs.

La composition de la liste de plus grandes fortunes reflète les secteurs dominants du capital. La richesse issue de la construction a pris un coup et il y a huit noms de moins sur la liste pour ce secteur et l’industrie n’a amené que cinq noms supplémentaires. Une fois de plus, les gains les plus importants ont été réalisés par les capitalistes financiers y compris les directeurs de hedge fund, dont le nombre a augmenté de onze, passant de 169 à 180.

La liste des riches de cette année contient un nombre record de directeurs de hedge fund, de négociants de matières premières et autres personnes du même genre. 55 d’entre eux figurent sur la liste représentant 5,5 pour cent de la richesse totale répertoriée. Le roi de ce groupe est le financier Nat Rothschild dont la conduite imprudente et criminelle a fait l’effet d’un catalyseur de la crise économique actuelle ; sa fortune personnelle a augmenté d’un milliard de livres en seulement un an, ce qui est incroyable.

Le nombre de milliardaires a considérablement augmenté. La liste de l’année dernière comptait 53 personnes dont la fortune était supérieure à un milliard de livres. Aujourd’hui il y en a 20 de plus ce qui fait monter leur nombre à 73 milliardaires résidant dans les Iles britanniques seulement deux de moins que le record de 2008 en Angleterre, qui était de 75 milliardaires.

La moitié au moins des 1000 personnes les plus riches de Grande Bretagne vivent dans la capitale et les comtés avoisinants.

Fait remarquable, à côté du magazine consacré à la liste des riches, on ne trouvait dans les pages intérieures du Sunday Times qu’un seul article supplémentaire qui était consacré aux 100 femmes qui se trouvaient pour la première fois sur la liste des 1000 plus grandes fortunes. Et comble du ridicule, le journal présentait cela comme servant la cause de l’égalité.

Il n’y a pas eu beaucoup d’articles dans les autres médias sur la manière dont les super riches ont réussi à contourner la récession. Cela montre qu’on craint la réaction qu’une pareille cupidité peut provoquer dans la population.

Le Sunday Times a essayé sans y croire vraiment d’apaiser les lecteurs en leur promettant des lendemains qui chantent : "L’augmentation de la prospérité des riches devrait bientôt se faire sentir dans les échelons inférieurs de l’échelle sociale. L’expérience montre que lorsque les riches se sentent plus riches, ils se mettent à dépenser davantage et alors l’économie dans son ensemble en bénéficie."

Beresford ne s’encombre pas trop des faits historiques. Depuis le gouvernement Tory dirigé par Margaret Thatcher des années 1980, le dogme que la richesse des super riches descend dans toutes les classes sociales et finit par profiter aux classes laborieuses a reçu le nom de "trickle down". C’est de la pure propagande : laissez les riches faire ce qu’ils veulent, supprimer toutes les règles commerciales qui ligotent ceux qui génèrent la richesse et ils créeront assez de richesse pour tout le monde, prétendaient les tenants de ce dogme.

Ce qui s’est réellement passé et qui a été mis en lumière en 2008 c’est que la richesse amassée par l’élite principalement par la spéculation et des méthodes criminelles menace de détruire l’économie de pays entiers ainsi que leurs populations. La richesse ne "ruisselle pas jusqu’en bas" ("trickle down") bien au contraire, les nombreux milliards de livres de garantie donnés au banque coulent dans la direction opposée et inondent les plus riches.

Pour consulter l’original : http://www.wsws.org/articles/2011/may2011/rich-m14.shtml

Complément intéressant de lecture : http://www.lepost.fr/article/2011/05/09/2489092_grande-bretagne-les-ri...

Traduction : D. Muselet pour LGS

URL de cet article 13719
   
AGENDA
vendredi 17 novembre 2017
vendredi 17 novembre 2017
samedi 18 novembre 2017
samedi 18 novembre 2017
samedi 18 novembre 2017
mardi 21 novembre 2017
mercredi 22 novembre 2017
jeudi 23 novembre 2017
vendredi 24 novembre 2017
samedi 25 novembre 2017
jeudi 30 novembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
samedi 2 décembre 2017
vendredi 15 décembre 2017
La Tiers-Mondialisation de la planète - Bernard Conte
La Tiers-Mondialisation de la planète, c’est le laminage des classes moyennes et la polarisation riches-pauvres de l’ensemble des sociétés, les ramenant toutes à l’état du Tiers-monde d’avant les « miracles ». On peut diversement décrire ce phénomène : « prolétarisation des classes moyennes », « classes moyennes à la dérive », « déclassement »… Bernard Conte analyse le caractère universel de cette transformation sociale comme résultat des politiques économiques néolibérales mises en oeuvre depuis le milieu des (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Puisque le commerce ignore les frontières nationales, et que le fabricant insiste pour avoir le monde comme marché, le drapeau de son pays doit le suivre, et les portes des nations qui lui sont fermées doivent être enfoncées. Les concessions obtenues par les financiers doivent être protégées par les ministres de l’Etat, même si la souveraineté des nations réticentes est violée dans le processus. Les colonies doivent être obtenues ou plantées afin que pas un coin du monde n’en réchappe ou reste inutilisé.

Woodrow Wilson
Président des Etats-Unis de 1913 à 1921


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.