Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Un film interdit de diffusion sur le sol américain jusqu’en 1965.

« Le Sel de la terre ».

« Le Sel de la terre » : cette expression issue des textes chrétiens désigne ceux qui - parmi les hommes - sont les meilleurs, font partie de l’élite.

Au début des années 1950, aux Etats-Unis, un groupe de cinéastes persécutés par le maccarthysme [1] ont réalisé un film indépendant relatant une grève de mineurs dans l’Etat du Nouveau Mexique ; ils lui ont donné pour titre : Salt of the Earth (« Le Sel de la terre »).

Ce film magnifique - interdit de diffusion sur le sol américain jusqu’en 1965 - est un hommage au combat des ouvriers mineurs et à leur syndicat. Ceux-ci doivent faire face à un patronat prêt à toutes les provocations ; ils doivent aussi affronter les autorités de l’Etat apportant à ce patronat tout le poids de leur appareil de répression, leur justice, leur police.

La valeur du film réside dans sa capacité à rendre compte des multiples difficultés de la grève : les familles peu à peu sans ressources, le racisme latent entre yankees et chicanos, la tentative d’embauche de « jaunes », le machisme... Mais il est aussi un véritable hymne à la solidarité ouvrière et au combat des femmes aux côtés des hommes et parfois contre la volonté de ces derniers.

- o-o-o-

Aujourd’hui, en France, dans certains milieux, il était devenu à la mode de gloser sur la disparition de la classe ouvrière. Depuis trente ans, gouvernements et patronats ont tant fait ; ils ont procédé à la fermeture de tant d’usines : mines de charbon, textile, sidérurgie, etc. ; dans l’automobile même, ils sont parvenus à liquider la grande usine Renault de Boulogne-Billancourt - la mythique àŽle Seguin avec ses 35.000 ouvriers, employés, cadres et techniciens ; la « forteresse ouvrière », comme on disait encore en 1968.

Les médias, quant à eux, ne voient dans les classes populaires que des consommateurs, des spectateurs ou des amateurs de sports, rarement des travailleurs.

JPEG - 133.7 ko
Redonner un sens au mot DEMOCRATIE

Il aura fallu le mouvement en cours contre la réforme des retraites, la paralysie partielle des transports, l’empilement des ordures dans les rues, pour qu’on se souvienne enfin que ce pays ne fonctionnerait pas sans le travail de centaines de milliers d’ouvriers.

A l’encontre de l’idéologie dominante exaltant l’individualisme et la compétition de tous contre tous, la grève - son auto-organisation, ses assemblées générales, son dévouement, sa solidarité - est une des manifestations collectives parmi les plus avancées de nos sociétés ; elle préfigure ce que pourrait être une République sociale basée sur ces mêmes valeurs.

En ce sens, il n’est pas abusif de reconnaître dans ces travailleurs en lutte - ici et maintenant - le « Sel de la terre ».

Jean-Pierre Dubois.

http://lepetitblanquiste.hautetfort.com/

[1] A cette époque, la Commission des activités anti-américaines, présidée par le sénateur McCarthy, s’emploie à mettre à l’index les « comploteurs communistes » dont beaucoup se cacheraient à Hollywood. Une liste noire est dressée sur laquelle figurent les artistes indésirables auxquels les studios interdisent dorénavant de travailler. Parmi eux, Herbert Biberman, Michael Wilson et Paul Jarrico, crédités respectivement comme réalisateur, scénariste et producteur du « Sel de la terre ».

Pour la petite histoire, ce film a été inscrit en 1992 au National Film Registry pour être conservé à la bibliothèque du Congrès aux États-Unis en raison de son « importance culturelle, historique ou esthétique ».

Ce film est disponible en DVD aux éditions Doriane Films : http://www.dorianefilms.com

URL de cet article 11890
   
AGENDA
jeudi 20 septembre 2018
samedi 22 septembre 2018
samedi 22 septembre 2018
samedi 22 septembre 2018
mercredi 26 septembre 2018
samedi 6 octobre 2018
samedi 13 octobre 2018
dimanche 14 octobre 2018
samedi 17 novembre 2018
samedi 15 décembre 2018
Même Thème
La télécratie contre la démocratie, de Bernard Stiegler.
Bernard GENSANE
Bernard Stiegler est un penseur original (voir son parcours personnel atypique). Ses opinions politiques personnelles sont parfois un peu déroutantes, comme lorsqu’il montre sa sympathie pour Christian Blanc, un personnage qui, quels qu’aient été ses ralliements successifs, s’est toujours fort bien accommodé du système dénoncé par lui. J’ajoute qu’il y a un grand absent dans ce livre : le capitalisme financier. Cet ouvrage a pour but de montrer comment et pourquoi la relation politique elle-même est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Que ce soit bien clair : nous avons commis des erreurs, évidemment. Et nous en commettrons d’autres. Mais je peux te dire une chose : jamais nous n’abandonnerons le combat pour un monde meilleur, jamais nous ne baisserons la garde devant l’Empire, jamais nous ne sacrifierons le peuple au profit d’une minorité. Tout ce que nous avons fait, nous l’avons fait non seulement pour nous, mais aussi pour l’Amérique latine, l’Afrique, l’Asie, les générations futures. Nous avons fait tout ce que nous avons pu, et parfois plus, sans rien demander en échange. Rien. Jamais. Alors tu peux dire à tes amis "de gauche" en Europe que leurs critiques ne nous concernent pas, ne nous touchent pas, ne nous impressionnent pas. Nous, nous avons fait une révolution. C’est quoi leur légitimité à ces gens-là, tu peux me le dire ? Qu’ils fassent une révolution chez eux pour commencer. Oh, pas forcément une grande, tout le monde n’a pas les mêmes capacités. Disons une petite, juste assez pour pouvoir prétendre qu’ils savent de quoi ils parlent. Et là, lorsque l’ennemi se déchaînera, lorsque le toit leur tombera sur la tête, ils viendront me voir. Je les attendrai avec une bouteille de rhum.

Ibrahim
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.