RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Il croyait envoyer un scud, c’était un boomerang !

Le dessinateur préféré de Plantu « se réfugie » à Cuba.

Pour ceux qui ont raté les épisodes précédents, voir :
http://www.legrandsoir.info/Plantu-ne-s-est-pas-plante-il-a-regle-un-c...

http://www.legrandsoir.info/Quant-Plantu-recoit-une-dotation-d-une-dic...

Rappel succinct pour le lecteur pressé :

En janvier, Plantu commet un dessin insinuant que la fille de Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, c’est pareil. Devant le tollé, assez général, Plantu explique alors qu’il reproche à JLM d’avoir refusé de qualifier Cuba de dictature. Et il met Mélenchon au défi de rencontrer Angel Boligan, dessinateur cubain « réfugié au Mexique », alors présent en banlieue parisienne pour une exposition internationale de dessins organisée par Plantu.

Le co-président du Parti de Gauche ayant un autre calendrier dont pas une seule étape ne saurait être fixée par un dessinateur qui le croque avec un brassard rouge de sinistre mémoire, la confrontation n’eut pas lieu.

De son côté, et bizarrement, Plantu n’a pu produire un mot de confirmation de ses dires par son invité qu’il a mêlé à ce différend.

Ceux qui connaissent les dessins de Boligan, marqués par une grande impertinence et une belle liberté de ton, pouvaient donc en déduire que, soit il avait refusé de suivre Plantu dans son mauvais procès fondé sur le mensonge, soit Plantu, prudent, ne l’avait pas informé de l’utilisation politique qu’il faisait de lui.

Entre-temps, LGS a mené une enquête qui lui a permis de découvrir que Boligan a choisi librement de s’installer au Mexique en 1992 et qu’il n’a pas fui un pays où il n’a jamais été inquiété.

Le soufflé plantuiste étant retombé, l’exposition cartooning de Noisy le Grand étant close, Boligan est retourné au Mexique. Puis, il a rebouclé ses valises pour repartir où ? Chez Plantu ? Mauvaise réponse : à Cuba. Pour la « XVIIème biennale internationale du dessin d’humour » qui a lieu dans son village natal.

affiche biennale

Et Boligan nous l’annonce avec jubilation sur son blog (voir son texte ci-après) où il évoque son impatience d’y retrouver des dessinateurs du monde entier pour « fêter notre amitié et l’humour au rythme des tambours, des pinceaux et du rhum cubain ».

Le journal culturel cubain en ligne Cubarte (consulté le 17 mars) rend compte de cette rencontre en précisant qu’un prix y sera attribué pour lequel ont été sélectionnés 181 dessins de 101 dessinateurs de 21 pays : Cuba, Chypre, la Grèce, la Turquie, la Russie, la Colombie, le Brésil, la Jordanie, l’Argentine, l’Iran, l’Ouzbekistan, l’Ukraine, la Serbie, la Belgique, la Thaïlande et l’Allemagne qui sera la pays le plus représenté après Cuba. On dirait bien que la France, et donc notre grand Plantu, n’en sont pas.

On tirera de cette série d’anecdotes des enseignements généraux :

-  Ne jamais croire, sans l’avoir vérifié, ce que les médias disent de Cuba.

-  Aucun média n’a cherché à vérifier les dires de Plantu et ceux qui nous ont lus n’en soufflent mot (à quelques exceptions près, hors des médias à forte audience).

-  Toujours remarquer la solidarité entre les faux journalistes : Plantu a menti, mais c’est un confrère.

-  Le talent n’est pas forcément corrélé avec le tirage du journal où un dessinateur s’exprime. Plantu n’est pas un aigle du pinceau, ni de l’esprit, ni de l’éthique.

-  A mordre sans arrêt la main qui se tend pour « fêter notre amitié et l’humour », la France s’exclut des lieux culturels où d’autres pays européens sont à l’honneur.

Dessin de Plantu

Pour finir, rappelons que LGS a écrit ceci à Plantu le 17 février :

« Nous avons été à l’origine d’un article sur le prix qui vous a été attribué par le Qatar. Cet article affirmait notamment trois choses :

- vous avez accepté ce prix

- ce prix est doté de 10.000 euros

- vous avez prononcé à l’occasion un discours vantant la liberté de la presse au Qatar.

Or, il nous a été communiqué que vous niez tout ou partie de cet article, mais nous n’en trouvons aucune trace.

Pouvez-vous nous indiquer le cas échéant où vous auriez apporté un tel démenti afin que nous puissions en prendre connaissance et en informer nos lecteurs ?

Bien à vous,

Le Grand Soir ».

Bien entendu, nous n’avons pas reçu de réponse.

Vladimir Marciac.

PS. Le dessin de Plantu qui illustre cet article n’a rien à voir avec cette affaire. Mais il nous dit qui est Plantu.

Laissons la haine et notons ci-dessous l’amour et la reconnaissance exprimés par Boligan pour Cuba, son pays natal.

EN COMPLEMENT :

Lu sous la plume de Angel Boligan sur son blog (traduction de Manuel Colinas pour LGS). http://www.boligan.com/index.php

« XVII º BIENNALE INTERNATIONALE DU DESSIN D’HUMOUR. CUBA, 2011
SAN ANTONIO DE LOS BAà‘OS (PROVINCE DE LA HAVANE)

LA BIENNALE

Depuis 1979, à San Antonio de los Baños, (ma ville natale), à Cuba, se tient la Biennale Internationale de l’Humour et c’est en 1979 également que fut inauguré le premier Musée International de l’Humour du continent, à ce jour le musée probablement le plus complet de toute l’Amérique Latine pour ce qui est de son fonds d’oeuvres originales puisque leur nombre dépasse les dix mille, oeuvres qui retracent tant l’histoire de l’humour cubain que l’itinéraire des artistes des cinq continents qui ont participé aux biennales successives. Cette biennale est un concours international de dessinateurs de presse et une fête populaire qui remplit de fierté les habitants de cette ville, mais c’est aussi un des rares espaces (non virtuels) très attendu par un très grand nombre de dessinateurs de presse - et pas seulement d’Amérique Latine - un lieu où nous pouvons nous retrouver et vivre quelques jours ensemble, fêter notre amitié et l’humour au rythme des tambours, des pinceaux et du rhum cubain.

Alors que je n’avais que 14 ans, cette biennale, ce Musée, furent l’étincelle qui alluma la mèche de ma carrière de dessinateur de presse et elle ne s’est jamais éteinte depuis 30 ans.

RENDEZ-VOUS LES 27, 28 ET 29 MARS DANS LA VILLE DE L’HUMOUR, A CUBA. NOUS Y SERONS ! »

URL de cet article 13176
  

Même Auteur
ESPAGNE : un livre en plein dans le mille
Vladimir MARCIAC
Jean Ortiz a publié 90 articles sur le site Le Grand Soir. Son style impeccable, son cœur à fleur de clavier, son intelligence servant sa remarquable connaissance des dossiers qu’il traite, son humour, sa fougue, sa fidélité aux siens, c’est-à-dire aux guérilleros espagnols que le monde a laissé se faire écraser par un dictateur fasciste, le font apprécier par nos lecteurs (nos compteurs de lecture le disent). Il a en poche une carte du PCF qui rend imparfaitement compte de ce qu’est pour lui le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Personnellement, je n’ai jamais très bien compris ce qu’est le féminisme. Je sais par contre que les gens me qualifient de féministe chaque fois que j’exprime une idée qui me différencie d’un paillasson ou d’une prostituée.

Rebecca West

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.