Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Le journal de Gaza, 13ème jour : Les germes de la prochaine intifada ? (Jewbonics)

De loin Gaza a l’air tranquille, bloqué dans une stasis (crise en grec NdT) politique -le gouvernement occupé à augmenter tranquillement son pouvoir, la population immobile, l’armée israélienne engagée dans d’obscurs raids qui ne sont jamais mentionnés par les médias à Farraheen, Khosa’a, Abasan, détruisant sauvagement les zones frontalières rurales de Gaza, étouffant la Bande de Gaza tour à tour géographiquement et économiquement. Les manifestations dans la zone tampon se sont éteintes ou ont été écrasées. Pendant un courte période il y en avait beaucoup et fréquemment, trois ou quatre par semaine, ou même parfois plusieurs manifestations en même temps : à rafah, Meghazi, Beit Hanoun. Mais elles se sont arrêtées, en partie parce que les gens ont commencé à avoir peur quand ils ont compris que les tireurs d’élite de l’armée israélienne étaient prêts à prendre le contrôle de la zone tampon. Si on jette un bref coup d’oeil, il semble n’y avoir que peu d’opposition politique organisée.

Mais sous la surface, d’après Omar Shaban de Pal-Think, les esprits bouillonnent férocement. Il y a des débats et des discussions politiques incessants : des conférences, des séminaires, des sessions stratégiques, de la formation personnelle, etc. La semaine dernière, j’étais à une séance de cinéma suivie d’une discussion sur l’analogie de l’apartheid, organisée par Haidar Eid, au cours de laquelle nous avons débattu des avantages et des inconvénients d’appliquer la comparaison de l’apartheid au conflit israélo-palestinien. Hier je suis allée à une conférence suivie d’une discussion ouverte sur le discours des médias occidentales au sujet du problème palestinien, donnée par Mousheer Amer, un professeur de linguistiques à l’université islamique de Gaza -il a commenté le modèle de propagande de Chomsky et Herman*, et a fait l’analyse de la manière dont le conflit est présenté par les médias. D’autres professeurs, des journalistes, des gauchistes de longue date que je connaissais, remplissaient la pièce ainsi que plusieurs de ces jeunes écrivains super-instruits de Gaza qui avaient répertorié leurs souvenirs du massacre de Plomb Endurci pour le site Mondoweiss, à l’occasion du 2ième anniversaire ce de drame. A cette soirée une étudiante universitaire avait amené le livre de Amira Hass : Drinking the sea in Gaza (Boire la mer de Gaza). Elle disait que la situation était "désespérée" de ce ton exaspéré que certaines personnes prennent quand elles ont le secret espoir qu’il n’en soit rien. Et c’est bien ce que disent la plupart des gens ici à Gaza, jeunes aussi bien que vieux mais en même la plupart continue de lutter, avec constance et détermination.

L’occupation a ici deux conséquences. La première est la destruction psychologique de certaines parties de la population par le siège. J’ai peur d’apprendre ce que arrive aux enfants. Leurs dessins sont remplis de sang, de mort et de machines de guerre. Comme ils ne peuvent pas exprimer leur colère, beaucoup la refoulent et taisent leur traumatisme, ou alors explosent furieusement. Un fermier m’a dit que certains des combattants de la résistance qui se rendent dans les endroits situés à la frontière d’Israël savent qu’ils vont mourir et "que pouvez-vous dire à quelqu’un qui a envie de mourir ?" Comme Eyad Serraj nous le rappelle : "Je dois vous dire que les gens qui commettent des attentats suicide pendant cette intifada sont les enfants des personnes qui ont fait la première intifada qui ont été les témoins de tant de traumatismes quand ils étaient enfants que, en grandissant, leur identité propre s’est fondue dans l’identité nationale d’humiliation et de défaite et ils vengent cette défaite aussi bien au niveau personnel que national." Quand un voyou du Hamas crie a ses concitoyens de s’éloigner d’un militant de la solidarité dans un convoi, la première réaction est une réaction de dégoût.

Mais ensuite on réfléchit et on se rappelle de ce qu’a été la vie de ce voyou et on se souvient qu’elle a été bien différente de la notre : ce qu’il a connu ce sont les colons et les soldats qui humiliaient sa famille et torturaient son peuple. Il faut s’attendre à ce que ceux qui n’ont à faire qu’à des hommes armés de fusils et de crosses de fusil ne deviennent souvent comme eux.

Mais il y a aussi autre chose dans ce que fait Israël qui est dangereux pour lui. Israël a fait de Gaza le dernier ghetto. Mais à l’intérieur de ce ghetto, excepté pour les pécheurs et les fermiers qui habitent près de la frontière - et c’est hélas beaucoup de monde - l’occupant n’est pas physiquement présent au jour le jour pour rendre la vie impossible aux Gazaouis. Israël empêche les habitants de vivre une vie normale mais ne fait des intrusions sauvages que de temps en temps. Aussi les gens de la génération des 20,21,22,23 ans comme moi ou ceux qui sont un peu plus jeunes et spécialement les plus motivés profitent du néant dégradant du siège pour faire quelque chose qui est dangereux pour Israël : lire, écrire, réfléchir. Dans une paire d’années cette génération n’aura plus besoin de journalistes occidentaux compatissants pour les défendre. Dans l’espoir d’aiguiser leur maîtrise de l’anglais ils se défendront eux-mêmes et le feront parfaitement. Ils réclament des livres : Said, Malcolm X, Fanon, Benjamin. Et ils explosent, non pas en RPG ((lances roquettes), mais en manifestes, puis en vive critiques de ces manifestes - leur reprochant leur inutilité, le manque de programme politique, de critiquer trop violemment le gouvernement ou de le critiquer gratuitement. Mes premières impressions quand je suis arrivé à Gaza il y a deux semaines furent la tristesse générale, l’augmentation des meurtres perpétrés par les tireurs d’élite israéliens qui hantent la frontière, le rugissement sourd des F-16 qui volent lentement à basse altitude au dessus de nos têtes et l’enfer d’explosifs qu’ils font pleuvoir sur les gens ici. Ce linceul lugubre recouvre tout, surtout quand je parle aux gens dans la rue ou aux chauffeurs de taxi, ou à ceux qui jettent des coups d’oeil nerveux vers le ciel, dans l’attente de la prochaine pluie d’acier. Mais ensuite je fais tourner un peu le kaléidoscope : peut-être que ce qui est nouveau, ce qui sort de terre et qu’on commence juste à percevoir au milieu de la poussière et des cailloux, ce sont des premières pousses de ce qui se développera dans l’avenir. Peut-être qu’il faut réfléchir à la manière dont on peut les aider à grandir.

note :

* Le modèle de propagande (en anglais « propaganda model ») est une grille d’analyse des médias de masse américains mainstream proposée par Edward Herman et Noam Chomsky en 1988 dans leur livre La Fabrication du consentement. Ce modèle leur sert de base pour montrer que ces médias, bien loin d’être un « quatrième pouvoir », proposent selon eux un traitement biaisé de l’information au service des élites politiques et économiques. Wikipedia

Pour consulter l’original : Jewbonics http://www.maxajl.com/?p=4688

Traduction : D. Muselet

URL de cet article 12424
   
Même Thème
Chroniques de GAZA 2001-2011
Christophe OBERLIN
L’auteur : Christophe OBERLIN est né en 1952. Chirurgien des hôpitaux et professeur à la faculté Denis Diderot à Paris, il enseigne l’anatomie, la chirurgie de la main et la microchirurgie en France et à l’étranger. Parallèlement à son travail hospitalier et universitaire, il participe depuis 30 ans à des activités de chirurgie humanitaire et d’enseignement en Afrique sub-saharienne, notamment dans le domaine de la chirurgie de la lèpre, au Maghreb et en Asie. Depuis 2001, il dirige régulièrement des (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le domaine de la liberté commence là où s’arrête le travail déterminé par la nécessité.

Karl Marx


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.