Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le journal de Gaza, 13ème jour : Les germes de la prochaine intifada ? (Jewbonics)

De loin Gaza a l’air tranquille, bloqué dans une stasis (crise en grec NdT) politique -le gouvernement occupé à augmenter tranquillement son pouvoir, la population immobile, l’armée israélienne engagée dans d’obscurs raids qui ne sont jamais mentionnés par les médias à Farraheen, Khosa’a, Abasan, détruisant sauvagement les zones frontalières rurales de Gaza, étouffant la Bande de Gaza tour à tour géographiquement et économiquement. Les manifestations dans la zone tampon se sont éteintes ou ont été écrasées. Pendant un courte période il y en avait beaucoup et fréquemment, trois ou quatre par semaine, ou même parfois plusieurs manifestations en même temps : à rafah, Meghazi, Beit Hanoun. Mais elles se sont arrêtées, en partie parce que les gens ont commencé à avoir peur quand ils ont compris que les tireurs d’élite de l’armée israélienne étaient prêts à prendre le contrôle de la zone tampon. Si on jette un bref coup d’oeil, il semble n’y avoir que peu d’opposition politique organisée.

Mais sous la surface, d’après Omar Shaban de Pal-Think, les esprits bouillonnent férocement. Il y a des débats et des discussions politiques incessants : des conférences, des séminaires, des sessions stratégiques, de la formation personnelle, etc. La semaine dernière, j’étais à une séance de cinéma suivie d’une discussion sur l’analogie de l’apartheid, organisée par Haidar Eid, au cours de laquelle nous avons débattu des avantages et des inconvénients d’appliquer la comparaison de l’apartheid au conflit israélo-palestinien. Hier je suis allée à une conférence suivie d’une discussion ouverte sur le discours des médias occidentales au sujet du problème palestinien, donnée par Mousheer Amer, un professeur de linguistiques à l’université islamique de Gaza -il a commenté le modèle de propagande de Chomsky et Herman*, et a fait l’analyse de la manière dont le conflit est présenté par les médias. D’autres professeurs, des journalistes, des gauchistes de longue date que je connaissais, remplissaient la pièce ainsi que plusieurs de ces jeunes écrivains super-instruits de Gaza qui avaient répertorié leurs souvenirs du massacre de Plomb Endurci pour le site Mondoweiss, à l’occasion du 2ième anniversaire ce de drame. A cette soirée une étudiante universitaire avait amené le livre de Amira Hass : Drinking the sea in Gaza (Boire la mer de Gaza). Elle disait que la situation était "désespérée" de ce ton exaspéré que certaines personnes prennent quand elles ont le secret espoir qu’il n’en soit rien. Et c’est bien ce que disent la plupart des gens ici à Gaza, jeunes aussi bien que vieux mais en même la plupart continue de lutter, avec constance et détermination.

L’occupation a ici deux conséquences. La première est la destruction psychologique de certaines parties de la population par le siège. J’ai peur d’apprendre ce que arrive aux enfants. Leurs dessins sont remplis de sang, de mort et de machines de guerre. Comme ils ne peuvent pas exprimer leur colère, beaucoup la refoulent et taisent leur traumatisme, ou alors explosent furieusement. Un fermier m’a dit que certains des combattants de la résistance qui se rendent dans les endroits situés à la frontière d’Israël savent qu’ils vont mourir et "que pouvez-vous dire à quelqu’un qui a envie de mourir ?" Comme Eyad Serraj nous le rappelle : "Je dois vous dire que les gens qui commettent des attentats suicide pendant cette intifada sont les enfants des personnes qui ont fait la première intifada qui ont été les témoins de tant de traumatismes quand ils étaient enfants que, en grandissant, leur identité propre s’est fondue dans l’identité nationale d’humiliation et de défaite et ils vengent cette défaite aussi bien au niveau personnel que national." Quand un voyou du Hamas crie a ses concitoyens de s’éloigner d’un militant de la solidarité dans un convoi, la première réaction est une réaction de dégoût.

Mais ensuite on réfléchit et on se rappelle de ce qu’a été la vie de ce voyou et on se souvient qu’elle a été bien différente de la notre : ce qu’il a connu ce sont les colons et les soldats qui humiliaient sa famille et torturaient son peuple. Il faut s’attendre à ce que ceux qui n’ont à faire qu’à des hommes armés de fusils et de crosses de fusil ne deviennent souvent comme eux.

Mais il y a aussi autre chose dans ce que fait Israël qui est dangereux pour lui. Israël a fait de Gaza le dernier ghetto. Mais à l’intérieur de ce ghetto, excepté pour les pécheurs et les fermiers qui habitent près de la frontière - et c’est hélas beaucoup de monde - l’occupant n’est pas physiquement présent au jour le jour pour rendre la vie impossible aux Gazaouis. Israël empêche les habitants de vivre une vie normale mais ne fait des intrusions sauvages que de temps en temps. Aussi les gens de la génération des 20,21,22,23 ans comme moi ou ceux qui sont un peu plus jeunes et spécialement les plus motivés profitent du néant dégradant du siège pour faire quelque chose qui est dangereux pour Israël : lire, écrire, réfléchir. Dans une paire d’années cette génération n’aura plus besoin de journalistes occidentaux compatissants pour les défendre. Dans l’espoir d’aiguiser leur maîtrise de l’anglais ils se défendront eux-mêmes et le feront parfaitement. Ils réclament des livres : Said, Malcolm X, Fanon, Benjamin. Et ils explosent, non pas en RPG ((lances roquettes), mais en manifestes, puis en vive critiques de ces manifestes - leur reprochant leur inutilité, le manque de programme politique, de critiquer trop violemment le gouvernement ou de le critiquer gratuitement. Mes premières impressions quand je suis arrivé à Gaza il y a deux semaines furent la tristesse générale, l’augmentation des meurtres perpétrés par les tireurs d’élite israéliens qui hantent la frontière, le rugissement sourd des F-16 qui volent lentement à basse altitude au dessus de nos têtes et l’enfer d’explosifs qu’ils font pleuvoir sur les gens ici. Ce linceul lugubre recouvre tout, surtout quand je parle aux gens dans la rue ou aux chauffeurs de taxi, ou à ceux qui jettent des coups d’oeil nerveux vers le ciel, dans l’attente de la prochaine pluie d’acier. Mais ensuite je fais tourner un peu le kaléidoscope : peut-être que ce qui est nouveau, ce qui sort de terre et qu’on commence juste à percevoir au milieu de la poussière et des cailloux, ce sont des premières pousses de ce qui se développera dans l’avenir. Peut-être qu’il faut réfléchir à la manière dont on peut les aider à grandir.

note :

* Le modèle de propagande (en anglais « propaganda model ») est une grille d’analyse des médias de masse américains mainstream proposée par Edward Herman et Noam Chomsky en 1988 dans leur livre La Fabrication du consentement. Ce modèle leur sert de base pour montrer que ces médias, bien loin d’être un « quatrième pouvoir », proposent selon eux un traitement biaisé de l’information au service des élites politiques et économiques. Wikipedia

Pour consulter l’original : Jewbonics http://www.maxajl.com/?p=4688

Traduction : D. Muselet

URL de cet article 12424
   
Même Thème
Israël/Palestine - Du refus d’être complice à l’engagement
Pierre STAMBUL
Entre Mer Méditerranée et Jourdain, Palestiniens et Israéliens sont en nombre sensiblement égal. Mais les Israéliens possèdent tout : les richesses, la terre, l’eau, les droits politiques. La Palestine est volontairement étranglée et sa société est détruite. L’inégalité est flagrante et institutionnelle. Il faut dire les mots pour décrire ce qui est à l’oeuvre : occupation, colonisation, apartheid, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, racisme. La majorité des Israéliens espèrent qu’à terme, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La provocation est une façon de remettre la réalité sur ses pieds.

Bertolt Brecht


CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
117 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.