Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le « new government » ou le bal masqué.

Un auteur du GS a écrit ici que PSOE (gauche) et PP (droite) étaient comparés par sa vieille tante Pilar dont les franquistes fusillèrent le mari, aux « démocrates » de fraîche date du village : « Ce sont les mêmes chiens, mais avec des colliers différents ».

De nos nouveaux ministres, je dirais plutôt (modération et élégance de plume obligent) que ce sont des faux-(illisible) qui changent de siège, des têtes de (illisible) qui intervertissent leurs masques de braqueurs de fourgons de la Brink’s ou des loups sous une peau de mouton.

De loup à fauve, voici que s’impose un « Il faut que tout change pour que rien ne change ». Sarkozy aurait-il lu (ou alors c’est Carlita) « le Guépard » du comte Tomasi di Lampedusa ?

Mal lu, alors. C’est pourquoi Chouchou bat les cartes, en puise des vieilles sur les tas (Juppé-naphtaline, Bachelot-tailleurs rose, Besson-coeur fidèle…) et essaie de nous faire avaler qu’on est passés du poker menteur à la belote franco-française : béret sur la tête, baguette de pain.

Mais son new government sent le whisky et le chewing-gum, comme ces types qui se sont penchés sur la tombe de De Gaulle à Colombey le 9 novembre et que le général n’aurait pas voulu recevoir à la Boisserie, surtout celui qui marche comme s’il avait oublié d’enlever ses éperons, un John Wayne rétréci qu’on aimerait tant voir s’éloigner dans le soleil couchant des Champs-Elysées : « I’m a poor lonesome clown and a long way from the Fouquet’s … »

Théophraste R. (qui s’en fiche un peu des malheurs de Borloo).

URL de cette brève 1370
https://www.legrandsoir.info/Le-new-government-ou-le-bal-masque.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
15/11/2010 à 15:20 par Catherine

Une fois de plus , merci , pour votre façon saine de voir la vie politique française .

#64857 
15/11/2010 à 18:32 par marc

"trop bon" comme dirait ma petite fille

#64858 
16/11/2010 à 10:24 par pseudonyme

Pas la peine d’insulter les loups ou les fauves. Ces derniers méritent, contrairement aux objets de vos critiques, tout mon respect.

#64865 
16/11/2010 à 20:29 par le gus de nantes

entendu sur Fip

"selon un recent sondage de *******(nopub) la popularité du chef de l’état serait en baisse , en effet seul 7/10 des sondés font désormais confiance a N.S "

évidement dire que 70% des français veulent voir la démission de tout le système néo-féodaliste et que la bande d’ampoulés a la sauce show biz doivent quitter le pouvoir sans tarder avec leur cohorte d’admirateur a chemise brune siégeant au parlement et au sénat , serait il est vrai un peu difficile pour nos journaliste si habitué a la langue de pois, pardon a la langue de bute , enfin bref , après l’escroc et ces 85% de votes on a droit au ......(mettez l’adjectif qui vous plaît ) et ces 71% de mécontent ....

de toute façon le seul sondage auquel j’accorde du crédit c’est le sondage rectal ...

merci de me faire marrer tout les jours théo , bon vent a toi !!

#64873 
RSS RSS Commentaires
   
Un futur présent, l’après-capitalisme, de Jean Sève
Michel PEYRET
Une façon de dépasser le capitalisme Le livre de référence L’essai de l’historien Jean Sève intitulé Un futur présent, l’après-capitalisme (La Dispute, 2006). Ce livre propose une interprétation du mouvement historique actuel dans le sens du dépassement possible du capitalisme. Il énonce ce qu’il envisage comme des preuves de l’existence actuelle de « futurs présents » qui seraient autant de moyens de ce dépassement du capitalisme déjà à l’oeuvre dans le réel. Sur la question économique, la gauche est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Le pire des analphabètes, c’est l’analphabète politique. Il n’écoute pas, ne parle pas, ne participe pas aux événements politiques. Il ne sait pas que le coût de la vie, le prix de haricots et du poisson, le prix de la farine, le loyer, le prix des souliers et des médicaments dépendent des décisions politiques. L’analphabète politique est si bête qu’il s’enorgueillit et gonfle la poitrine pour dire qu’il déteste la politique. Il ne sait pas, l’imbécile, que c’est son ignorance politique qui produit la prostituée, l’enfant de la rue, le voleur, le pire de tous les bandits et surtout le politicien malhonnête, menteur et corrompu, qui lèche les pieds des entreprises nationales et multinationales. »

Bertolt Brecht, poète et dramaturge allemand (1898/1956)


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.