Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


« Les États-Unis sont entrés dans un déclin irréversible et l’Amérique Latine court un danger »

Frédéric Lordon a rendu un oracle au sujet du système financier international. Cet économiste français, directeur de cherche au CNRS, auteur de dizaines de travaux mondialement reconnus et de plusieurs livres, a exposé les ressorts de la crise et de son résultat final - l’actualité - bien avant que les marchés mondiaux et le système bancaire international soient à genoux. Son dernier livre : [1], offre un diagnostic précis des racines qui ont conduites le système à l’abime des pertes méga-millionnaires et à l’intervention des États. En même temps, dans l’analyse technique des déviations du capitalisme apparaissent les lignes de l’avenir à l’horizon. Ces lignes sont déjà un présent dont l’effet s’est propagé sur toute la planète. Lordon ne doute pas de prédire un avenir critique, de récession, avec du chômage. Dans cet entretien, Lordon revient sur la « matrice » de la crise, analyse ses composants et réfute l’idée de ce que l’effondrement soit, comme plusieurs le rêvent encore, la fin du capitalisme.

La crise financière a donné lieu à une sorte de chant universel. Beaucoup d’analystes, économistes, idéologues et dirigeants politiques proclament que le capitalisme est arrivé à sa fin. Croyez-vous que cet énoncé est pertinent ?

Ni l’un ni l’autre. J’ai hélas de sérieux doutes sur le fait que l’épisode que nous vivons soit la fin du capitalisme. En général, les gens tombent dans une confusion conceptuelle entre le capitalisme et les configurations du capitalisme. Dans la réalité historique nous n’observons jamais le capitalisme. Nous observons toujours une configuration du capitalisme. Ces configurations changent dans l’histoire. Par exemple, en Europe, de 1945 à 1975 nous avons vécu une configuration du capitalisme. Cette configuration est entrée en crise et une autre s’est installée, qui est ce que nous pourrions nommer le capitalisme dérégulé avec une ligne financière forte. C’est cette configuration qui est en crise.

Tout semble être entre les mains de ceux qui luttent pour maintenir le schéma et de ceux qui, au contraire, veulent le réguler, le changer.

Oui, tout dépendra de la réaction des politiques. Dans ce contexte on peut craindre que, sous l’influence des groupes de pression de l’industrie financière, le système reste en vigueur grâce à un compromis discret, un compromis pour faire le minimum. Dans ce cas nous rentrerions dans une variante plus régulée de la configuration du capitalisme financier actuel.

L’autre discours à la mode est la célébration du retour de l’État.

Nous allons assister probablement à une modification de la proportion de l’État et du marché dans l’organisation économique des sociétés. Le marché a prouvé sa faillite absolue et il faudra en tirer des conclusions. Et puis, les pressions politiques, celles de l’opinion publique, seront très puissantes. Imaginez-vous que cela fait des années qu’ils nous disent qu’il n’y a pas cent millions d’euros pour financer la protection sociale mais, tout à coup, ainsi, de rien,ils peuvent trouver des centaines de milliers de millions d’euros d’un jour pour l’autre pour sauver des banques. Cela a eu un impact dans l’opinion publique. Je crois en effet que cette tendance du retour de l’État dans la réglementation et l’organisation de l’économie va se réaffirmer.

Comme vous le démontrez dans votre livre, l’actuel effondrement est une crise profonde de régulation.

Oui, c’est une crise spécifique, générique et singulière. Tout le problème de ce à quoi nous assistons provient du fait qu’on à laisser les marchés financiers faire ce qui leur faisait envie. Il y a eu une autonomie presque totale et une très faible réglementation. La finance s’est servie ainsi de cette liberté pour pousser la recherche de la rentabilité jusqu’aux extrêmes. En règle générale - et la bonne théorie financière le signale ainsi - quand la rentabilité est forte le risque est aussi important. On a cru que l’innovation financière avait permis de s’émanciper du risque. Il s’agit d’une erreur tragique. Il est évident que dans tout ce qui arrive ce qui est en jeu c’est l’instauration d’une réglementation. Mais j’ajoute que cette crise a une singularité que les autres n’ont pas eue. C’est une crise qui révèle les tendances profondes du régime d’accumulation du capital dans lequel nous sommes depuis 20 ans. Voila la nouveauté.

Dans ce contexte d’une nouvelle régulation, vous proposez quatre principes d’action et neuf propositions. Le premier principe consiste à empêcher la création de bulles financières.

C’est un élément fondamental. Les finances ont la capacité étonnante de créer une situation qui s’appelle « risques systémiques ». Et précisément, le risque systémique se traduit dans une sorte de séquestration des pouvoirs publics : les finances ont pris comme otage le pouvoir public. Donc, les marchés financiers ont une tendance spontanée à créer des bulles. Dès qu’une bulle se forme, c’est déjà trop tard, la bulle va exploser. En ce moment le risque systémique s’étend et les pouvoirs publics sont encore une fois otages de la situation. Si on veut éviter que des situations similaires se répètent, il faut détruire les causes qui produisent ces effets. Et les causes se trouvent dans la formation des bulles financières. Tout schéma pour réglementer les finances doit se fixer cet objectif stratégique : empêcher que se forment les bulles.

Deux des grandes questions qui restent en suspens, c’est qui va payer et dans quelles proportions l’économie réelle est endommagée.

C’est une question très douloureuse parce que l’économie réelle va payer très cher tout ce qui est arrivé. Et elle va le payer de deux manières : l’une, à travers ses contribuables. Les plans d’intervention publique, c’est-à -dire les nationalisations des banques, la recapitalisation, il n’y a aucun doute de que cela sort du budget de l’État. Mais c’est le moins douloureux. La vraie douleur viendra avec la récession qui accompagne la crise financière. Je crains que cette récession soit d’une gravité exceptionnelle. La diminution des rémunérations et l’explosion du chômage seront une authentique boucherie sociale. Les banques ont perdu de telles sommes, le marché du crédit interbancaire est dans une telle situation que le système bancaire est en train de mettre un terme aux prêts. Et aussitôt que les banques arrêtent de prêter de l’argent, la mortalité des entreprises devient foudroyante. Il y aura alors une vague gigantesque de faillite d’entreprises. Le choc va être très dur.

Et pour les pays comme l’Argentine : quelles sont les conséquences prévisibles ?

Je crois qu’il y a une phase de la crise dans laquelle nous sommes entrés récemment et qui est l’internationalisation. Je me réfère à ce qui est en dehors de la sphère étasunienne et européenne. Nous assistons par exemple à des tensions sur le marché des changes, les tensions monétaires, au-delà des États-Unis et de l’Europe. Cela ne me étonnerait pas que ces tensions arrivent en Amérique Latine. Le phénomène peut devenir similaire. Les institutions financières privées d’Occident qui ont besoin de liquidité, de fonds urgents, vont rapatrier leurs avoirs qui sont investis sur les marchés émergents et vont contribuer ainsi à la démolition de ces marchés.

Dans quelle mesure une crise financière comme celle-ci marque-t-elle le crépuscule de la superpuissance des États-Unis ?

L’ère de la superpuissance étasunienne est terminée. L’économie et la société étasunienne en tant que puissance sont entrées dans une dynamique du déclin irréversible. Les nouveaux pôles de puissance sont en Asie, en Chine. Dans un très court laps de temps, quatre ans, l’empire étasunien s’est brisé en deux côtés distincts : L’Irak et la crise financière.

Par Eduardo Febbro
Página 12 . Paris, le 19 Octobre 2008.

Traduction pour El Correo de : Estelle et Carlos Debiasi

http://www.elcorreo.eu.org/article.php3?id_article=4208

[1] Jusqu’à quand ? L’éternel de la crise financière" de Frédéric Lordon.
ISBN : 2912107423.
Raisons D’agir, Octobre 2008.

URL de cet article 7310
   
Même Thème
Le Krach parfait
Ignacio RAMONET
Crise du siècle et refondation de l’avenir Le capitalisme connaît en moyenne une crise grave tous les dix ans. Mais un séisme économique d’une aussi forte intensité que celui de l’« automne noir » 2008, il ne s’en produit qu’un seul par siècle. Aucun autre cependant, avant celui-ci, n’avait conjugué une somme de menaces croisées aussi alarmantes. Tout le système financier - banques, bourses, caisses d’épargne, agences de notation, normes comptables - a craqué. Et une doctrine a fait faillite : celle du (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est très dur d’être libre lorsqu’on est acheté et vendu sur le marché. Bien sûr, ne leur dites jamais qu’ils ne sont pas libres, parce qu’alors ils vont se mettre à tuer et estropier pour prouver qu’ils le sont. Pour sûr, ils vont vous parler, et parler, et parler encore de droits individuels. Mais lorsqu’ils voient un individu libre, ça leur fout les jetons.

Jack Nicholson, dans le film "Easy Rider"

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
57 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.