Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Les USA sont au service d’Israël au Moyen-Orient (Counterpunch)

Il y a une dizaine de jours j’ai eu une conversation particulièrement intéressante au sujet d’Israël, de son rôle dans la politique des USA au Moyen Orient et des événements qui se déroulent en ce moment là -bas en Egypte et dans tout le monde arabe. Mon interlocuteur est un des commentateurs les plus fins des médias alternatifs sur la politique des USA notamment, mais pour lui il est clair qu’Israël n’a pas une influence notable sur ce que les USA font dans la région.

Moi je crois qu’il souffre d’une sorte d’aveuglement en ce qui concerne Israël, ce qui n’est pas rare chez les penseurs progressistes. Mais peut-être que les récents développements qui secouent la région lui ouvriront finalement les yeux et ceux de tous ceux qui minimisent le rôle central d’Israël dans la politique des USA. Les récents événements en Egypte, la révélation des câbles du département d’état par Wikileaks et les documents palestiniens révélés par Al-Jazeera sur les pourparlers de paix israélo-palestiniens montrent, comme aucune autre série d’événements n’aurait sans doute pu le faire, que les USA font ce qu’ils font au Moyen Orient en grande partie à cause d’Israël - dans le but de protéger et défendre Israël contre ses voisins arabes qui ne sont pas d’accord avec le traitement qu’Israël inflige aux palestiniens sous son contrôle, contre les Musulmans qui ont des griefs similaires, contre ceux qui critiquent les exploits militaires d’Israël aux dépens des états voisins, contre la colère d’autres états qu’Israël menace encore, contre les gouvernements de la région qui remettent en question le monopole nucléaire d’Israël ou qui tentent de développer leurs propres arsenaux pour se défendre contre Israël.

Il est instructif de se rappeler que l’Egypte revêt tant d’importance pour les USA presque uniquement parce qu’elle a signé un traité de paix avec Israël en 1979 et qu’elle a aidé à garantir la sécurité d’Israël en gardant sa frontière ouest, en l’assistant dans ses attaques contre d’autres pays arabes, en fermant les tunnels de Gaza qui permettaient au Hamas de se procurer des armes de contrebande et à la population de s’approvisionner en nourriture et autres produits de première nécessité, ce qui a eu pour effet de saper l’autorité du Hamas à Gaza. Les USA considèrent aussi l’Egypte comme un maillon essentiel de sa "guerre contre le terrorisme" et de sa guerre contre l’islamisme radical ; cette collaboration contre le terrorisme est elle aussi étroitement liée aux intérêts sécuritaires d’Israël.

L’Egypte est bien sur une puissance régionale en elle-même. Sa taille et sa situation stratégique lui assurent une influence durable et considérable dans l’évolution politique du Moyen Orient et elle a longtemps été au coeur de la culture arabe même sans le soutien étasunien. Les trois dernières semaines de lutte pour la démocratie de son peuple ont rehaussé son importance en captivant l’attention des peuples de la terre entière (à l’exception de beaucoup de monde, peut-être même la majorité, en Israël et à l’exception des irréductibles droitistes des USA, dont les supporters étasuniens d’Israël).

Mais la réalité profonde est que les USA n’auraient pas eu une collaboration militaire, politique et économique aussi importante avec l’Egypte au cours de plus de trente ans si l’Egypte n’avait pas été l’amie d’Israël et si, selon les termes de l’expert du Moyen Orient Rashid Khalidi, l’Egypte n’avait pas accepté "l’hégémonie régionale d’Israël." L’aide militaire annuelle de 1,5 milliard de dollars et l’assistance au développement et à l’économie de 28 milliards n’auraient jamais été octroyées à l’Egypte ces 35 dernières années si le prédécesseur de Mubarak, Anwar Sadat, n’avait pas littéralement quémandé et finalement signé un traité de paix avec Israël qui libérait Israël de la menace que représentait l’Egypte en tant que force militaire arabe principale, en abandonnant les Palestiniens et d’autres pays arabes à leur sort. L’Egypte étant devenue davantage une aide qu’un danger, Israël s’est senti libre d’attaquer plusieurs de ses voisins, y compris le Liban deux fois, et Gaza et la Cisjordanie quantités de fois, et libre aussi d’étendre ses colonies en absorbant le territoire palestinien et en opprimant cruellement les Palestiniens sans crainte de représailles ni même de contestation sérieuse de la part d’une quelconque armée arabe.

Le commentateur israélien Aluf Benn a fait remarquer qu’en plus, avec Mubarak an pouvoir, le flan ouest d’Israël était protégé au cas où ils auraient voulu attaquer l’Iran mais maintenant les Israéliens n’oseront plus attaquer l’Iran parce qu’ils ne peuvent plus être sûrs que l’Egypte "approuvera tacitement toutes leurs actions." Qui que ce soit qui remplace Mubarak serait désormais, selon lui, trop inquiet d’encourir la colère du peuple s’il collaborait avec Israël : "Sans Mubarak Israël ne peut pas attaquer l’Iran."

Pour Israël et donc pour les USA, les milliards de dollars d’investissements étasuniens ont vraiment valu la peine. La perte de la "stabilité" que l’Egypte garantissait - c’est à dire la perte de la garantie qu’avait Israël que son statut de pouvoir dominant de la région ne serait pas contesté- a changé la donne en ce qui concerne les calculs stratégiques d’Israël et des USA dans la région.

Avant le traité de paix israélo-égyptien, les USA n’avaient jamais tout à fait considéré l’Egypte comme l’atout stratégique qu’il est devenu après avoir subordonné ses capacités militaires aux intérêts d’Israël. On peut dire la même chose des relations des USA avec plusieurs autres pays arabes. Les interventions des USA au Liban -y compris ses efforts pour libérer le Liban de la domination syrienne- ont été presque entièrement liées aux intérêts d’Israël au Liban. L’échec de l’invasion d’Israël de 1982 a encore des répercussions : suite à l’invasion, les USA ont envoyé un contingent de Marines qui s’est engagé dans des combats directs avec les factions libanaises, entraînant le bombardement dévastateur des quartiers généraux des Marines qui a causé la mort de 241 membres du personnel en 1983 ; l’essor du Hizbullah qui représentait la population shiite assiégée du sud du Liban est la conséquence directe de l’invasion israélienne ; la série de kidnappings de membres du personnel étasunien par le Hizbullah dans les années 1980 a pour origine l’hostilité provoquée par le soutien des USA à Israël ; Lorsque Israël a quitté le sud du Liban après 20 ans d’occupation, il laissait derrière lui un Hizbullah renforcé ; Le conflit continuel le long de la frontière avec le Liban a culminé dans une attaque brutale du Liban par Israël pendant l’été 2006, attaque qui n’a pas réussi à venir à bout de l’organisation islamique ni à diminuer sa popularité ; c’est pourquoi les USA s’efforcent depuis des années de saper le Hizbullah essentiellement pour que le Liban ne cause pas d’ennuis à Israël.

La Jordanie est un allié mineur des USA depuis des dizaines d’années, mais le traité de paix qu’il a conclu avec Israël en 1994 a augmenté son crédit auprès des USA et le pays a obtenu une aide économique et militaire supplémentaire sur la frontière est qui le relie à Israël. Le département d’état des USA fait, dans son analyse, un lien plus ou moins directe entre les raisons de ses bonnes relations avec la Jordanie et Israël sans toutefois mentionner Israël : "La politique des USA est de renforcer l’engagement de la Jordanie en faveur de la paix, la stabilité et la modération. Le processus de paix et la lutte de la Jordanie contre le terrorisme vont dans le même sens que nous et confortent indirectement des intérêts étasuniens plus larges. C’est pourquoi, par le biais d’aides économiques et militaires et d’une collaboration politique étroite, les USA ont aidé la Jordanie à maintenir la paix et la prospérité." L’allusion au fait de "renforcer" l’engagement de la Jordanie en faveur de "la paix, la stabilité et la modération" et de maintenir "la stabilité et la prospérité" sont des références évidentes au désir de maintenir le calme dans cette région et notamment sur la frontière avec Israël. Tout aussi clairement "confortent indirectement des intérêts étasuniens plus larges" fait référence à l’engagement étasunien de protéger les intérêts sécuritaires d’Israël. "Modération" dans le jargon du département d’état est le code qui désigne une orientation pro-israélienne ; et "stabilité" est le code pour un environnement sûr qui bénéficie avant tout à Israël.

On peut dire sans risque d’erreur que ni le Liban ni la Jordanie n’auraient autant d’importance pour les USA si ces derniers ne considéraient pas comme nécessaire de maintenir la stabilité et le calme dans ces pays limitrophes pour la sécurité d’Israël. On ne peut pas dire la même chose de l’Arabie Saoudite, où les USA ont des intérêts pétroliers vitaux qui n’ont rien à voir avec Israël. Mais il n’en reste pas moins vrai que les USA ont réussi à endiguer toute velléité saoudienne de défendre les Palestiniens ou n’importe quelle autre communauté arabe assiégée par les Israéliens, et les ont convaincus de s’aligner au moins implicitement sur Israël dans la plupart des cas, comme pendant l’attaque du Liban en 2006 ou pendant l’assaut contre Gaza de 2008-2009, ou en ce qui concerne la menace supposée que représente l’Iran. Le temps où les Saoudiens en voulaient assez aux USA de leur soutien à Israël pour déclarer un embargo pétrolier comme en 1973, est depuis longtemps révolu.

La récente publication de câbles du département d’état par Wikileaks, et surtout la révélation par Al-Jazeera d’un document de travail palestinien traitant des négociations des dix dernières années, jettent une lumière étonnante sur le mal que se donnent et que se sont toujours donnés les USA pour aider Israël dans ses négociations avec les Palestiniens. Le soutien des USA à Israël n’a jamais été un secret, mais le document qui a fuité éclaire d’une manière dramatique le mépris total des USA pour les demandes palestiniennes et son impuissance absolue à obtenir d’Israël la moindre concession. Il est frappant de constater quand on lit ces documents que le positionnement des USA comme "avocat d’Israël" - selon l’expression de Aaron David Miller suite à sa participation aux négociations à l’époque de Bill Clinton- est le même pour toutes les administrations étasuniennes que ce soit celle de Bill Clinton, de George W. Bush ou de Barak Obama. Les intérêts et les exigences d’Israël triomphent toujours.

Au delà du monde arabe, la politique des USA sur l’Iran est dictée plus ou moins complètement par Israël. Israël et ses supporters aux USA sont entièrement à l’origine de la pression pour attaquer l’Iran -soit par une attaque étasunienne ou une attaque israélienne soutenue par les USA- qui s’est exercée pendant la plus longue partie des huit années de la guerre d’Iraq. Cette pression s’exerce au grand jour et on ne peut pas la nier. Si les USA se retrouvent mêlés directement ou par le biais de leur soutien à Israël à une attaque militaire contre l’Iran, ce sera parce que Israël voulait qu’il en soit ainsi ; s’il n’y a pas d’attaque, ce sera probablement, comme Aluf benn, l’a noté, que l’enthousiasme d’Israël se sera refroidi à la suite de la révolution égyptienne.

Israël et son désir de maintenir son hégémonie régionale a aussi joué un rôle substantiel dans la déclaration de guerre des USA à l’Iraq bien que cette façon de voir soit contestée à la fois par les progressistes et les conservateurs ; pour les uns comme pour les autres c’est même la chose la plus difficile à admettre dans tout ce qui concerne les relations entre les USA, Israël et les arabes.

Mon interlocuteur progressiste, par exemple -qui est profondément opposé à l’aventure des USA en Iraq, qui s’oppose avec la même force à toute éventualité d’une attaque de l’Iran et qui s’est senti embarrassé sans nul doute par les fluctuations des USA à propos du départ de Mubarak— est en désaccord complet avec ma suggestion qu’Israël et ses supporters néo-conservateurs aient joué un rôle dans la déclaration de guerre des USA à l’Iraq. Plus tôt dans la discussion, il avait parlé longuement des néo-conservateurs, de leur ancien think tank, "Le Projet pour l’Amérique du nouveau siècle" (PNAC), et de la volonté tenace du tandem néo-conservateurs-PNAC de faire progresser l’hégémonie étasunienne dans le monde, et il avait souligné que, George W. Bush en arrivant au pouvoir, avait intégré tout le think tank dans son administration. Mais bien qu’il soit conscient des objectifs des néo-conservateurs et ait constaté qu’ils réussissaient à les atteindre, il ne voulait pas admettre que le PNAC et les néo-conservateurs désiraient tout autant développer l’hégémonie régionale d’Israël que l’impérialisme étasunien.

Quand d’un autre côté je lui ai fait remarquer que Bush n’avait pas seulement intégré tout le think tank à l’administration, il avait aussi promu le lobby israélien, ou du moins sa branche la plus active, aux plus hauts échelons des cercles de décision de l’administration, mon ami est tombé d’accord avec moi : "Oh bien sur, s’est-il exclamé avec vigueur, ils -c’est à dire les néo-conservateurs- sont tous des membres du Likud." (Le parti de droite israélien NdT). Il y a une sorte de contradiction ici qu’il ne semble pas remarquer : bien qu’il reconnaisse que les néo-conservateurs soient très proches d’Israël, il ne veut pas admettre qu’ils exercent la moindre influence en termes politiques en faveur d’Israël. Comme s’ils avaient renoncé à leurs sympathies pro-israéliennes à la porte de la Maison Blanche et du Pentagone quand ils sont devenus officiellement des décideur politiques. Comme s’ils avaient oublié leur long passé en tant qu’avocat d’Israël et les instructions politiques que les leaders israéliens avaient données à beaucoup d’entre eux - instructions qui comprenaient même une recommandation écrite par le gouvernement israélien en 1996 de déclarer la guerre à l’Iraq.

Cela fait des années, pour ne pas dire des dizaines d’années, que la plupart des analystes sont conscients du parti pris des USA en faveur d’Israël, mais cette évidence n’a jamais été aussi flagrante que depuis les nouveaux développements qui ont mis à nu cette relation et le fait qu’Israël est au centre de pratiquement chaque mouvement des USA dans la région. Ca a longtemps été un tabou de parler de ça, un tabou qui a lié les langues de personnes comme mes interlocuteurs. Personne n’ose mentionner Israël de peur d’être taxé d’antisémitisme, ou d’être accusé de réserver toutes ses critiques "exclusivement" à Israël ; les médias évitent de parler d’Israël et de ce qu’Israël fait au Moyen Orient et plus spécifiquement aux Palestiniens qui vivent sous son contrôle parce qu’ils ont peur que leur directeur ne reçoive des lettres furieuses et que les supporters d’Israël n’annulent leurs abonnements. Les membres du Congrès ne veulent pas mettre en danger leurs campagnes de fonds en parlant honnêtement à Israël. Et c’est ainsi qu’Israël a disparu des écrans radars. Il arrive aux progressistes de "mentionner Israël en passant", comme me l’a dit mon ami, mais rien de plus. Et donc, parce que personne n’en parle, il ne vient plus à l’idée de personne qu’Israël puisse être la cause première de tant de décisions et d’actions politiques étasuniennes au Moyen Orient.

Il est temps que nous nous en rendions compte. Tout le monde qu Moyen Orient s’en est déjà rendu compte comme la révolution égyptienne l’a mis en lumière. Et il est probable que le monde entier s’en soit aussi rendu compte. Nous devrions nous mettre à écouter les peuples du monde, au lieu de leurs leaders qui nous disent ce que nous voulons entendre.

Kathleen Christison est une ancienne analyste politique de la CIA et l’auteur de plusieurs livres su la question palestinienne, y compris Palestine in Pieces, écrit avec son mari aujourd’hui décédé Bill Christison. On peut la joindre à : kb.christison@earthlink.net .

Pour consulter l’original : http://www.counterpunch.org/christison02162011.html

Traduction : D. Muselet

URL de cet article 12834
   
Même Thème
Europe Israël : Une alliance contre-nature
David CRONIN
Israël est souvent perçu comme le 51ème État des États-Unis. Désormais, il serait en passe de devenir membre de l’Union européenne. David Cronin a parcouru les couloirs de Bruxelles pour interroger hauts fonctionnaires et diplomates. Il a épluché les programmes européens et examiné les liens étroits que tissent les entreprises du continent avec ce petit État du Moyen-Orient. Loin des discours officiels, vous trouverez dans ce livre les résultats d’une enquête déroutante qui montre comment le prix Nobel (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si je devais naître pauvre en Amérique latine, je prierais le bon Dieu pour qu’il me fasse naître à Cuba »

Manu Chao


Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
96 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
19 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
67 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.