Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Lettre à Mr Nicolas Sarkozy

Monsieur le Président,
Je vous fais une lettre,
Que vous lirez peut être,
Si vous avez le temps.

De votre commentaire,
De votre effet d’annonce,
Sur l’aide alimentaire,
L’hypocrisie je dénonce.

Indifférent vous êtes
Et ce depuis longtemps.
Le doublement de l’aide
N’est rien d’autre que du vent

60 millions d’euros,
Vous voilà bon apôtre,
Mais nous ne sommes pas dupes,
La réalité est autre !

Vous avez déclaré, nous tirant presque des larmes : « Y-a-t-il un seul parmi nous qui peut rester indifférent à la révolte de ceux qui, dans les pays du Sud, ne peuvent plus manger à leur faim ? ». Ainsi la France doublera « dès cette année son enveloppe d’aide alimentaire en la portant à 60 millions d’euros pour 2008 », soit près de 100 millions de dollars, pour faire face à la crise alimentaire mondiale.

60 millions d’euros, 100 millions de dollars, dites-vous…

Le premier point important consiste à relativiser la générosité des sommes que vous annoncez. En effet, les sommes envoyées chaque année par les migrants originaires des pays du Sud, qui profitent directement aux populations sur place, sont estimées au niveau mondial à 300 milliards de dollars en 2006. Ces flux financiers solidaires privés représentent, pour la même année, en Côte d’Ivoire 282 millions de dollars, au Burkina Faso 507 millions de dollars, en Haïti 1049 millions de dollars et en Egypte 3637 millions de dollars . Ces pays, qui connaissent actuellement des émeutes de la faim, reçoivent donc entre 3 et 36 fois plus de la part de leurs ressortissants émigrés que l’aide alimentaire que vous annoncez en fanfare.

Le deuxième point porte sur l’aide publique au développement (APD) en général. Dès 1970, les pays riches s’étaient engagés à porter leur APD à 0,7% de leur revenu national brut (RNB). Pourtant, en 2007, l’aide de la France est estimée à seulement 0,40 % du RNB . Si l’on ajoute que les manipulations statistiques concernant l’APD sont faciles et fréquentes, on voit que le montant annoncé ne reflète en rien les sommes nouvellement libérées pour le développement. Nous voilà donc très loin des engagements pris il y a maintenant 38 ans !

Le troisième point porte sur le contenu de cette aide publique au développement, ce qui revient à se poser la question du montant réel transféré aux populations du Sud.

En effet, environ 32% de l’APD française sont constitués de remises de dettes, dont la majeure partie est illégitime et odieuse. Cette dernière notion juridique a d’ailleurs fait l’objet de deux rapports rendus en 2007 par la CNUCED et la Banque mondiale. Selon le CADTM, ces dettes illégitimes et odieuses doivent donc être annulées unilatéralement et sans condition par la France car elles n’ont pas profité aux populations du Sud et ont été contractées avec la complicité des autorités françaises de l’époque . La seule issue acceptable pour la France consiste à réaliser un audit de la dette, sous la responsabilité de l’Etat, avec la participation de délégués des organisations de solidarité Nord/Sud qui ont fait la preuve d’une expertise en matière de dette.

Hors remises de dette, l’APD française tombe alors à 0,27% du RNB !

Le bluff ne s’arrête pas là . L’APD contient des « prêts concessionnels », c’est-à -dire des prêts accordés à un taux inférieur à celui du marché. Ces sommes prêtées (au titre de l’APD) majorées des intérêts doivent être remboursés intégralement par les pays en développement. Ainsi, entre 1996 et 2003, en ce qui concerne les créances bilatérales à taux préférentiels, les pays en développement ont remboursé 31 milliards de dollars de plus qu’ils n’ont reçu en nouveaux prêts . Derrière l’étiquette d’ « aide », l’APD augmente l’endettement des pays du tiers monde, alors que la dette est l’un de principaux obstacles à la satisfaction des besoins humains fondamentaux .

Enfin, l’APD est un véritable fourre-tout : elle comprend les salaires des expatriés travaillant dans le cadre de la coopération, les frais de scolarité de leurs enfants dans les écoles françaises, les dépenses liées à la scolarité des étudiants du Sud dans un pays riche (alors que rien n’indique que leurs pays en profiteront un jour), les frais d’ « accueil » des étrangers (par exemple, les frais de fonctionnement de l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides - OFPRA) et last but not least, les apports de la France aux agences multilatérales (Banque mondiale, FMI…).

Rappelons également qu’une partie de l’aide constitue de l’aide liée car elle revient aux pays donateurs, entre autres, par l’achat d’aliments, de médicaments, d’équipements et de services provenant du Nord. Notons, pour finir, que les principaux bénéficiaires de l’APD sont des pays à revenu intermédiaire alliés aux grandes puissances.

Toutes ces précisions montrent qu’il est indécent de votre part d’affirmer une quelconque « générosité » ou « compassion ».

Pour terminer ce courrier, je me permets de vous donner quelques conseils avisés : réformez l’aide publique au développement, tenez vos engagements sur cette aide, arrêtez de soutenir des dictateurs qui affament leurs populations, annulez sans conditions les dettes illégitimes et odieuses de ces pays et versez des réparations aux peuples du Sud que la France, comme les autres métropoles coloniales, exploitent sous différentes formes depuis des siècles.

Monsieur le Président, il est temps de prendre ses responsabilités, car derrière le cynisme des effets d’annonce, des gens ont faim et leurs souffrances sont bien plus réelles que vos réalisations effectives en leur faveur. Par les hautes fonctions que vous occupez depuis longtemps, vous portez une grande part de responsabilité.

Monsieur le Président, comme vous l’avez dit à l’ONU le 25 septembre 2007, « les pauvres et les exploités se révolteront un jour contre l’injustice qui leur est faite ». J’espère que ce jour viendra vite.

Pauline Imbach

(25 ans, jeune citoyenne du monde, membre du Comité pour
l’Annulation de la Dette du Tiers Monde)

http://www.cadtm.org

URL de cet article 6553
   
La gauche radicale et ses tabous
Aurélien BERNIER
Le constat est douloureux, mais irréfutable : malgré le succès de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon en 2012, le Front national réussit bien mieux que le Front de gauche à capter le mécontentement populaire. Comme dans la plupart des pays d’Europe, la crise du capitalisme profite moins à la gauche « radicale » qu’à une mouvance nationaliste favorable au capitalisme ! Tel est le paradoxe analysé dans ce livre. Paralysé par la peur de dire « la même chose que Le Pen », le Front de gauche (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Avec une bonne dose de peur et de violence, et beaucoup d’argent pour les projets, je pense que nous arriverons à convaincre ces gens que nous sommes là pour les aider."

Un commandant a expliqué la logique derrière les mesures extrêmement répressives
(prises par les forces d’occupation pour faire régner l’ordre en Irak)
[New York Times, Dec. 7, 2003]


Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.