Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Curieusement, le policier chargé de l’escorter s’est absenté au moment de l’enlèvement.

Mexique : Le deuxième suicide de Digna Ochoa

Le 19 octobre 2001, la jeune avocate mexicaine Digna Ochoa y Plácido, employée par une organisation spécialisée dans la défense des droits humains, était retrouvée morte à son domicile de la capitale du pays. Une balle dans la cuisse, et une autre dans la tête, entrée par la tempe gauche (alors que Digna était droitière).

Un suicide, concluaient aussitôt les autorités judiciaires de la ville Mexico. Digna avait déjà subi, en une douzaine d’années, deux enlèvements, avec sévices sexuels et menaces de mort

Elle avait notamment dénoncé des officiers de l’armée comme auteurs de la première agression. Pendant un temps, elle était allée trouver refuge aux Etats-Unis, avant de rentrer au pays, pressée par l’ampleur de la tâche.

Au moment de sa mort, elle défendait des paysans écologistes de la Sierra de Petatlán, dans l’état du Guerrero, emprisonnés pour s’être opposés à la déforestation opérée par un gros propriétaire local. Ce cacique, membre du PRI (Parti de la Révolution Institutionnelle, au pouvoir depuis la fin des années 1920) finançait sa politique de modernisation agricole par la culture de marihuana et de pavot, et bénéficiait d’une complicité qui n’étonnerait que des gens peu avertis de la réalité mexicaine, à savoir celle d’officiers de la neuvième région militaire.

La chronique de cet assassinat annoncé a fait un temps les gros titres des journaux locaux, suscitant indignation et colère parmi les défenseurs des droits humains, au sein des organisations populaires et de la gauche non officielle.

JPEG - 39.8 ko

En dépit de nombreux témoignages et accusations portées contre eux, ni le cacique de Petatlán (aujourd’hui sous les verrous), ni les autorités militaires n’avaient été entendus par la «  justice ».

Le 27 octobre 2010, le Procureur Général1 du District Fédéral (PGJDF) a annoncé sa décision de classer définitivement l’affaire : Digna Ochoa s’est donc officiellement suicidée.

Dans le cadre de la deuxième visite de la CCIODH au Chiapas et à México, nous avions rencontré Digna Ochoa. C’était deux ans avant sa mort. Malgré les menaces dont elle faisait l’objet, cette femme souriante, tranquille, déterminée, nous avait fortement impressionnés par le mélange de compétence et d’enthousiasme dont elle faisait preuve.

Ce «  carpetazo », l’enterrement du dossier, ne changera rien à la vérité.
Mais ce qui est inquiétant, c’est que les menaces de mort, les enlèvements et les assassinats continuent d’être la règle au Mexique. Ces menaces visent toute personne, tout collectif cherchant à dénoncer ou à s’opposer de façon un tant soit peu conséquente aux pouvoirs en place.

Notamment à la série de crimes et turpitudes accompagnant la guerre actuelle contre la paysannerie et les communautés indigènes. Un «  conflit de basse intensité » visant à livrer les campagnes du pays à l’ «  agro-business » et au développement industriel (monocultures d’exportation -pavot compris, méga-projets énergétiques, appropriation de la bio-diversité, mines à ciel ouvert, extraction ... d’une main d’oeuvre taillable et corvéable, disponible et parquée dans de gigantesques et concentrationnaires cités-dortoirs).

Voici quelques jours, alors qu’elle sortait d’une réunion avec le représentant au Mexique du commissaire aux droits humains de l’ONU, Margarita Martà­nez Martà­nez a été enlevée à bord d’un gros 4/4, emmenée et «  promenée » dans un cimetière à San Cristóbal de Las Casas, au Chiapas.

JPEG - 21 ko

Membre de l’association «  Enlace y Comunicación », Margarita avait déjà fait l’objet d’une séquestration avec menaces de mort, le 25 février dernier. Suite à l’intervention de la Commission Interaméricaine des Droits Humains, elle bénéficie d’une protection policière. Or, curieusement, le policier chargé de l’escorter s’est absenté au moment de l’enlèvement. En la relâchant, les individus ont remis à Margarita un message à l’intention de Diego Cadenas, coordinateur de l’ONG FrayBa, qui travaille avec les communautés zapatistes : lui aussi «  déstabilise » l’état. Lui aussi se fera descendre.

Le gouverneur de l’Etat du Chiapas, Juan Sabines, appartient au PRD (parti de la révolution démocratique, adhérent, comme le PRI, de l’internationale socialiste). Le chef du gouvernement du Distrito Federal est lui aussi membre du PRD. Nous voilà totalement rassurés.

Jean-Pierre Petit-Gras

URL de cet article 12132
   
Même Thème
La Nuit de Tlatelolco, histoires orales d’un massacre d’Etat.
Elena Poniatowska
« Pour le Mexique, 1968 se résume à un seul nom, à une seule date : Tlatelolco, 2 octobre. » Elena Poniatowska Alors que le monde pliait sous la fronde d’une jeunesse rebelle, le Mexique aussi connaissait un imposant mouvement étudiant. Dix jours avant le début des Jeux olympiques de Mexico, sous les yeux de la presse internationale, l’armée assassina plusieurs centaines de manifestants. Cette histoire sociale est racontée oralement par celles et ceux qui avaient l’espoir de changer le Mexique. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Aussi longtemps qu’on ne le prend pas au sérieux, celui qui dit la vérité peut survivre dans une démocratie.

Nicolás Gómez Dávila
philosophe colombien


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.