Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


NOUS , PEUPLES DES NATIONS-UNIES,

Laissons quelques témoins des enjeux de notre temps exprimer leurs préoccupations

ISABELLE STENGERS

Question : « Barbarie , c’est un mot qui apparaît dans le sous-titre de votre livre « résister à la barbarie qui vient » . Notion chargée , piégée puisque quand on parle de barbares c’est qu’on se considère soi-même comme un civilisé... Pourquoi l’utiliser ?

I.S. :« Je l’ai choisi parce qu’il a un passé historique qui est plus ancien et plus respectable que l’usage contemporain des « barbares » au sens de terroristes et tout ce joli monde . C’est Rosa Luxemburg qui citait elle-même Engels , au début de la guerre 1914-1918 quand elle était en prison : « socialisme ou barbarie ». C’est une manière de dire que ce qu’elle appelle socialisme n’est pas une fatalité , mais si le socialisme n’advient pas , l’autre avenir , c’est la barbarie...Nous ne savons toujours pas ce qu’est le socialisme , mais j’ai été impressionnée par le fait que les choses qui étaient totalement impensables sont devenues tolérables , même si certains continuent à résister ... »

PHILIPPE CORCUFF

« Ceux qui continuent , comme Jacques Capdevielle , à faire de la contradiction capital/travail la boussole principale ( à la fois « dernière instance » dans l’analyse et « front principal » dans l’action politique ) posent une question légitime , mais à laquelle il est possible de répondre autrement qu’eux . Cette question légitime renvoie aux fortes capacités de récupération par le capitalisme des revendications qui émergent à l’intérieur de lui , à la plasticité de la dynamique capitaliste...Pour limiter sans éliminer ces risques , peut-être doit-on insister sur les interactions de la contradiction capital/individualité ( comme les contradictions capital/nature et capital/démocratie , comme de la domination masculine ) avec la contradiction capital/travail , plutôt que de focaliser sur sa logique propre... »

SAMIR AMIN

« La prise en compte de la valeur d’usage ( dont la mesure de l’empreinte écologique constitue un premier bel exemple ) implique que le socialisme doit être « écologique » , ne peut être qu’écologique … Mais elle implique aussi que cette prise en compte est impossible dans un régime capitaliste quelconque …

« Marx , en son temps , en avait déjà formulé l’expression de l’existence par la distinction vigoureuse qu’il faisait entre la valeur et la richesse , confondus par l’économie vulgaire . Marx dit explicitement que l’accumulation capitaliste détruit les bases naturelles sur lesquelles elle se fonde : l’homme ( le travailleur aliéné et exploité , dominé et opprimé ) et la terre ( symbole de la richesse naturelle offerte à l’humanité ) . Et quelles que soient les limites de cette expression , prisonnière comme toujours de celles de son époque , elle n’en demeure pas moins la manifestation d’une conscience lucide du problème (au-delà de l’intuition ) qui mérite d’être reconnu... »

FRANCOIS CHESNAIS

« En septembre 2008 , j’ai défendu l’idée que « nous entrons dans une phase qui est réellement celle de la crise de l’humanité , dans ses relations complexes . Celles-ci incluent les guerres . Mais même en excluant le déclenchement d’une guerre de grande ampleur , une guerre mondiale , qui ne pourrait présentement être qu’une guerre nucléaire , nous sommes face à un nouveau type de crise , la combinaison de cette crise économique qui a commencé avec une situation où la nature , traitée sans égards et brutalisée par l’Homme dans le cadre du capitalisme , réagit de manière brutale … J’ai abordé les questions écologiques en lecteur de Marx ayant privilégié depuis très longtemps chez lui tout ce qui aide à comprendre l’accumulation , ou plus exactement l’expropriation primitive , le caractère de classe des technologies produites dans le cadre du capitalisme et tout ce qui assume dans Le Capital le processus de transformation des « forces productives » en forces destructives ... »

MICHEL HENRY

« Le « matérialisme historique » , si l’on veut conserver ce terme qui n’est pas de Marx - L’Idéologie allemande parle du « fondement matériel de l’histoire » - n’est pas une conception particulière de l’histoire parmi d’autres possibles mais une philosophie de l’histoire qui assigne aux phénomènes « historiques » une origine située hors d’eux , dans la vie justement , qui apparaît ainsi comme le fondement métaphysique , en tout cas métahistorique de l’histoire elle-même . C’est , dans la vie , la réitération indéfinie du besoin et du travail , ce sont les individus souffrants et agissants , « les individus vivants » dit Marx , qui sont « la première présupposition de toute l’histoire des hommes » et qui déterminent ainsi à priori cette histoire et toute société possible comme une histoire et une société qui sont et doivent nécessairement être d’abord une histoire et une société du besoin et du travail , de la production et de la consommation ... »

LUCIEN SEVE

Question : « Quant au combat écologique , qui serait oublieux de la « planète homme » ,, n’est-ce pas réducteur de le résumer au sauvetage de la Terre ? »

L.S. : « Parce que vous entendez beaucoup Cohn-Bendit s’en prendre à la monstrueuse inhumanité du management capitaliste , dénoncer les licenciements boursiers , réclamer une vraie revalorisation des retraites ? Allons donc !

Moi je ne sépare en rien la cause écologique et ce que je nomme - songez qu’elle n’a même pas un nom aujourd’hui - la « cause anthropologique » , c’est-à -dire l’urgente bataille contre la déshumanisation de vies humaines , j’écris au contraire en toutes lettres qu’elles sont « intimement connexes ». C’est le mouvement écologique tel qu’il est dans la plupart des cas qui , je le regrette fort , se réduit lui-même en croyant pouvoir rester « neutre » envers un capitalisme « personnicide » . On ne sauvera pas la planète Terre sans un gigantesque effort social , politique , culturel pour sauver la planète homme , aujourd’hui non moins gravement menacée que le climat par le règne universel du fric ... »

JEAN ZIN

« Pour la bombe climatique , c’est bien possible qu’il soit trop tard mais on ne peut pas dire qu’à ce jour la cause soit entendue . Pour un certain nombre , le réchauffement est une bonne blague , une manipulation des gouvernements et rien de plus qu’un petit événement naturel auquel on s’adaptera sans grand mal . Hélas , les risques sont démesurés même s’ils ne sont pas tout-à -fait certains . Ce n’est pas le moment de paniquer mais d’approfondir nos connaissances . Il est certain que les mesures prises sont très insuffisantes et que même si on arrêtait tout , le réchauffement atteindra des seuils intolérables ...La perspective du Peak Oil et l’augmentation des prix du pétrole jouent en faveur d’un basculement assez rapide vers les énergies renouvelables . La géoingénierie va sans doute passer des délires fous à quelques solutions possibles ... »

CHARTE DES NATIONS UNIES

Préambule : Nous, peuples des Nations Unies,

Résolus

à préserver les générations futures du fléau de la guerre qui deux fois en l’espace d’une vie humaine a infligé à l’humanité d’indicibles souffrances,

* à proclamer à nouveau notre foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité de droits des hommes et des femmes, ainsi que des nations, grandes et petites,

* à créer les conditions nécessaires au maintien de la justice et du respect des obligations nées des traités et autres sources du droit international,

* à favoriser le progrès social et instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande,

Et à ces fins

* à pratiquer la tolérance, à vivre en paix l’un avec l’autre dans un esprit de bon voisinage,

* à unir nos forces pour maintenir la paix et la sécurité internationales,

* à accepter des principes et instituer des méthodes garantissant qu’il ne sera pas fait usage de la force des armes, sauf dans l’intérêt commun,

* à recourir aux institutions internationales pour favoriser le progrès économique et social de tous les peuples,

Avons décidé d’associer nos efforts pour réaliser ces desseins

* en conséquence, nos gouvernements respectifs, par l’intermédiaire de leurs représentants, réunis en la ville de San Francisco, et munis de pleins pouvoirs reconnus en bonne et due forme, ont adopté la présente Charte des Nations Unies et établissent par les présentes une organisation internationale qui prendra le nom de Nations Unies .

Cette Charte a été signée à San Francisco le 26 juin 1945 dans les circonstances qui étaient celles de cette époque...

Il y a certes plus que des nuances parmi les témoignages collationnés ci-dessus .

Mais le temps n’est-il pas venu à nouveau pour les les peuples de redire dans l’aujourd’hui leurs nouvelles et indispensables résolutions ?

URL de cet article 9032
   
Même Auteur
Un futur présent, l’après-capitalisme, de Jean Sève
Michel PEYRET
Une façon de dépasser le capitalisme Le livre de référence L’essai de l’historien Jean Sève intitulé Un futur présent, l’après-capitalisme (La Dispute, 2006). Ce livre propose une interprétation du mouvement historique actuel dans le sens du dépassement possible du capitalisme. Il énonce ce qu’il envisage comme des preuves de l’existence actuelle de « futurs présents » qui seraient autant de moyens de ce dépassement du capitalisme déjà à l’oeuvre dans le réel. Sur la question économique, la gauche est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Informer n’est pas une liberté pour la presse, mais un devoir. La liberté de la presse a bien une limite : elle s’arrête exactement là où commence mon droit à une véritable information.

Viktor Dedaj


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
40 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.