Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Colombie

Piedad Cordoba et son combat pour la paix.

On a appris voilà trois jours que le procureur général de la Colombie, Alejandro Ordóñez Maldonado, avait destitué la prestigieuse sénatrice Piedad Córdoba et l’avait interdite pour dix-huit ans de l’exercice de toute responsabilité politique pour avoir censément encouragé les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) et collaboré avec elles. Placée devant une mesure si inhabituelle et si draconienne contre elle, cette élue de la plus haute institution législative de l’Etat n’a pourtant d’autre recours que de se pourvoir devant ce même procureur qui l’a adoptée…

Logiquement, une décision si arbitraire ne pouvait que provoquer la condamnation des personnalités politiques les plus diverses, dont d’anciens prisonniers des FARC et des proches de ceux qui ont été libérés grâce aux démarches de la sénateur, d’anciens candidats à la présidence, des personnes qui ont occupé cette haute fonction et d’autres encore qui ont été ou sont toujours sénateurs ou membres du pouvoir législatif.

Piedad Córdoba est une femme intelligente et vaillante, qui exprime brillamment ses idées et dont la pensée est bien solide. Elle m’a rendu visite voilà quelques semaines à peine en compagnie de personnalités, dont un jésuite d’une honnêteté notable. Animés d’un profond désir de ramener la paix dans leur pays, ils venaient demander la coopération de Cuba, car ils se rappelaient que, des années durant et à la demande du gouvernement colombien lui-même, nous avons prêté notre territoire et notre collaboration à l’organisation, à La Havane, de réunions entre des représentants de ce gouvernement et de l’ELN.

La décision adoptée par le procureur général ne me surprend pas du tout, car elle répond à la politique officielle de ce pays virtuellement occupé par les troupes yankees.

Comme je n’aime pas parler à mots couverts, je dirai ce que je pense. Voilà à peine une semaine, le jeudi 23 septembre, après avoir discuté pendant trois jours les laborieux Objectifs du Millénaire pour le développement, l’Assemblée générale des Nations Unies a ouvert sa soixante-cinquième session en présence de chefs d’État ou de hauts représentants de chaque pays. Le premier intervenant devait être, comme à l’accoutumé, le secrétaire général, et le second, aussitôt après, le président des États-Unis, pays siège et soi-disant maître du monde. L’ouverture était fixée à neuf heures du matin.

Logiquement, je tenais à savoir ce que dirait l’illustre Barack Obama, Prix Nobel de la paix, aussitôt après l’intervention de Ban Ki-moon. Je pensais naïvement que CNN en espagnol ou en anglais transmettrait le discours, généralement bref, d’Obama. C’est d’ailleurs par ce biais que j’avais écouté, deux ans auparavant, les débats des candidats à la présidence à Las Vegas.

L’heure prévue était déjà passée, mais CNN n’offrait que des nouvelles apparemment spectaculaires sur la mort d’un chef guérillero colombien, des nouvelles importantes, certes, mais sans plus. Moi, en revanche, je tenais toujours à savoir ce que disait Obama sur les gravissimes problèmes que souffre notre monde.

La situation de la planète était-elle donc de telle nature que les deux personnages pouvaient nous prendre pour des idiots et faire attendre l’Assemblée ? J’ai donc demandé qu’on cherche CNN en anglais sur un autre téléviseur, et rien, pas un mot sur l’Assemblée générale. De quoi donc parlait CNN ? Elle donnait des nouvelles. J’ai donc attendu qu’elle conclut celles qu’elle fournissait sur la Colombie. Dix minutes, vingt minutes, une demi-heure s’était écoulée, et rien ne changeait… Elle narrait les détails d’un combat colossal en cours ou déjà terminé en Colombie dont allaient dépendre, à en croire les mots et le style du commentateur, les destinées du continent ! On nous montrait des photos et des films de toutes sortes sur la mort de Và­ctor Julio Suárez Rojas, alias Jorge Briceño Suárez ou Mono Jojoy. C’est le coup le plus terrible jamais porté aux FARC, affirmait le speaker, plus même que la mort de Manuel Marulanda et celle de Raúl Reyes ensemble. Une action décisive, affirmait-il. Selon ce qu’on pouvait en déduire, trente bombardiers, vingt-sept hélicoptères, des bataillons complets de troupes d’élite avaient été engagés dans ce combat spectaculaire et féroce. Vrai, à faire pâlir d’envie les batailles de Carabobo, de Pichincha et d’Ayacucho ensemble !

Fort de ma vieille expérience en la matière, je ne parvenais pas à concevoir une telle bataille dans une région boisée et écartée de Colombie. Le récit de cette action hors du commun était saupoudré d’images de toutes sortes, vieilles et récentes, du commandant rebelle. Pour le rédacteur des nouvelles de CNN, Alfonso Cano, qui avait pris la relève de Marulanda, était un intellectuel, un universitaire sans appui parmi les combattants. Le vrai chef venait de mourir, et les FARC devraient forcément se rendre.

Parlons net. La mort du commandant des FARC - un mouvement révolutionnaire né voilà plus de cinquante ans après l’assassinat par l’oligarchie de Jorge Eliécer Gaitán - durant cette prétendue bataille et la destitution de Piedad Córdoba sont très loin d’apporter la paix à la Colombie ; au contraire, elles pourraient y hâter des changements révolutionnaires.

Je présume que nombre de militaires colombiens ont dû avoir honte d’entendre les grotesques versions de la prétendue bataille où est mort le commandant Jorge Briceño Suárez. Pour la bonne raison qu’aucune bataille n’a jamais eu lieu. Il s’est agi d’un assassinat, grossier et ignoble. L’amiral Edgar Cely, sans doute gêné devant la version officielle et d’autres tout aussi troubles, a affirmé : « Jorge Briceño, alias Mono Jojoy, est mort « écrasé » quand… la construction où il était caché dans la forêt lui est tombée dessus… « Tout ce que nous savons, c’est qu’il est mort écrasé quand son bunker lui est tombé dessus… il est faux qu’il ait reçu une balle dans la tête ». » C’est en tout cas ce qu’il a déclaré à Radio Caracol, selon l’agence de presse étasunienne AP.

L’opération a été baptisée Sodome, du nom de l’une des deux cités bibliques punies pour leurs péchés sous une pluie de feu et de soufre.

Le plus grave est ce qu’on n’a pas dit, mais qui est un secret de Polichinelle puisque les Yankees eux-mêmes l’ont publié : l’administration étasunienne a livré à son allié plus d’une trentaine de bombes intelligentes qui, guidées par un GPS camouflé dans de nouvelles bottes fournies au chef guérillero, ont frappé le camp où il se trouvait.

Pourquoi ne dit-on pas au monde la vérité ? Pourquoi suggère-t-on une bataille que n’a jamais eu lieu ?

J’ai constaté d’autres faits tout aussi ignominieux à la télévision : le président des Etats-Unis recevant Uribe à bras ouverts à Washington et lui fournissant l’occasion de donner des cours de « démocratie » dans une université du pays.

Or, Uribe est l’un des principaux créateurs des bandes paramilitaires responsables de l’essor du trafic de drogues et de la mort de dizaines de milliers de personnes. Uribe a signé avec Barack Obama la cession de sept bases militaires et, virtuellement, de n’importe quelle partie du territoire colombien, pour y installer des hommes et des équipements des forces armées yankees. Le pays est plein de cimetières clandestins. De son côté, par Ban Ki-moon interposé, Obama a garanti l’immunité à Uribe en lui confiant rien moins que la vice-présidence de la commission des Nations Unies chargée d’enquêter sur l’attaque par Israël de la flottille qui amenait de l’aide aux Palestiniens assiégés à Gaza.

Uribe, alors qu’il ne lui restait que quelques jours à la présidence, avait organisé l’opération qui est passée par l’installation d’un GPS dans les nouvelles bottes dont avait besoin le guérillero colombien.

Quand le nouveau président colombien, Santos, s’est rendu à New York pour s’adresser à l’Assemblée générale, il savait que l’opération était en marche, et Obama l’a serré sur son coeur en apprenant la nouvelle de l’assassinat du guérillero.

Je me demande s’ils ont parlé à cette occasion de respecter la décision prise par le Sénat colombien qui a déclaré illégale l’autorisation d’installer les bases militaires yankees donnée par Uribe…

J’ai critiqué les FARC. J’ai dit publiquement, dans une de mes Réflexions, mon désaccord avec le fait que des prisonniers de guerre soient maintenus dans les difficiles conditions de vie en pleine forêt vierge et les sacrifices que cela impliquait. J’en ai expliqué les raisons à partir des expériences de notre propre lutte.

J’ai critiqué les conceptions stratégiques du mouvement guérillero colombien, mais je n’ai jamais nié sa nature révolutionnaire.

J’ai estimé et j’estime toujours que Marulanda a été l’un des guérilleros colombiens et latino-américains les plus éminents. Quand de nombreux politiciens médiocres auront été oubliés, Marulanda sera toujours reconnu comme l’un des combattants les plus dignes et les plus résolus en faveur du bien-être des paysans, des travailleurs et des pauvres d’Amérique latine.

Le prestige et l’autorité morale de Piedad Córdoba se sont multipliés.

Fidel Castro Ruz
30 septembre 2010

Traduction J-F Bonaldi, La Havane


EN COMPLEMENT

En Colombie, aggravation de la criminalisation et de la persécution des personnes qui luttent pour la paix :

EN SOUTIEN A LA SENATRICE PIEDAD CORDOBA CONTRE LA CRIMINALISATION DE LA RECHERCHE POUR LA PAIX PAR LE DIALOGUE

La campagne internationale de soutien à Piedad Cordoba se poursuit sur :

http://www.apoyoapiedadcordoba.net

"Il n’ya pas de chemin vers la paix : la paix est le chemin." Piedad Cordoba

Le 27 septembre, le Procureur Général de Colombie a pris, de façon inattendue, la décision de frapper d’interdiction pour l’exercice d’une fonction publique pendant 18 ans la sénatrice Piedad Cordoba qui, tant comme membre du Congrès que comme chef de file de « Colombiennes et Colombiens pour la Paix » a prouvé à maintes reprises sa détermination dans la lutte pour la paix et le dialogue en Colombie, réclamant instamment le dialogue pour une fin négociée du conflit qui dure depuis plus de 40 ans.

En dépit de la protestation de milliers de personnes et d’organisations du monde entier contre ces accusations infondées de liens avec la guérilla des FARC dont l’accuse le Procureur Général, cette sentence injuste ne condamne pas seulement la sénatrice, mais aussi tout le mouvement de recherche de la paix par le dialogue en Colombie.

L’arrivée du nouveau président Juan Manuel Santos a en fait provoqué une recrudescence de la violence dans le pays. Bien qu’il ait annoncé l’ouverture d’un dialogue bilatéral avec les guérillas des FARC et de l’ELN, c’est le contraire qui s’est passé peu de temps après. Selon les paroles mêmes de Santos dans son allocution de bienvenue devant l’armée colombienne, et avec le soutien des Etats-Unis dans le cadre du « Plan Colombie », c’est un plan de guerre qu’il a exécuté en bombardant un campement des FARC, opération dans laquelle furent assassinés plusieurs membres de la guérilla et leur chef militaire, alias Mono Jojoy.

Après la condamnation par la justice, c’est le gouvernement lui-même, avec des preuves manipulées en provenance du soi-disant ordinateur du leader des FARC assassiné Raul Reyes, qui décapite le mouvement pour la paix, écartant en même temps de toute activité politique la responsable de la Commission de paix du Congrès, désignée par ses pairs pour ses mérites et sa capacité éprouvée dans la lutte pour la paix en Colombie.

Il ne fait aucun doute que le nouveau président n’a pas l’intention de changer la stratégie du gouvernement antérieur d’offensive militaire et de harcèlement permanent. Par ses actions, y compris lorsqu’il a été ministre de la défense, il a montré que la paix pour son peuple n’est pas son intérêt. Le pouvoir militaire du gouvernement, avec l’énorme soutien financier, logistique et en armement du gouvernement des Etats-Unis, est une véritable machine de guerre prête à éliminer physiquement ceux qui sont considérés comme des ennemis. Pour cela sont commises toutes sortes de violations des droits de l’homme et ceux qui s’opposent à cette politique de guerre et d’agression sont également éliminés, soit directement, soit par le biais de brigades paramilitaires, faisant des milliers de morts dans l’ensemble du territoire national. On découvre de nombreuses fosses communes contenant des centaines voire des milliers de cadavres, nombre d’entre eux de personnes complètement étrangères au conflit.

Mais s’il ne peut supprimer physiquement ou par la force ceux qui résistent à sa politique criminelle, le gouvernement colombien les condamne civilement au moyen d’une légalité judiciaire douteuse, propice à une véritable chasse aux sorcières aux conséquences horribles.

Il y a un véritable règne de la terreur aujourd’hui en Colombie. Chaque voix qui s’élève contre la politique de guerre du gouvernement, et en faveur d’une solution négociée du conflit, de son humanisation et de la reconnaissance de la réalité de la guerre est définitivement réduite au silence par la voie « militaire », « paramilitaire » ou « civile », comme c’est le cas pour les mouvements qui revendiquent plus de justice sociale et une sortie du conflit digne et pacifique.

La sénatrice Piedad Cordoba, en tant que membre du Congrès, a réalisé un travail exemplaire dans la recherche de la paix par la voie du dialogue, à la tête de la Commission de Paix, élaborant des propositions qui puissent obtenir l’accord de tous les secteurs de la société. Comme leader du Mouvement Colombiennes et Colombiens pour la paix, elle a obtenu des résultats importants, démontrant que la sortie de la guerre par la voie pacifique est possible et nécessaire. Ses actions ont ouvert la voie à un espoir de paix dans un proche avenir. Elle a permis que ce mouvement s’étende au niveau international avec la constitution des mouvements Latino-Américaines et Latino-Américains et Européennes et Européens pour la Paix en Colombie qui regroupent des centaines d’organisations et de responsables politiques et sociaux des deux continents.

Nous, organisateurs de la Tournée Européenne pour la Paix 2010 (Gira EuroPaz 2010), qui a eu lieu en avril 2010 à l’initiative du mouvement Colombiennes et Colombiens pour la Paix, dans un but d’information et de recherche de soutien pour l’obtention de la paix en Colombie, appelons les organisations politiques et sociales, les représentants d’institutions dans le monde entier, à poursuivre la Campagne de soutien à Piedad Cordoba, en signant, comme l’ont déjà fait des centaines d’organisations de tous les continents, le texte initial (http://www.apoyoapiedad.net).

Fait à Genève, Madrid, Paris, Bruxelles et Bogotá,
le 29 Septembre 2010.

Signé :

ARLAC Suiza
ARLAC Bélgica
Fundación Hijos del Maà­z (España)
Polo Democrático Alternativo - Seccional Suiza
Cumbia America (Suiza)
Soldepaz Pachakuti (España

URL de cet article 11668
   
AGENDA
jeudi 14 novembre 2019
vendredi 15 novembre 2019
vendredi 15 novembre 2019
samedi 16 novembre 2019
lundi 18 novembre 2019
lundi 18 novembre 2019
mardi 19 novembre 2019
jeudi 21 novembre 2019
vendredi 22 novembre 2019
samedi 23 novembre 2019
dimanche 24 novembre 2019
samedi 30 novembre 2019
samedi 14 décembre 2019
Même Auteur
L’Histoire m’acquittera
Fidel CASTRO, Jacques-François BONALDI
L’Histoire m’acquittera (en espagnol : La Historia me absolvera) est un manifeste d’auto-défense écrit par Fidel Castro en octobre 1953, à la veille de son procès (il est jugé pour avoir attaqué la caserne de Moncada le 26 juillet 1953, en réaction au coup d’état de Batista). Fidel Castro est diplômé en droit, il manie la plaidoirie, exercice qu’il connaît bien, avec aisance : il y explique ses actes et son implication dans le soulèvement contre Batista mais surtout, il y développe ses différentes thèses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’écart gigantesque entre ce que les dirigeants des Etats-Unis font dans le monde et ce que les habitants des Etats-Unis croient qu’ils font est une des grandes réussites de propagande de la mythologie politique dominante.

Michael Parenti


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
54 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.