RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Tuer avec un joystick (*), à 12.000 kilomètres de distance

« L’aviation étasunienne effectue chaque mois, en moyenne, plus de 2.000 « missions d’appui aérien rapproché aux troupes Isaf en Afghanistan ». L’information est donnée par les communiqués de l’Us Air force elle-même. Elle n’est cependant pas assortie des chiffres tels que les morts et les blessés provoqués dans la population par les bombardements, officiellement dirigés contre les « talibans » ou cibles qualifiées sans trop de détail d’« ennemis » ou d’« insurgés ».

Participent aux raids, en plus des chasseurs bombardiers F-15E Strike Eagles, les F/A-18 Super Hornets du porte-avion Abraham Lincoln, déplacé du Golfe persique au Golfe d’Oman pour mieux atteindre ses objectifs. On emploie aussi en Afghanistan des B-1B Lancer, des bombardiers stratégiques pour l’attaque nucléaire, utilisés avec des bombes non-nucléaires. Un B-1B peut larguer en une seule mission 24 Gbu-31 Jdam dirigé par Gps de 2.000 livres, (presque une tonne), 84 Mk-82 de 500 livres, 30 bombes à fragmentation de divers types et des dizaines d’autres munitions. Les bombes Jdam peuvent être lancées simultanément sur plusieurs objectifs, à plus de 60 Kms de distance.

Autre avion utilisé en Afghanistan, le A-10 Thunderbolt, spécialisé dans l’appui aérien rapproché aux forces terrestres. Il peut transporter plus de 7 tonnes de bombes et missiles. Mais son arme létale est le canon Gau-8 Avenger de 30 mm, qui tire 3.900 coups à la minute en utilisant un mélange de projectiles incendiaires hautement explosifs et de projectiles pénétrants à l’uranium appauvri. Ces avions peuvent opérer à basse altitude - car leurs habitacle et appareils sont protégés par une cuirasse de titane - et en pleine obscurité grâce au viseur nocturne du pilote.

Ceux qui courent encore moins de risques sont les pilotes qui bombardent l’Afghanistan avec les MQ-9 Reaper. Il s’agit de la dernière génération des UAV (véhicules aériens sans équipage), commandés à distance. Le Reaper (« moissonneur », de vies humaines évidemment), est en mesure de voler pendant 30 heures jusqu’à 15 mille mètres d’altitude, il transporte une charge de plus d’une tonne et demi, quatre fois supérieure à celle de son prédécesseur, le Predator (« prédateur »), (pour ceux qui ne connaissent vraiment pas l’anglais…NdT) : il est composé de missiles Hellfire (« feu d’enfer »…) Agm-114, des bombes guidées par laser Gbu-12 Paveway II et Jdam Gbu-38.

Les Reaper décollent d’une base en Afghanistan, où se trouve le personnel spécialisé pour la manutention, mais ces avions sont conduits par un pilote et un spécialiste des capteurs, qui eux sont commodément assis à une console de commande à 12 mille kilomètres de distance, dans la base de Creech, au Nevada. L’avion possède des capteurs infrarouges et vidéo caméras qui, par le réseau satellitaire, permettent aux opérateurs d’identifier les objectifs. Ces derniers sont souvent signalés par des « contrôleurs aériens tactiques » qui, en Afghanistan, indiquent aux pilotes les cibles à toucher.

Tuer en manipulant un avion au moyen d’un joystick, à 12 mille kilomètres de distance est la dernière frontière des technologies guerrières. «  Voir ces mauvais sujets sur l’écran, et comment on les envoie dans l’autre monde, et descendre ensuite au fast food pour le déjeuner, est une expérience surréelle », déclare à CNN le capitaine Matt Dean, un des pilotes Reaper de la base de Creech.

Qui sait s’ils étaient au courant de tout ça, les membres de la Commission de Défense de la Chambre des députés italienne qui, en février dernier (pendant le gouvernement Prodi), ont approuvé l’acquisition de 4 Reaper, qu’on ajoutera aux 5 Predator de l’aéronautique militaire : tout cela étant fondé sur l’assurance qu’ils allaient être utilisés sans armes à leur bord (ce qui revient à acheter un char d’assaut, en garantissant qu’on va s’en servir comme camion). En réalité, la puissance destructrice du Reaper est ensuite accrue.

Un porte parole du ministère de la Défense britannique a déclaré que les Reaper de la RAF, eux aussi pilotés depuis la base de Creech, seront armés du nouveau missile Hellfire Agm-114N. C’est une arme thermobarique, déjà utilisée par les hélicoptères britanniques en Afghanistan qui, lancée contre des édifices ou des cavernes, fait le vide d’air et tue quiconque se trouve là . Voilà comment l’ISAF/OTAN contribue à « apporter en Afghanistan sécurité et stabilité », en aidant le gouvernement à « désarmer les groupes illégalement armés ».

Publié pendant l’été 2008 par il manifesto
Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

(*) Joystick, ou manette de jeu vidéo, voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Joystick_(jeu_vid%C3%A9o)

URL de cet article 7240
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Interventions (1000 articles).
Noam CHOMSKY
à l’occasion de la sortie de "Interventions", Sonali Kolhatkar interview Noam Chomsky. Depuis 2002 le New York Times Syndicate distribue des articles du fameux universitaire Noam Chomsky, spécialiste des affaires étrangères. Le New York Times Syndicate fait partie de la même entreprise que le New York Times. Bien que beaucoup de lecteurs partout dans le monde peuvent lire des articles de Chomsky, le New York Times n’en a jamais publié un seul. Quelques journaux régionaux aux Etats-Unis (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Acheter un journaliste coute moins cher qu’une bonne call-girl, à peine deux cents dollars par mois"

un agent de la CIA en discussion avec Philip Graham, du Washington Post, au sujet de la possibilité et du prix à payer pour trouver des journalistes disposés à travailler pour la CIA. dans "Katherine The Great," par Deborah Davis (New York : Sheridan Square Press, 1991)

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.