Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Un gag du Nouvel-Obs.




Sous le titre « Les médecins étrangers en grève  », le NOUVEL OBS.COM (23.12.05) publie un article sur la grève des 6000 médecins étrangers qui exercent en France.

>> L’article du NouvelObs

« Ces praticiens à diplôme hors Union européenne (Padhue) protestent contre leurs différences de statut [...] par rapport aux médecins français titulaires, qui se traduit par des rémunérations moindres. »

L’article est illustré par une photo où l’on voit des médecins au teint mat, groupés dans un amphithéâtre ET POURVUS D’UN PAQUETAGE !


Un ami (merci Olivier) m’envoie ce mail : « Si je ne me trompe pas, la photo qui illustre cet article vient de Cuba, ce sont des médecins en attente pour partir aux USA lors du cyclone Katrina. »

Pour en avoir le coeur net, j’envoie le document à un ami français qui vit à La Havane et qui me répond ceci (merci Jacques-François) : « Ce sont des médecins du contingent Henry Reeve (qui répond à des situations d’urgence dans le monde) réunis dans la salle de réunions plénières du palais des Congrès de La Havane.

Le contingent a été créé à l’occasion du Katrina, mais il peut s’agir d’une réunion au même endroit précédant leur départ pour le Guatemala (puisque Bush n’en a pas voulu à la Nouvelle-Orléans), ou encore pour le Pakistan où ces hommes et ces femmes, des jeunes pour la plupart, font un travail incroyable dans des conditions absolument terribles de froid (sur les contreforts de l’Himalaya) et d’éloignement des coutumes locales, mais avec un coeur terrible et des moyens sidérants de modernité, dont des hôpitaux de campagne aménagés pour offrir jusqu’à des soins intensifs. En pleine montagne, là où personne ne va jamais, surtout pas des médecins !

Les reportages télévisés des envoyés spéciaux de la télévision transmettent la grandeur de cette mission et de ces médecins capables d’un tel dévouement. Et la population locale a fini par l’apprendre, qui accourt en toujours plus grande quantité pour se faire soigner pour la première fois de sa vie par un médecin. Il existe environ vingt mille personnels de santé cubains qui font le même genre de travail dans de très nombreux pays du tiers monde. »


L’inadéquation entre la photo et l’article du Nouvel-Obs fait naître les questions suivantes :


- Les médias ont le droit à l’erreur, mais aussi le devoir de rectifier ; le Nouvel-Obs a usé de son droit. Accomplira-t-il son devoir ?

- Comment pourra-t-il le faire par un simple « Erratum » puisque ses lecteurs ne savent rien du contingent Henri Reeves ?

- La photo est signée Associated Press ; les médias internationaux étaient donc informés de ce rassemblement de départ pour une mission humanitaire. En ont-ils parlé ?

- Le Nouvel-Obs avait reçu il y a des mois cette photo, correctement légendée. A quel critère a-t-il obéi en décidant d’abord de l’archiver ?

- Notre presse offrira-t-elle à ses lecteurs une réflexion sur ce paradoxe : un pays riche comme la France est obligé d’importer des médecins pour soigner la population tandis qu’un pays pauvre comme Cuba en forme pour ses besoins et ceux des autres ?

- Comment se fait-il que ces diplômés cubains choisissent de rentrer ensuite au pays, dans l’enfer que nous décrivent habituellement le Nouvel-Obs et les autres médias ?

- Les lecteurs n’aimeraient-ils pas savoir aussi qu’une petite île des Caraïbes est en mesure d’envoyer dans le monde plus de médecins que les pays riches ?

- Quand l’ensemble de la presse française renoncera-t-elle à consacrer à Cuba des informations à charge, à l’exclusion de toute autre ?

Maxime Vivas


Ouragan Katrina : la leçon de Cuba et l’ aide qu’ elle a offerte sans publicité.



- Photo : AP


URL de cet article 3072
   
Même Auteur
Les Etats-Unis de mal empire : Ces leçons de résistance qui nous viennent du Sud
Danielle BLEITRACH, Maxime VIVAS, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur Au moment même où les Etats-Unis, ce Mal Empire, vont de mal en pis, et malgré le rideau de fumée entretenu par les médias dits libres, nous assistons à l’émergence de nouvelles formes de résistances dans les pays du Sud, notamment en Amérique latine. Malgré, ou grâce à , leurs diversités, ces résistances font apparaître un nouveau front de lutte contre l’ordre impérial US. Viktor Dedaj et Danielle Bleitrach, deux des auteurs du présent livre, avaient intitulé leur précédent ouvrage (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Sous une dictature, il y a une chose pour laquelle nous avons plus de chance que vous en Occident. Nous ne croyons à rien de ce que nous lisons dans la presse, à rien de ce que nous voyons à la télévision, parce que nous savons que c’est de la propagande et des mensonges. Contrairement aux Occidentaux, nous avons appris à voir au-delà de la propagande et à lire entre les lignes et, contrairement à vous, nous savons que la vérité est toujours subversive.

Zdener Urbanek


Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.