RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Kharroubi HABIB

Hypocrisie humanitariste

Kharroubi HABIB
Dans leur fuite devant l'avancée des forces gouvernementales syriennes en direction de Deraa, les groupes terroristes ont abandonné derrière eux une grande quantité d'armes dont des mortiers et des missiles antichars hautement sophistiqués. L'arsenal tombé entre les mains des militaires syriens se compose d'armes de fabrication soit étasunienne, française ou israélienne qui sont à l'évidence parvenues aux groupes terroristes par les frontières jordanienne et israélienne avec lesquelles la région sud et sud-est de la Syrie est limitrophe. C'est pour prendre le contrôle de cette voie par où les groupes terroristes reçoivent leur armement que l'armée syrienne a entrepris l'offensive dont les mêmes puissances qui approvisionnent ces derniers réclament avec véhémence l'arrêt. Il n'est rien de plus légitime pour Damas qui a repris le contrôle de pratiquement la totalité du territoire national que de vouloir parfaire celui-ci en réinstallant son autorité sur la région sud dans laquelle les groupes rebelles (...) Lire la suite »

L’Iran soumis à une guerre économique totale

Kharroubi HABIB
La sommation accompagnée de la menace de représailles économiques étasuniennes faite par Donald Trump aux pays s'approvisionnant en pétrole iranien d'avoir à cesser de le faire a été accueillie par les experts comme allant provoquer un emballement irrépressible des marchés pétroliers qui propulserait le prix du baril à des hauteurs qui ne se sont jamais vues. Ils se sont d'autant convaincus que cela allait advenir que la sommation étasunienne a été faite dans le contexte d'un marché pétrolier déjà perturbé par la menace d'un rétrécissement de l'offre induite par les réductions à l'exportation des pétroles vénézuélien et libyen et par la décision de l'OPEP en accord avec ses partenaires hors cartel de ne pas ouvrir grandes les vannes. Depuis cependant le prix du baril a grimpé jusqu'à frôler les 80 dollars, sans que cela soit annonciateur du grand emballement annoncé. Il y a en effet que les craintes soulevées dans les milieux pétroliers par la sommation américaine ont été calmées par l'annonce faite par les (...) Lire la suite »

Deraa reprise : les médias occidentaux en étouffent de dépit

Kharroubi HABIB

Devant l’inexorable avancée des forces gouvernementales syriennes en direction de Deraa, les représentants des rebelles de la prétendue « armée syrienne libre » (ASL) ont négocié par l’intermédiaire de la Russie un accord qui a acté le retour de la ville et de sa région sous l’autorité de Damas.

Les rebelles n'ont pas eu d'autre choix que celui de négocier car ayant été lâchés par les Etats-Unis et la Jordanie voisine qui contrairement à ce qu'ils en ont espéré se sont abstenus de voler à leur secours. Présentée par les médias mainstreams occidentaux comme paniquée et fuyant en masse devant l'avancée des forces loyalistes, la population de la région de Deraa a au contraire célébré leur arrivée, soulagée qu'elle s'est dit être de ne plus avoir à subir l'abjecte férule de la soi-disant rébellion. Ce que ces mêmes médias qui n'ont eu de cesse d'inonder l'opinion internationale en scènes de combat ont totalement zappé la vue d'une population accueillant avec démonstration de liesse les soldats de l'armée arabe syrienne ne cadre pas avec la présentation qu'ils font du conflit syrien depuis qu'il a commencé. Force leur est cependant d'admettre que la prétendue « armée syrienne libre » qu'ils se sont échinés à présenter comme le bras armé d'une rébellion « modérée » alternative crédible au régime « (...) Lire la suite »

Un courage qui force le respect

Kharroubi HABIB
Dans le même temps avant-hier lundi qu'officiels israéliens et étasuniens se congratulaient et se sont adonnés à des réjouissances célébrant le transfert de l'ambassade américaine à El Qods (Jérusalem), l'armée de l'Etat sioniste perpétrait un carnage sur les manifestants palestiniens qui protestaient pacifiquement près de la ligne séparant la bande de Ghaza du territoire israélien contre ce transfert qui à leurs yeux s'inscrit dans le déni de leur aspiration à un Etat national avec El Qods comme capitale. Le bilan de la tuerie en ce jour noir a été horrible. Pas moins de 60 Palestiniens, hommes, femmes, vieillards et enfants, ont été tués tandis que près de 2 000 ont été plus ou moins grièvement blessés. L'hécatombe a indigné le monde entier mais sans perturber les consciences des participants à la cérémonie d'inauguration de l'ambassade américaine. Ceux qui y ont pris part ont même félicité la soldatesque qui commettait le carnage dont ils ont rejeté la responsabilité sur le Hamas accusé par eux d'être le chef (...) Lire la suite »

Des effets de menton mussoliniens qui ont humilié l’Europe

Kharroubi HABIB
La décision du président des États-Unis de sortir son pays de l'accord sur le nucléaire iranien leur étant apparue irrévocable malgré leurs tentatives de l'en dissuader, les trois puissances européennes cosignataires de l'accord, France, Royaume-Uni et Allemagne, se sont résignées à espérer que le retrait étasunien ne s'accompagne pas de sanctions à l'encontre de l'Iran dont l'ampleur et la dureté radicaliseraient la position du régime de ce pays et feraient que ses dirigeants ferment la porte à toute négociation portant sur un compromis « acceptable ». Donald Trump en a décidé autrement et douche leur attente puisque dans la foulée de l'annonce faite théâtralement du retrait des Etats-Unis de l'accord de 2015, il a promis le « plus haut niveau de sanctions économiques » contre Téhéran et a sommé les puissances en question à s'y conformer sinon elles s'exposeraient à d'amères représailles étasuniennes. Le président leur a assené la menace avec une arrogante suffisance révélatrice de la piètre considération (...) Lire la suite »

L’indépendance européenne à l’épreuve des diktats de Trump

Kharroubi HABIB
Quand en janvier dernier Donald Trump a lancé un ultimatum aux puissances européennes signataires avec les Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien dont elles ont plaidé auprès de lui la poursuite de l'observation, leur donnant jusqu'au 12 mai pour durcir les obligations qui incombent à Téhéran, il savait pertinemment qu'elles ne parviendraient pas à infléchir la position iranienne qui est que toutes les parties contractantes doivent s'en tenir aux dispositions de l'accord conclu. D'ailleurs même si Paris, Londres et Berlin ont espéré que des pressions de leur part sur les dirigeants iraniens avaient quelque chance d'aboutir, ils ont déchanté au constat que l'agressivité du discours du président des EU à l'égard de l'Iran est allé en augmentant en parallèle et a eu pour effet de fermer la porte à tout compromis qu'ils auraient proposé à Téhéran. Donald Trump qui est déterminé à « démanteler » l'accord sur le nucléaire iranien, devait annoncer hier soir, sauf revirement de dernière minute, que les (...) Lire la suite »

Netanyahou a surpassé Colin Powell dans le mensonge et la manipulation

Kharroubi HABIB
Donald Trump ne se contentera pas d'annoncer le 12 mai prochain le retrait des Etats-Unis de l'accord international sur le nucléaire iranien. Il a également donné son feu vert à une intervention militaire contre Téhéran. Décision que son nouveau secrétaire d'Etat s'en est allé confirmer les 28 et 29 avril au roi d'Arabie Saoudite et au Premier ministre d'Israël dont les pays sont acquis à l'opération et avec lesquels il s'est entendu sur leurs contributions respectives à celle-ci. Pour la monarchie wahhabite, il s'agira du financement de l'agression en préméditation. Tandis que pour l'Etat sioniste, cela consiste outre la participation de son armée en combinaison avec celle des Etats-Unis à monter une opération d'enfumage de l'opinion internationale visant à lui faire croire que l'Iran s'est exposé à une intervention militaire en raison que ses dirigeants n'ont pas respecté les engagements qu'ils ont pris en signant l'accord sur le nucléaire. C'est ce à quoi s'est évertué lundi l'incorrigible menteur (...) Lire la suite »

Don Corleone à la Maison Blanche, « le Parrain IV »

Kharroubi HABIB
Dans le livre qu'il a consacré au président des États-Unis Donald Trump qui l'a brutalement limogé en mai 2017, l'ex-directeur du FBI, James Comey, l'a dépeint comme ayant le comportement d'un parrain de la mafia. Venant de quelqu'un qui n'a que ressentiment d'avoir été injustement traité, le trait a pu paraître excessif et caricatural. Pourtant, lors de la conférence de presse qu'il a animée avant-hier à la Maison Blanche aux côtés du président Macron, Donald Trump, par sa gestuelle et les menaces qu'il a proférées à l'égard des riches Etats arabes « alliés » de son pays, a lui-même confirmé l'exactitude du portrait dressé de lui par l'ex-directeur du FBI. A l'égard de ces riches Etats arabes dont les faramineux pactoles financiers le font à l'évidence saliver, il a en effet usé d'un langage en tout point similaire à celui du fameux Don Corleone popularisé par le film Le Parrain. Trump leur a crûment annoncé qu'ils vont devoir payer aux EU la protection qu'elle leur accorde et sans laquelle, leur a-t-il (...) Lire la suite »

Macron à Washington pour un adoubement

Kharroubi HABIB

Depuis qu’il est arrivé à l’Elysée, Emmanuel Macron fait preuve d’un activisme diplomatique qui a pour objectif selon lui de replacer la France sur l’échiquier international dans lequel elle faisait piètre figure sous la présidence de son prédécesseur.

Il n'arrête pas en effet de recevoir et de rendre visite avec pour idée fixe de faire savoir qu'avec lui la France est de « retour » déterminée à se faire entendre et à peser sur la conduite des affaires internationales. C'est dans le même état d'esprit qu'il a entamé une visite cruciale aux Etats-Unis. Elle est pour lui l'occasion de vérifier si l'activisme diplomatique qu'il pratique est en train de porter ses fruits. Il sera fixé au cours des entretiens qu'il aura avec son homologue étasunien Donald Trump qu'il pense avoir « séduit » alors même qu'ils ont des divergences sur nombre de dossiers internationaux. Ce qui, semble-t-il, irrite ce dernier et ne le prédispose pas à faire de la France l'alter ego des EU sur la scène internationale. Sous les dehors d'un accueil amical, la visite à Washington du président français pourrait s'avérer un échec pour la raison que celui-ci a commis l'impair de claironner qu'il a de l'influence sur son homologue et est en mesure de lui faire changer d'avis sur les (...) Lire la suite »
15 

Ce n’est pas si mais quand Washington et Paris attaqueront en Syrie

Kharroubi HABIB
Pris au piège de la manipulation médiaticopolitique qu'ils font sur la prétendue utilisation d'armes chimiques à Douma par les forces gouvernementales syriennes dont ils se sont déclarés absolument certains qu'elle a eu lieu sur la seule foi en les accusations propagées par des sources controversées parce que acharnées à la diabolisation de Bachar El Assad et de son régime, les présidents étasunien et français ne sont plus aptes à entendre les appels à la retenue qui leur sont adressés. Au point où Donald Trump et Emmanuel Macron ont fait monter la tension sur la présumée utilisation d'armes chimiques à Douma, la question n'est plus de savoir si Washington et Paris vont mettre à exécution la menace proférée de leurs chefs d'Etat de représailles militaires contre le régime syrien mais quand celles-ci se concrétiseront et qu'elle en sera leur amplitude. Tout indique en effet qu'Étasuniens et Français ne sont plus au stade de la concertation s'ils doivent ou non frapper en Syrie mais de préparatifs poussés (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70