RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Auteur : VIA CAMPESINA

Vous êtes en train de tuer le traité international des plantes

VIA CAMPESINA

Message des réseaux de semences paysannes aux gouvernements membres du Comité directeur du Traité international des plantes (TIRPAA) réunis à Rome du 5 au 9 octobre 2015 Par ce message, nous venons vous dire que vous êtes en train de tuer le Traité. Celui-ci organise désormais le vol de nos semences et de nos connaissances. Nous ne pouvons plus dans ces conditions continuer à les donner aux chercheurs et autres prospecteurs qui viennent les collecter dans nos champs pour les remettre aux banques de gènes du Traité. Tant que vous n'aurez pas interdit tous les brevets biopirates, tant que les agriculteurs n’auront pas le droit de conserver, d'utiliser, d'échanger et de vendre les semences issues de leurs récoltes nous refuserons toute collaboration avec la recherche et les banques de gène qui se mettent au service des multinationales semencières.

Les graines qui sont conservées dans les banques de ressources génétiques du système multilatéral du Traité des plantes (TIRPAA) sont nos semences : héritage de nombreux siècles de sélections paysannes, elles ont été collectées dans nos champs. Cependant l'accès aux semences de ces variétés paysannes nous est souvent refusé parce que nous ne sommes pas des chercheurs. Nous obtenons parfois quelques graines à condition de ne pas les utiliser pour nos productions agricoles : elles devraient uniquement être réservées pour la recherche. Nous constatons alors que leur état de conservation dans les chambres froides n’est pas bon et qu'elles nécessitent plusieurs années de nouvelle sélection avant de donner des récoltes dans les conditions de culture actuelles. Mais ceux d'entre nous qui font ce travail de sauvetage des ressources génétiques se voient interdire de les échanger ou de les vendre à d’autres paysans par les lois semencières de la plupart des pays membres du Traité . Le Traité nous a promis un partage (...) Lire la suite »
Justice environmentale et climatique maintenant !

La seule voie, Mesdames et Messieurs Tina

VIA CAMPESINA

Nous continuons à nous organiser, à nous mobiliser et à élaborer des alternatives pour remédier à la crise climatique et défendre la Terre Mère.

Nous, La Vía Campesina, peuples autochtones, paysans, jeunes, migrants, travailleurs ruraux, journaliers, pêcheurs, artisans, en coopération avec nos alliés engagés dans la lutte pour des transformations sociales profondes, nous nous rassemblons à Lima pour la COP 20 afin de réaffirmer, une fois encore, notre engagement à nourrir la population de la planète, à nous organiser, nous mobiliser, à lutter et élaborer des solutions qui refroidissent la planète, pas seulement pour notre propre bénéfice mais également pour ceux avec qui nous partageons la Terre Mère. La société civile doit, continuellement, se défendre et rejeter les fausses solutions du capital et de ses institutions qui prétendent nous prendre en compte. L’année 2014 étant l’Année internationale de l’agriculture familiale, la Banque mondiale et ses alliés aux Nations Unies s’efforcent de vendre au monde ce concept qu’ils ont bien mal nommé « Agriculture intelligente face au climat » (Climate-smart Agriculture), en le présentant comme un nouveau (...) Lire la suite »

Appel à la solidarité avec la Révolution bolivarienne et le mouvement paysan vénézuélien

VIA CAMPESINA
Au nom de La Via Campesina International, mouvement de paysannes et de paysans qui réunit environ 200 millions de familles dans plus de 77 pays, nous exprimons notre solidarité envers le peuple du Venezuela, son mouvement paysan et sa Révolution bolivarienne – laquelle est la cible de la grande croisade impérialiste ; les forces rétrogrades de la droite à l’intérieur et à l’extérieur du Venezuela tentent de reprendre le pouvoir qu’elles ont démocratiquement perdu dans des élections, une défaite reconfirmée à de nombreuses reprises. Pour nous, qui luttons pour la justice sociale, la réforme agraire et la souveraineté alimentaire, la Révolution bolivarienne est un exemple de transformation et d’inclusion sociale. Nous, femmes, jeunes, travailleurs et travailleuses agricoles, pêcheurs, peuples indigènes et travailleurs et travailleuses migrants, nous condamnons toute tentative de coup d’État. Les médias tentent d’introduire cette idée dans l’imaginaire collectif en montrant des manifestants et (...) Lire la suite »

Les paysans africains rejettent les lois sur les semences de l’industrie et l’offensive menée sur les semences paysannes et la souveraineté alimentaire

VIA CAMPESINA

Nouvelles de LVC (La Via Campesina) Afrique depuis la réunion continentale sur les semences.

(Harare, 14 Novembre 2013) Lors de la réunion africaine sur les semences qui a eu lieu à Harare au Zimbabwe, les 12 et 14 novembre dernier, les discussions ont porté sur la menace croissante que les investissements externes représentent pour l’agriculture africaine. Il s’agit des compagnies semencières internationales et de leurs efforts continus pour exploiter la terre et les ressources africaines pour alimenter les autres parties du globe. Les participants de cette réunion ont exprimé leur grande inquiétude devant cette pression de l’agriculture industrielle en Afrique par les corporations internationales et leurs partenaires avec des initiatives telles que l’Alliance pour la révolution verte en Afrique (AGRA), la nouvelle Alliance pour la Sécurité alimentaire et la nutrition du G8. Certains états africains soutiennent des initiatives semblables au travers de l’Union africaine, le nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (NEPAD) et le Programme détaillé de Développement de (...) Lire la suite »

Appel à la solidarité internationale avec la Grève Nationale Agraire et Populaire en Colombie

VIA CAMPESINA

Dans le cadre des principes qui guident notre mouvement au niveau mondial, de la solidarité de classe et de l’internationalisme, nous, organisations paysannes, indigènes, de pêcheurs, de femmes et de salariés agricoles qui composons La Via Campesina, nous exprimons notre soutien aux près de 200.000 paysans, paysannes, transporteurs et mineurs qui se mobilisent depuis 10 jours dans la Grève Nationale Agraire et Populaire organisée par les secteurs paysans et populaires en Colombie.

La Grève Nationale Agraire et Populaire qui a commencée le 19 août dernier a comme cadre le refus du président colombien Juan Manuel Santos d’entamer des négociations avec les mouvements sociaux afin de surmonter la grave crise qui affecte la campagne. Une crise qui est principalement due aux politiques néolibérales telles que l’approbation et l’application des Traités de Libre Echange (TLE). Les principales conséquences de la signature de ces traités par l’Etat colombien sont mises en évidence par le haut niveau de concentration des terres, la dépossession des paysans et des paysannes de leurs terres, la violation systématique de leurs droits et l’aggravation de la violence exercée par les forces de l’ordre qui criminalisent la protestation sociale. C’est aussi le renforcement d’un modèle d’exploitation minière qui favorise les grandes multinationales et qui appauvrit encore plus la paysannerie. Et cela dans un pays si riche mais où 8 millions de personnes souffrent de la faim – selon l’Organisation des (...) Lire la suite »

Pourquoi nous avons quitté nos fermes pour venir à Copenhague

VIA CAMPESINA

Discours d’Henry Saragih, Coordinateur Général de la Via Campesina-Ouverture du Klimaforum, Copenhague, le 7 Décembre 2009

Ce soir est une soirée très spéciale pour nous qui nous sommes réunis pour l'ouverture de l'assemblée des mouvements sociaux et de la société civile, ici au Klimaforum. Nous, le mouvement international de paysans La Via Campesina, venons à Copenhague depuis les cinq coins du monde, après avoir quitté nos fermes, nos animaux, nos forêts, et même nos familles dans les hameaux et les villages pour nous joindre à vous tous. Pourquoi est-ce si important pour nous de venir de si loin ? Il y a un certain nombre de raisons à cela. D'abord, nous voulons vous dire que ce changement climatique a déjà de sérieux impacts sur nous. Cela cause des inondations, des sécheresses, et l'éruption de maladies qui toutes causent des gros problèmes à nos récoltes. Je tiens à souligner que les paysans ne sont pas à l'origine de ces problèmes. Au contraire, ce sont les pollueurs à l'origine des émissions qui détruisent les cycles naturels. C'est pourquoi nous, les petits producteurs, nous sommes venus ici pour dire que nous ne (...) Lire la suite »

Appel de Via Campesina 11 août 2009 : journée mondiale d’action pour le Honduras

VIA CAMPESINA
A nos frères et soeurs de toutes les régions de La Và­a Campesina, A nos frères et soeurs de tous les mouvements sociaux, A tous les peuples du monde : Un peu plus d'un mois après le coup d'état militaire au Honduras et après 38 jours d'une lutte sans répit de milliers de paysan-ne-s, de femmes, d'autochtones, de professeurs, d'étudiants, de syndicalistes, de professionnels et de gens des villes et des campagnes pour mettre fin à ce coup d'état et restaurer la démocratie et la dignité, la répressions des putschistes n'a pas ébranlé l'esprit de lutte de l'héroïque peuple hondurien. Cette lutte est désormais entrée dans une phase cruciale, après que le mouvement paysan hondurien et le Front National de Résistance au Coup d'Etat (Frente Nacional de Resistencia Contra el Golpe de Estado) aient appelé les mouvements sociaux, syndicaux et démocratiques à participer à une Marche Nationale qui débutera le 5 août et qui se terminera le 11 août à Tegucigalpa et San Pedro Sula. Pour soutenir cette Marche Nationale, (...) Lire la suite »

Une réponse à la crise mondiale des prix alimentaires : l’agriculture familiale durable peut nourrir le monde.

VIA CAMPESINA
La Via Campesina, Rome, 14 Février 2008. Les consommateurs du monde entier ont vu les prix des denrées alimentaires de base augmenter d'une façon dramatique ces derniers mois, entraînant de grandes difficultés particulièrement au sein des communautés les plus pauvres. En un an, le prix du blé a doublé et celui du maïs a augmenté de 50%. Cependant la production n'est pas en crise. Les statistiques démontrent que la récolte de céréales n'a jamais été aussi abondante qu'en 2007 [1] . Les prix augmentent pour diverses raisons. D'abord, une partie de plus en plus importante de la production est actuellement détournée pour la fabrication d'agro-carburants ; les réserves mondiales d'aliments sont au niveau le plus bas depuis 25 ans suite à la dérégulation des marchés par l'OMC et certains pays exportateurs comme l'Australie ont connu de mauvaises récoltes en raison d'accidents climatiques. Par ailleurs, les prix augmentent parce que des entreprises financières spéculent sur l'alimentation du monde, misant (...) Lire la suite »

Lueur d’espoir au Congo Brazzaville, par Josie Riffaud.

VIA CAMPESINA
Dessin : Enrique Lacoste Prince Via Campesina, 11 décembre 2007. Alors que le Congo Brazzaville a un potentiel agricole énorme, un climat favorable, une grande disponibilité de terres arables, il se trouve dans une situation de sous développement endémique, plaçant sa population dans une paupérisation inquiétante. Alors qu'il a le potentiel d'être auto suffisant voire exportateur, le Congo Brazzaville importe les ¾ de ce qu'il consomme. Sentiment de gâchis, d'incohérence, d'absurde. Visite de terrain Juste avant les guerres, un programme de mise en culture de la ceinture de la capitale avait été initié. Objectifs : - réduire le nombre de chômeurs , -produire des légumes pour nourrir Brazzaville . Exemple du groupement de« Sela », constitué de 30 maraîchers, 12 hommes et 18 femmes, plus 2 éleveurs. Ils ont suivi une formation, et un technicien passe de temps en temps. Il existe une dizaine de groupements similaires issus de ce programme. Mille mètres carrés de terre ont été (...) Lire la suite »

Les paysan(ne)s qui pratiquent une agriculture durable contribuent à refroidir la terre, Via Campesina.

VIA CAMPESINA
Pedro Mendez Suarez Mercader Mardi 13 novembre 2007. Document de cadrage sur la position de Via Campesina [4]sur le réchauffement climatique. Les modes de production et de consommation actuels sont à l'origine d'une destruction massive de l'environnement dont le changement climatique fait partie. Ils mettent en danger les écosystèmes de notre planète et entraînent les communautés humaines au désastre. Le réchauffement climatique démontre l'échec d'un modèle de développement fondé sur une forte consommation d'énergies fossiles, la surproduction et la libéralisation du commerce. Partout dans le monde, les paysans et paysannes s'associent avec d'autres mouvements sociaux, organisations, peuples et communautés pour obtenir des transformations sociales, économiques, et politiques permettant de renverser cette tendance actuelle. Les agriculteurs - et plus particulièrement les petits paysans - sont les premiers à pâtir du changement climatique. Les changements du climat génèrent des (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10