RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Smail HADJ ALI

Brésil. Bolsonaro promet la mort et la terreur aux forces progressistes et démocratiques.

Smail HADJ ALI

Ce sera un nettoyage jamais vu dans l'histoire du Brésil . Bandits du Mouvement des sans-terre (MST), voyous du mouvement des travailleurs sans toit (MTST), vos actions seront qualifiées de terrorisme. Vous n’exercerez plus la terreur à la campagne, ou à la ville.

« Ce sera un nettoyage jamais vu dans l'histoire du Brésil ». - Discours de J. Bolsonaro, dimanche 21 octobre 2018. Dans un discours, imprégné de formules et de termes assassins, retransmis en direct par vidéo sur l'Avenida Paulista, la principale et immense artère de Sao Paulo, dans l’après-midi du dimanche 21 octobre, le candidat fasciste s’est adressé à une foule, chauffée à blanc, formée par ses adorateurs, nervis et autres nazillons, confirmant sa volonté de mettre à feu à sang le pays, d’ensanglanter, réprimer, et emprisonner les forces progressistes et démocratiques, une fois au pouvoir. Cynique, ce psychopathe fasciste, a proclamé « son amour pour la liberté et la démocratie » et appelé ses troupes « à continuer de se mobiliser et à participer de manière démocratique pour les élections », en proclamant : « Ce sera un nettoyage jamais vu dans l'histoire du Brésil ». Voici quelques extraits de ce discours pousse-au-crime de cet « amoureux de la liberté et de la démocratie », ainsi qu’il se définit. Nous (...) Lire la suite »

Le suprémaciste blanc Steve Bannon : l’ami public de Bolsonaro et Marine Lepen.

Smail HADJ ALI
Interrogée sur Bolsonaro, lors de son passage à L’émission Les 4 vérités de Caroline Auroux, – Télé Matin France 2 le jeudi 11 octobre, Madame Le Pen a été d’une grande clarté sur ce candidat de l’extrême droite brésilienne : « Dès que quelqu’un dit quelque chose de déplaisant, il est d’extrême droite dans les médias français. Je ne vois pas ce qui en l’occurrence fait de M. Bolsonaro un candidat d’extrême droite”. Çà là, c’est ce qui faillit un jour régir le monde Les peuples s’en rendirent maîtres. Cependant Je voudrais que vous ne triomphiez pas sur-le-champ : Le ventre est encore fécond, d’où vint la chose immonde. Bertolt Brecht Madame Le Pen a probablement happé quelques aspects des propos fascistes et forcément racistes, -ils vont toujours ensemble tant ils sont ontologiquement et organiquement liés-, de cet admirateur d’Hitler, dont il est établi aujourd’hui qu’il est aussi le candidat de l’armée brésilienne et de son projet politico-idéologique intitulé « NOUVELLE DÉMOCRATIE ». Prudente, en apparence, (...) Lire la suite »

Brésil. Sur la voie du fascisme ?

Smail HADJ ALI
147 millions de Brésiliens ont voté dimanche sept octobre. Alors que les sondages lui accordaient entre 32 et 36% de voix, ce sont 46,03% d’électeurs qui ont voté pour Jaïr Bolsonaro, candidat de l’extrême droite, de la théocratie évangélique néo-pentecôtiste, des gros propriétaires terriens, des industries pesticides et autres poisons, et des lobbys des armes à feu. Le candidat du Parti des travailleurs Fernando Haddad obtient 29, 28 %. Le troisième candidat, de centre gauche, Ciro Gomez du Parti démocratique travailliste, arrive en troisième position avec 12, 47%. Cela s’annonce très mal pour le second tour pour les forces de progrès et les démocrates de ce pays. Candidat de la bête immonde, dont le ventre est encore fécond, cet ancien capitaine de 63 ans radié de l’armée en 1988 pour infraction grave au règlement disciplinaire et menaces d’actions terroristes à l’explosif, puis innocenté, est largement favori pour le second tour qui se déroulera le 28 octobre. Face à lui le candidat, par défaut, du (...) Lire la suite »
21 

En un mot anéantir tout ce qui ne rampera pas à nos pieds comme des chiens

Smail HADJ ALI
Le six décembre 2017, rue Larbi Ben M’hidi, à un jeune algérien qui lui disait que la France devait reconnaître ses méfaits en Algérie, le Président Macron demanda, excédé : « Quel âge avez-vous » ? « 26 ans », répondit le jeune homme. « Mais vous n’avez pas connu la colonisation, lui rétorqua le Président français ; qu’est-ce que vous venez m’embrouiller avec ça » ! Au-delà, de l’attitude véhémente à l’égard d’un jeune homme soucieux de son histoire nationale, et de surcroît en son pays, le Président français avait probablement oublié que ce sont des millions d’Algériens qui sont nés après le 5 juillet, date de la proclamation de l’indépendance nationale, et qui donc « n’ont jamais connu la colonisation », et l’auraient à ce titre « embrouillé », tout autant. Ce sont aussi des dizaines de millions de Français qui n’ont jamais connu l’occupation allemande, la trahison nationale vichyste, et la Résistance, mais personne ne leur reprochera de ne pas oublier ce passé. Question. Le Président français aurait-il tenu ces (...) Lire la suite »
14 

Brésil. Le pétrole vendu aux enchères aux multinationales

Smail HADJ ALI

Il y a une année était votée par le parlement brésilien, majoritairement compradore, ultra réactionnaire et ultra libéral, la loi 4567/2016 modifiant le rôle de l’entreprise publique PETROBRAS dans l’exploration et l'exploitation des gisements pétroliers pré-salifères.Vendredi 27 octobre 2017, soit une année après le vote de cette loi que les progressistes Brésilens vivent comme une loi de trahison nationale, le gouvernement Temer, issu du golpe parlementaire qui destitua Dilma Rousseff, à la fin du mois d’août 2016, a mis aux enchères les premiers lots de puits de pétrole pré-salifère. Cette vente s’annonce comme le prélude de la liquidation, du bradage, de gisements, qui s'étendent sur une superficie de 149 000 km2, au profit des multinationales pétrolières.

Il y a une année était votée par le parlement brésilien, majoritairement compradore, ultra réactionnaire et ultra libéral, la loi 4567/2016 modifiant le rôle de l’entreprise publique PETROBRAS dans l’exploration et l'exploitation des gisements pétroliers pré-salifères. Cette loi mettait ainsi fin au rôle de la puissance publique en tant que seul opérateur, et ouvrait le marché aux multinationales pour participer à la curée des richesses nationales, en l'occurrence ici les champs de pétrole pré-salifères. Vendredi 27 octobre 2017, soit une année après le vote de cette loi que les progressistes Brésilens vivent comme une loi de trahison nationale, le gouvernement Temer, issu du golpe parlementaire qui destitua Dilma Rousseff, à la fin du mois d’août 2016, a mis aux enchères les premiers lots de puits de pétrole pré-salifère. Cette vente s’annonce comme le prélude de la liquidation, du bradage, de gisements, qui s'étendent sur une superficie de 149 000 km2, au profit des multinationales pétrolières. La mise aux (...) Lire la suite »
Avec l’aide d’une campagne mondiale de diabolisation de Nicolas Maduro...

Préparation d’une opération militaire contre le Venezuela en novembre 2017

Smail HADJ ALI

Une opération militaire contre le Venezuela, à partir la frontière brésilo-vénézuélienne, menée conjointement par les USA, le Brésil, la Colombie et le Pérou est en cours de préparation.

Le site d’information progressiste Brasil 247 vient de révéler, en reprenant une information du site Aporrea.org du journaliste Vénézuélien Manuel José Montanez, que des troupes militaires des Etats-Unis d’Amérique, ainsi que celles du Brésil, de la Colombie et du Pérou, participeront pendant dix jours à des actions militaires sur la triple frontière amazonienne de ces trois pays probablement en novembre 2017. Selon le journaliste vénézuélien ces manœuvres ont été proposées par le gouvernement de M Temer, l’actuel président du Brésil, suite au golpe parlementaire dont a été victime Dilma Roussef. D’autres sources indiquent que ce sont les U.S.A qui ont imposé cette opération par l’intermédiaire de l’ambassadeur US Peter Mc Kinsey. Bien évidemment, comme de coutume, l’objectif de cette action n’est pas présenté comme une opération militaire visant le Venezuela. En vérité il s’agit de donner un coup de main aux narcotrafiquants, aux mercenaires et aux troupes « irrégulières », paramilitaires, dont celles de l’ex (...) Lire la suite »
18 

. Venezuela. Un nouvel Irak. Suite

Smail HADJ ALI
Après avoir repoussé une attaque terroriste contre la caserne de Paramacay, dans la région de Valencia, à 180 kms à l’ouest de Caracas, le gouvernement vénézuélien et la Force Armée Nationale Bolivarienne, ont déclaré, ces deux derniers jours, s’attendre à un accroissement d’actions terroristes contre le pays. Ces actions sont initiées par des pays étrangers .et bénéficient d’un soutien interne, ont-ils affirmé. Le ministre de la Défense Vladimir Padrino Lopez, entouré de son état-major, a dans une intervention télévisée, dimanche 6 aout, affirmé que le pays vivait « « une situation extraordinaire » » du fait des actes de violence armée déclenchés par une unité militaire, la 41 Brigade blindée. « « Nous sommes entrés dans une phase d’escalade de la violence », » a ajouté le ministre de la Défense. Deux lieutenants ont participé à l’attaque contre la caserne de Paramacay. Deux assaillants ont été tués, huit autres ont été arrêtés, et plusieurs ont pu prendre la fuite. La veille de cette attaque, le Président Maduro a (...) Lire la suite »

Venezuela. Un nouvel Irak ?

Smail HADJ ALI
Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a déclaré dimanche 06 août, dans son compte Twitter, que les Etats-Unis ont trouvé le prétexte d’un « nouvel Irak » au Venezuela. Dans le passé, Washington a justifié son attaque illégale contre l'Irak sur la base d'informations non fondées, provenant de divers organismes des services secrets des États-Unis, parmi lesquels la CIA. Selon Assange la même chose pourrait se produire avec le Venezuela. Le message d’Assange est accompagné de la lecture d'une vidéo dans laquelle le directeur de la CIA, Mike Pompeo, avoue agir en coordination avec le Mexique et la Colombie pour renverser le gouvernement du Venezuela. L’accélération des préparatifs d’agression du Venezuela est liée à l’élection de l’assemblée nationale constituante, la semaine dernière. Notons également au titre de la gravité de ces accusations que le Venezuela a été exclu du Mercosul, le marché commun de l’Amérique du Sud. Le Président Maduro a dénoncé samedi 05aout 2017, les attaques contre le gouvernement (...) Lire la suite »
L’architecte Brésilien, Oscar Niemeyer et l’Algérie

Niemeyer, l’Algérie, et la mosquée révolutionnaire

Smail HADJ ALI
Entretien réalisé par Smaïl Hadj Ali Dans le cadre d'une étude qu'il consacre au Brésil, Smaïl Hadj Ali s'est entretenu avec l'architecte brésilien Oscar Niemeyer à Rio de Janeiro, à la fin du mois d'août 2005. En 1962, l'indépendance acquise, l'Algérie devint une terre d'accueil et d'asile, et Alger plutôt que la « Mecque des révolutionnaires », formule consacrée de l'époque, la New York des révolutionnaires. Cité cosmopolite, ouverte sur le monde, elle hébergeait alors des femmes et des hommes, qui de l'Angola au Brésil, de l'Afrique du Sud au Portugal, de la Palestine aux Black Panthers et au Mozambique combattaient le colonialisme, l'apartheid, le salazarisme, le racisme et les dictatures golpistes d'Amérique du Sud. Cette solidarité, la première Constitution, née de l'indépendance et rédigée en 1963, la rendait ainsi : « La République algérienne garantit le droit d'asile à tous ceux qui luttent pour la liberté. » (1) C'est dans ce contexte de résistance, de « tiersmondisme » et de lutte (...) Lire la suite »
Mission civilisatrice, bienfaits, oeuvre positive

De l’oeuvre positive de la France coloniale. Déculturer, ensauvager

Smail HADJ ALI
Cent quatre-vingt-deux ans après le début de l'occupation coloniale, de larges secteurs de ce qu'il est convenu d'appeler les élites françaises(1) " politiques, artistiques, médiatiques, scientifiques, universitaires " sassent et ressassent « l'oeuvre positive » de la colonisation. De telles postures révèlent a minima, non seulement l'ancrage et l'emprise écrasante de la « culture » coloniale, mais aussi l'idéologie de la supériorité " issue des théories sur les races " au sein de larges fractions de la société française. Elles révèlent tout autant, corrélativement à cette « culture », le mépris de ces élites pour des sociétés pour qui le système colonial a été une « période de deuil et de grande souffrance » (2). Ouvrons une parenthèse à ce sujet pour rappeler l'impérative nécessité de travailler sur les conditions de production des pseudos concepts et plus largement de la terminologie, qui ont structuré et structurent toujours les discours colonialistes et néocolonialistes (3). Cette (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10