RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Craig MURRAY
Sur l’audition de Julian Assange du 7 avril 2020

Au-delà des mots

Craig MURRAY
Hier, Mark Sommers, le second avocat extrêmement érudit de Julian Assange, lors de son audience d'extradition, a tremblé de colère au tribunal. La magistrate Vanessa Baraitser venait de décider que les noms du partenaire et des jeunes enfants de Julian Assange pouvaient être publiés, ce qui, selon elle, est dans l'intérêt d'une "justice ouverte". Sa partenaire avait soumis une lettre à l'appui de sa demande de mise en liberté sous caution liée à Covid 19 (que Baraitser avait sommairement rejetée) pour déclarer qu'il avait une famille à Londres. Baraitser a déclaré qu'il était donc dans l'intérêt d'une justice ouverte que les noms de la famille soient rendus publics, et a déclaré que la défense n'avait pas démontré de manière convaincante que cela entraînerait une menace pour leur sécurité ou leur bien-être. C'est à ce moment que Sommers a failli perdre son contrôle. Il s'est levé d'un bond et a informé qu'il ferait appel auprès de la Haute Cour, et a demandé un sursis de 14 jours. Baraitser lui a accordé quatre (...) Lire la suite »

La cage de verre blindée est un instrument de torture

Craig MURRAY
Lors de l'audience séparée de jeudi sur l'autorisation donnée à Assange de sortir de la cage blindée pour s'asseoir avec son équipe d'avocats, j'ai pu constater directement que la décision de Baraitser contre Assange a été présentée par elle au tribunal AVANT qu'elle n'ait entendu l'avocat de la défense présenter les arguments, et qu'elle les a présentés sans aucune modification. Je pourrais commencer par vous expliquer ma position dans la tribune publique par rapport au juge. Toute la semaine, je me suis délibérément assis à l'avant, sur le siège de droite. La galerie donne sur une fenêtre en verre blindé à une hauteur d'environ 2 mètres au-dessus de la salle d'audience. Elle descend d'un côté du tribunal, et l'extrémité droite de la galerie publique se trouve au-dessus du banc du juge, qui est assis en dessous perpendiculairement à celui-ci. Depuis les sièges de droite de la galerie publique, vous avez donc une vue plongeante directe sur le banc du juge, et que vous pouvez voir tous ses documents et son (...) Lire la suite »

Compte-rendu du Procès Assange, 4eme jour

Craig MURRAY
S'il vous plaît, tentez cette expérience pour moi. Posez cette question à haute voix, sur un ton d'encouragement et de curiosité intellectuelle : "Suggérez-vous que les deux ont le même effet ?". Posez maintenant cette question à voix haute, sur un ton d'hostilité et d'incrédulité frisant le sarcasme : "Suggérez-vous que les deux ont le même effet ?". Tout d'abord, félicitations pour vos talents d'acteur ; vous prenez très bien la direction des opérations. Deuxièmement, n'est-il pas fascinant de voir comment les mêmes mots peuvent précisément transmettre le sens opposé en fonction de la modulation du stress, de la hauteur et du volume ? Hier, l'accusation a poursuivi son argument selon lequel la disposition du traité d'extradition entre le Royaume-Uni et les États-Unis de 2007 qui interdit l'extradition pour des délits politiques est lettre morte, et que les objectifs de Julian Assange ne sont de toute façon pas politiques. James Lewis avocat pour l'accusation a parlé pendant environ une heure, et (...) Lire la suite »

Compte-rendu du Procès Assange, 3eme jour

Craig MURRAY
Lors de la procédure d'hier au tribunal, l'accusation a adopté des arguments si catégoriques et apparemment déraisonnables que je me suis demandé comment les rédiger d'une manière qui ne semble pas être une caricature ou une exagération injuste de ma part. Ce à quoi on assiste dans ce tribunal a depuis longtemps dépassé le stade de la caricature. Tout ce que je peux faire, c'est vous donner l'assurance personnelle que ce que je raconte est conforme à la réalité. Comme d'habitude, je traiterai d'abord des questions de procédure et du traitement réservé à Julian, avant d'exposer clairement les arguments juridiques avancés. Vanessa Baraitser a pour instruction claire de faire semblant d’être inquiète en demandant, vers la fin de chaque séance, juste avant la pause de toute façon, si Julian se sent bien et s'il souhaite une pause. Elle ignore alors systématiquement sa réponse. Hier, il a répondu assez longuement qu'il n'entendait pas bien dans sa boîte de verre et qu'il ne pouvait pas communiquer avec ses (...) Lire la suite »

Compte-rendu du Procès Assange, 2eme jour

Craig MURRAY
Cet après-midi, l'avocat espagnol de Julian, Baltasar Garzon, a quitté le tribunal pour retourner à Madrid. En sortant, il s'est naturellement arrêté pour serrer la main de son client, en faisant passer ses doigts par l'étroite fente de la cage de verre pare-balles. Assange, à moitié debout, a pris la main de son avocat. Les deux gardes de sécurité dans la cage avec Assange se sont immédiatement levés, mettant la main sur Julian et le forçant à s'asseoir, empêchant la poignée de main. Ce n'était pas le pire aujourd'hui, loin de là, mais c'est une image frappante de la force brute insensée utilisée continuellement contre un homme accusé de publier des documents. Le fait qu'un homme ne puisse même pas serrer la main de son avocat est contraire à l'esprit dans lequel les membres du système juridique aiment à faire semblant de pratiquer le droit. Je vous offre ce moment étonnant comme un résumé des événements d'hier au tribunal. Le deuxième jour, la procédure avait commencé par une déclaration d'Edward (...) Lire la suite »

Compte-rendu du Procès Assange, 1er jour

Craig MURRAY
Woolwich Crown Court est conçu pour imposer le pouvoir de l'État. Les tribunaux normaux de ce pays sont des bâtiments publics, délibérément placés par nos ancêtres en plein centre-villes, presque toujours à proximité d'une rue principale. Le but principal de leur positionnement et de leur architecture était de faciliter l'accès au public, avec la conviction qu'il est vital que la justice soit visible par le public. Woolwich Crown Court, qui accueille le Belmarsh Magistrates Court, est construit sur un principe totalement opposé. Il n'a pas d'autre but que d'exclure le public. Rattaché à une prison située dans un marais balayé par les vents, loin de tout centre social normal, une île accessible uniquement en naviguant dans un labyrinthe de routes à double voie, tout l'emplacement et l'architecture du bâtiment sont pensés pour décourager l'accès au public. Il est entouré par la même barrière de palissage en acier extrêmement résistant qui ceinture la prison. C'est une chose extraordinaire, un palais de (...) Lire la suite »

Assange au Tribunal (21 Octobre 2019)

Craig MURRAY
J'ai été profondément ébranlé par les événements d'hier (21 Octobre 2019 - NdT) au tribunal de première instance de Westminster. Chaque décision fut prise en dépit des arguments et objections à peine entendus de l'équipe de défense d'Assange, par un magistrat qui a à peine fait semblant de les écouter. Avant d'en venir au manque flagrant d'équité du processus, la première chose que je dois noter, c'est l'état de Julian. J'ai été très choqué par la perte de poids de mon ami, par la vitesse à laquelle a perdu des cheveux et par l'apparition d'un vieillissement prématuré et largement accéléré. Il boite comme je ne l'ai jamais vu auparavant. Depuis son arrestation, il a perdu plus de 15 kg. Mais son apparence physique n'était pas aussi choquante que sa détérioration mentale. Lorsqu'on lui a demandé de donner son nom et sa date de naissance, il a visiblement lutté pendant plusieurs secondes pour se les rappeler. Je reviendrai sur le contenu important de sa déclaration finale, mais la difficulté qu'il a eue pour (...) Lire la suite »

L’étape manquante

Craig MURRAY
En Suède, les procureurs ont demandé aux tribunaux suédois de délivrer un mandat d'arrêt contre Julian. Il y a une histoire extraordinaire derrière cette simple déclaration. Le mandat d'arrêt européen doit être délivré d'un pays à un autre par une autorité judiciaire. La demande d'extradition initiale de M. Assange n'a pas été présentée par un tribunal, mais simplement par le procureur. C'était d'autant plus étrange que le procureur général de Stockholm avait initialement classé l'affaire après avoir décidé qu'il n'y avait pas d'affaire à répondre, puis qu'un autre procureur, très politiquement motivé, avait rouvert l'affaire et délivré un mandat d'arrêt européen, sans demander confirmation à un juge. L'appel initial d'Assange devant la Cour suprême du Royaume-Uni était en grande partie fondé sur le fait que le mandat ne provenait pas d'un juge mais d'un procureur, qui n'était pas une autorité judiciaire. Je n'ai aucun doute que si une autre personne au Royaume-Uni avait été accusé, les tribunaux britanniques (...) Lire la suite »

Où est le mandat d’arrêt suédois ?

Craig MURRAY, Naomi WOLF

Note du traducteur : 3 articles clés (un récent et deux plus anciens), lèvent le voile sur une affaire qui se révèle de plus en plus louche. On ne s’étonnera pas du désintérêt montré par les "Décodeurs" du Monde et autres "Fact Checkers" à la noix de Libé et autres.

Si les allégations suédoises contre Julian Assange étaient sincères et n'étaient pas simplement une ruse pour l'arrêter en vue de son extradition vers les États-Unis, où est le mandat d'arrêt de la Suède et quelles sont les accusations ? Seule l'accusation la plus mineure a dépassé le délai de prescription. L'accusation principale, qui équivaut à un viol, est encore loin d'être prescrite. La Suède a eu sept ans pour achever l'enquête et préparer l'affaire. Cela fait plus de deux ans qu'ils ont interviewé Julian Assange à l'ambassade équatorienne. Ils ont eu des années et des années pour recueillir toutes les preuves et préparer les accusations. Alors, messieurs les procureurs suédois, où sont vos charges ? Où est votre mandat d'arrêt ? Julian Assange n'a jamais été accusé de quoi que ce soit en Suède. Il était simplement "recherché pour interrogatoire", un fait que les grands médias se sont toujours abstenus d'expliquer. Il est désormais évident qu'il n'y a jamais eu la moindre intention de l'inculper de quoi (...) Lire la suite »

D’un type développé par des menteurs

Craig MURRAY
J'ai maintenant reçu la confirmation d'une source bien placée au FCO (Bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth – NdT) que les scientifiques de Porton Down (zone gouvernementale de recherche militaire – NdT) ne sont pas en mesure d'identifier l'agent neurotoxique comme étant de fabrication russe, et éprouvent du ressentiment à l'égard des pressions exercées sur eux pour le faire. Porton Down n'a approuvé la formulation « d'un type développé par la Russie » qu'après une réunion plutôt difficile pour aboutir à ce compromis. Les Russes auraient fait des recherches, dans le cadre du programme « Novichok », sur une génération d'agents neurotoxiques qui pourraient être fabriqués à partir de produits disponibles dans le commerce, tels que les insecticides et les engrais. Dans ce sens, cette substance est un « novichok ». C'est un produit du même type. Tout comme je suis en train de taper sur un ordinateur portable d'un type développé par les États-Unis, mais fabriqué en Chine. Chose évidente depuis (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10