RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Jean ZIEGLER
Jean Ziegler : la Haine de l’Occident

« La mémoire du Sud ressurgit ; elle attise la haine de l’Occident »

Jean ZIEGLER

Dans « La Haine de l’Occident », le sociologue Jean Ziegler se fait l’interprète du ressentiment des peuples du Sud à l’égard d’un Nord « aveugle et dominateur ».
Ce livre, personne d’autre n’aurait pu l’écrire. Intellectuel suisse versé aux luttes du Sud, davantage écouté à Alger et Porto Alegre qu’à Genève ou Berne, fréquentant les arcanes de l’ONU depuis près d’un demi-siècle, Jean Ziegler seul pouvait dresser le constat implacable qui préside à La Haine de l’Occident (1) : loin de se combler, le fossé entre le Nord et l’immense majorité des habitants de la planète se creuse inexorablement. Fossé économique bien connu, certes, mais surtout fossé intellectuel, sensible, humain, politique. Face à un Sud devenu acteur global, bien décidé à achever la décolonisation, le sociologue dépeint un Occident arrogant, incapable de reconnaître ses torts passés et présents. La folle épopée bolivienne d’Evo Morales servant de modèle paroxystique au rejet de ce (néo)colonialisme et de son dernier avatar, le capitalisme globalisé. S’il n’évite pas quelques imprécisions, La Haine de l’Occident a le mérite d’offrir une analyse originale - entre histoire et sociologie - aux crispations de la société internationale. Un phénomène à la fois salutaire - dans sa dimension émancipatrice - et dangereux - tant il participe au blocage absolu des Nations Unies.

PROPOS RECUEILLIS PAR BENITO PEREZ POUR LE COURRIER En quoi La Haine de l'Occident que vous décrivez diffère-t-elle de l'anti-occidentalisme qui guida dès les années 1950 le mouvement des non-alignés et la décolonisation ? Jean Ziegler : L'anticolonialisme des années 1950-1960 était une libération territoriale. Le combat opposait une puissance occupante et un peuple occupé. Aujourd'hui, le sujet collectif est le Sud ; paradoxalement, l'unité tricontinentale s'est réalisée sous l'effet du capitalisme de la jungle. A la lutte contre l'occupant s'est substitué un rejet du système de domination globalisé. Quand Sartre disait : « Pour aimer les hommes, il faut haïr ce qui les opprime », tout est dans le « ce ». La réaction n'est pas dirigée contre un groupe d'hommes ou des individus mais contre les mécanismes de l'oppression. C'est la différence entre la haine que j'appelle raisonnée et la haine pathologique véhiculée par certains groupes comme al-Qaida. Quels sont les ressorts de cette « haine raisonnée » (...) Lire la suite »
Cargill, FMI, OMC & Co

Ceux qui volent le droit à la nourriture

Jean ZIEGLER

"Les causes qui ont déclenché la crise actuelle de la production alimentaire ont, par différents aspects, engendré une violation du droit à la nourriture.

(...) Quelles sont les principales causes des graves violations des droits à la nourriture consécutives à l’augmentation des prix ? Et quelle est la cause d’une telle augmentation ?"

Les causes qui ont déclenché la crise actuelle de la production alimentaire ont, par différents aspects, engendré une violation du droit à la nourriture. L'an dernier, de février 2007 à février 2008, le prix du blé sur le marché international a augmenté de 130%, celui du riz de 74 %, celui du soja de 31 %. En moyenne pendant cette période, le prix des produits de première nécessité a augmenté de plus de 40%. Trois aspects préliminaires importants sont à considérer. Avant tout : des pays forts comme l'Inde, la Chine, l'Egypte et quelques autres sont actuellement en mesure de fournir à leur population les aliments de première nécessité, même si le processus ne perdurera pas à long terme. Mais la plus grande partie des pays plus pauvres n'a pas la même capacité. Haïti consomme en général annuellement 200 mille tonnes de farine et 320 mille de riz. 100 % de la farine consommée est importée, ainsi que 75 % du riz. Entre janvier 2007 et janvier 2008, le prix de la farine à Haïti a augmenté de 83 % et celui du riz (...) Lire la suite »

Jean Ziegler : « Les révoltes pour la nourriture sont aussi un grand espoir »

Jean ZIEGLER

Le titre du dernier livre de Jean Ziegler, prochainement en librairie en Italie édité par Tropea, ne pouvait être plus explicite : « L’Empire de la honte » (Fayard, 2005, NdT). Face à la crise de la nourriture qui est en train de réduire à la famine des couches de plus en grandes de la population dans les pays du sud, le sociologue suisse n’y va pas à demi mots pour indiquer causes, responsabilités et conséquences. Concepts et informations recueillis par téléphone pour il manifesto.

Professeur, le dernier rapport de la FAO dit que bien que les perspectives de production alimentaire pour la période de 2008-2009 soient favorables, il n'y aura pas de diminutions significatives des prix sur le marché et que le nombre de personnes souffrant de la faim va augmenter. Comment est-ce possible ? Huit grandes entreprises multinationales détiennent les leviers du commerce des aliments de base. Pour le blé, le plus important est Cargill, dans le Minnesota, qui a contrôlé l'année dernière 25 % de toute la production céréalière mondiale : 553 millions de profit au premier trimestre 2007. Au premier trimestre 2008 la marge bénéficiaire était de 1,03 milliards de dollars. Et puis il y a la spéculation, qui est difficile à quantifier mais qui selon les économistes de la Banque mondiale a une incidence de 37 % sur le prix ; Heiner Flassbeck , directeur de la Globalization and Developpement Strategie Division parle, lui, du double. Responsables de cette situation : les plans d'ajustement (...) Lire la suite »
Crise alimentaire

Jean Ziegler plaide pour un moratoire sur les biocarburants

Jean ZIEGLER

Le Sociologue suisse Jean Ziegler a proposé, ce 28 avril 2008, un moratoire de cinq ans sur les biocarburants. Il faut, selon lui, briser la spéculation afin de maîtriser l’envolée des prix des produits alimentaires.

Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l'alimentation, Jean Ziegler précise que dans l'espace d'un an, le prix du blé a augmenté de 130%, le prix du riz de 74%, le prix du soja de 87%, et celui du maïs de 53%. La transformation massive d'aliments en biocarburants est la principale cause de cette crise alimentaire qui frappe notamment les pays en développement, estime Ziegler. « Sur 2 milliards de tonnes de céréales produites, 500 millions sont contrôlées totalement par Cargill », souligne-t-il. « 2,2 milliards de personnes, soit le tiers de l'humanité, vivent dans l'extrême pauvreté ou en-dessous du minimum vital, et ne peuvent pas payer ces prix sur le long terme », dénonce Jean Ziegler. Le Sociologue suisse assimile à du « terrorisme l'application dans les pays pauvres, par les institutions financières internationales, du Programme d'ajustement structurel (PAS). Il a vertement critiqué le Fond monétaire international (FMI), qui a imposé la « plantation » de produits destinés à (...) Lire la suite »

Réfugiés de la faim

Jean ZIEGLER

La nuit était noire, sans lune. Le vent soufflait à plus de 100 kilomètres à l’heure. Il faisait se lever des vagues de plus de 10 mètres qui, avec un fracas effroyable, s’abattaient sur la frêle embarcation de bois. Celle-ci était partie d’une crique de la côte de Mauritanie, dix jours auparavant, avec à son bord 101 réfugiés africains de la faim. Par un miracle inespéré, la tempête jeta la barque sur un récif de la plage d’El Medano, dans une petite île de l’archipel des Canaries. Au fond de la barque, les gardes civils espagnols trouvèrent les cadavres de trois adolescents et d’une femme, morts de faim et de soif.

La même nuit, quelques kilomètres plus loin sur la plage d'El Hierro, un autre rafiot s'échoua : à son bord, 60 hommes, 17 enfants et 7 femmes, spectres titubants à la limite de l'agonie (1). A la même époque encore, mais en Méditerranée cette fois-ci, un autre drame se joue : à 150 kilomètres au sud de Malte, un avion d'observation de l'organisation Frontex repère un Zodiac surchargé de 53 passagers qui - probablement par suite d'une panne de moteur - dérive sur les flots agités. A bord du zodiac, les caméras de l'avion identifient des enfants en bas âge et des femmes. Revenu à sa base, à La Valette, le pilote en informe les autorités maltaises, qui refusent d'agir, prétextant que les naufragés dérivent dans la « zone de recherche et de secours libyenne ». La déléguée du Haut Commissariat des réfugiés des Nations unies Laura Boldini intervient, demandant aux Maltais de dépêcher un bateau de secours. Rien n'y fait. L'Europe ne bouge pas. On perd toute trace des naufragés. Quelques semaines auparavant, une (...) Lire la suite »

Jean Ziegler : « Protéger ceux qui fuient la faim », par Alberto d’Argenzio.

Jean ZIEGLER
Il manifesto, Bruxelles, 16 octobre 2007. Donner un statut de protection internationale à ceux qui fuient à cause de la famine, de la faim. En des temps de lutte dure contre l'immigration illégale, c'est une proposition qui aurait un air de provocation, si elle n'était pas faite par Jean Ziegler : sociologue et économiste suisse, chargé par l'Onu d'écrire le rapport sur le Droit à l'alimentation. En 2000, il a écrit La faim dans le monde expliquée à mon fils (en France, Seuil, ndt), et plus récemment il a repris le même thème dans L'empire de la honte, (en France chez Fayard). Hier (15 octobre) il était au Parlement européen de Bruxelles pour lancer la campagne internationale de la Fian, Face it act now, pour le « Droit humain à l'alimentation ». Comment avez-vous développé l'idée d'un nouveau régime de protection pour ceux qui fuient la faim ? Chaque jour une tragédie incroyable a lieu : des milliers de personnes cherchent à rejoindre l'Europe depuis les côtes de la Mauritanie et du Sénégal, (...) Lire la suite »