Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


À qui profite le crime ?

Yasser Arafat n’est pas mort de vieillesse ou de maladie. Comme les grands révolutionnaires qui ont incarné, y compris dans leurs défauts très humains, les aspirations des opprimés, il a été assassiné. Il voulait être un chahid, une enquête scientifique est en train de confirmer qu’il est mort en combattant.

Beaucoup de Palestiniens le disaient depuis longtemps avec la conviction forte qu’il était, malgré sa disponibilité au compromis, le grand obstacle à la « liquidation » de la cause.
Cette conviction, les expertises russes et suisses viennent de l’étayer de manière raisonnable. Le président palestinien a été empoisonné au polonium, une substance réservée à quelques États dont Israël. « Nos résultats soutiennent raisonnablement la thèse de l’empoisonnement », a résumé jeudi le Dr François Bochud, directeur de l’Institut de radiophysique appliquée de Lausanne, un des auteurs du rapport suisse.

Le président de la commission d’enquête palestinienne sur la mort de Yasser Arafat, Tawfiq Tiraoui, a enfoncé une porte ouverte en déclarant qu’Israël était le « principal et unique suspect de l’assassinat » de Yassar Arafat. Les responsables israéliens avaient exprimé publiquement et à maintes reprises leur volonté de le « liquider » et cela équivaut signature.

Les démentis d’Israël sont prévisibles et pas crédibles. Par contre, l’insistance de Tiraoui à faire d’Israël « le principal et unique suspect » semble trop lourde. Comme s’il s’agissait d’évacuer le grand sujet qui fâche, à savoir que l’empoisonnement a probablement été réalisé par des mains palestiniennes.
Certains dirigeants palestiniens accusent même l’entourage de l’ancien chef du Fath. Les Palestiniens n’étant pas amnésiques n’oublient pas que Yasser Arafat était devenu pour certains dirigeants celui qui entrave la « solution » par sa seule « existence », par son « entêtement » à s’accrocher aux fondamentaux de la cause palestinienne.
Par son souci exacerbé d’éviter que les clivages politiques et idéologiques entre Palestiniens ne se transforment en division et affrontements. L’homme avait pris le risque d’Oslo mais ne renonçait pas à la résistance. Même quand le piège s’est refermé sur lui dans une mouqataa assiégée par les chars de l’occupant, il est resté sans concession sur ce qu’il considère les fondamentaux.

Israël avait évidemment toutes les raisons du monde pour l’éliminer. mais des palestiniens ambitieux, appâtés ou tout simplement naïfs se sont laissé également convaincre que Yasser Arafat était un obstacle.
Sa mort a affecté le moral des palestiniens, l’alternative en termes de leadership s’appelait Marwan Barghouti et il est en prison.
Sa liquidation a permis aux négociateurs du vent de mener la barque et d’engager les palestiniens dans un cul-de-sac où ils donnaient sans rien recevoir en contrepartie. Elle a surtout permis à certains aventuriers d’engager de manière insouciante une guerre civile inter-palestinienne à Ghaza.
Le crime a bien profite à Israël, mais cela n’en fait pas l’unique suspect, et cela doit hanter bien des consciences.

M. Saadoune

»» http://www.lequotidien-oran.com/
URL de cet article 23247
   
Le Printemps des Sayanim
Jacob COHEN
Interview de l’auteur. Pourquoi ce titre ? J’ai voulu que le terme « sayanim » apparaisse d’emblée et interpelle le lecteur. On se pose la question, et la définition se trouve juste dans les premières lignes de la 4e. La problématique est installée, sans faux-fuyants, et sans réserve. Idéalement, j’aimerais que ce terme entre dans le vocabulaire courant, dans les analyses, et dans les commentaires. Voulez-vous nous la rappeler ? Les sayanim - informateurs en hébreu - sont des juifs de la diaspora (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le Capital a horreur de l’absence de profit. Quand il flaire un bénéfice raisonnable, le Capital devient hardi. A 20%, il devient enthousiaste. A 50%, il est téméraire ; à 100%, il foule aux pieds toutes les lois humaines et à 300%, il ne recule devant aucun crime.

Karl Marx, Le Capital, chapitre 22


Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
117 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.