RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

28 

Alors, un peu, beaucoup, passionnément, pas du tout gaulliste ?

L’accession d’Hitler au pouvoir, la cécité de nos dirigeants d’alors, la bêtise de notre presse lénifiante, l’indigence de notre armée, la trahison de Pétain et du patronat français (« Plutôt Hitler que le Front populaire »), le programme du Conseil National de la Résistance, les postes ministériels qu’il dut accorder à des communistes, bref un « alignement des planètes » ont fait d’un colonel coléreux à l’égo surdimensionné (on se comprend), bourgeois jusqu’au sommet du képi, catho comme ma grand-mère lingère au couvent, une légende, un chef d’Etat comme l’Histoire en produit avec parcimonie.

Il y a dans le gaullisme « à boire et à manger ».

Ce qui est sûr, c’est que depuis que « le grand » (1,96 m) n’est plus là, ceux qui lui ont succédé flottent dans son costume et qu’il ne voudrait pas de Macron, même pour nettoyer les toilettes de La Boisserie (ou alors, comme à l’armée, avec une brosse à dents).

Théophraste R. Découvreur possible d’un brouillon de De Gaulle : « Quand j’ai vu Pétain se réfugier à Vichy, j’ai dit à Yvonne : fais les valises, on file à Londres ».

URL de cette brève 6626
https://www.legrandsoir.info/alors-un-peu-beaucoup-passionnement-pas-du-tout-gaulliste.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
12/10/2020 à 09:30 par Walter Rizotto
#173977 
12/10/2020 à 09:37 par Hassinus

L’idéologie de la grande finance a fait revenir sous son giron, le célèbre Général (Sarkosy, Hollande et maintenant Macron, tombe fleurie, discours grandiloquent etc ) cela en lui appliquant une formule des plus cocasses : "qu’il vive le grand homme et mais que ses idées meurent" C’est joli, non ?!

#173978 
12/10/2020 à 10:54 par Anwen

(désolé d’avance pour la longueur exceptionnelle du commentaire qui suit)
Le souci ne vient pas des hommes mais du système qui les nourrit.
le problème de la démocratie
Rappelons d’abord qu’après 1789, la France est passée d’une monarchie qui avait pour contre-pouvoirs tous les corps intermédiaires, à une oligarchie financière dénuée de tout contre-pouvoirs, le tout sous le vocable trompeur de démocratie.
La démocratie est le « vêtement » dont se pare le pouvoir sous le prétexte qu’existe une représentation populaire, représentation qui est, dans les faits, c’est-à-dire concrètement, non pas populaire mais contrôlée par des partis politiques sous influence des puissances d’argent.
René Guénon rappelle, dans un premier temps, que définir la « démocratie » comme le gouvernement du peuple par lui-même, est une impossibilité, une chose qui ne peut pas même avoir une simple existence de fait, pas plus à notre époque qu’à n’importe quelle autre car il est contradictoire d’admettre que les mêmes hommes puissent être à la fois gouvernants et gouvernés, parce qu’un même être ne peut être « en acte » et « en puissance » en même temps et sous le même rapport. Il y a là une relation qui suppose nécessairement deux termes en présence : il ne pourrait y avoir de gouvernés s’il n’y avait aussi des gouvernants, fussent-ils illégitimes et sans autre droit au pouvoir que celui qu’ils se sont attribués eux-mêmes.
Mais la grande habileté des dirigeants dans le monde moderne, ajoute-t-il, est de faire croire au peuple qu’il se gouverne lui-même ; et le peuple se laisse persuader d’autant plus volontiers qu’il en est flatté et que d’ailleurs il est incapable de réfléchir assez pour voir ce qu’il y a là d’impossible. C’est pour créer cette illusion qu’on a inventé le « suffrage universel » : c’est l’opinion de la majorité qui est supposée faire la loi ; mais ce dont on ne s’aperçoit pas, c’est que l’opinion est quelque chose que l’on peut très facilement diriger et modifier ; on peut toujours, à l’aide de suggestions appropriées, les sondages par exemple, y provoquer des courants allant dans tel ou tel sens déterminé.
C’est pour cela qu’on a pu dire que « l’opinion, c’est l’erreur du plus grand nombre ».
« Ce n’est pas le nombre qui compte, dit Gandhi, mais la qualité… Je ne conçois pas le nombre, ajoute-t-il, comme une force nécessaire dans une cause juste. »
Et René Guénon de confirmer : « L’avis de la majorité ne peut être que l’expression de l’incompétence. »
Ceci permet de comprendre pourquoi le pouvoir politique (religieux aussi) se fonde volontiers sur l’ignorance du peuple et s’accroît d’autant que les esprits sont faibles, les gens incultes.
Toute élévation du type humain demande un régime aristocratique. La démocratie avilit en abaissant les bons, c’est une tyrannie qui s’exerce par un mouvement de traction morale, de bas en haut ; elle fait descendre, elle empêche les meilleurs de s’élever, elle abat les têtes qui dépassent le niveau des médiocres, empêchant ainsi l’éclosion des types supérieurs, elle supprime le respect, rend les petits, les médiocres insolents.
Ce n’est donc pas pour rien que « démocratie » s’oppose à « aristocratie », ce dernier mot désignant précisément, du moins lorsqu’il est pris dans son sens étymologique, le pouvoir de l’élite. Celle-ci, par définition, ne peut être que le petit nombre, et son pouvoir, son autorité plutôt, qui ne vient que de sa supériorité intellectuelle, n’a rien de commun avec la force numérique sur laquelle repose la « démocratie », dont le caractère essentiel est de sacrifier la minorité à la majorité, et aussi, par là même, la qualité à la quantité, donc l’élite à la masse.
Ainsi, le rôle directeur d’une véritable élite et son existence même, car elle joue forcément ce rôle dès lors qu’elle existe, sont radicalement incompatibles avec la « démocratie », qui est intimement liée à la conception « égalitaire », c’est-à-dire à la négation de toute hiérarchie : le fond même de l’idée « démocratique » c’est qu’un individu quelconque en vaut un autre, parce qu’ils sont égaux numériquement, et bien qu’ils ne puissent jamais l’être que numériquement. Une élite véritable ne peut être qu’intellectuelle, et c’est pourquoi la « démocratie » ne peut s’instaurer que là où la pure intellectualité n’existe plus, ce qui est effectivement le cas du monde moderne.
Seulement, comme l’égalité est impossible en fait, et comme on ne peut supprimer pratiquement toute différence entre les hommes, en dépit de tous les efforts de nivellement, on en arrive, par un curieux illogisme, à inventer de fausses élites, d’ailleurs multiples, qui prétendent se substituer à la seule élite réelle ; et ces fausses élites sont basées sur la considération de supériorités quelconques, éminemment relatives et contingentes, et toujours d’ordre purement matériel. On peut s’en apercevoir aisément en remarquant que la distinction sociale qui compte le plus, dans le présent état de choses, est celle qui se fonde sur la fortune, c’est-à-dire sur une supériorité tout extérieure et d’ordre exclusivement quantitatif, la seule en somme qui soit conciliable avec la « démocratie », parce qu’elle procède du même point de vue.
Et l’égalité suppose l’uniformité. Et là, on voit poindre à l’horizon l’horrible monde Orwellien de « 1984 » (date qui, coïncidence, correspond à l’année qui suivra le « tournant de la rigueur » en France).
L’uniformité, pour être possible, nous dit encore René Guénon, supposerait des êtres dépourvus de toutes qualités et réduits à n’être que de simples « unités » numériques ; et c’est aussi qu’une telle uniformité n’est jamais réalisable en fait, mais que tous les efforts faits pour la réaliser, notamment dans le domaine humain, ne peuvent avoir pour résultat que de dépouiller plus ou moins complètement les êtres de leurs qualités propres, et ainsi de faire d’eux quelque chose qui ressemble autant qu’il est possible à de simples machines, car la machine, produit typique du monde moderne, est bien ce qui représente, au plus haut degré qu’on ait encore pu atteindre, la prédominance de la quantité sur la qualité. C’est bien à cela que tendent, au point de vue proprement social, les conceptions « démocratiques » et « égalitaires », pour lesquelles tous les individus sont équivalents entre eux, ce qui entraîne cette supposition absurde que tous doivent être également aptes à n’importe quoi ; cette « égalité » est une chose dont la nature n’offre aucun exemple, puisqu’elle ne serait rien d’autre qu’une complète similitude entre les individus ; mais il est évident que, au nom de cette prétendue « égalité » qui est un des « idéaux » à rebours les plus chers au monde moderne, on rend effectivement les individus aussi semblables entre eux que la nature le permet, et cela tout d’abord en prétendant imposer à tous une éducation uniforme. Il va de soi que, comme malgré tout on ne peut pas supprimer entièrement la différence des aptitudes, cette éducation ne donnera pas pour tous exactement les mêmes résultats ; mais il n’est pourtant que trop vrai que, si elle est incapable de donner à certains individus des qualités qu’ils n’ont pas, elle est par contre très susceptible d’étouffer chez les autres toutes les possibilités qui dépassent le niveau commun ; c’est ainsi que le « nivellement » s’opère toujours par en bas.
L’égalité c’est la fin d’une race, « tous dégénérés », « tous fous », tous égaux (et ridiculement masqués aujourd’hui) dans la bêtise ou dans la bassesse.
Comme l’a dit Hayao Miyazaki : « Nous sommes arrivés à un moment de l’histoire où nous devons d’urgence redéfinir le sens de la civilisation. »
Aussi, commençons par rappeler ce qu’est la vraie MORALE, car nous voyons tous les jours des hommes, qu’on appelle de grands moralistes, formuler des propositions en opposition flagrante avec la vraie morale.

#173983 
12/10/2020 à 17:37 par manant

@ Anwen
Thomas Hobbes questionnant le problème de la souveraineté, dans Léviathan, a été catégorique : La multitude devient peuple au moment où elle cède sa souveraineté, et, ayant cédé sa souveraineté, elle cesse d’être un peuple pour redevenir une multitude : ce que seront les "masses" avec l’émergence de l’État moderne issu de la révolution française. La démocratie, sera en effet tout ce que vous en dites. À l’inverse, là où les élites, comme vous les définissez, ont conservé le pouvoir, la situation du peuple, ou de la multitude, est-elle différente de qu’on observe partout du fait du nivellement mondial par le marché ?
À un moment donné de l’histoire, correspondant à la révolution industrielle, les deux modèles antagonistes (ancien et nouveau régimes) ont accéléré (par l’impérialisme) la formation d’un marché mondial permettant de fournir aux moyens de production capitaliste, matières premières et débouchés, en plus d’une main d’œuvre bon marché.
À présent, nous sommes arrivés au bout de ce cycle. L’émergence de la Chine et des nations issues d’anciennes civilisations, est en train de tourner la page ouverte par l’Europe dès la Renaissance. Les deux modèles ( ancien et nouveau) n’en font plus qu’un, et sont en crise. En fait, la France, après de Gaulle — qui a rué dans les brancards de l’asservissement euro-atlantiste — s’est alignée sur l’Angleterre (tatcherisme à droite, blairisme à "gauche"). La boucle et bouclée.

#173996 
12/10/2020 à 18:47 par Assimbonanga

"Macron ? Un petit gommeux qui n’a même pas fait son service militaire ! "

#173998 
12/10/2020 à 19:42 par Rauch

Superbe la chaine youtube de Lacroix-Riz particulièrement croustillant l’épisode sur Mitterrand qui comme elle dit à fait le ménage sur son passé. J’ajouterais en utilisant la poudre et le plomb. Pour De Gaulle il va de soit que c’était un pure royaliste avant d’être un bourgeois et quoi de mieux qu’un royaliste pour défendre la nation même républicaine. Pour le reste ces érections sociales d’après la victoire et la libération de Paris ont été fortement inspiré par les mitraillettes des partisans encore posé sur la table. Après Il as fallu qu’il use de la fine fleur de la collaboration remis en place sous couvert de fausse épuration pour désarmer cette armée populaire à l’aide des mêmes flics qui avait fait régner l’ordre durant Vichy et dans les colonies. Il nous a ensuite doté de ce putain de suffrage universelle qui fait la gloire de Macron et n’est en faite qu’une nouvelle façon de couronner nos anciens roi en appelant ça démocratie grosse escroquerie un peu à la "je vous ai compris " ou l’art de l’aristo de prendre le peuple pour des cons . L’ennuis avec l’aristocratie qui produit nos rois pardon élite, c’est que inévitablement leur génétique dégénère à force de ce reproduire entre elle dans ces élevages de grandes écoles. Avec la politique covid on as atteins des sommets dans l’irresponsabilité à voir les chiffres de santé public France si le confinement as été salutaire il faut maintenant arrêté les frais . Le rebond depuis mis Septembre de 60 mort /jour n’est conditionné que par le pic des 1000mort jours de avril attribué à juste titre à l’incurie de notre élite médicale (buzin) et politique (les municipales). Ce chiffre est a relativiser avec les plus de 2000 français qui meurt chaque jour pour laisser la place au nouveaux nés pour la plupart à plus de 70 ans covid ou pas covid . Continuer à mettre la couverture sur cette incendie maintenant éteins ne contribue qu’a asphyxié la majorité de ceux qui reste en vie dans la fumée de cette soi-disant deuxième vague. Toute cette répression social est une benediction pour le pouvoir. C’est mieux que les terroristes !!!

https://www.youtube.com/watch?v=Jdtp7lQfryc&list=PLe-PDf4w60sb4IOj...

#174000 
12/10/2020 à 21:26 par Byblos

Ce militaire catho qui était un piètre théoricien idéologue, a tout de même tenté de façon pragmatique d’inventer une voie moyenne entre capitalisme et communisme par ce qu’il avait appelé la « participation ». Il a même voulu organiser un referendum (celui de 1968) sur ce thème. Pompidou, l’infiltré des Rothschild (déjà) au coeur du pouvoir, avait détourné ce referendum vers la réforme du sénat.

#174001 
13/10/2020 à 08:20 par ozerfil

De Gaulle n’était PAS PLUS de droite que TOUS ceux qui ont suivi !!

Et, sans l’admirer (bien qu’il ait eu un certain sens moral, une certaine idée de la France et une hauteur d’esprit, lui...), nous allons même de mal en pis avec chaque Président qui lui a succédé.
Seul Chirac, par le coup, d’éclat de D. (Galouzeau...) de Villepin * à l’ONU contre la guerre en Irak, est ponctuellement sorti du rang.
Je citerai aussi, pour l’immense duperie, Giscard (d’Estaing... *), de "la Haute", qui la jouait proche du Peuple...

Mitterrand, très intelligent mais bassement calculateur, a été le "moins pire " - bien qu’ayant été celui qui a détruit la Gauche...
Macron le "plus pire " - il n’est pas loin de réussir l’exploit de ramener, après Pétain, l’extrême droite au Pouvoir en France tant sa politique est indigne et révoltante à tous points de vue... et que personne n’émerge pour relever sérieusement le défi de lui succéder.

Le Pen risque d’être, comme tant d’autres, à la Présidence par défaut !
J’ai bien peur que, cette fois, Macron n’en ait trop fait pour s’attirer les votes "républicains"  : pensez qu’en le voyant agir, on en arrive à croire que les pitoyables Sarkozy (de Nagy Bocsa... *) et Hollande avaient des qualités ou, au moins, n’étaient "pas si mal" !!
A moins que, dans un trait de lucidité, le Système, ne nous sorte un Macron-bis, sans ses très nombreuses casseroles, pour pouvoir continuer son "œuvre" de sape enjouant sur la peur de l’extrême droite pour s’attirer les votes de la Gauche... E. Philippe ?

Depuis plusieurs élections, nous ne votons plus (au second tour...) pour un candidat mais contre un autre !!

Mais on a les dirigeants qu’on mérite !

Je regardais un jour une interview de G. Marchais qui était la risée de tous les (minables) comiques de France et des médias bien-pensants : avec un vrai style populaire - sans ambages, hypocrisie ni fioritures - il était largement plus éloquent et pertinent voire intelligent que bien d’autres, simples hâbleurs et bateleurs, qui sont arrivés, poussés par la bienveillante attention des médias, à la plus haute marche de la République !!

* Ils sont revenus...

#174006 
13/10/2020 à 09:35 par Hassinus

"Mitterrand, très intelligent mais bassement calculateur, a été le "moins pire " - bien qu’ayant été celui qui a détruit la Gauche."
Le moins pire ?! Moi, je dirais le plus machiavélique : il a donné l’arme nucléaire à la grande finance : tv et tout le système médiatique ! Et le PCF manipulé et affaibli !

#174007 
13/10/2020 à 10:02 par cunégonde godot

Imagine-t-on De Gaulle se couchant devant le Traité de Maastricht en tant que "compromis de droite" ?...

#174010 
13/10/2020 à 11:52 par Autrement

Ohé Ozerfil, marre de vos prophéties gros rouge, petit blanc et jambon-beurre (trop de gras) !
En plus du portrait de De Gaulle, faites plutôt écouter ÇA à tous vos amis, connaissances et potes de rencontre...
... et arrêtez de nous flinguer avec votre 49-3 !

#174011 
13/10/2020 à 16:45 par gerard bordes

OZEFIL, j’ai regardé effectivement récemment sur you tube, un débat avec gorges marchais. Ce qu’il disait était au combien pertinent, mais c’était sa façon de le dire, son style qui posait problème. On a l’impression qu’il veut jouer au plus malin avec ces connards de journalistes, et il avait tord, car les journalistes pouvaient par la suite manipuler, traficoter les images couper ici ou là une séquence pour pouvoir le ridiculiser. Une petite merde parfumée ( yan barthès ) est fortiche dans cette façon de disqualifier les intervenants.
DONC, pour finir, marchais ne se doutait pas des capacités de manipulation du système, et il en a été la victime.

#174022 
13/10/2020 à 16:47 par Roubachoff

@Autrement
Dans ce pays - mais pour encore combien de temps ? - savez-vous que les gens sont libres de parler ? Sauf dans certains mouvements gazeux devenus liquides, mais ça, c’est votre problème, pas le nôtre. Lorsqu’un texte vous déplaît, vous avez trois options : ne pas le lire, le lire et passer votre chemin ou le lire et le contredire. Sauf erreur de ma part, ça se nomme la démocratie, et ça n’a pas encore été aboli.

#174023 
13/10/2020 à 18:26 par ozerfil

@ Hassinus,

Oui, j’aurais dû préciser "le moins pire... socialement " !

Pour le reste, vous avez entièrement raison.

#174026 
13/10/2020 à 18:47 par ozerfil

@ Autrement,

Continuez à faire l’autruche... et vous allez tomber dans un gouffre !!

Par pitié, pensez ce que vous voulez, mais n’accusez pas celui qui prévient/voit venir comme s’il était responsable de la situation : on dirait l’infâme procès de Julian Assange - toutes proportions et importances gardées, mais c’est le même procédé...

Souvenez-vous un peu de tout ce que disait G. Marchais, sans faire de tri...

Quant à "gros rouge, petit blanc et jambon-beurre ", vous n’imaginez pas à quel point vous vous fourvoyez...
Rien de religieux ni aucune illumination écologiste : le pinard, je n’aime pas, et le jambon-beurre, je ne peux plus pour des raisons de santé...
Cela dit, y aurait-il quelque chose de honteux à aimer ces aliments et boissons consommées avec modération ?

Et le drapeau (qui transparait...), c’est, pour les marchands d’armes, le moyen d’envoyer le "bétail" humain à la boucherie... avec son consentement !!
Mon drapeau aurait plutôt la couleur de la Liberté que d’un pays ; il serait né quelque part dans le Nord de l’Espagne d’où il se serait répandu...

Parlez-moi plutôt surtout de social, de devise de la République (pas que dans les mots ! Aussi dans leur application !!) et de relations apaisées qui en découleront dans la société...

#174028 
13/10/2020 à 22:53 par AF30

Depuis ce temps Il y a bien de l’eau qui a coulé sous le pont en emportant avec elle des idées remplacées par d’autres qui nous feraient croire que les premières ne sont plus de saison.
Parce que quand même si de sa politique étrangère on en rêve justement aujourd’hui, de sa politique sociale Il y a bien des choses à dire. Bien évidemment la régression n’est pas du niveau de celle que nous connaissons maintenant parce que les rapports de force étaient tout simplement différents. Cependant cette période a préparé ce qui a suivi. Politiquement, celui de l’hégémonie de l’exécutif jusqu’à étouffer tous les mécanismes démocratiques intermédiaires. Autre exemple : en 47 les conseils d’administration des caisses de la sécurité sociale sont composés de 2/3 des salariés, à partir du retour de De Gaule de 3/4 jusqu’en 67 pour passer ensuite à une gestion paritaire. En clair le pouvoir de gestion du salaire différé des salariés cotisants a été réduit. Sans compter la division en branches qui a organisé la régression.
La bourgeoisie ne s’est d’ailleurs pas trompée et je dirais même une part de l’aristocratie en apportant leur soutien. Le patronat également, souvent.
Macron était dans pomme.

#174036 
14/10/2020 à 08:17 par ozerfil

@ AF30,

Bien que résolument de Gauche mais pas communiste, je réalise avec le recul que tout ce qui était en dehors du PC était un leurre, du PS à l’extrême gauche jusqu’aux fanatiques "écologistes" politiques.

Les "socialistes" n’étaient que le bras armé du capitalisme... pour lutter contre l’influence communiste.
Et les gauchistes une pseudo-alternative de droite camouflée proposée aux gens de gauche qui ne se reconnaissent pas dans le PS et le PC.
Les écologistes ne sont que des bobos, des gens aisés de droite qui ne veulent pas se l’avouer et se donnent bonne conscience, à la recherche d’un idéal imaginaire coupé de la réalité.

Pour les trotskistes, j’ai compris à Jussieu dans les années 1980 qui ils étaient quand je les voyais défendre sans réserve Walesa et Solidarnosc.
Je leur avais alors exprimé mes doutes sur cet homme et ce mouvement en disant qu’il ne s’agissait pas de corriger des travers du communisme pour aboutir au capitalisme...
Ils m’ont expliqué que non.. sans me convaincre ! Et j’avais bien vu ce qui se préparait !!

Jusqu’à Hollande, "par contre" j’ai TRES naïvement cru à l’alternative modérée proposée par le PS, bien que Jospin m’ait déjà refroidi...
Il faut dire qu’on s’accroche au moins mauvais !!

En fait, les rapports de force ont changé en France avec la disparition du PCF - honteusement programmée par le PS, F. Mitterrand et leurs commanditaires... - et la perte d’influence de la CGT au profit des "jaunes" de FO et la CFDT, tous financés par... ces mêmes commanditaires !

Et le complot remonte à loin : la SFIO d’après la seconde guerre mondiale !!

On peut accorder toutes les tares aux capitalistes, mais ils sont intelligents, méticuleux et prévoyants, ils font leur travail de sape sur des décennies ; ils ont eu l’URSS et la Gauche occidentale à l’usure - par le discrédit, la pression militaire et médiatique, selon la situation et le besoin - et ils vont continuer jusqu’à faire table rase de toute opposition avec leur nouvelle et ultime arme : l’extrême droite.
L’extrême droite leur est doublement utile, en faisant une diversion pour l’opposition et, si elle arrive par hasard au pouvoir, en finissant la sale besogne du libéralisme.

Au passage, la Russie (capitaliste mais empêcheuse de tourner rond...) est d’ailleurs la cible actuelle des agissements du Système, puis ce sera la Chine : ne surtout pas s’attaquer à plusieurs pays simultanément, il ne faut pas qu’ils fassent front et il faut qu’ils pensent que ce qui arrive aux autres ne va pas leur arriver !!

Et, pour finir, ce qui est terrible avec cette extrême droite, c’est qu’on y retrouve le gros des troupes (et leurs descendants) du PCF qui rayonnait...

#174042 
14/10/2020 à 11:31 par ozerfil

@ Gérard Bordes,

G. Marchais a pu se tromper mais il était sincère, droit et entier...

Il avait devant lui des esprits retors et je pense qu’il croyait encore à certaine éthique de leur part et au débat démocratique.

La suite a prouvé que ce n’étaient que des pions sans scrupules au service exclusif du Système et nombre d’entre eux ou leurs lignées sont encore là à jouer les neutres et objectifs dans leurs "analyses" politiques alors qu’ils sont très engagés à droite !!

#174047 
14/10/2020 à 12:19 par ozerfil

@ Autrement,

J’ai ouvert et écouté "ça " : un excellent discours de JL Mélenchon, incisif et pertinent...

Il est très exactement dans le rôle que j’attends de lui... au lieu de jouter inutilement avec l’insignifiante Le Pen sur le sociétal qui n’est qu’une diversion !!

Inutile de guerroyer contre des moulins : ils accorderont à toutes les minorités (sexuelles, d’origine, de culture, de religion, etc...) tout ce qu’elles veulent... pourvu que ça ne coûte rien et ne remette pas en cause le Système !

Il en est tout... autrement (!) du social qui touche au capital et sur lequel il faut poser SANS FAIBLESSE des exigences FORTES si on veut les voir aboutir !!
Il faut les frapper à la seule chose qui les touche : le portefeuille, inutile de faire des manifestations, ils n’en ont rien à faire (combien de fois a-t-on entendu "la rue ne gouverne pas "...), les pourrissent et retournent toujours la situation, de diverses manières, contre les manifestants, il faut arrêter de travailler, TOUS EN MEME TEMPS, et ne plus consommer que pour manger, ne plus circuler, etc..., le temps de les faire céder !
C’est difficile à faire, violent, impose des sacrifices, mais ils ne comprendront que ça !!

Je l’ai déjà dit, je le redis et le redirai : lorsque la société sera apaisée, juste et équilibrée, plus personne ne discutera du bien-fondé du sociétal.

C’est le débat, transposé à une autre situation, entre "faire des prisons ou des écoles ? "...
Faut-il faire du sociétal à marche forcée en laissant pourrir la situation sociale et s’envenimer les rapports entre les citoyens dans la difficulté - car tous les problèmes au sein de la société et guerres sont toujours partis de situations économiques et conditions de vie désastreuses ET d’inégalités flagrantes ! - ou donner aux gens de quoi vivre bien et sans soucis matériels, et ne plus se préoccuper de savoir si celui-ci fait ceci ou cela... puisqu’ils seront sereins ?!!

#174049 
14/10/2020 à 12:39 par daniel

@Gerard Bordes---Georges Marchais avec un M Majuscule, merci

#174050 
14/10/2020 à 12:43 par ozerfil

@ Roubachoff,

Merci de votre intervention mais le différend avec Autrement n’est pas grave - je suis certain que je suis d’accord avec lui sur le fond...

La différence entre lui et moi se situe, je crois, dans l’engagement : il est probablement militant et donc un peu tenu de suivre une certaine ligne ou il est simplement imprégné par celle-ci, alors que je ne suis que sympathisant, loin des réunions politiques, ayant conservé son indépendance d’esprit et toute sa liberté de penser, quitte à être un peu iconoclaste, hérétique et donc pas toujours bien vu !

Mais je suis rassuré et conforté par LGS qui ne me censure JAMAIS : on peut ici s’exprimer librement, sans être soumis à une ligne d’édition rigide, et c’est, à ma connaissance, le seul endroit en France où ça se fait !
Je suis radicalement et définitivement de Gauche, bien qu’affilié à aucun parti, et je me sens bien ici...
Merci et chapeau bas, messieurs !!

PS : pardon d’occuper un peu l’espace dans ce sujet mais il y a des réponses qui en appellent d’autres...

#174051 
14/10/2020 à 16:15 par HUGO

@ ozerfil

J’ai capturé et relayé votre dernière réaction à mes contacts coco et sympathisants PcF, dont Pierre Laurent, qui vient de toucher le graal (ou le fond, c’est selon...). Je ne présume de rien, mais je pense que certains vont encore avoir mal au Q !

#174053 
14/10/2020 à 18:56 par Autrement

Cher Ozerfil, merci pour ces interventions réconfortantes. Non en effet, dans mon esprit non plus, ce n’était pas grave ! Mais il y a en politique ce qui s’appelle les "prophéties auto-réalisatrices", c’est-à-dire qu’à force de prédire ce qui va arriver, les gens le prennent en compte, agissent en conséquence, et ça finit par arriver ; c’est un des trucs de la manipulation par les sondages. C’est donc une responsabilité.

Il ne s’agit pas de "croire" en ce qui se passera ou non (on n’en sait rien, tellement les facteurs sont nombreux et variables !), il s’agit seulement d’essayer de soutenir ce qui va dans le bon sens.
Je suis quant à moi une vieille militante (PCF de 1963 à 1988) ; j’ai vécu quantité de situations différentes, et comme vous l’avez deviné, j’ai gardé autant que possible l’esprit militant, c’est-à-dire le besoin de convaincre et de "faire quelque chose".

#174059 
15/10/2020 à 16:40 par ozerfil

@ Autrement,

Je savais que le différend entre nous ne pouvait pas aller bien loin...

Mais ne croyez pas aux "pensées magiques " : ça n’existe pas !

#174084 
15/10/2020 à 17:00 par ozerfil

@ Hugo,

Quelle réaction, s’il vous plait, parce que j’ai été pour le moins productif dans ce sujet...?!!

LGS me dit même que j’ai déjà posté "un certain nombre de commentaires récemment " et me demande gentiment "de limiter le nombre de mes interventions ", tout en précisant que je peux "quand même insister " !!

Et dois-je prendre positivement ou négativement cette transmission ?
Il est de toute façon flatteur pour moi qu’un de mes commentaires remonte, pour une raison ou une autre, si haut dans la Direction National d’un Parti car c’est qu’il soulève des questions...

Quoiqu’il en soit, c’est un sentiment fraternel qui se veut constructif - aucun autre parti n’a "directement" droit à mes interventions/attentions : les autres ne m’intéressent pas !!

Je suis malheureux de voir la Gauche, cette Gauche, se perdre dans des débats stériles, loin des préoccupations du Peuple, et, selon moi, de ce fait, tomber si bas électoralement...

#174085 
15/10/2020 à 18:34 par Assimbonanga

Je reprends les très justes propos d’AF30 :

en 47 les conseils d’administration des caisses de la sécurité sociale sont composés de 2/3 des salariés, à partir du retour de De Gaule de 3/4 jusqu’en 67 pour passer ensuite à une gestion paritaire. En clair le pouvoir de gestion du salaire différé des salariés cotisants a été réduit. Sans compter la division en branches qui a organisé la régression.

Et même pire ! Macron nous confisque la sécu. Il décide seul de vider les caisses sans se soucier d’y ramener des recettes. Et voici maintenant François Ruffin qui nous explique le budget actuel. C’est terrible et il manque la faconde d’un Georges Marchais pour dire le sale coup porté à la sécu d’une part et à l’Egalité d’autre part. Ce gouvernement n’autorise que les exonérations de cotisations mais aucune dépenses nouvelles pour, ne serait-ce que distribuer une prime aux travailleurs du soin, les assistantes maternelles, les femmes de ménage, les auxiliaires de vie sociale…. Sa bataille du budget
C’est une immense colère qui devrait sortir et non juste un décompte linguistique... Déprimant.

#174088 
16/10/2020 à 10:29 par HUGO

@ ozerfil

Il s’agit du commentaire daté du 14/10/20 à 08H17 à l’adresse d’AF30. Un commentaire salutaire que la direction tricéphale (et oui, F. Roussel ne fait pas ce qu’il veut !) actuelle du PcF ferait bien de méditer (un peu) avant de plonger définitivement dans les abysses du néant, en ayant supprimé toute référence, ou presque, au Marxisme. Sauf à réapparaitre, au gré des élections, auprès de Jadot et de la constellation socialiste néo-libérale.

#174104 
16/10/2020 à 17:41 par ozerfil

@ HUGO,

Merci...

Mais je ne me trouve pas si transcendant en me relisant !!

#174117 
RSS RSS Commentaires
   

Pierre Lemaitre. Cadres noirs.
Bernard GENSANE
Contrairement à Zola qui s’imposait des efforts cognitifs démentiels dans la préparation de ses romans, Pierre Lemaitre n’est pas un adepte compulsif de la consultation d’internet. Si ses oeuvres nous donnent un rendu de la société aussi saisissant c’est que, chez lui, le vraisemblable est plus puissant que le vrai. Comme aurait dit Flaubert, il ne s’écrit pas, pas plus qu’il n’écrit la société. Mais si on ne voit pas, à proprement parler, la société, on la sent partout. A l’heure ou de nombreux sondages (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Tout le savoir-faire de la politique conservatrice du 20ème siècle est déployé pour permettre à la richesse de convaincre la pauvreté d’user de sa liberté politique pour maintenir la richesse au pouvoir."

Aneurin Bevan (1897-1960)

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.