Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Au crépuscule de la Cinquième ou Chronique du règne (d’un) débutant.

8 mai 2017, l’image frappe les esprits. Emmanuel Macron et François Hollande côte à côte, tel le père et le fils. La continuité « républicaine » des Président-Rois est en marche. Image solennelle issue de la monarchie, on en reviendrait presque au « le Roi est mort, vive le Roi ! ». Image qu’on aurait pu éviter en se donnant l’objectif de la Sixième République, l’Histoire s’écrit au jour le jour, mais elle peut être en ligne de mire le 11 juin prochain.

Donc voilà, c’est fait, le peuple de France a un nouveau Président-Roi. Hier, Emmanuel Macron a été élu, plus comme vote contre le F-Haine et que pour ses idées et son programme. Et sans surprise, sa victoire c’est changée en Sacre Royal dans la cour du Palais du Louvre, symbole cher à Louis-Napoléon Bonaparte et son Oncle Napoléon Ier. Quel bel écrin pour ce nouveau « Souverain » qui veut régner tels les monarques, par Ordonnance. Et quelle mise en scène Royale de cet Emmanuel Macron sortant seul du Palais Royal qu’est le Louvre pour se présenter au Bon Peuple de France… Image actuelle et pourtant rappelant la lignée des Rois de France. Bref, une négation des acquis de nos ainés, et une République en déclin mais qui refuse de laisser place à la République du Peuple, la Sixième.

Bref, on y est. Nous les progressistes, la vraie gauche qui propose une alternative, nous savons tous que nous devons nous préparer. Nous préparer à prendre la rue et à battre le pavé. La République n’attend pas et souffre en silence. Quant à la marche vers la destruction sociale, elle se fera au pas de charge à coup d’ordonnances dès cet été, quand le peuple profite de ses vacances estivales bien méritées. Nous devons donc tenir le terrain et ne pas le lâcher.

Premier objectif, les législatives. Nous devons faire entrer à l’Assemblée notre majorité insoumise. Nous devons avoir un maximum de députés crédibles, prêts à prendre réellement leurs responsabilités face au peuple, et mettre en défaut le Président-Roi en ne lui permettant pas de mener sa politique destructrice ! Mais aussi en menant une lutte permanente et implacable pour porter notre programme. De là, nous la gagnerons notre constituante. Notre lutte ne souffre aucune erreur. Dans nos rangs, mettons en avant ceux qui par leurs luttes et leur militantisme seront en position de mener le pays vers les jours heureux. Tous ces syndicalistes, associatifs et lanceurs d’alertes, qui sont depuis le premier jour autour de Jean-Luc Mélenchon, ont toute légitimité à nous représenter à l’Assemblée Nationale et à être nos fers de lance dans la période qui s’ouvre. Osons, l’insoumission, seul remède pour relever notre République et construire les conditions d’arriver à la Sixième.

Je pense à mes amis, Philippe Juraver, Mehdi Kemoune, Karine Monségu, Laurent Courtois, Lionel Burrielo, Thomas Domenech, Céline Boussié, Jérôme Flament… Tous des syndicalistes, des lanceurs d’alertes candidats de la France Insoumise. Mais aussi à tant d’autres qui sont ou auraient été en aptitude de mener ce combat ! Et, qui plus est, le mèneront que ça soit à l’Assemblée ou dans la rue. Nul n’est indispensable, mais tant sont irremplaçables dans la période qui s’ouvre. Il nous reste un mois pour mener la campagne des législatives à la victoire. Alors donnons-nous en les moyens ! La lutte ne souffre aucune erreur et aucune hésitation. A l’élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon et ses 7 000 000 d’électeurs ont mis la France Insoumise en position de force. Nous sommes la première force de gauche et d’opposition à l’ultra-nationalisme et l’ultra-finance ! Alors donnons-nous les moyens de transformer l’essai ! L’investissement de tous doit être total pour mener une campagne intense dans le peu de temps qu’il nous reste. Je sais que mes camarades et amis se donnent déjà plus qu’à fond depuis des mois, alors répondons leur, avec les candidats en tête, c’est leur rôle mais aussi leur devoir, en nous mettant en ordre de bataille ! Si en Février 2016, nous avons été cinquante à lancer ce premier appel coordonné par Philippe, syndicaliste et porte-parole auprès des luttes, c’est que nous croyions en l’énergie des Insoumis ! Et nous y croyons toujours plus fort !

Alors Adelente Compañeros, la lucha sigue ! Allons-y à fond ! La victoire est à notre portée, et nous pouvons mettre fin à cette Monarchie-Présidentielle dès les 11 et 18 Juin prochain.

L’heure du Peuple arrive ! Et avec elle, les jours heureux et le goût du bonheur !

Kevin KIJKO

URL de cet article 31871
   
Donde Estan ? ; Terreurs et disparitions au Pérou (1980-2000)
Daniel Dupuis
La pratique des arrestations illégales, des tortures et des exécutions en dehors de tout procès régulier puis de la dissimulation des dépouilles (d’où le terme de « disparus ») est tristement célèbre en Amérique latine où les dictatures ( l’Argentine de la junte militaire, le Paraguay dirigé par le général Alfredo Stroessner, le Chili tenu par Augusto Pinochet...) y ont eu recours. De 1980 à 2000, sous un régime pourtant démocratique, l’armée du Pérou n’a pas hésité à recourir à la terreur pour combattre la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si vous avez déjà accordé de l’importance à ce qui se diffuse pendant un journal télévisé, si vous vous êtes déjà intéressé à ça pendant, disons, plus de 30 secondes, c’est que vous êtes soit un de ces étudiants en comm’ qui y croit encore, soit un de ces journalistes qui voudrait nous y faire croire encore, soit vous étiez malade et alité devant la télé. Sinon, vous avez un sérieux problème de perception.

Viktor Dedaj


Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.