RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Boxe : de La Havane à Tremblay, treize cubains à la conquête de l’or olympique

À dix mois des jeux Olympiques, l’équipe de boxe cubaine s’entraîne en Seine-Saint-Denis, dans le cadre d’une coopération qui allie solidarité sportive et internationaliste.

« Il y a parmi vous des champions olympiques, des champions du monde. Nous sommes vraiment très fiers de vous avoir ici parmi nous. » Si l’apparition de l’équipe cubaine de boxe fut très remarquée au Village du monde – tous ses membres revêtus de survêtements aux couleurs du drapeau à l’étoile solitaire –, c’est peu comparé à l’ovation qu’a provoquée son arrivée sur le stand de l’association Cuba Coopération, en ce jour de clôture de la 88e édition de la Fête du journal fondé par Jean Jaurès.

Tout sourires, les treize athlètes – dix hommes et trois femmes – se prêtent volontiers au jeu des photos de groupe, des selfies et des autographes, et ils sont nombreux à vouloir garder un souvenir de leur rencontre avec la meilleure équipe nationale au monde, représentante d’un petit pays latino-américain habitué à mener fièrement les plus grands des combats.

Des valeurs transmises aux jeunes

Quatre-vingts titres mondiaux, 41 sacres olympiques : voilà plusieurs décennies en effet que Cuba règne sur le noble art amateur. Héritiers d’une prestigieuse histoire, ils s’appellent Fernando Arzola – imposant poids lourd vice-champion du monde –, Saidel Horta, Yakelin Stornet, Lazaro Alvarez... et sont accueillis avec leurs entraîneurs pour un séjour de près de deux semaines à Tremblay-en-France, dans le cadre d’un accord de coopération entre la ville séquano-dionysienne et la Fédération cubaine de boxe.

« Nous avons un programme de préparation en vue des XIXèmes jeux Panaméricains qui se dérouleront fin octobre à Santiago du Chili », explique son président, Alberto Puig de la Barca. « C’est un événement sportif majeur pour nous, et faire une étape ici est très enrichissant car les Français ont un très bon niveau. Cela nous permet de faire le point sur notre physique, notre technique, sur la gestion du rythme et de l’effort durant les combats. »

La veille, les deux équipes s’affrontaient à Tremblay lors d’un gala offrant un grand moment aux habitants de la ville, dans un palais des sports plein à craquer. « C’est un très bon exercice pour nous », confirme le jeune Alejandro Claro, originaire de la région de Sancti Spiritus. « Et puis l’accueil des habitants est très chaleureux. Ils viennent nous voir aux entraînements ; nous recevons des groupes scolaires et nous visitons aussi des écoles. Les enfants ont l’air très heureux de nous voir. »

José Ramon Amador, l’entraîneur, acquiesce en insistant sur le message qu’entendent faire porter ses poulains : « Tous les membres de notre équipe, en plus d’être des athlètes de haut niveau, ont fait des études supérieures ou fréquentent encore les bancs de l’université. C’est important que les jeunes voient des champions du monde leur transmettre les valeurs de l’effort, dans tous les domaines. »

Le sacre mondial, Julio César de la Cruz l’a déjà remporté cinq fois, et deux fois l’or aux Jeux de Rio et de Tokyo : il en impose avec sa carrure qui dissimule une maîtrise parfaite de l’esquive, ce qui lui a valu le surnom de « la Sombra », l’ombre. « À Cuba, les études et le sport vont de pair. J’essaye de faire comprendre aux jeunes d’ici et d’ailleurs que la clé du succès dans la vie est la discipline », précise le pugiliste âgé de 34 ans.

« Ouvrir les yeux sur le blocus »

« Tout le monde veut se prendre en photo avec lui », le taquine Legnis Cala, toute juste médaillée d’argent aux jeux d’Amérique centrale et des Caraïbes de juin dernier. Une performance quand on sait qu’elle ne s’est mise à la boxe il y a à peine huit mois ! « Nous sommes cubaines, des guerrières, nous venons d’un pays invincible », manifeste sa camarade Ariane Imbert.

Alors que les prochains jeux Olympiques, à Paris, approchent à grands pas, les boxeurs cubains savent qu’ils sont très attendus pour étoffer le palmarès des médailles de la délégation de leur pays. « Nos installations sportives sont labélisées Centre de préparation aux Jeux », explique Virginie de Carvalho, première adjointe à la mairie de Tremblay. « Nous avions déjà reçu l’équipe junior l’année dernière. Nous sommes très heureux de collaborer avec l’équipe première ; ça a créé des liens forts avec nos habitants, tout en permettant d’ouvrir les yeux sur la situation de blocus à Cuba. »

Cuba projette d’envoyer jusqu’à 90 athlètes aux prochains JO, et 14 municipalités ont répondu présent pour collaborer, à travers l’association Cuba Coopération, avec les fédérations cubaines de pentathlon, tir, judo, lutte, natation, aviron. Quant aux boxeurs, ils repasseront par Tremblay en juillet 2024, avant de s’installer au Village olympique et de s’engager dans la compétition. Jusqu’à la victoire ? Siempre !

»» https://www.humanite.fr/monde/boxe/boxe-de-la-havane-a-tremblay-treize...
URL de cet article 38954
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
L’Histoire m’acquittera
Fidel CASTRO, Jacques-François BONALDI
L’Histoire m’acquittera (en espagnol : La Historia me absolvera) est un manifeste d’auto-défense écrit par Fidel Castro en octobre 1953, à la veille de son procès (il est jugé pour avoir attaqué la caserne de Moncada le 26 juillet 1953, en réaction au coup d’état de Batista). Fidel Castro est diplômé en droit, il manie la plaidoirie, exercice qu’il connaît bien, avec aisance : il y explique ses actes et son implication dans le soulèvement contre Batista mais surtout, il y développe ses différentes thèses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c’est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience.

Karl Marx

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.