RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Ces enfants ridés qui pourrissent nos vies

C’est la faim des temps... 

GP

Depuis des millénaires, la racaille politique liée à l’avoir, sous toutes les formes d’avoir, que ce soit le pouvoir, ou la "mission divine" des anciens, de tous les temps, les peuples ont été bernés, et savamment, en laissant des "dirigeants" "préfabriquer" leurs vies, avaler leurs richesses, en des viols planétaires.

Et on en fait des statues... On les coule dans le bronze. Pour les rendre éternels.

Le viol en rose 

Violés, charcutés, brisés, au nom d’un dieu, au nom d’une idée, au nom de la revanche des frontières tracées, retracées, lignes brisées par des combattants convaincus, obligatoirement convaincus. L’homme est le Pinocchio de bois des maîtres du monde. Il finit par aimer ses cordes et les mouvements articulés par le diktats des prétentieux

Le cerveau humain, dès la naissance, est une éponge, un éponge nécessaire qui avalent tout son environnement dans une capacité d’absorption ...inquiétante. Utile à la fois. Mais complètement inutile quand cette capacité athlétique ne cultive pas le "muscle" de la critique par la distance à cette foi, cette fois figée à jamais : croire et adopter un système, une idée, un chef, un "régime" à se faire fondre jusqu’à l’os, ronger par les gloutons de l’avoir.

Le drame inabouti 

Le drame de l’humanité est toujours et sera toujours un drame inabouti. Une pièce de théâtre aux acteurs de chair, placés sur des carreaux, comme dans un jeu sur lequel s’amusent les enfants ridés qui n’ont pas évolué. Nous n’avons pas évolué par ce que nous sommes désormais, et de plus en plus élevés par l’État. L’État n’a pas d’amour. L’État n’a pas de pitié. L’État est de plus en plus mécanique et déshumanisé. Il enfante des citoyens mécaniques et déshumanisés. Il les encense, les leurre, les beurre de médailles et d’honneur. Il honore et lèche la joue du travailleur. Les chiens ont tant de biscuits qu’ils le partagent...

C’est le "bien"...

Le cordon paradisiaque 

L’État du 21 ième siècle est une secte guère différente des autres. C’est une secte "laïque". Le cordon paradisiaque donne naissance à ces nouveaux "arrivants" dans la vie qui baignent maintenant dans cette nourriture nouvelle et goebellienne ; du pain et des jeux est passé au pain rassi de l’austérité, nouvelle formulation pour une crise désormais ad finitum mais déclarée nécessaire. Mais elle n’est que la nouvelle invention du gratin élu, ensommeillé dans les toiles des mouvements et des guerres mondiales hypocrites à multiple face toujours cultivées pour le "bien" du peuple.

En vendant son âme à une usine - que chacun croyait appartenir à "son" pays,- le citoyen médusé ne comprend plus rien à ce monde. On le crypte d’ailleurs dans une multitude d’interventions verbales et sournoises par le pouvoir des combattants de "drapeaux", chair-pion pour les combats musclés d’arrière garde.

La mondialisation des marchés a permis l’intrusion et la profusion des blattes bancaires, des fourmilières de charpentes que font valser les frontières de l’intérieur. Plus frontières, plus de pays. Rien que des compagnies invisibles, multi-tentaculaires qui dessinent au nom du profit "l’avenir sans avenir".

Vendre sa laine 

Comprenons que nous payons à quasi 50% de nos salaires des politcailleurs qui ne sont des des vitrines d’un magasin énorme appelé TERRE. C’est le monde à l’envers car, de fait, nous payons des gens pour gérer une partie de nos vies et ils passent le temps de moins d’une décennie dans un monde qui est avalé en un tourbillon pareil aux trous noirs de l’espace.

Ils bouffent la lumière que nous sommes.

Le mouton peut bien vendre sa laine en retour d’une certaine nourriture sans trop souffrir. Le mouton a la laine épaisse. En transformant la laine en "argent", la laine ne sert plus à réchauffer, à fabriquer des vêtements, mais devient une "cyber-laine" perdue et inutile.

Ces gens-là pourrissent nos vies depuis le début de l’humanité. Chacun est un grain de sable dans le carré de sable de ceux qui s’amusent à "améliorer" le monde par un seul moyen : l’argent. Et l’argent nécessaire à ce bonheur de vitrine nous est présenté comme seule alternative depuis l’ère du fordisme : l’humain sans terre et fabriqué à la chaîne. Lui qui croyait échapper au labeur... Il se lève à 5h30 le matin pour passer un pont de deux kilomètres pendant deux heures.

La Terre est le nouveau Vegas planté dans le désert... Nous en sommes les employés. Mais nous payons pour qu’ils jouent sans notre réel assentiment.

Nous somme un jeton dans un monde où tout se jette.

Une bouteille d’eau à la mer... Sans message clair. Sinon qu’elle est vide et pollue les océans.

Mais dans toutes les réunions pour régler le sort de la planète, il est bon d’avoir - avec son chic discours copier-coller une bonne bouteille d’eau.

C’est ce qui reste à un cerveau vidé de sagesse... Ils sont plus intéressés à acheter des armes avec l’avoir des peuples que de les désarmer. Chacun a un petit peu d’investissement dans les mines antipersonnel ou les F-35. Peu importe...

Il restera toujours le futur simple du verbe pourrir .

Gaëtan Pelletier

An 0-2014.

URL de cet article 26147
   

Les caisses noires du patronat
Gérard FILOCHE
A quoi servent les 600 millions d’euros des caisses noires du patronat, et où vont les 2 millions d’euros distribués chaque année en liquide par l’UIMM et le Medef ? Gérard Filoche dénonce ce scandale du siècle au coeur du patronat français. Il soulève toutes les questions posées par ce trafic d’argent liquide qui circule depuis si longtemps au Medef et montre comment le patronat se servait de cette caisse anti-grève pour briser la fameuse concurrence libre et non faussée. Denis Gautier-Sauvagnac, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Laissez les chiens de l’empire aboyer, c’est leur travail. Le nôtre, c’est de se battre pour achever la véritable libération de notre peuple »

Hugo Chavez

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.