Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes

Chomsky, Sarkozy, Hollande et « les chevals » dans le champ lexical

La mode est à se moquer du parler de Nicolas Sarkozy (« Je me réjouis qu’enfin on a remis la Russie dans la coalition… ») et de ses indémêlables audaces langagières (« Je voudrais leur dire qu’on a reçu le coup de pied au derrière mais que c’est pas parce que vous voulez renverser la table que vous descendez de la voiture dont vous vous abstenez de choisir le chauffeur »).

Plus habile (dame ! l’ENA, école des « éléments de langage  » et des logorrhées « Tape en touche ») son successeur sait prononcer en bon français des phrases d’une vertigineuse fumosité :«  Cette initiative consiste à saisir le Président de la Commission Européenne, le Président du Conseil européen, tous nos partenaires, pour que nous puissions mettre en œuvre une politique d’immigration et d’accueil qui soit digne de ce que nous représentons lorsqu’il s’agit de personnes qui n’ont pas vocation à venir ici et qui soit humaine pour que les réfugiés puissent être, dans la mesure du possible, lorsqu’il n’ont pas d’autre issue, accueillis en Europe. »

Sarkozy, Hollande… Pour me faire pardonner, je ne saurais trop vous recommander l’article de Bernard Gensane sur Noam Chomsky, le linguiste le plus influent du monde : (http://www.legrandsoir.info/le-paradoxe-chomsky.html). Dans la grande controverse sur l’inné et l’acquis, et quitte à surprendre les gens de gauche, Noam Chomsky tranche : la structure de la langue est le résultat d’un système inné, génétique.

Cependant, objecté-je, l’apprentissage pèse : si vous n’écoutez pas ceux qui croivent qu’il faut mépriser la Princesse de Clèves et si, comme Myriam El Khomri, vous lisez « les journals », vous pouvez acquérir un langage suffisant pour entrer à l’Académie française (« Gna-gna-gna, pauvre conne, pauvre conne ! »).

Théophraste R. (Sous-chef du bureau : « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement/Et les mots pour le dire arrivent aisément ».

URL de cette brève 5058
https://www.legrandsoir.info/chomsky-sarkozy-hollande-et-les-chevals-dans-le-champ-lexical-5058.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
03/05/2016 à 10:01 par babelouest

Acqueux c’est bien dit, koâ ! Tout le monde n’a pas la noblesse (d’église) de Jacques-Bénigne Bossuet, ni la vivacité de plume de Marie de Sévigné. Ni l’organe parfois un peu leste, mais d’une rectitude grammaticale sans faille, d’un Georges Brassens.

A supporter ces approximations style grand écart de la forme et/ou du fond, "sommes-nous béjaunes, ou cornards", comme le déplorait le juge il y a "quelques" années ?

#124015 
03/05/2016 à 10:45 par Autrement

Tous les hommes naissent libres et égaux en droit de parler. Ensuite, la socialisation joue son rôle. C’est dire à quel point les énoncés émis par nos gouvernants sont anti-sociaux.

#124016 
03/05/2016 à 12:00 par calame julia

J’ai failli avoir un malaise en lisant "qui soit digne de ce que nous représenterons" (sous-lu "en 2017")...
Mais, le deuxième écrit comme il parle ! ..."d’immigration euh d’accueil"
"à venir ici euh qui soit humaine"... des phrases sans respiration où les et et euh se
confondent "qui soit digne de ce que nous représenterons..." etc.

#124018 
03/05/2016 à 14:12 par Taliondachille

Sur le contrôle du langage (par l’Etat, évidemment), je vous conseille l’excellent livre de Claude Duneton : « Parler croquant ». Ouvrage difficile à trouver, ruez-vous !
Et oui, le contrôle du peuple se fait d’abord par le langage.

#124020 
03/05/2016 à 17:13 par Jérôme Dufaur

"Noam Chomsky tranche : la structure de la langue est le résultat d’un système inné, génétique."

Commentaire :

Pour une discussion critique de cette question, se reporter à "L’Homme ?" de Lucien Sève
http://www.isabelle-garo.fr/travaux/Seve.html

#124024 
04/05/2016 à 04:57 par BRUNO

Variante :

« Ce que l’on conçoit si mal s’énonce Nicolassement
Et les mots pour de rire tombent entre les dents mélassement ».

Pôv ’ Sarko ! Quelle huitième plaie ! Petit dej’ ipte !

#124030 
05/05/2016 à 14:35 par Dominique

Sur la question du langage, il m’est venu la réflexion suivante en faisant de la musique : Au début il y a le cri, le cri de l’enfant qui naît, ensuite il y a le chant, le chant des oiseaux, et seulement après vient le langage, lequel n’est en fait qu’un chant privé de sa mélodie et trop souvent stéréotypé.

#124049 
05/05/2016 à 15:33 par Dragon Halluucinai

Un point de vue que j’ai trouvé intéressant :

Orthographe : le point de vue d’une professionnelle - Plaidoyer anarchiste pour le respect du vivant

http://lachaisepliante.canalblog.com/archives/2016/01/29/33287865.html

#124053 
06/05/2016 à 06:25 par babelouest

Le langage ? Récemment j’avais essayé de rendre compréhensible une intervention d’une autre personne sur un Facebook que j’ai quitté depuis.

Je me suis escrimé pendant une demi-heure, arrivé au tiers du texte j’ai jeté l’éponge : trop de membres de phrases restaient incompréhensibles. Il faut dire que les mots paraissaient jetés là en vrac, avec une orthographe insolite, une syntaxe "originale", et pas un seul élément de ponctuation pour s’y retrouver, sur une trentaine ou une cinquantaine de lignes.

Innover, certes, mais au moins que cela reste cohérent...

#124068 
RSS RSS Commentaires
   
SALARIÉS, SI VOUS SAVIEZ... DIX IDÉES RECUES SUR LE TRAVAIL EN FRANCE
Gérard FILOCHE
« Le droit du licenciement doit être assoupli », « les 35 heures n’ont pas profité aux salariés », « les charges sociales sont trop lourdes », « les fonctionnaires sont des privilégiés », « à terme, on ne pourra plus financer les retraites », etc. Telles sont quelques-unes des idées reçues qui dominent le débat public sur le travail en France. En dix réponses critiques, chiffres à l’appui, Gérard Filoche bat ici en brèche ces préjugés distillés par la vulgate néolibérale pour tenter de liquider un siècle de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

On dit d’un fleuve emportant tout qu’il est violent, mais on ne dit jamais rien de la violence des rives qui l’enserrent.

Bertolt Brecht

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où il s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.