RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

COP28 ou FLOP28 ?

L’image des Émirats arabes unis et de la COP à jamais écornée. Pour les Émirats (EAU), l’accueil de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP28) aurait dû clore l’année en beauté. Le Pape y était annoncé, tout comme Assad, c’est dire…

Mais, il n’en n’a rien été. La COP a fait « flop ». D’abord, les combats entre Israël et le Hamas ont occupé toute l’actualité depuis le 7 octobre dernier. Ensuite, à Dubaï, les masques sont vites tombés. Derrière les paroles rassurantes, il est désormais clair que les EAU n’entendent pas contribuer activement à la lutte contre le réchauffement climatique, phénomène auquel ils doivent d’ailleurs une grande partie de leur développement économique.

Déjà, en amont de l’événement, la polémique grossissait autour de cette COP allant même jusqu’à des appels au boycott. Les critiques portaient sur le choix du Président, le lieu d’accueil de cette grande messe et les conditions de vie sur place.

Il faut dire que la COP28 est présidée par le désormais célèbre Sultan Ahmed Al Jaber. Ministre de l’Industrie des EAU, il n’est autre que le PDG de la compagnie nationale de pétrole d’Abu Dhabi. Ce choix surprenant du lobbyiste en chef des pétroliers est on ne peut plus discutable surtout quand on sait que les énergies fossiles participent précisément au changement climatique. Les interrogations autour de la personne d’Al Jaber se sont renforcées lorsque la BBC a annoncé le 27 novembre qu’il envisageait d’utiliser cet événement pour conclure des accords pour ses entreprises pétrolières.

Ensuite, la COP28 est organisée à Dubaï, plus grande ville des EAU, qui n’est autre que le 5ème plus gros émetteur de CO2 par habitant de la planète. Avec 20,3 tonnes par habitant et par an, c’est juste cinq fois plus que la France pour un territoire pourtant près de 7 fois plus petit. De plus, les Émiriens consomment quatre fois plus d’eau que la moyenne mondiale.

Mais tous n’en profitent pas. Derrière l’argent et les tours parmi les plus hautes du monde, il y aussi une autre population. Souvent indiens, pakistanais, bangladeshis ou encore africains, les conditions de travail et de vie de ces immigrés sont déplorables. Très mal payés, ils sont parqués dans des camps d’hébergement insalubres. L’ONG britannique FairSquare a révélé que des ouvriers migrants auraient travaillé sans relâche sous plus de 40°C pour que les bâtiments de la COP28 soient prêts à temps. Les participants de la COP peuvent d’ailleurs les remercier, même s’il est peu probable qu’ils croisent ses résidents de seconde zone. Mais peut être auront-ils l’occasion de croiser un autre type de travailleuses dans leurs hôtels ? Dubaï s’est imposé comme un nouveau haut luxe du proxénétisme. On comprend mieux le grand engouement pour cette COP dont la participation atteint des sommets.

On retiendra de cette FLOP28 l’arrogance de quelques puissants. Pendant plusieurs jours, des affaires ont été faites dans des salons climatisés où l’unité de mesure était le milliard. Malgré les efforts des experts présents, tous frais payés (ahem), c’est dire si leur parole était libre, cette mascarade est apparue au grand jour. Même Biden, pourtant Président des achats unis d’Amérique, n’a pas souhaité y être associé. Et il a été bien inspiré. Avec un peu de chance, l’histoire ne retiendra rien de ce Flop, si ce n’est la venue de Poutine qui s’est transformé année après année en agitateur à défaut d’être président. Peut-être est-il venu préparer sa retraite d’influenceur à Dubaï ?

URL de cet article 39197
  

Putain d’usine, de Jean Pierre Levaray.
« Tous les jours pareils. J’arrive au boulot et ça me tombe dessus, comme une vague de désespoir, comme un suicide, comme une petite mort, comme la brûlure de la balle sur la tempe. Un travail trop connu, une salle de contrôle écrasée sous les néons - et des collègues que, certains jours, on n’a pas envie de retrouver. On fait avec, mais on ne s’habitue pas. On en arrive même à souhaiter que la boîte ferme. Oui, qu’elle délocalise, qu’elle restructure, qu’elle augmente sa productivité, qu’elle baisse ses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Chaque fois que nous sommes témoins d’une injustice et que nous n’agissons pas, nous entraînons notre caractère à être passif en sa présence et nous finissons par perdre toute capacité de nous défendre et de défendre ceux que nous aimons. Dans une économie moderne, il est impossible de s’isoler de l’injustice."

Julian Assange - Wikileaks

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.