Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


« Emportez-le au bout de la terre… »

Naguère, le Franco-Argentin Mario Sandoval déposa plainte contre plusieurs journaux dont Le Grand Soir où, au détour d’un article, il avait été qualifié de « bourreau argentin ». Notre webmaster fut plusieurs fois convoqué pour l’avant-procès (délocalisé à Auxerre) avant que la plainte soit classée pour vice de procédure.

Sandoval était professeur rattaché à l’Université de Paris 3 la Sorbonne en tant qu’« expert en conflits internes latino-américains ». Il était aussi « Conseiller sur les questions de Sécurité et de Défense » auprès de Nicolas Sarkozy.

Mais auparavant, il avait été officier de la Coordination Fédérale durant la dictature en Argentine, pays qui a lancé contre lui un mandat d’arrêt international pour des actes de « privation illégale de liberté aggravée, et de tortures sous la contrainte ayant entraîné la mort ».

La France vient d’autoriser l’extradition.

Il y a plus de 2 500 ans, le sage chinois Lao Tseu prétendait que si l’offensé s’assoit au bord du fleuve il verra passer le cadavre de son ennemi. Modernisme oblige, il faut désormais s’asseoir au bord des pistes pour voir décoller Sandoval. Curieusement, le bruit de l’avion et l’odeur de kérosène flattent les oreilles et les narines des démocrates.

Théophraste R. (Sous-Chef adjoint du bureau d’étude sur la différence entre les Airbus, les Boeing et les poubelles).

URL de cette brève 5962
https://www.legrandsoir.info/emportez-le-au-bout-de-la-terre.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
01/11/2018 à 09:23 par Palamède Singouin

Ca ne pourrait pas faire l’objet d’une nouvelle enquête visant Sarkozy ?

#153075 
01/11/2018 à 19:10 par echoes

Présumé tortionnaire, en se référant aux articles de presse,
une précaution langagière , déontologique afin d’éviter les foudres de la justice ?
Précaution que cette même presse s’est épargnée au sujet de perquisitions récentes et autres amabilités.
Lorsque la presse se fait "peloton d’exécution" quel usage peut être réservé à la justice ?
celui de correspondant de presse ?

#153079 
RSS RSS Commentaires
   
Si vous détruisez nos maisons vous ne détruirez pas nos âmes
Daniel VANHOVE
Né en 1952, Daniel Vanhove a une formation en psycho-pédagogie. Par ailleurs, il est bénévole à l’ABP (Association Belgo-Palestinienne) de Bruxelles, où il participe à la formation des candidats et à la coordination des Missions Civiles d’Observation en Palestine. Il a encadré une trentaine de Missions et en a accompagné huit sur le terrain, entre Novembre 2001 et Avril 2004. Au fil de ses voyages dans la région, l’urgence s’est manifestée de témoigner de l’insoutenable réalité de ce qu’il a vu et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsque l’on tente, comme ce fut le cas récemment en France, d’obliger une femme à quitter la Burqa plutôt que de créer les conditions où elle aurait le choix, ce n’est pas une question de libération mais de déshabillage. Cela devient un acte d’humiliation et d’impérialisme culturel. Ce n’est pas une question de Burqa. C’est une question de coercition. Contraindre une femme à quitter une Burqa est autant un acte de coercition que l’obliger à la porter. Considérer le genre sous cet angle, débarrassé de tout contexte social, politique ou économique, c’est le transformer en une question d’identité, une bataille d’accessoires et de costumes. C’est ce qui a permis au gouvernement des Etats-Unis de faire appel à des groupes féministes pour servir de caution morale à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Sous les Talibans, les femmes afghanes étaient (et sont) dans une situation très difficile. Mais larguer des "faucheuses de marguerites" (bombes particulièrement meurtrières) n’allait pas résoudre leurs problèmes.

Arundhati Roy - Capitalism : A Ghost Story (2014), p. 37


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.