Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Encore et toujours : « Salauds de pauvres ! »

Le principe du « rasoir d’Ockham », aussi appelé « principe de simplicité », « principe de parcimonie », ou encore « principe d’économie » édicte que « les hypothèses suffisantes les plus simples sont les plus vraisemblables ». Pour Léonard de Vinci : « La simplicité est la sophistication suprême ». Quant à Montesquieu il a confessé : « J’aime les paysans, ils ne sont pas assez savants pour raisonner de travers ».

Donc, s’agissant du Code du travail, de l’APL des jeunes, de la CSG des vieux, du statut des cheminots, etc., on devrait comprendre aisément que, puisque « Les barricades n’ont que deux côtés » (Elsa Triolet) ce que fait LREM est bon OU mauvais.

Las ! Le contraire du « rasoir d’Ockham », c’est « la langue de bois » ou encore « la noyade de poissons ». Le Président, son gouvernement, ses godillots de l’hémicycle, leur armée de supplétifs baratineurs, s’échinent à nous embrouiller par des arguties ininterrompues disséminées par les médias dominants contrôlées par 9 milliardaires.

Ainsi, ô paradoxe ! il est plus facile à Macron de visiter les Restaurants du cœur qu’à un cheminot en gare d’échapper à la vindicte due aux « preneurs d’otages ».

Théophraste R. (Président de la Commission pour l’échange des statuts des pue-la-sueur contre celui des journalistes).

URL de cette brève 5770
https://www.legrandsoir.info/encore-et-toujours-salauds-de-pauvres.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
27/03/2018 à 22:57 par adel

il serait intéressant de comparer ce que nous coute les subventions aux journaux, le service qu’ils rendent, aux gens pas au gouvernement bien sur, avec ce fameux statut de cheminot.

#146807 
28/03/2018 à 09:44 par AF30

Ça me fait penser à cette phrase de Saint-Exupery dans son livre "terre des hommes " :“La perfection est atteinte, non pas lorsqu’il n’y a plus rien à ajouter, mais lorsqu’il n’y a plus rien à retirer.”

#146816 
28/03/2018 à 13:35 par irae

Cher Abdel
N’oublions pas la rusée verdier molinié qui fait profession de désingueuse de fonctionnaire sur fonds publics (travaillant pour une fondation ifrap dont les généreux donateurs sont exemptés d’impôts à hauteur de 66% - par nous donc).
Se faire payer par nos impôts pour que nous ayons plus tard à payer cher les mêmes services que ceux dont nous bénéficions gratuitement aujourd’hui, au concours de la duplicité et du faites ce que je dis pas ce que je fais, podium !
Mais que fait anticor ?

#146826 
28/03/2018 à 15:47 par Max Stirner

" Les pauvres sont coupables de l’existence des riches. "

#146829 
28/03/2018 à 17:37 par Ellilou

à Irae
Mais que fait Anticor ? demandez-vous fort justement. Ayant apprécié leurs actions il y a quelques années, je les trouve dorénavant bien tièdes voire insipides...dommage ! Ils semblerait qu’ils aient hurlé avec les loups sur les "étranges factures" (dixit la cellule d’investigation de Radio France) de Jean-Luc Mélenchon mais soient restés, par exemple, bien muets sur celles des autres candidats et notamment le comptable qui sert de président à l’Elysée ;-)

#146834 
28/03/2018 à 22:15 par irae

Dans le même sens je renvoie à l’émission les sujets qui fâchent du média avec un journaleux du service public "de la classe dominante" on ne peut moins convaincant et qui manie magistralement la dérobade et la mauvaise foi.
https://youtu.be/YuroXsfPJd8

#146844 
RSS RSS Commentaires
   
La Tiers-Mondialisation de la planète - Bernard Conte
La Tiers-Mondialisation de la planète, c’est le laminage des classes moyennes et la polarisation riches-pauvres de l’ensemble des sociétés, les ramenant toutes à l’état du Tiers-monde d’avant les « miracles ». On peut diversement décrire ce phénomène : « prolétarisation des classes moyennes », « classes moyennes à la dérive », « déclassement »… Bernard Conte analyse le caractère universel de cette transformation sociale comme résultat des politiques économiques néolibérales mises en oeuvre depuis le milieu des (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le plus troublant pour moi était la soif de meurtre témoignée par les membres de l’US Air Force. Ils déshumanisaient les personnes qu’ils abattaient et dont la vie ne semblait avoir aucune valeur. Ils les appelaient "dead bastards" et se félicitaient pour leur habilité à les tuer en masse.

Chelsea (Bradley) Manning


Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.