Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Encore et toujours : « Salauds de pauvres ! »

Le principe du « rasoir d’Ockham », aussi appelé « principe de simplicité », « principe de parcimonie », ou encore « principe d’économie » édicte que « les hypothèses suffisantes les plus simples sont les plus vraisemblables ». Pour Léonard de Vinci : « La simplicité est la sophistication suprême ». Quant à Montesquieu il a confessé : « J’aime les paysans, ils ne sont pas assez savants pour raisonner de travers ».

Donc, s’agissant du Code du travail, de l’APL des jeunes, de la CSG des vieux, du statut des cheminots, etc., on devrait comprendre aisément que, puisque « Les barricades n’ont que deux côtés » (Elsa Triolet) ce que fait LREM est bon OU mauvais.

Las ! Le contraire du « rasoir d’Ockham », c’est « la langue de bois » ou encore « la noyade de poissons ». Le Président, son gouvernement, ses godillots de l’hémicycle, leur armée de supplétifs baratineurs, s’échinent à nous embrouiller par des arguties ininterrompues disséminées par les médias dominants contrôlées par 9 milliardaires.

Ainsi, ô paradoxe ! il est plus facile à Macron de visiter les Restaurants du cœur qu’à un cheminot en gare d’échapper à la vindicte due aux « preneurs d’otages ».

Théophraste R. (Président de la Commission pour l’échange des statuts des pue-la-sueur contre celui des journalistes).

URL de cette brève 5770
https://www.legrandsoir.info/encore-et-toujours-salauds-de-pauvres.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
27/03/2018 à 22:57 par adel

il serait intéressant de comparer ce que nous coute les subventions aux journaux, le service qu’ils rendent, aux gens pas au gouvernement bien sur, avec ce fameux statut de cheminot.

#146807 
28/03/2018 à 09:44 par AF30

Ça me fait penser à cette phrase de Saint-Exupery dans son livre "terre des hommes " :“La perfection est atteinte, non pas lorsqu’il n’y a plus rien à ajouter, mais lorsqu’il n’y a plus rien à retirer.”

#146816 
28/03/2018 à 13:35 par irae

Cher Abdel
N’oublions pas la rusée verdier molinié qui fait profession de désingueuse de fonctionnaire sur fonds publics (travaillant pour une fondation ifrap dont les généreux donateurs sont exemptés d’impôts à hauteur de 66% - par nous donc).
Se faire payer par nos impôts pour que nous ayons plus tard à payer cher les mêmes services que ceux dont nous bénéficions gratuitement aujourd’hui, au concours de la duplicité et du faites ce que je dis pas ce que je fais, podium !
Mais que fait anticor ?

#146826 
28/03/2018 à 15:47 par Max Stirner

" Les pauvres sont coupables de l’existence des riches. "

#146829 
28/03/2018 à 17:37 par Ellilou

à Irae
Mais que fait Anticor ? demandez-vous fort justement. Ayant apprécié leurs actions il y a quelques années, je les trouve dorénavant bien tièdes voire insipides...dommage ! Ils semblerait qu’ils aient hurlé avec les loups sur les "étranges factures" (dixit la cellule d’investigation de Radio France) de Jean-Luc Mélenchon mais soient restés, par exemple, bien muets sur celles des autres candidats et notamment le comptable qui sert de président à l’Elysée ;-)

#146834 
28/03/2018 à 22:15 par irae

Dans le même sens je renvoie à l’émission les sujets qui fâchent du média avec un journaleux du service public "de la classe dominante" on ne peut moins convaincant et qui manie magistralement la dérobade et la mauvaise foi.
https://youtu.be/YuroXsfPJd8

#146844 
RSS RSS Commentaires
   
En finir avec l’eurolibéralisme - Bernard Cassen (dir.) - Mille et Une Nuits, 2008.
Bernard GENSANE
Il s’agit là d’un court ouvrage collectif, très dense, publié suite à un colloque organisé par Mémoire des luttes et la revue Utopie critique à l’université Paris 8 en juin 2008, sous la direction de Bernard Cassen, fondateur et ancien président d’ATTAC, à qui, on s’en souvient, le "non" au référendum de 2005 doit beaucoup. La thèse centrale de cet ouvrage est que l’« Europe » est, et a toujours été, une machine à libéraliser, au-dessus des peuples, contre les peuples. Dans "La fracture démocratique", (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La mort de la démocratie ne sera probablement pas le résultat d’une embuscade. Ce sera une lente extinction par apathie, indifférence et privation.

Robert M. Hutchins


Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.