Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

10 

Faut-il brûler Yann Moix ?

Donc, Yann Moix a dit (je mets des pointillés à cause des plaintes possibles par des enf...és de toute nature) :
« Si vous venez dire ici que les pol… ont peur, vous savez que la faiblesse attise la h…. Vous savez t... b… que dire que vous ch… dans votre fr…c, alors que vous faites un métier qui devrait pr…dre en compte cette p… - la p… est humaine et je ne vous repr…he pas la p... »,
« … La p… fr…çaise est une des plus violentes d’E… ».
« Tous les manifestants vous diront que jamais les c...ps de matr… et l’utilisation de flash-b… n’ont été aussi violents. Je trouve franch...ent que venir vous victimiser à long…r d’ém…s de t…, non seulement vous ridic…e auprès de la pop…ation, mais vous ridic…se au carré auprès des pop…ons que vous assaillez à l…r de j…ées par des humilia…s, car vos cibles préférées ce sont les pauv… et les milieux défav…s ». « La p… au ventre, vous n’av… pas les c…s d’aller dans les endr…ts dang…x ».

Je rapporte ça, non pas par sympathie pour Yann Moix, mais parce que la réponse des flics, outre des poursuites judiciaires, a été : « Si tu as des couilles, viens patrouiller avec nous ».

En d’autres termes, ils matraquent au hasard, gazent, éborgnent, tuent à l’occasion, insultent, humilient, violent quand ça s’y prête, mentent sous serment, verbalisent en se planquant, sont durs avec les pauvres et les jeunes, baissent les yeux devant les puissants, font monter contre eux une haine rare dans le monde à l’égard des flics (1), bref, allument le feu et proposent à leur contradicteur de venir l’éteindre avec eux.

Pour être aimé, il faut être aimable. La dernière fois que j’ai rencontré un flic aimable la plupart de mes lecteurs n’étaient pas nés. S’il y a une pétition pour Yann Moix, possible que je la soutienne. Si l’on y lit qu’ils « chient dans leur froc », et qu’ils « non pas de couilles », je demande seulement avant de signer que ça soit vérifié par des proctologues et andrologues assermentés.

Théophraste R.
Il est mort d’un rhume, Rémi Fraisse ?

Note (1) … et que je déplore car nous avons besoin d’une police. D’une autre police. Pas d’une police qui fait plus peur aux braves gens que les voleurs et qui tue plus que les voyous.

URL de cette brève 5934
https://www.legrandsoir.info/faut-il-bruler-yann-moix.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
25/09/2018 à 16:52 par Assimbonanga

... et Jérôme Laronze, agriculteur, abattu de dos par un gendarme.

#151994 
25/09/2018 à 17:09 par Bernard Gensane

Insulter LES flics en général, c’est merdeux. Se rétracter sans couilles, c’est encore plus merdeux.

#151995 
25/09/2018 à 17:22 par Police partout, justice nulle part

Au trou, Brassens !
https://youtu.be/EV9mHPHRG7k

#151996 
25/09/2018 à 18:32 par Assimbonanga

On ne doute pas qu’il y ait des flics bien gentils et bien intentionnés. Toutefois, il ne faut pas qu’ils pèchent par ignorance. Pour échapper à ce travers, qu’ils tapent dans leur barre de recherche "violences policières" et ils verront une multitude d’occurrences. . On ne peut pas ignorer l’existence des violences policières. Yann Moix écrit des livres ? Hé bien, qu’il apprenne maintenant à s’exprimer à l’oral ! Son propos aurait reçu plus de respect en le formulant sans outrance.

#152000 
25/09/2018 à 19:26 par Morvan56

Qui c’est Yann Moix ?

#152006 
25/09/2018 à 19:31 par AF30

On dit qu’il ne faut pas généraliser. Donc je ne généraliserai pas parce que généraliser c’est franchement pas bien du tout. C’est pas joli joli... Faut pas le faire, quoi ! Ceci dit il me semble que les tape-durs sont moins tendres qu’avant d’abord parce que leur activité répressive est plus sollicitée au fur et à mesure que le social se dégrade. Faut bien tenir tous ces enquiquineurs. Ensuite parce que beaucoup de policiers n’ont pas compris que la police n’est pas la justice d’autant que là aussi la confusion pour quelques esprits simples est aisée en raison, entre autres, de l’élargissement des possibilités de tir. En quelque sorte ils sont pour les circuits courts.
Mais au-delà de tous ces exemples il y en a un qui les ridiculise pour longtemps. Celui de l’affaire Bénalla où nous avons pu constater la servilité de tout ce petit monde, du policier de terrain au sommet de la hiérarchie qui se sont aplatis devant cet homme qui n’avait d’autre légitimité que d’être le séide du chef de l’Elysée. Les responsables syndicaux si prompts à se répandre sur les médias pour défendre ce qui leur semble être un écart relativement à leur dignité ont été bien silencieux avant et après sur cette police officieuse qui les méprisait.

#152007 
25/09/2018 à 20:19 par echoes

L’avis d’un Moix sur le sujet est il indispensable à quoi que ce soit ?
si ne n’est à l’édification de sa propre image bien chenue,
Ce n’est certainement pas sa petite personne qui risquerait la moindre éraflure policière lors d’une manif de salariés défendant leurs droits ou emplois, et en toute autre circonstances.
Le petit palefrenier de BH et consorts tiendrait il le même discours bravache au sujet des gardes chiourmes bien lotis œuvrant à la frontière de Gaza ?
auxquels il reconnaîtrait avec la morgue qui est la sienne tous les attributs qui feraient ici défaut à la profession.
Après son séjour en Corée, ou son teint reprendra quelques couleurs, que n’irait il au Vénézuela pour nous livrer ses impressions ?
Décapantes à coup sur.

#152008 
25/09/2018 à 21:47 par irae

M’étant déjà fait moucher pour un avis assez tranché sur la douceur angélique et la finesse intellectuelle du pandore de base je la ramène pas.
Toutefois je prends le risque d’une autre volée de bois vert en disant tout le mal que je pense de l’intello donneur de leçons bien à l’abri dans le monde des bobos parisiens où il réside.
De plus, si ma position de gueuse me met à l’abri d’un soupçon de mépris de classe à l’égard de la volaille de base, je pense que c’est le sentiment qui, du haut de son narcissisme, domine chez le poix. Et pas qu’envers les poulets.

#152013 
26/09/2018 à 01:10 par François de Marseille

Moix, qui n’a pas plus de couilles que les flics, s’est deja excusé.
Ce qu’il dit est complètement idiot, si les flics ne vont pas dans les endroits dangereux c’est qu’ils ont des ordres.
Donnez leur carte blanche à l’americaine et vous trouverez sans aucun soucis des bourrins en pagailles pour aller casser de l’arabe.
Oui, pas tous, juste 80 à 90 % des flics applaudiraient des 2 mains si tout les coins à problème etaient rasés au napalm sans se soucier des pertes collatérale.
C’ette connerie de moix n’est qu’une goutte de plus parmi l’ocean d’insanité que delivre jour apres jour la tele.

#152020 
26/09/2018 à 09:54 par barbe

Et puis surtout il a réussi à faire diversion de la colère,
au risque de la prendre sur lui...
à savoir : nous faire croire que quelqu’un qui usurpe la fonction de policier a le droit de maintenir l’ordre... et que cela est moins grave que de porter des coups.
Quand les usurpateurs osent manipuler des principes...
ah oui, c’est vrai, l’usurpation est devenue la règle.

#152027 
RSS RSS Commentaires
   
RÉVOLUTIONNAIRES, RÉFUGIÉS & RÉSISTANTS - Témoignages des républicains espagnols en France (1939-1945)
Federica Montseny
Il y a près de 80 ans, ce sont des centaines de milliers d’Espagnols qui durent fuir à l’hiver 1939 l’avancée des troupes franquistes à travers les Pyrénées pour se réfugier en France. Cet événement, connu sous le nom de La Retirada, marquera la fin de la révolution sociale qui agita l’Espagne durant trois ans. Dans ce livre, on lit avec émotion et colère la brutalité et l’inhumanité avec lesquelles ils ont été accueillis et l’histoire de leur survie dans les camps d’internement. Issu d’un travail de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"L’un des grands arguments de la guerre israélienne de l’information consiste à demander pourquoi le monde entier s’émeut davantage du sort des Palestiniens que de celui des Tchétchènes ou des Algériens - insinuant par-là que la raison en serait un fonds incurable d’antisémitisme. Au-delà de ce qu’il y a d’odieux dans cette manière de nous ordonner de regarder ailleurs, on peut assez facilement répondre à cette question. On s’en émeut davantage (et ce n’est qu’un supplément d’indignation très relatif, d’ailleurs) parce que, avant que les Etats-Unis n’envahissent l’Irak, c’était le dernier conflit colonial de la planète - même si ce colonisateur-là a pour caractéristique particulière d’avoir sa métropole à un jet de pierre des territoires occupés -, et qu’il y a quelque chose d’insupportable dans le fait de voir des êtres humains subir encore l’arrogance coloniale. Parce que la Palestine est le front principal de cette guerre que l’Occident désoeuvré a choisi de déclarer au monde musulman pour ne pas s’ennuyer quand les Rouges n’ont plus voulu jouer. Parce que l’impunité dont jouit depuis des décennies l’occupant israélien, l’instrumentalisation du génocide pour oblitérer inexorablement les spoliations et les injustices subies par les Palestiniens, l’impression persistante qu’ils en sont victimes en tant qu’Arabes, nourrit un sentiment minant d’injustice."

Mona Chollet


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.