Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Il ne faut surtout pas sauver le soldat Needham

« J’en rêve encore. J’ai vu des enfants - des corps des enfants coupés, brûlés et mutilés. Voir des femmes mortes et des femmes mutilées vous change à jamais »

John Needham, Juillet 2009

John Needham est décédé d’une overdose de médicaments, en 2010. En 2008, il avait battu à mort sa copine, Jacqwelyn Villagomez. Ce jeune homme, sportif, bon garçon est sorti de la guerre d’Irak, blessé mentalement et physiquement. Sa «  transformation » s’est faite durant son année de service dans une unité dont les méthodes étaient pour le moins douteuses. (1)

Après une tentative de suicide pendant le service, il fut blessé au dos et transporté dans un hôpital en Allemagne. Il devient accroc à la médication, puis après une suite d’interventions chirurgicales, il fut atteint d’une infection. On découvrit par la suite une tumeur de la grosseur d’un pamplemousse.

En 2007, il écrivit une lettre aux autorités concernées au sujet des méthodes de l’unité 2-12, dans le but de porter des accusations de crimes de guerre. Cette lettre se «  perdit » sans doute volontairement jusqu’à ce qu’une documentariste produise une vidéo de 47 minutes, une entrevue avec le père de John pour éclaircir cette affaire.(2)

John fut incarcéré et accusé de meurtre. Son père dut payer une caution de 1 million de dollars pour le faire libérer en attendant son procès qui n’eut jamais lieu.

AVERTISSEMENT : les images sont atroces et difficiles à supporter. Néanmoins, elles ont été intégrées dans la lettre de John par un site américain - ainsi qu’à la vidéo - avec un commentaire sur la «  nécessité d’aller implanter une démocratie », et le prix à payer.

Lettre de John ( Traduction maison : Gaëtan Pelletier)

18 décembre 2007

Pour : M. Randy Waddle, inspecteur général adjoint, Ft. Carson, au Colorado, CC : LTC John Shawkins, inspecteur général, Ft. Carson, au Colorado, le major général Mark Graham, commandant, Ft. Carson, au Colorado
Major Haytham Faraj, USMC, Camp Pendleton, en Californie Lt général Stanley Greene, l’armée américaine inspecteur général

Objet : Notification formelle des atrocités de guerre et crimes commis par le personnel de la Compagnie B, 2-12, 2e Brigade Combat Team, 2nd Infantry Division en Irak

Cher Monsieur Waddle,

Mon nom est John Needham. Je suis un membre de la Compagnie Bravo du 2e Bataillon, 2e Division d’infanterie, 2e Brigade Combat Team, 2e Division d’infanterie, (BCO ,2-12INF, 2BCT, 2id. J’ai été déployé avec mon unité à l’Irak d’Octobre 2006 jusqu’à Octobre 2007, puis j’ai été évacués pour des blessures physiques et mentales dont souffert pendant mon déploiement. Le but de ma lettre est de rapporter ce que je crois être des crimes de guerre et de violation du droit des conflits armés que j’ai personnellement témoins alors qu’il était déployé en Irak.

En arrivant en Irak en Octobre 2006 mon unité a été affectée à l’unité de cavalerie ¼ au Camp Prospérité. En Mars 2007, j’ai été renvoyé de mon unité, la société B 2-12 au camp Falcon. C’était au camp Falcon que j’ai observé et été forcé de participer à des actes laids et inhumaines contre les citoyens irakiens dans notre domaine de responsabilités. Ci-dessous je liste quelques-uns des incidents qui ont eu lieu.

En Mars 2007, j’ai été témoin que le SSG Platt a tiré et de blessé un ressortissant irakien sans cause de  provocation. Le sergent-chef a déclaré qu’il soupçonnait l’Irak d’être un « trigger man » . Nous n’avions pas été attaqués et nous n’avons trouvé aucune preuve au sujet de cet l’homme pour soutenir cette allégation. Pendant que l’Irakien saignait sur le sol , PVT Smith a demandé d’administrer les premiers soins à l’irakien. SSgt Platt a dit non : "laisser-le saigner." Quand SSG Platt s’est éloigné , Pvt Smith et PVT Mullins se sont dirigés vers l’irakien et l’ont traîné dans une ruelle, et appliqué les premiers soins. Ils l’ont ensuite conduit à une cache pour un traitement ultérieur.

En Juin 2007 1SG Spry demanda qu’un jeune iranien soit arrêté, interrogé, détenu et tué. Nous n’avions aucune preuve que l’Irakien était un insurgé ou terroristes. Dans tous les cas où nous avons procédé à des arrestations, aucun ne constituait  une menace. Bien que je n’ai pas été personnellement témoin de l’assassinat, j’ai observé 1SG Spry démembrer le corps et parader attaché au capot d’un Humvee dans le quartier Mouhalla, pendant que l’interprète lançait des avertissements en arabe dans le haut-parleur. J’ai une photo qui montre 1SG Spry, en train d’extirper le le cerveau de la victime.

A une autre occasion un irakien a été arrêté par une équipe dirigée par le Sgt Rogers, pendant il marchait dans une ruelle. L’Irakien a été détenu et interrogé, les mains attachées derrière le dos, SGT Rogers lui arracha la peau du visage.

1ER Spry a abattu un adolescent irakien d’environ 16 ans. Cela sans aucune provocation, l’Irakien ne représentant aucune menace à l’unité. Il était simplement sur son vélo au passage d’un site embuscade. Quand je suis arrivé sur la scène, j’ai observée 1SGT Spry avec SSG Platt qui démembrait corps du garçon.

En août 2007, j’ai répondu à l’appel radio du SGT Rogers rapportant qu’il venait d’abattre un Irakien qui tentait d’entrer par un trou que le peloton avait créé en faisant exploser un mur, afin de leur permettre l’observation de la zone au cours d’une patrouille de sécurité. Quand je suis arrivé, j’ai vu un seul homme armé qui était encore en vie, couché sur une barricade. L’homme était âgé d’environ 30 ans. Il avait un vieux pistolet Ruger accroché à son pouce. Il était évident, pour moi , que le pistolet a été placé là , vu la façon dont il était suspendu à son pouce. L’Irakien était encore vivant quand je suis arrivé.

J’ai vu le SGT Rogers lui tirer dessus à deux reprises dans le dos avec des balles à pointe creuse. L’Irakien était encore en mouvement. Je demandais pourquoi ils lui ont tiré dessus à nouveau quand j’ai entendu le sergent Hoskins dire "il se déplace, il est toujours vivant."

SPEC Hoskins ensuite déménagé à l’irakien et l’a tiré derrière la t^teé . SSG Platt et SGT Rogers étaient visiblement excités de cet acte. Je les ai vus ensuite extirper la cervelle de l’ irakien et le placer dans le le «  body bag ». CPT Kirsey doit avoir appris quelque chose de cet incident parce qu’il était très bouleversé et a admonesté les sous-officiers impliqués.

J’ai vu et entendu 1SGT Spry se vanter tuer les chiens. Il tenait un compte . Au dernier décompte, Je me souviens qu’il se vantait d’avoir tué 80 chiens.

En de nombreuses occasions j’ai observé les SGT Temples, SSG Platt et SGT Rogers battre et abuser d’adolescents irakiens, certains aussi jeunes que 14, sans cause. Ils devaient pénétrer dans r une maison près des zones où ils soupçonnaient que nous avions reçu des tirs de snipers, puis ils arrêtaient et battaient les enfants.

J’ai des photos qui supportent mes allégations. J’ai aussi de nombreuses autres photos sur un PC portable que l’unité m’a illégalement saisies. J’ai demandé qu’elles me soient retournées, mais ils ont refusé.

Mes expériences m’ ont porté un coup terrible. Je souffre du SSPT( 3 ) et dépression. Je n’avais aucun moyen d’arrêter les actions atroces de mon unité. Quand j’ai refusé de participer, ils ont commencé à abuser de moi et à me harceler. Je suis toujours en traitement à l’hôpital naval de Balboa. Je vous demande respectueusement que vous enquêtiez sur ces questions et assumer ma sécurité en me réaffectant à une autre unité qui n’est pas située à Fort Carson, que vous retourniez mon PC ou, du moins, le saisir pour protéger les preuves sur celui-ci , et que vous émettez un ordre militaire de protection afin d’interdire les membres de mon unité fautive de harceler, d’exercer des représailles, ou de me contacter.

J’ai quelques photos et quelques documents à l’appui de ces allégations.

Respectueusement,

PFC John Needham
de l’armée américaine

____________________________________

1-Selon les propos du père de John Needham, Michael, un vétéran de la guerre du Vietnam, l’unité 2-12 s’adonnait au pillage, à la recherche de drogues, et à la revente de marchandises.

2-On the Dark Side in Al Doura- A Soldier in the Shadows

3-SSPT : Syndrome de Stress Post Traumatique

Référence :

A - http://www.aolnews.com/2010/02/26/iraq-war-vet-in-murder-case-found-dead-faced-other-charge/

B - http://www.salon.com/2009/02/12/coming_home_three/

C - http://drvitelli.typepad.com/providentia/2011/12/the-military-john-needham-and-ptsd-.html

D- http://www.dailymail.co.uk/news/article-2061425/Troubled-Iraq-veteran-John-Needham-killed-girlfriend-dead-18-months-later.html

Gaëtan Pelletier, Janvier 2012

La vidure

URL de cet article 15687
   
La liberté contre le destin, discours de Thomas Sankara
Thomas Sankara reste une figure révolutionnaire de premier plan pour la jeunesse africaine en lutte. Durant son passage bref mais fulgurant à la tête du Burkina Faso, interrompu par son assassinat en 1987, le jeune officier a marqué l’histoire de son pays et de l’Afrique, ainsi que la mémoire des luttes anti-impérialistes. On trouvera dans ce recueil, outre les principaux discours de Thomas Sankara, des discours inédits. En plus de faire des bilans réguliers de la révolution, il aborde les thèmes (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il est difficile d’intéresser ceux qui ont tout à ceux qui n’ont rien.

Helen Keller


Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.