Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

13 
Manuel de résistance intellectuelle aux pays des médias

J.-L. Mélenchon : des images, des figures

Le Grand Soir vous propose un article en deux parties.

La première est une analyse pointue du traitement de l’image d’un candidat à la présidentielle. Les méthodes employées y sont mises à nu. En fin de compte, à y regarder de près, la presse manipulatrice nous en apprend ici beaucoup plus sur elle-même que sur le sujet (mal)traité.

La deuxième partie est constituée d’une série d’images décryptées et commentées.

LGS

Un candidat 2012 au risque des images

Dans l’actualité de la présidentielle, certains prescripteurs d’opinion, relais du politique, veulent faire de Jean-Luc Mélenchon un «  Georges Marchais » [1], un «  populiste  » [2]. Pierre Lelouche regrette les duels flingues à la main [3]. Jean-Marie Le Pen menace à lui retirer son caleçon [4]. Des Nouveaux chiens de garde [5] apprentis-sorciers, rapprochent le Front de Gauche de l’extrême droite, versus Marine Le Pen. La presse parle de l’un puis, juste après, de l’autre, par le jeu manipulatoire des contaminations symboliques [6]. Des clichés montrent Jean-Luc Mélenchon le verbe haut, le doigt vengeur. Un dessin de Plantu le représente lisant un même papier avec la représentante du FN : «  Tous pourris ». A-t-il dit ça, quelque part ? Image verbale ? Recherche d’audience ? Dans audience, on entend procès.

Qui donc confondrait le grondement obscur de la droite extrème avec l’esprit de 36, son rassemblement salutaire, ou les formules d’Hugo ? [7] Lorsque le candidat ponctue une allocution, par un «  Que se vayan todos ! » [8] à propos de Révolution citoyenne [9], c’est qu’il parle des «  oligarchies bénéficiaires du gâchis actuel », des «  émigrés fiscaux », des «  addicts » du capital… Populisme ? [10]

- Mais qui évoque les : «  propriétaires oisifs », les «  accapareurs de richesses », la «  féodalité du capitalisme », les « antagonismes mortels » ?

- Qui accuse la «  haute finance et la haute banque (…) de dévorer l’épargne » ?

- Qui questionne «  le caractère révolutionnaire de la grève » ?

- Qui parle de «  la propriété capitalistique et oligarchique, privilège d’une classe » ?

- Qui exprime «  La révolution sociale », «  la révolution républicaine » ? Jean-Jaurès dans ses Tréssaillements (1888-1890), dans Grève générale et révolution (1901), dans Socialisme et Liberté (1898).

Populisme c’est le mot de droite pour dénigrer la gauche !

Exemples d’images de J.-L. Mélenchon publiées dans la presse web

Voici quelques-unes des figures de Jean-Luc Mélenchon construites et diffusées sur le web par la presse dominante et alternative de tous bords. Ces images (photos, dessins) de photographes indépendants, encartés, désencartés, d’AFP, sont supposées caractériser l’être par la posture d’un candidat à la présidentielle. Qu’est-ce qui se donne à voir réellement ?

L’homme n’est pas l’instrument d’une seule note. [11] Réduire sa partition, c’est le boulot des fats. Parfois les images sont situées «  si bas qu’elles ne peuvent plus tomber. C’est ainsi qu’elles échappent à l’écrasement par la platitude »… [12]. Il faut bien se rendre à l’évidence, les photos de Jean-Luc Mélenchon montrent la diversité des représentations de ceux qui le regardent. Selon l’orientation du journal ou du narrateur, la photo sera à charge ou nuancée. Le candidat Mélenchon serait-il dévoilé ? Pas si sûr… Faisons cette hypothèse : les photos prises, construites, commandées, retouchées, mises en scène, désignent aussi et surtout les faiseurs d’images. Elles sont instrumentalisées par les politiques et les journalistes dans un contexte donné : l’élection présidentielle 2012.

En somme, la photo désigne pêle-mêle le sujet photographié, l’image qu’il veut donner de lui, la situation sociopolitique du moment, l’oeil du photographe et ses stéréotypes, la ligne éditoriale du journal, mais aussi ce que l’on ne peut saisir : la rapidité de la prise photo, le choix éclair d’une planche ou même l’allégeance du champ journalistique aux puissances de l’argent, leur soumission à l’ordre économique dominant et encore ce qu’il faut aussi user de formules épicées pour faire entendre sa voix et exister dans le champ barbelé des espaces journalistiques [13].

L’interprétation d’une image n’est rien sans l’analyse du système médiatique et de ce qui reste masqué [14] : les manipulations diverses, les idéologies latentes et patentes, le voyage d’une image sur le web en vertu du principe de circulation circulaire de l’information [15], la précarité des journalistes qui flashent, le poids de l’actionnariat sur la ligne éditoriale, la nomination des présidents par le pouvoir et ses effets en termes de censures et d’autocensure, etc... Le risque de tels clichés c’est d’assigner le lecteur à résidence du côté des stéréotypes dominants. [16] Décortiquer l’information, donner à réfléchir, faire le pas de côté : au travail, citoyen ! [17]

Pour la sociologue et écrivain Françoise Paul-Lévy, com-prendre, c’est prendre avec soi et expliquer c’est aussi déplier [18]. C’est du boulot de lire [19], de lire une image aussi… Les politiques ne nous parviennent qu’avec des images [20]. Images d’images. Clichés d’image d’images. Y’a de quoi trébucher… Louper l’être et ses variantes.

Le miel et la guêpe

L’espace de diffusion internet est saturé par des photos où se mettent en scène la disgrâce, le rouge tous azimuts, les doigts levés, l’homme seul, en gros plan, prenant toute la place, le sourire quelquefois, conditions nécessaires à la stéréotypie des portraits univoques. Cette vision n’est pas seulement erronée, elle est totalisante, totalitaire même. Si à ces inventions de figures, d’autres sont créées, dans la balance, rien ne s’équivaut. Pas même le retournement d’images par la presse qui tente parfois de pondérer ses excès lorsque le candidat avoisine les 17 %, selon les sondages. Les images des «  contorsions faciales », celles de grimaces, peuvent aussi se lire comme un retour de l’usage de biotype nauséeux, d’une tentative de réduire un républicain à des morphotypes, de la réduction de l’homme au trait de caractère, d’un trait de caractère à une caractéristique ontologique [21]… D’une caractéristique propre à l’image de la gauche. Ne nous y trompons pas cette caricature désigne aussi les militants, les sympathisants !

La «  nov-langue » des images, celle de la construction factice de «  l’avatar Mélenchon », au sens d’Internet, dessèche le réel, contribue aux malentendus, réifie la complexité du monde et des idées politiques, et d’une certaine façon dépolitise le contenu, le fond, les idées déployées pour diriger notre oeil vers un confusionnisme de propagande [22]. Quid de la polysémie des sentiments, des variations, des palettes [23], des construits sociaux [24] de l’image ? Quid de ce que pense le photographié ? Forclusion du sujet parlant ? [25] Quid des injustices énoncées, des aliénations, des déchirures, du précariat [26] même celui des journalistes ? Engluage dans l’imaginaire ? Il y aurait-il d’autres stratégies induites, d’autres tactiques masquées ?

Chauds sur les photos mais froids sur les mots, ces journalistes ? A la caricature grossière de l’image de politique répond l’usage des euphémismes [27] lorsqu’il s’agit de catégoriser le réel : le licenciement collectif s’appelle un «  Plan social » ; la guerre une «  Frappe préventive » ; le patron un «  entrepreneur » ; la classe dominante «  l’élite » ; «  les experts » ; la casse sociale «  une réforme », l’assassinat d’état «  une bavure »…

Et quand ils parlent de Jean-Luc Mélenchon : «  guignol, rigolo, idiot utile, comique, (…) stalinien, kolkhoze, (…) tissu de conneries. Manque ’Diable aux pieds fourchus’… » [28]

Le miel pour le pouvoir. La gelée royale pour les forces de l’argent roi. La guêpe et ses frelons pour le représentant du peuple [29].

Réflexivité

Dans les Grands entretiens électoraux diffusés par Médiapart, Jean-Luc Mélenchon analyse les difficultés d’installer une pensée de subversion, une insurrection civique. Il porte un regard sur la presse qui le regarde. C’est lui qui parle :  «  «  Le ciel est bleu, dit Jean-Luc Mélenchon », ça c’est l’Humanité ; «  Le ciel est bleu, gronde Jean-Luc Mélenchon, ça c’est le Figaro ; «  Le ciel est bleu, éructe Jean-Luc Mélenchon », ça c’est le Parisien ; «  Le ciel est bleu » couine Jean-Luc Mélenchon, ça c’est le Nouvel Observateur. La manière de me traiter est souvent, en quelque sorte, comme un avant-gout de ce que pense celui qui dit » » [30]. Les sujets photographiés analysent les photographies, tous ceux qui les regardent aussi : c’est aussi cela la politique. Et nonobstant, les écrivains, les chercheurs mesurent parfois les images et les formules qu’ils produisent. Un peu.

Tout est image ? Presque ? Pas tout ? L’image, comme le signe linguistique, est bi-face [31]. A cette différence près qu’elle comporte une tranche. L’image nécessite une mise en mot [32]. Parlons-en ! Le candidat à la présidentielle place sa fonction du côté de la transmission. Mettre en travers et partager. Ce qui se passe dans la cité mais aussi la manière de l’aborder. La façon de s’en faire une idée, une représentation.

Dans ces mêmes entretiens, Jean-Luc Mélenchon affirme à propos de l’illusion et de la difficulté de faire presse : «  Autrefois on disait, (…) «  tu as vu c’est dans le journal, c’est vrai ». (…) Mais maintenant c’est plus sophistiqué mais cela revient au même. Si c’est dans le journal c’est que c’est vrai. Si c’est dans le sondage c’est que c’est vrai. Donc, nous avons une tache d’éducation politique. Moi je fais une campagne d’éducation politique qui consiste continuellement à rappeler chacun à l’esprit critique, à l’analyse d’après soi-même  »…

Faisons encore une hypothèse banale mais que l’on est en droit de réactiviter compte tenu du contexte propice aux influences supposées des paroles et des images : Jean-Luc Mélenchon est plus complexe que les clichés grossiers qui sont donnés à voir ici ou là [33].

Les candidats sont parfois couverts et recouverts de signes produits en masse, du «  prêt-à -penser consommatoire », qui sacrifient à la rapidité des jugements et que l’on ne sait situer entre réel, réalité et fiction [34]. Mais derrière l’hypnose médiatique, il y a un reste que la coproduction d’images n’annulera jamais… Un quelque chose d’insaisissable [35]. Comme l’être qu’il est et qu’il sera… Comment résister aux charmes de la fascination ou des rejets ? Trois mots comme trois actions : la raison, la raison, la raison ! [36]

«  Eh ! Messieurs ! Prenez-y garde ; ce qui fait des déclassés, dans la bourgeoisie française, ce n’est pas la puissance de l’instruction, c’est la puissance abusive du capital » [37]. Ajoutons puissance de ses bras armés : une communication de complaisance, une façon de faire de la presse d’accointance, des sondages commandités ou commandés [38]. En somme, un système dont il nous faudra démontrer les usages, démonter les rouages.

Au grand jeu de la production de clichés, sacrifice à la société du spectacle [39], les sciences dites humaines, sociales et l’expertise technique des photographes peuvent participer [40] à désamorcer les errements manipulatoires des faiseurs d’images et fournir les outils d’analyse citoyens. Le savoir est une arme. «  La sociologie un sport de combat » contre ces instances collectives de légitimation [41]. C’est aussi cela se mettre à la hauteur des exigences de l’Education Populaire et d’une citoyenneté active. A suivre…


J.-L. Mélenchon : des images, des figures

- 2EME PARTIE

I- JEAN-LUC MELENCHON DANS LA PRESSE WEB

 
 
VU PAR L’EXPRESS

Présentation d’une figure de tribun vindicatif ? Le doigt levé, la bouche ouverte, l’oeil noir, les yeux plissés ? Dans l’Express.fr. on pouvait lire ceci : «  Jean-Luc Melenchon était désavoué par le PC  »http://www.lexpress.fr/actualite/politique/le-pcf-ne-veut-pas-de-melenchon-comme-tete-de-liste-en-ile-de-france_836287.html, 2009.

 
 
ANALYSE D’UN DESSIN DE PLANTU

Marine Le Pen, souriante, doigt levé, comme pour demander la parole, Claire Chazal, Jean-Luc Mélenchon, poing levé, rictus, sourcils froncés, grand méchant loup : cherchez les similitudes… L’Express, 19 janvier 2011.

 
 
VU PAR LE MONDE

Le journaliste du quotidien Le Monde figure J.L. Mélenchon dépassé par les journalistes. Il rencontre les conducteurs de train dans un atelier de réparation du RER. Là , en regardant la photo, on le croit en colère, faisant la leçon, mais dans l’article rien n’est précisé à ce sujet. Infos photo ou intox ? Titre accrocheur : «  L’équipe Mélenchon débordée… par les journalistes ». Malgré la photo aguichante, pas d’incident révélé. http://gauche.blog.lemonde.fr/2012/03/20/lequipe-melenchon-deborde-par-les-journalistes/, 20 mars 2012.

 
 
VU PAR METRO

Qu’est-ce qui se donne à voir ? Mélenchon, serrant dans un bras un ami, amitié virile, dans un atelier de la RATP. Pas tout à fait la même photo que celle présentée par le très sérieux Journal Le Monde, le 20 mars 2012. http://www.metrofrance.com/presidentielle-2012/melenchon-troisieme-homme-du-premier-tour/mlcw!bB6fcL51r2vMw/, 23 mars 2012.

 
 
VU PAR LE PARISIEN / AUJOURD’HUI

Quelle figuration ? Celle du sourcil levé, la main qui s’avance, comme pour prendre. http://www.leparisien.fr/flash-actualite-politique/melenchon-refuse-une-capitulation-sans-condition-face-a-hollande-29-03-2012-1929527.php, 29 mars 2012.

 
 
VU PAR PARIS-MATCH

Le journal choc-photos réchauffe une image d’archive. Le titre «  Les grandes manoeuvres de Mélenchon ». Kitsch ? http://www.parismatch.com/Actu-Match/Politique/Actu/Les-grandes-manaeu... octobre 2009.

 
 
VU PAR LA TRIBUNE

Jeu de la rédaction : détournement d’image et apparition d’un «  slip » à la place du slogan. Commentaire du journaliste de la Tribune, «  Un jeune entrepreneur a fait le pari de relancer les sous-vêtements pour homme 100% français. Sa méthode : détourner les affiches des candidats pour promouvoir ses slips ». Tous les candidats ? Mais La Tribune a choisi Mélenchon. http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20120329trib000690937/campagne-presidentielle-le-slip-s-invite-a-la-fete.html, 29 mars 2012.

 
 
VU PAR LIBERATION

Décor glacé, blanchâtre, métallique, le menton levé ! Voile d’ombre sur le visage. http://www.liberation.fr/politiques/01012398533-presidentielle-stabilite-en-tete-melenchon-en-forte-hausse-ifop, mardi 27 mars 2012.

 
 
VU PAR LIBERATION

Libération compose sa narration : une image à contre-jour, le point levé. Soleil éblouissant et point serré. Lui légèrement au dessus des autres. Commentaire du journaliste : «  Lui qui comptait « secouer » Hollande n’a jamais autant préoccupé ses ex-camarades qu’à trois semaines du premier tour ».http://www.liberation.fr/politiques/01012399756-grigny-ligne-de-depart-du-marathon-melenchon, 1 avril 2012.LIBERATION

 
 
VU PAR LE FIGARO

Quelle figuration ? Les mains levées. Parlant-criant ? Exhortation ? Le journaliste affirme qu’il «  progresse dans les sondages ». Les doigts levés : est-ce l’illustration de la progression ? Singulière cohabitation de l’image et du texte. http://elections.lefigaro.fr/presidentielle-2012/2012/03/27/01039-20120327ARTFIG00349-melenchon-confirme-sa-progression-dans-les-sondages.php, 27 mars 2012.

 
 
VU PAR FRANCE-SOIR

Jean-Luc Mélenchon présenté poing et doigt tendus. Vers celui qui regarde. Le journaliste reporte les propos du candidat qui affirme ne pas vouloir «  d’émeutes » et préférer la «  révolution citoyenne » mais la photo exposée semble en contradiction avec le discours du candidat : technique de détournement des propos par l’image ?http://www.francesoir.fr/actualite/politique/presidentielle-melenchon-ne-veut-pas-d-emeute-204795.html, 4 février 2012.

 
 
VU PAR LES ECHOS

Choix éditorial : un candidat disparaît derrière les drapeaux. Le titre de l’article : «  La photo de la semaine : Mélenchon en chef d’orchestre ». Chef d’orchestre invisible ? http://blogs.lesechos.fr/echosphoto/la-photo-de-la-semaine-melenchon-en-chef-d-orchestre-a9941.html, 30 mars 2012.

 
 
VU PAR LES DERNIERES NOUVELLES D’ALSACE

Sur le site, l’image sélectionnée est floue. Image d’images ? Photographié le doigt levé. Celui du donneur de leçon ? Pour le journaliste, ne gagne pas des voix, il «  grappille » : «  Lorsqu’il a commencé à grappiller les points au-dessus de 10 %, Jean-Luc Mélenchon l’a fait au détriment de François Hollande. Les chiffres sont éloquents : quand le candidat du Front de gauche gagne un point, celui du PS en perd un autre ». C’est l’illustration de l’article d’Alain Duhamel. http://www.dna.fr/politique/2012/04/01/le-match-a-gauche?image=518BC32E-0883-44E1-9454-9B4627C1949E, 1 avril 2012.

 
 
VU PAR LE POINT

Quelle option photographique ? Le gros plan… Près des ¾ de l’espace. Impression d’oppression. Étouffant. Du pouce au doigt, la moue, voilà qu’il «  dénonce » «  un coup de force » d’après le journaliste : «  L’eurodéputé Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de Gauche, a appelé vendredi à un ’référendum’ sur les modifications au Traité de Lisbonne, dénonçant ’un coup de force’ par les dirigeants européens ’sous prétexte de mécanisme financier d’intervention en cas de crise’. Persuasion de l’opinion par la construction d’un champ lexical belliciste ? Sémiologie de la guerre mise en scène par Le Point ? http://www.lepoint.fr/politique/modifications-du-traite-de-lisbonne-melenchon-veut-un-referendum-17-12-2010-1276692_20.php, 2 avril 2012

 
 
VU PAR LE REPUBLICAIN LORRAIN

Quelle est l’exhibition photographique choisie ? Gros plan, pas rasé, les yeux grands ouverts… Prise de l’image par surprise… Le journaliste n’aurait-il fait qu’un seul cliché ? Aurait-il aimé se voir ainsi dans le journal ? Le journaliste accompagne la photo de ce commentaire : « Le Front de gauche de Jean-Luc Mélenchon a pris au mot, samedi, Nicolas Sarkozy sur sa volonté de mettre en oeuvre, sans même attendre l’accord des autres, la taxe sur les transactions financières, en lui lançant : « Chiche, c’est tout de suite, sinon, t’es un menteur. ».http://www.republicain-lorrain.fr/actualite/2012/01/10/le-front-de-gauche-de-jean-luc-melenchon-a-pris-au-mot-samedi-nicolas-sarkozy-sur-sa-volonte-de, 10 janvier 2012.

 
 
VU PAR VALEURS ACTUELLES


Quel choix éditorial ? Valeurs actuelles se demande si Jean-Luc Mélenchon est un candidat «  totalitaire ». D’après le journaliste, il invoque le «  stalinien Paul Eluard  », la «  Constitution de 1793 qui consacre la Terreur », et le «  smic à 1700 euros ». « Il est effarant de voir que personne ne conteste les délires totalitaires de M. Mélenchon. ». Un poème d’Eluard : «  J’écris ton nom liberté… ». C’est effrayant et très stalinien ! http://www.valeursactuelles.com/parlons-vrai/parlons-vrai/m%C3%A9lenchon-candidat-totalitaire20120327.html, 29 mars 2012.

II- JEAN-LUC MELENCHON DANS LES SITES DES RADIOS

 
 
VU PAR EUROPE 1

Cette photo est destinée à présenter le CV de Mélenchon à ses auditeurs et à ses blogers. Haut du menton et pince levée. http://www.europe1.fr/Presidentielle-2012/Le-CV-de-Jean-Luc-Melenchon-951161/, 16 février 2012.

 
 
VU PAR FRANCE INFO

Une photo du meeting de Lille, sur le service public. Qu’est-ce qui se donne à voir ? La foule, l’enthousiasme ou l’once du ridicule quand la photo mitraille ? Le mouvement de l’orateur ? http://www.franceinfo.fr/politique/la-progression-de-melenchon-bouscule-la-campagne-570187-2012-03-28, 28 mars 2012.

III- JEAN-LUC MELENCHON SUR LES SITES D’EXTRÊME-DROITE

 
 
VU PAR NATIONS PRESSE INFO

Une photo de Présidence, j’imagine ! Nations Presse Info est un site d’extrême droite qui «  entend diffuser des informations précises, recoupées, aux sources mentionnées et en parfait accord avec l’esprit du Mouvement national, dont le Front National de Jean-Marie Le Pen est la principale composante ». L’information est précise, pas de doute ! http://www.nationspresse.info/?attachment_id=163742, 12 mars 2012. Egalement publié chez «  Français de France, http://francaisdefrance.wordpress.com/tag/jean-luc-melenchon/, 23 mars 202.

 
 
VU PAR FRANCAIS DE SOUCHE

Tout en nuance. Soulignement des yeux rouges. Les dents saillantes, redessinées, ensanglantées. Ajouts de rouge. Les cheveux en bataille, comme sorti d’outre-tombe. Le sourcil relevé, inquiétant. Le double menton ? Voici donc une photo de l’Autre construite par des extrémistes. http://www.fdesouche.com/tag/jean-luc-melenchon, 2012.

 
 
VU PAR FRANCAIS DE FRANCE

Quelles transformations de l’image se publient ? Illustration qui jouxte l’article de Gilbert Collard (FN) où l’on peut lire ceci, à propos du meeting à Bastille : «  On aura tout vu, même la reconquête marcheuse d’un symbole qui n’appartient à personne sinon à l’histoire de France, que Mélenchon le tout premier malmène par son tri sélectif ». Et les candidats à la présidentielle, ils «  n’appartiennent » pas à «  l’histoire de France » ? http://francaisdefrance.wordpress.com/2012/03/19/, 19 mars 2012.

 
 
VU PAR FRANCAIS DE FRANCE

Quelle figure s’impose ? Regard de coin, rouge sang, bouche ouverte. Le contributeur d’extrême droite décrit Jean-Luc Mélenchon comme un «  imposteur », «  tricheur-menteur », «  magouilleur », «  chefs mafieux… ».. http://francaisdefrance.wordpress.com/tag/front-de-gauche/, 17 mars 2012.

IV- JEAN-LUC MELENCHON EN IMAGES COMPARÉES

 
 
VU PAR RUE 89

Quelle construction ? Rue 89, s’amuse des ressemblances. S’il y a des points communs, l’image d’un homme situé à gauche de l’affiche, l’usage du rouge, ces affiches ne sont identiques qu’à occulter leurs différences. Et elles sont nombreuses : les couleurs, les traits de fond, l’image d’une bâtisse, le monde en arrière fond, le choix d’une photo ou d’un dessin, une étoile, la police des caractères, le nom du politique, celui d’un pays, la référence à un parti, l’emplacement du slogan, l’emplacement du visage, le positionnement du visage, la taille des personnages…Vous avez dit pareil ? http://www.rue89.com/rue89presidentielle/2012/03/25/presidentielle-six-affiches-de-candidats-decodees-230358, 25 mars 2012.

 
 
PHOTO DE JEAN-LUC MELENCHON

Nouvelobs.com du 12 avril 2012 à 17h08.

 
 
LA PHOTO RETRAVAILLÉE PAR LE NOUVEL OBSERVATEUR

Une de l’hebdomadaire du 12 au 18 avril 2012. On notera le sous-titre sur le Titanic en noir, jaune et rouge.

 
 
DU GRAND PERTURBATEUR AU GRAND TIMONIER ?
 
 
VU PAR FN BOULOGNE BILLANCOURT

L’image est utilisée par un contributeur du FN pour valoriser Marine Le Pen. Ici le site FN joue sur les différences, il y en a : la douceur ou dureté du visage, la direction du regard, le positionnement du port de tête, doigt ou poing levé, couleur du fond… http://www.fn92100.com/article-jean-luc-melenchon-et-l-ex-patron-de-i-tele-pierre-fraidenraich-mis-en-examen-102664002.html, 1 avril 2012.

 
 
VU PAR LE MONDE

Ici l’image est utilisée par une journaliste du Monde pour nous imposer des points de ressemblances, ce coup ci, en vertu du poncif que les extrêmes se rejoignent. Mais à la lecture des deux programmes, la journaliste se ravise «  Si l’on regarde de près les deux programmes et qu’on les compare, il n’y a pas de doute. Certaines mesures socio-économiques de Marine Le Pen sont assez proches de propositions de Jean-Luc Mélenchon, mais elles ne représentent qu’une petite partie du programme frontiste. En outre, la plupart des propositions du FN sont accompagnées du principe de préférence nationale ou de mesures sécuritaires, ce qui n’est pas le cas du programme du Front de gauche ». Du bruit avec la bouche ? Restent le titre, le procédé, l’image : volonté de brouiller les pistes ? A force de comparer, l’image de la comparaison s’ancre un peu. L’image journalistique comme outil idéologique ? La répétition comme exercice de propagande…

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/01/20/melenchon-et-le-pen-quelques-ressemblances-et-beaucoup-de-differences_1632143_1471069.html, 20 janvier 2012.

V- JEAN-LUC MELENCHON A LA BASTILLE

 
 
VU PAR LA DEPECHE DU MIDI

Cette photographie choisie par La Dépêche occulte la foule. Elle présente l’orateur la bouche ouverte, ses dents en apparence, le poing serré, comme prêt à cogner, et les yeux plissés… Pour le journaliste «  Le leader du Front de gauche a rassemblé des milliers de militants et sympathisants sur la place de la Bastille hier à Paris  ». Des milliers ? Combien ? Des sympathisants uniquement ? Comment le sait-il ?

http://www.ladepeche.fr/article/2012/03/19/1309666-melenchon-appelle-a-l-insurrection-civique.html, 19 mars 2012.

 
 
VU PAR LA VOIX DU NORD

La place de la Bastille dans le ciel qui s’embrume. Plus de 120 000 personnes selon les organisateurs : batailles des chiffres ? http://www.lavoixdunord.fr/Election-presidentielle-2012/2012/03/19/article_la-place-de-la-bastille-gonfle-les-espoi.shtml, 19 mars 2012.

 
 
VU PAR ORANGE LE POINT

L’opérateur téléphonique Orange et Le Point présentent une photographie du meeting de la Bastille avec une dizaine de personnes. En y mettant du sien, on peut faire moins… Une paire de manifestants, n’est-ce pas suffisant ? Alors 10 passants ou 120 000 personnes ? http://www.lepoint.fr/politique/resistance-les-pro-melenchon-prennent-la-bastille-18-03-2012-1442557_20.php . http://actu.orange.fr/politique/resistance-les-pro-melenchon-prennent-la-bastille-afp_532452.html, 18 mars 2012.

VI- JEAN-LUC MELENCHON SUR SON SITE

 
 
VU DANS LE BLOG DE JEAN-LUC MELENCHON

Une image dans la photo, celle d’un des livres de Jean-Luc Mélenchon. «  Mardi 27 mars 2012, 23 000 personnes ont afflué vers le Grand Palais de Lille dans le Nord pour participer au grand meeting du Front de Gauche. Parmi ceux qui ont pu accéder à la salle, les autres suivant les discours depuis l’extérieur sur l’avenue bloquée à la circulation, de très nombreux jeunes lycéens et étudiants. Photos : S. Burlot  ». http://www.jean-luc-melenchon.fr, 27 mars 2012.

 
 
VU DANS LE BLOG DE JEAN-LUC MELENCHON

Chanson d’après meeting du Front de Gauche à Lille. Valorisation du groupe par le chant collectif ?http://www.jean-luc-melenchon.fr/loeil-de-la-campagne/?album=4&gallery=312&show=gallery, 27 mars 2012.

 
 
VU DANS LE BLOG DE JEAN-LUC MELENCHON

Les journalistes qui oppressent ? Sourire ? Meeting du Font de Gauche à Lille. Autre image de candidat…Les figures se diversifient… http://www.jean-luc-melenchon.fr/loeil-de-la-campagne/?album=4&gallery=312&show=gallery, 27 mars 2012.

 
 
VU DANS LE BLOG DE JEAN-LUC MELENCHON

Images d’un candidat au milieu des employés, des ouvriers, des journalistes. «  Visite aux cheminots de la gare de Villeneuve-Saint-Georges dans le Val-de-Marne ».http://www.jean-luc-melenchon.fr/loeil-de-la-campagne/, Jeudi 22 mars 2012.

 
 
VU DANS LE BLOG DE JEAN-LUC MELENCHON

Image d’un candidat qui laisse sa place mais qui s’affiche. Le site précise : «  une réunion publique du Front de Gauche était organisée à Henin-Beaumont dans le Pas-de-Calais afin de pointer et dénoncer les mensonges du FN et de son programme. A la tribune se sont exprimés Alexis Corbière auteur du ’Parti de l’étrangère’ (éd. Tribord) et Laurent Maffeïs auteur des ’Cinq mensonges du FN’ (éd. Bruno Leprince). Photos : Stéphane Burlot ». http://www.jean-luc-melenchon.fr/loeil-de-la-campagne/, 9 mars 2012.

 
 
VU DANS LE BLOG DE JEAN-LUC MELENCHON

Le candidat applaudit. Inversion des rôles ? Le candidat laisse la place ? Le site informe : «  Vendredi 24 février 2012, les salariés de l’usine Fralib de Gemenos (13), en lutte contre la multinationale Unilever, avait organisé un meeting de soutien à La Bourse du Travail à Paris. Jean-Luc Mélenchon y est intervenu ainsi que Pierre Laurent et d’autres dirigeants de gauche. Photos de Moland Fengkov  ».http://www.jean-luc-melenchon.fr/loeil-de-la-campagne/?album=4&gallery=297&show=gallery, 24 février 2012.

 
 
VU DANS LE BLOG DE JEAN-LUC MELENCHON

En arrière fond, le bras levé, un parmi la foule, visite aux ateliers de réparation de la RATP à Massy dans l’Essonne. «  Mardi 20 mars 2012, Jean-Luc Mélenchon s’est rendu aux ateliers de réparation de la ligne B du RER à Massy dans l’Essonne. Accompagné de Laurence Sauvage et de Pascale Le Néouannic, il y a rencontré des ouvriers, des camarades, des syndicalistes de la CGT dont Philippe Juraver. Photos : S. Burlot  ». http://www.jean-luc-melenchon.fr/loeil-de-la-campagne/?album=4&gallery=308&show=gallery, 20 mars 2012.

 
 
VU DANS LE BLOG DE JEAN-LUC MELENCHON

Photo le présentant au premier plan à l’écoute des ouvrières. «  Lundi 13 février 2012, Jean-Luc Mélenchon rencontrait à l’Usine de campagne du Front de Gauche aux Lilas (93), une assemblée de femmes déléguées d’entreprises en lutte : des travailleuses de ’Lejaby’, des ’Trois Suisses’, de ’Sodimédical’, du journal ’Paru Vendu’, des caissières de ’ED-Dia’ à Albertville. Photos : Moland Fengkov ».http://www.jean-luc-melenchon.fr/loeil-de-la-campagne/?album=4&gallery=293&show=gallery, 13 février 2012.

 
 
VU DANS LE BLOG DE JEAN-LUC MELENCHON

Photo prise d’en haut, la foule de la Bastille. Effet d’immensité. Gommage des différences ? Effet de nombre ? Symbole ? Cohésion collective ? Communion du peuple de gauche ? Sémiologie révolutionnaire ?http://www.jean-luc-melenchon.fr/loeil-de-la-campagne/?album=4&gallery=307&show=gallery, 18 mars 2012.

VIII- JEAN-LUC MELENCHON AUTREMENT

 
 
VU PAR LE FIGARO

Photos sur le vif ou mise en scène ? Jean-Luc Mélenchon dans son QG. Debout. Main dans les poches. Le journal de droite n’écorche pas trop le candidat. Le canard des amis de Sarkozy joue-t-il la stratégie d’affaiblissement ? Billard à trois bandes ? http://elections.lefigaro.fr/presidentielle-2012/2012/04/01/01039 20120401ARTFIG00051-un-sondage-place-melenchon-en-troisieme-position.php, 1 avril 2012.

 
 
VU PAR LE JOURNAL DU DIMANCHE

Pour un journaliste du Journal Du Dimanche, Mélenchon se veut séducteur : «  Jean-Luc Mélenchon fait tout pour séduire son public communiste.  ».http://www.lejdd.fr/Election-presidentielle-2012/Actualite/Jean-Luc-Melenchon-tente-de-seduire-les-communistes-en-s-attaquant-aux-socialistes-379227/, 26 août 2011.

 
 
VU PAR QUELQUES LYCÉENS & LEUR PROFESSEUR

Reprise de photo ? Travail de lycéens. Présentation des programmes des candidats par des élèves. Site du Lycée Marie Curie. 1er S. d’Echirolles, Projet Elisée 2012. 3 février 2012. http://www.acgrenoble.fr/webcurie/pedagogie/histgeo/spip.php?article459

 
 
VU PAR LE PARTI DE GAUCHE

Sur le site du Parti de Gauche, 34. Image d’un écrivain. Temps de réflexion avant ou après l’action. http://partidegauche34.midiblogs.com/archive/2012/week06/index.html, 11 février 2012.

[1Pour Arnaud Montebourg, 2 avril 2012, Jean-Luc Mélenchon, « est le Georges Marchais des temps modernes », in LePoint.fr ; Pour Les Inrocks, c’est « Mélenchon ou le George Marchais Revival », Lesinrocks.com, 15 mars 2012 ; Michel Geoffroy, un contributeur de l’agence de presse Novopress (extrême droite), affirme à propos de Mélenchon : « Il nous la joue sur un mode nostalgique, Jean-Luc : il nous mime le retour de la gauche laïque du temps des deux Georges : Georges Marchais pour le parti communiste et Georges Séguy pour la CGT. Il nous repasse un vieux film politique mais en version colorisée, badigeonnée d’un soupçon de révolte sur la Place de la Bastille, au son de l’accordéon : cela plaît aux bobos qui, eux, rêvent de revivre Mai 1981 à défaut de Mai 1968  », in http://fr.novopress.info/110597/la-politique-en-noir-et-blanc-ou-pour-qui-roule-jean-luc-melenchon/, 27 mars 2012.

[2« Le Monde n’avait pas hésité à transformer sa titraille en éditorial : « Mélenchon-Le Pen, le match des populismes » (8 février 2012) », in Acrimed, Mathias REYMOND, « Les éditocrates contre Jean-Luc Mélenchon », http://www.legrandsoir.info/les-editocrates-contre-jean-luc-melenchon.html, 10 avril 2012. Le candidat à la présidentielle assume l’anathème qui rappelle le « peuple », in Jean-Luc Mélenchon, « Qu’ils s’en aillent tous ! », Paris, Flammarion, 2010.

[3Le député UMP Pierre Lelouche, affrontant Jean-Luc Mélenchon, le qualifie de : « Minable. Minable. Au XIXème siècle, je vous provoquerais en duel et je vous flinguerais, et ça serait mérité. Malheureusement je ne peux pas !  », in Ripostes, « G20, Otan : le nouvel ordre mondial », in http://www.youtube.com/watch?v=uOBhIbxnw3c, ajouter 15 novembre 2010.

[4Sur Radio-France, Jean-Marie Le Pen revient sur le non-débat entre Jean-Luc Mélenchon et sa fille : « Moi, j’offre un débat à M. Mélenchon et je vais lui retirer son caleçon, et je vais montrer ce qu’il est : le candidat des communistes, qui ont du sang sur les mains jusqu’aux coudes  », 26 février 2012.

[5Serge Halimi, Les Nouveaux chiens de garde, Paris, Liber-Raisons d’Agir, 1997 ; Gilles Balbastre, Yannick Kergoat, Les Nouveaux Chiens de garde, film, janvier 2012.

[6Je dois ce concept à Françoise Paul-Lévy.

[7L’Express glisse vers le poncif « des extrêmes qui se rejoignent ». J.-L. Mélenchon arbore un brassard rond sur fond rouge qui rappelle ceux portés par les nazis. L’assimilation Front de Gauche/Front National, comme pour nous faire oublier que le « FN » qui usurpe le nom d’un réseau de résistants… Plantu, esthétise Marine Le Pen… Signe contemporain de confusionnisme ? Allégeance à la ligne éditoriale ? Soumission à l’ordre économique ? Subordination aux modes de pensée dominants ? Amusement de lecteur : Mélenchon est placé à droite, comme pour marquer sa dérive mais cela entraine une fausseté que le crayonneur aurait pu relever s’il avait observé Jean-Luc Mélenchon sur le terrain : dans le réel des meetings, il lève le bras gauche : celui du coeur… La vérité a ses exigences dans le matérialisme… Voir L’Express, 19 janvier 2011.

[8« Qu’ils s’en ailent tous », référence à la révolution bolivarienne de Chavez, président démocratiquement élu.

[9Jean-Luc Mélenchon, « Qu’ils s’en aillent tous ! », Paris, Flammarion, 2010.

[10« Les portraits à charge n’ont pas manqué. Sur RTL par exemple, Serge July présente Mélenchon comme « le tribun de la grogne romantique » (15 mars 2012). Eric Le Boucher, lui, trouve que « Jean-Luc Mélenchon est un rigolo. Un rigolo de prétoire, un rigolo de JT, un rigolo malin, un rigolo drôle. » (Slate.fr, le 18 mars 2012) Pas mieux pour Christophe Barbier qui veut « en finir avec Mélenchon », ce personnage au « verbe haut et [aux] idées courtes, mi-tribun, mi-guignol » (L’Express, 14 mars 2012). Pierre Assouline, dans Le Monde des Livres, le décrit comme un « terrible tribun robespierriste » (6 avril 2012). Etc […] Quand Ivan Rioufol du Figaro affirme de Mélenchon qu’« il est habité par une sorte de haine qui se voit dans ses discours et dans les discours de ceux qui le soutiennent », Claude Weill du Nouvel Observateur lui réplique : « C’est vrai qu’il a quelques fois du mal à se contrôler. » (5 avril, I-télé) […] Serge Raffy sur le site du Nouvel Observateur, le 16 mars 2012 : « Le candidat du Front de gauche, lentement mais sûrement, est devenu, à son corps défendant, l’idiot utile de l’Élysée. Il est le virus malin qui affaiblit jour après jour François Hollande. » […] Dans L’Express, Christophe Barbier, visionnaire, ne s’arrête pas au premier tour de l’élection et à ses conséquences pour le second : « son idéologie, trotsko-marxo-protecto-nationaliste, pourrait bien polluer l’éventuel quinquennat de François Hollande. En effet, si la prime au méchant vaut à Mélenchon de créer la surprise dans les urnes, le nouveau président devra faire avec. » (14 mars 2012). […] L’Express, Christophe Barbier, visionnaire, ne s’arrête pas au premier tour de l’élection et à ses conséquences pour le second : « son idéologie, trotsko-marxo-protecto-nationaliste, pourrait bien polluer l’éventuel quinquennat de François Hollande. En effet, si la prime au méchant vaut à Mélenchon de créer la surprise dans les urnes, le nouveau président devra faire avec. » Pour le libelliste multicarte, « le socialisme de gestion serait alors pris en otage sur sa gauche », (14 mars 2012), in Acrimed, Mathias REYMOND, « Les éditocrates contre Jean-Luc Mélenchon », http://www.legrandsoir.info/les-editocrates-contre-jean-luc-melenchon.html, 10 avril 2012.

[11Françoise Paul-Lévy, « Marilyn Monroe ohohôh ! », Revue Artefacte, n° 3, avril 2012.

[12D’après Victor Hugo, Choses Vues, Paris, Gallimard, 1972.

[13Des images j’en produits aussi et parfois des meilleures…

[14Françoise Paul-Lévy, « Marilyn Monroe ohohôh ! », Revue Artefacte, n° 3, avril 2012.

[15Pierre Bourdieu, Sur la Télévision, (1996), Paris, Raison d’Agir, 2008.

[16Frédéric Vivas, « Monochromes approximatifs », Revue Artefacte, mars 2011.

[17J’entends aussi par là le citoyen journaliste…enfin débarrassé de son statut de précaire, de pigistes et de la charge de travail qui pèse sur son acte journalistique.

[18Françoise Paul-Lévy, « Trois petits mots et puis s"en vont, Revue Artefacte », mars 2011.

[19Françoise Paul-Lévy, « Marilyn Monroe ohohôh ! », Revue Artefacte, n° 3, avril 2012.

[20Françoise Paul-Lévy, « Marilyn Monroe ohohôh ! », Revue Artefacte, n° 3, avril 2012.

[21Etude de l’être et des points communs entre les êtres.

[22Tchakhotine Serge, Le viol des foules par la propagande politique, Saint-Amand, Gallimard, 1952.

[23Françoise Paul-Lévy, « Marilyn Monroe ohohôh ! », Revue Artefacte, n° 3, avril 2012.

[24Pierre Bourdieu, Yvette Delsaut, « Pour une sociologie de la perception », Actes de la recherche en sciences sociales 40, nov. 1981.

[25Au sens ou l’emploi Jacques Lacan.

[26Précarité-prolétariat.

[27Eric Hazan, LQR, la propagande du quotidien, Paris, Raisons d’Agir, 2006.

[29Il faudrait aussi analyser les autres figures construites par une certaine presse lors de cette présidentielle.

[31Voir à ce sujet : Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1974. Jacques Lacan, Écrits, Paris, Seuil, 1966 ; Jacques Lacan, Télévision, Paris, Seuil, 1974.

[32De passer de l’imaginaire au symbolique. Voir à ce sujet Jacques Lacan, RSI, Livre XXII, année 1974-75, inédit.

[33Voir au sujet de la complexité et de la difficulté de faire avec l’image d’autrui, Revue Artefacte, n° 3, avril 2012.

[34Roland Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, 1957.

[35Que la recherche de la vérité peine parfois à circonscrire.

[36La déraison ne nuit pas toujours (sic), autre façon de savoir y faire avec l’inconscient, le réel.

[37Jean Jaurès, « Tressaillements », in Rallumer tous les soleils, Paris, Omnibus, 2006.

[38Ce point à lui-seul mériterait un article.

[39Guy Debord, La société du spectacle, Paris, Gallimard, 1992.

[40Noter la nuance.

[41Burgelin Olivier. Pierre Bourdieu. Un art moyen, Essai sur les usages sociaux de la photographie. In : Communications, 7, 1966, pp. 165-168. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/comm_0588-8018_1966_num_7_1_1107.


URL de cet article 16426
   
Abrégé du Capital de Karl Marx
Carlo CAFIERO
« Le capitalisme n’est et ne sera pas là de toute éternité. » Cet Abrégé, rédigé en 1878, nous livre l’essentiel de l’analyse contenue dans le Livre I du Capital de Karl Marx. Ce compendium de la critique du système capitaliste - « où ce ne sont pas les moyens de production qui sont au service du travailleur, mais bien le travailleur qui se trouve au service des moyens de production » - a été rédigé à destination d’un public populaire. Écrit dans un style simple et sans l’appareil scientifique qui rend (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les Occidentaux ont pour système de soutenir et de porter aux nues à l’Est des gens qu’ils s’empresseraient de jeter en prison chez eux.

Slobodan Despot


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.