Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Journalisme Sciences Po.

Allô les studios, je suis devant la mairie d’Evry d’où vient de sortir Manuel Valls armé, eh bien, d’une pelle pour enterrer les six 49-3 dont il a accouché naguère et dont trois, eh bien, comme vous le voyez, essaient de s’échapper...

Allô les studios, je suis devant l’hôtel Hilton d’Istanbul et je peux vous dire, eh bien, que la situation est dramatique à Alep où, comme vous le voyez sur ces images…

Allô les studios, je suis devant le siège du quotidien « El Mentiro » à Mexico en direct avec un journaliste de « El Universal » de Caracas qui témoigne, eh bien, de la situation désastreuse de…

Allô les studios, ici, au Caire, on observe, eh bien, l’avancée des troupes du régime syrien à Alep et l’impuissance des Occidentaux…

Allô les studios, je suis, comme vous le voyez, rue de Solferino où le bureau national du PS siège à huis clos pour une importante réunion dont la teneur, eh bien, nous sera connue dans quelques heures…

Allô les studios, je suis devant le charnier, eh bien, de Timisoara…

Allô les studios, je suis devant le dépôt d’Armes, eh bien, de destructions massives de Saddam, eh bien, Hussein…

Allô, eh bien, les studios, je suis, eh bien, devant les locaux de, eh bien, Sciences Po (1) où j’ai été, eh bien, formé (et mal) au journalisme….

Théophraste R. (Journaliste indépendant (=non clanique) formé, eh bien, par Le Grand Soir).

Note : (1) On peut remplacer Sciences Po par : Ecole de journalisme de...

URL de cette brève 5269
https://www.legrandsoir.info/journalisme-sciences-po.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
17/12/2016 à 17:05 par babelouest

Hi hi, journaliste... soit tu es esclave mon frère, soit tu es sans logis.... ou presque. Ou laveur de carreaux à l’AFP....

#130638 
17/12/2016 à 17:14 par Scalpel

On dirait du Jacques Vendroux dans le texte, rapport au gimmick "eh bien" ponctuant chacune de ses, eh bien, sorties d’illettré.

#130639 
18/12/2016 à 12:58 par Autrement

Ce que les spectateurs lambda des médias, tout à leurs émotions ou à leurs préjugés, ne comprennent pas, c’est que même avec des témoignages vécus et des images authentiques (ce qui est loin d’être toujours le cas), on peut fabriquer un récit qui relève entièrement de la fiction. C’est pourquoi le devoir d’information est si périlleux. L’actualité étant l’histoire en train de se faire, le texte journalistique court toujours les mêmes risques que l’écriture de l’Histoire elle-même, dont on sait à quel point elle peut être trafiquée, car les "traces" indéniables que laisse le réel, ne prennent sens que dans un récit d’ensemble.

Il suffit de changer les proportions entre les différents témoignages ou de pilonner l’information avec des images unilatérales, (le nombre devient alors accablant), ou de choisir de façon orientée la date par laquelle débute le récit : le début de celui-ci devient artificiellement l’origine de tout le reste, comme la Bible pour les sionistes : ou au contraire, ce début ignore ce qui a précédé, et masque ainsi les responsabilités premières - comme les bases de l’OTAN encerclant de partout la Russie. Moyennant quoi, à coup d’Ukraine, de Syrie, d’espionnage informatique et de sportifs dopés, on prépare l’opinion à une guerre ouverte contre ce pays, avec lequel nous avons tout intérêt à rester en paix. Quand on voit "l’ennemi de la finance" prendre les devants pour réclamer des sanctions, c’est encore à lui que l’on fait confiance ?

il suffit aussi d’adopter un point de vue "moral" qui dissimule les intérêts objectifs des différents agents (tout récit implique une échelle de "valeurs" au nom desquelles il prétend parler), ou encore de masquer les injustices et les conflits de classe en choisissant de façon unilatérale ce qui est ou non pertinent pour l’établissement des "faits" et leur appréciation ; ainsi Christine Lagarde, "une des femmes les plus puissantes du monde", accusée de "négligence" (et non de prévarication), est noblement acquittée, tandis qu’un voleur de pain ou des syndicalistes sont condamnée à de la prison ferme.

Hannah Arendt, qui nous apprend à "Penser l’événement" (titre d’un recueil de ses articles en tant que journaliste), et Chomsky, en démontant "La Fabrication du consentement. De la propagande médiatique en démocratie", sont de bons contre-poison ! Les jeunes (ou moins jeunes) journalistes, pressés par le temps et d’abord soucieux de l’effet à produire, omettent de vérifier la fiabilité de leurs sources, dont la pluralité dissimule l’uniformité et la main-mise du propriétaire ; d’autres s’octroient le droit de "pontifier" au nom d’une expérience qui reste subjective, en s’autorisant seulement quelques "fausses fenêtres" pour donner l’impression d’un récit objectif. Les uns et les autres se laisser imprégner par l’idéologie dominante, qui "domine" bel et bien le paysage médiatique, et imprègne l’esprit Chiencepot (ce n’est pas de moi, mais c’est rigolo). Il y a ainsi un Axe du mal et un Axe du bien, toujours les mêmes, et comme le voleur crie au voleur, c’est maintenant la désinformation qui crie à la désinformation. Pardon pour ces trop longues explicitations, d’autant qu’elles sont inspirées par un texte qui n’en avait pas besoin !

#130661 
18/12/2016 à 16:06 par Jeanne

Bonjour Théophraste

Message reçu 5/5..
Merci pour votre humour et lucidité.. antidotes bien utiles pour résister au formatage et à la consommation addictive de la com.

#130668 
RSS RSS Commentaires
   
Le Grand Marché Transatlantique : La menace sur les peuples d’Europe
Raoul Marc JENNAR
« Quelque chose doit remplacer les gouvernements, et le pouvoir privé me semble l’entité adéquate pour le faire. » Ces mots confiés par David Rockefeller au magazine américain Newsweek, le 1 février 1999, fournissent la clé pour comprendre ce qui se passe depuis une trentaine d’années et qu’on appelle « mondialisation néolibérale ». Déléguer au secteur privé la maîtrise des choix ou, pour l’exprimer à la manière pudique de journaux comme Le Monde ou Les Echos, « redéfinir le périmètre de l’Etat », c’est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Nous possédons 50% des richesses de la planète, mais seulement 6% de sa population. Dans cette situation, nous ne pouvons éviter d’être l’objet d’envies et de jalousies. Notre véritable tâche dans la période à venir sera de créer un tissu de relations qui nous permettra de faire perdurer cette inégalité.

Département d’Etat Etats-Unien - Planning Study #23, 1948

Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.