Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes

15 

L’alcool aide à mieux parler une langue étrangère

Une étude, portant sur 50 personnes de langue allemande a montré qu’une faible quantité d’alcool améliorait leur capacité à s’exprimer en néerlandais.

Mais attention à l’abus d’alcool (1). J’ai testé la recette sur moi (vodka + whisky). Non seulement je pige toujours couic à l’allemand et au néerlandais, mais j’épourve des ffidicultés à pater sur la bnnoe choute du vlacier.

Phéotraste R. (sans tommencaire SVP).

(1) On ignore si Macron avait trop picolé quand il a dit : « J’ai toujours assumé la dimension de verticalité, de transcendance, mais en même temps elle doit s’ancrer dans de l’immanence complète, de la matérialité ». (le JDD, 12 février 2017).

URL de cette brève 5583
https://www.legrandsoir.info/l-alcool-aide-a-mieux-parler-une-langue-etrangere.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
22/10/2017 à 11:06 par irae

Et dire que ces cons de journaleux n’ont pas eu l’esprit de lui demander de reformuler en termes simples sa fulgurance.
C’est tellement chic d’aligner des mots complexes pour exprimer le vide.

#140845 
22/10/2017 à 19:08 par Louisiane

On peut tous faire pareil et sans effort :

http://www.prevensectes.com/rael31.htm

#140862 
22/10/2017 à 22:53 par depassage

comme je viens d’une langue maternelle primitive, je sais que toute langue est la première idéologie qu’on reçoit et qui colle à une vision du monde que se fait une société sur son univers. Avec beaucoup d’alcool ou peu, le résultat est le même, car une chose, une fois ancrée , elle est difficile à déloger. Même si la même vision est partagée, les personnes n’agissent pas de la même façon.

Dans ma langue, les fleurs et les étoiles ont un même mot qui les désigne, parce qu’on considérait que la terre et le ciel portaient des champs où, si les choses sont différentes dans leur apparence, elles restent vraie dans leurs besoins de se reproduire. Si les fleurs servaient aux plantes à se reproduire, les étoiles le devraient aussi. (C’est moi qui utilise le conditionnel).

De ce fait, le ciel et la terre étaient considérés comme un couple appelé à se reproduire pour que la vie continue. De là, il n’est pas compréhensible que la femme soit la terre. Et l’homme ? Il ne peut pas être le ciel puisqu’il est le fils de la terre. S’il veut être le ciel, il doit le mériter et s’élever.
Mais beaucoup d’hommes au niveau du principe masculin, ce qui signifie qu’ils peuvent être des femmes en apparence, au lieu de mériter le ciel et de s’élever, ils se croient d’emblée ciel et agissent comme le ciel en oubliant ou en ignorant que le ciel n’est pas méprisant et encore moins arrogant.

le ciel ne fait que compléter une oeuvre dont l’humain ne sait que peu, ainsi parlaient ceux qui cherchaient à s’élever en ajoutant que toute la terre est amour, cultivons la avec amour et arrêtons d’imiter le ciel et ses fureurs en jouant aux singes en se croyant autres. Il y avait bien d’autres qui disaient par exaspération certainement : "Qui n’a pas entendu le chant d’un arbre, c’est qu’il n’a jamais entendu de chant de sa vie à commencer par celui de sa mère."

#140869 
22/10/2017 à 22:55 par depassage

À Irae.

« J’ai toujours assumé la dimension de verticalité, de transcendance, mais en même temps elle doit s’ancrer dans de l’immanence complète, de la matérialité ».

Ce qu’il dit là est très clair. Macron dit Macron. Il dit ce qu’il est. Il dit qu’il est la négation de la vie car il confond complémentarité et hiérarchie. Verticalité = Hiérarchisation : le feu "sementiel"(semence) de la vie est le ciel, un ciel essentialisé. La vie est complémentarité et non hiérarchisation. Seuls les parasites disent le contraire pour se justifier à eux-mêmes et à rien d’autre. Pour être vulgaire et je men excuse à l’avance, le trou de cul est aussi un organe essentiel, n’en déplaise aux puristes et autres "hiérarchiseurs" encore plus primitifs que ceux qu’ils traitent de primitifs.

Quand il situe sa verticalité dans un besoin de l’ancrer dans une immanence complète. il fait pitié, car l’immanence complète et la verticalité s’excluent et ne peuvent jamais être réconciliées. En quelque mot, il dit ce qu’il représente : un sataniste ( Satan ange de la lumière et non Satan ange des ténèbres, sens qu’il a pris avec les religions monothéistes modernes même si elles remontent à plus de quatre mille ans) de mauvais aloi.

#140870 
23/10/2017 à 03:51 par Antar

Qui a dit déjà " ce qui se conçoit bien, s’énonce clairement." Tout ce dont je suis certain c’est que ce n’est pas Macron.

#140875 
23/10/2017 à 10:00 par Fald

Ces 50 germanophones étaient peut-être de Cologne (Köln en VO), dont la bière, le Kölsch, porte le même nom que le dialecte, qui est lui même plutôt du néerlandais que de l’allemand.
En plus, des variantes du néerlandais s’étendent sur tout le nord de l’Allemagne sous le nom de Plattdeutsch (= allemand de la plaine, que nous appelons "bas-allemand). Finalement, en picolant au bistrot, une bonne partie des Allemands parlent leur patois, donc néerlandais.
Sinon, je félicite Théophraste de travailler à la paix et à la coopération entre l’Est et l’Ouest en prenant ses cuites avec un mélange de Vodka et de Whisky.
Clea mretie un pirx Neobl de la piax.
A ce propos, c’est à dire complètement hors-sujet :
Une erxépencie a été fitae qui porvue que si on ecirt un txtee en ne mteantt que la pmerirèe et la dèinere lterte de cqahue mot à la bnone pclae, on puet le lrie snas dfcilutfié.

#140880 
23/10/2017 à 10:08 par J.J.

Pour illustrer cette citation limpide de notre lider maximo, je dirais même transparente comme une échelle double, comme eût dit Pierre Dac, j’en propose une autre du même auteur :
"Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous ceux qui feraient mieux de la ferme avant de l’ouvrir."

#140881 
23/10/2017 à 12:04 par irae

Plus prosaiquement j’ai traduit " je suis le chef absolu de droit divin même si je reste les pieds dans la merde".

#140882 
23/10/2017 à 12:09 par banal

L’alcool désinhibe et donc quelqu’un qui hésiterait à parler une langue étrangère se lancera plus facilement .
Il y a de nombreux exemples : celleux qui font du tir savent que le vin permet d’être meilleur sur des cibles mobiles (beaucoup utilisé par les poilus en 14-18 entre autres), tandis que le cognac aide sur les cibles fixes.
Le personnage joué par Clint Eastwood dans son film "impitoyable" affirme que s’il est devenu un tueur plus froid que l’enfer c’est à son état d’hébriété qu’il le devait, ce qui est confirmé par les historiens fins connaisseurs du far west.
A propos d’ouest, c’est là où se trouve Macron définitivement, c’est pourquoi il a prononcé ces propos mégalomanes.

#140884 
23/10/2017 à 12:35 legrandsoir

celleux

Ha, ha ! ça nous manquait, ça ! On avait déjà lu ailleurs avec effarement "ielle".
Notez bien que, comme tous les amateurs de l’écriture inclusive (nom poli du massacre de notre langue par des démago-gaucho-féministes manipulés), vous n’allez pas au bout de votre choix. Ici, vous êtes insultants en prétendant qu’il n’y a pas de femme historienne ("ce qui est confirmé par les historiens fins connaisseurs").
Tout ça pour dire que LGS ne veut pas être cette complice de cette mode par laquelle, ceux qui l’ont initiée et n’en usent pas, lancent les femmes contre les hommes via les genres des mots, en évitant de toucher au passage le banquier.
Donc, si on pouvait s’abstenir de nous envoyer des textes ainsi estropiés...

#140885 
23/10/2017 à 14:44 par irae

La féminisation des mots découle du même mécanisme que le droitdelhommisme. Ne surtout pas toucher au fond juste mettre une petite couche de vernis sur les inégalités.

#140888 
23/10/2017 à 15:01 par banal

On ne peut pas tout expliquer par manque de temps, mais le "celleux", c’était une moquerie à l’égard de M. Bruckner, ce grand penseur que la planète nous envie et qui s’en est pris à l’écriture inclusive en en profitant pour assimiler LGBT et pédophilie .
L’écriture inclusive me fait autant rire que vous mais dès qu’elle fait péter les plombs à des hyperréacs comme M. Bruckner, ça la rend aussitôt sympathique.
De là à dire que c’est un marqueur, pas forcément.

#140889 
23/10/2017 à 16:26 par irae

mais le "celleux", c’était une moquerie à l’égard de M. Bruckner,


Bien vu !

#140893 
23/10/2017 à 17:32 par depassage

À Irae
Votre traduction est toute trouvée. Elle est exacte. Je n’aurais jamais dit mieux.

#140897 
24/10/2017 à 07:44 par calame julia

Immanent : inhérent
verticalité : perpendiculaire.
Reformulons : j’ai toujours assumé la dimension perpendiculaire, de supériorité marquée d’une personne ou
d’une chose sur une autre, mais en même temps elle doit s’ancrer (?!) dans de l’inhérence complète de
la matérialité.
ATTENTION au fil a plomb, qu’il ne nous tombe pas sur la tête.

#140909 
RSS RSS Commentaires
   
Chroniques bolivariennes : Un voyage dans la révolution vénézuelienne
Daniel Hérard, Cécile Raimbeau
Après la mort d’Hugo Chávez, que reste-t-il de la révolution vénézuélienne, de ce « socialisme du XXIe siècle » ? Ses obsèques grandioses, pleurées par des foules pendant plusieurs jours et honorées par de nombreux chefs d’État, ont contrasté avec les critiques virulentes dont il avait fait l’objet dans les médias occidentaux. Cécile Raimbeau et Daniel Hérard nous entraînent au cœur de cette révolution pacifique, à la rencontre de la base, des supporters de Chávez. Ils les écoutent et les photographient, en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Nous préférons croire au mythe selon lequel la société humaine, après des milliers d’années d’évolution, a finalement créé un système économique idéal, plutôt que de reconnaître qu’il s’agit simplement d’une idée fausse érigée en parole d’évangile. »

« Les Confessions d’un assassin financier », John Perkins, éd. Editions Alterre, 2005, p. 247


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.