Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


L’Ecole, est-elle obligée de suivre le modèle de l’entreprise ?

La notion de l’école autrefois n’est plus la même aujourd’hui. Des modifications au niveau du cursus, des activités, des programmes, et des finalités font que le changement soit considérable. S’il est normal que l’établissement scolaire reflète la gestation et le dynamisme de la société, la remise en cause de son rôle et de son abnégation pose plus d’une question. L’école publique ne l’est plus vraiment : elle est de plus en plus sectatrice. Son désintéressement est remis en question d’autant plus qu’elle sert des particuliers aux dépens des intérêts communs. La scolarité ne tient plus tellement au savoir et à la connaissance : c’est une manœuvre destinée plus à la professionnalisation. Du fait, l’établissement scolaire prendra progressivement l’apparence d’une manufacture qui prépare des compétences à la demande.

Vers les années 70, un nouveau concept commence à submerger sur la scène : c’est le New Management public ou la nouvelle gestion du public, autrement dit introduire dans la gestion des affaires publiques des méthodes de décision et de gestion reposant sur une « approche de marché », censée être plus efficace. Du fait, les dirigeants animés par un esprit de la concurrence et du résultat commencent à avoir une approche pragmatique de la gestion du secteur public ; et les citoyens seront considérés comme des consommateurs des services de l’état et de l’enseignement en l’occurrence. L’état pense à diminuer les charges. Il ira même jusqu’à charger des entités autonomes pour la gestion de quelques secteurs, et c’est là que la privatisation va s’infiltrer dans le domaine pédagogique, et le savoir et la connaissance seront abordés selon la loi du marché : ils sont au plus payant. Peu importe qu’ils appartiennent au domaine ou non, ces propriétaires ne sont que des investisseurs qui ne considèrent l’établissement scolaire comme une source de revenu : c’est l’école capitaliste.

Ce changement de conception chez les dirigeants sera vite reflété chez les pédagogues. C’est alors qu’on commence à utiliser un jargon des entrepreneurs tels les objectifs ou les compétences ou encore le projet et les statistiques seront utilisées davantage pour accréditer ou discréditer telle ou telle stratégie. Cependant, le changement le plus évident serait celui d’un renversement au niveau de l’échelle des valeurs. On enseigne désormais selon les valeurs de l’entreprise. La sagesse, la dignité, l’honnêteté ; valeurs sûres et universelles de l’école d’antan se trouvent reléguées derrières d’autres, qui riment avec l’égoïsme du capitaliste qui règne, telles le succès, le rationalisme, la productivité ou l’utilité.

Mais il faudrait se rendre à l’évidence : si cette nouvelle pensée de l’école à des bienfaits, celui de faire bouger l’école et de la faire sortir de son immobilisme serait le plus évident. La rigidité de l’école traditionnelle lui cause des difficultés. C’est un fardeau qui fait qu’elle ne suit plus le rythme de la société. Les statistiques, les pourcentages, la rentabilité, pour ne reprendre que ce termes de cette nouvelle gestion, témoignent en faveur du système actuel basé sur le résultat.

Or ce système, quoiqu’il soit efficace, n’est pas exempt de tout reproche.

D’un côté, orienter massivement les élèves vers les branches rentables fait que des disciplines littéraires et humaines se disparaîtront avec le temps puisque tout le monde cherchera à avoir un diplôme demandé au marché du travail. Adieu les matières qui développent le beau et le bien !

D’un autre côté, fixer d’avance des compétences qui répondent subtilement aux besoins de l’entreprise n’est-ce pas faire de l’école une pépinière qui fournit un capital humain selon les besoins du marché ? N’est-ce pas avilir une institution à vocation universelle et la rendre au service des classes élitaires et puissantes ?

De surcroît, parviendrons-nous par le biais de ces compétences, même atteintes à merveille, à former des personnes équilibrées, ou alors cette professionnalisation du cursus scolaire aboutira à des performances décousues, à des individus avec du savoir-faire sans savoir-être ? Avec une science sans conscience ? Avec des compétences monnayables sur le marché du travail ?

Au moment où on demande à ce que l’école garde son autonomie à l’égard de certaines idiologies politiques, religieuses ou économiques, on constate que l’école actuelle, et pour répondre aux contraintes socioéconomiques, fait des grandes concessions le plus souvent pour répondre aux instructions managériales. On se demande jusqu’à quel point l’école va encore renoncer à ses principes d’antan pour satisfaire les intérêts du libéralisme et du capitalisme.

Adil GOUMMA

URL de cet article 32193
   
Même Thème
La République contre son École
Muriel FITOUSSI, Eddy KHALDI
Certains, après la sortie de « Main basse sur l’école publique », (1) n’ont pas voulu croire, au moins dans un premier temps, dans la radicalité des postulats et parti-pris idéologiques qui avaient présidé, comme nous le dénoncions alors, aux mesures initiées par Xavier Darcos. Puis la « fusée des réformes » a décollé, et les yeux de nombreux citoyens, au-delà même de la communauté éducative, ont été décillés. Les atteintes graves au service public d’éducation se sont succédées à un rythme infernal, de la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

On ne mesure pas la puissance d’une idéologie aux seules réponses qu’elle est capable de donner, mais aussi aux questions qu’elle parvient à étouffer.

Günter Anders
L’Obsolescence de l’homme (1956)


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.