Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’euro, comment ça marche ?... Très bien

Peut-on dire, aujourd'hui, que les effets recherchés lors de la mise en œuvre de l'euro ont été obtenus ? Oui. Cette stratégie menée par la finance internationale est une "réussite parfaite" : les peuples peuvent en témoigner depuis quelques années, et ce n'est évidemment qu'un petit début....

Comme je l’ai déjà fait dans "Une santé aux mains du grand capital  ? L’alerte du Médiator", je m’appuierai ici sur les travaux réalisés par A. Harrison, E. Dalkiran, E. Elsey après la signature du traité de Maastricht (7 février 1992), mais avant la mise en circulation de l’euro (1er janvier 2002), ou tout au moins avant que l’on puisse mesurer ses effets réels. Ainsi verrons-nous ce qui était prévisible dès le départ.

Selon ces auteurs, voici l’un des premiers impacts possibles de la monnaie unique sur le fait de savoir qui doit payer le prix de la "restauration de la compétitivité" :

"Avec une monnaie unique, un pays n’aurait pas de possibilité d’augmenter ses taux d’intérêt unilatéralement ou de permettre à sa monnaie de se déprécier afin de restaurer la compétitivité. Il incomberait aux entreprises, aux travailleurs et aux syndicats de réduire les coûts de production."

Nous tombons donc ici directement sur la question de l’accentuation de l’exploitation du travail : augmentation de l’intensité de celui-ci ou baisse relative des salaires.

Mais, comme les auteurs nous y engagent, ne perdons pas de vue qu’à la stabilité monétaire va s’ajouter la prudence budgétaire puisque "les critères de convergence de Maastricht ont également renforcé la détermination des gouvernements européens de poursuivre la stabilité monétaire et budgétaire."

Ainsi, "de la même façon, la monnaie unique obligera les entreprises à conserver des prix compétitifs. Ceci, en retour, leur demandera de maintenir des coûts bas et imposera la même discipline pour les travailleurs et les syndicats. Ne pas se conformer à ces obligations conduirait à la perte de marché au profit de rivaux plus disciplinés."

Si l’on ajoute que l’augmentation de la compétitivité ou de la productivité doit, en régime de monnaie stable, se traduire par une baisse des prix, on aboutit à ceci :

"Les actions des entreprises et de leurs employés, combinées à la prise de conscience des prix par les consommateurs, devraient aider à renforcer la discipline de la Banque centrale européenne et des gouvernements membres de l’UE. Finalement, l’existence de marchés financiers transparents et l’attente générale d’une inflation faible devraient contribuer à conserver des taux d’intérêt bas. Les taux d’intérêt bas réduisent le coût de l’emprunt et augmentent la rentabilité de l’investissement du capital."

Voilà quelles étaient les perspectives envisagées il y a plus de douze ans. Où en sommes-nous aujourd’hui ? C’est ce que détaille pour nous Olivier Passet, dans sa chronique du 20 mars 2014, sur Xerfi-Canal :

"La remise sur ses rails de la compétitivité française est l’effort de tous. Celui des entreprises qui compressent leurs marges. Celui des ménages qui acceptent un basculement de la fiscalité en leur défaveur ; celui de l’Etat qui renonce à des recettes, 30 milliards de cotisations à terme, et doit rationaliser ses dépenses. Idem concernant les économies du Sud de l’Europe. L’effort salarial et fiscal qui a été exigé des ménages est considérable. Et que voit-on au final ?"

Passons tout de suite à cette conséquence-ci :

"Que la dynamique de baisse des prix au sein de la zone, de modération salariale, de faible croissance crée un contexte défavorable à l’endettement privé. La zone euro demeure globalement la moins endettée du monde développé. Elle est aussi celle dont les actions sont les moins chères. Autrement dit, elle est une zone refuge pour les investisseurs en quête de sécurité. Et tout cela participe à l’appréciation de l’euro. Il flirte maintenant régulièrement avec les 1,40 vis-à-vis du dollar, en dépit des incertitudes sur la politique monétaire américaine. Autrement dit, l’euro demeure 10 à 20 % au-dessus du cours égaliserait les prix français ou allemands aux prix des produits américains. En un mot, nos efforts de compétitivité se consument dans la hausse de l’euro."

Et voilà qui montre bien que la finance internationale avait parfaitement calculé son coup :

"Au final, il n’y a que les investisseurs financiers qui trouvent leur compte dans cette course au moins disant sur les prix."

L’euro est donc décidément très fort... Ce n’est pourtant qu’un début. Il faudra s’y faire...
Ou trouver autre chose...
Pas facile, cette seconde solution, sans reprendre bien des questions depuis un peu plus loin dans le temps...
Mais en sommes-nous encore vraiment capables ?

»» http://mjcunytpiketty.canalblog.com
URL de cet article 24933
   


Vous avez une minute ?

La gauche radicale et ses tabous
Aurélien BERNIER
Le constat est douloureux, mais irréfutable : malgré le succès de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon en 2012, le Front national réussit bien mieux que le Front de gauche à capter le mécontentement populaire. Comme dans la plupart des pays d’Europe, la crise du capitalisme profite moins à la gauche « radicale » qu’à une mouvance nationaliste favorable au capitalisme ! Tel est le paradoxe analysé dans ce livre. Paralysé par la peur de dire « la même chose que Le Pen », le Front de gauche (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’art de la politique est de faire en sorte que les gens se désintéressent de ce qui les concerne.

Daniel Mermet


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.