Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’Europe et les victoires à la Pyrrhus.

En Grèce, le nombre de personnes qui ont mis fin à leur vie a augmenté de 40% au premier semestre 2011. Les Grecs ne se soignaient plus, ne se chauffaient plus, ne consommaient plus. Le gouvernement vendait le patrimoine de la nation, se pliait aux consignes de la « troïka » qui multipliait ses humiliantes visites à Athènes pour dicter sa loi au gouvernement et vérifier qu’elle était obéie.

Et la dette grecque augmentait, augmentait, augmentait.

En quelques semaines, porté par tout un peuple, Syriza a fait voter un salaire minimum à 751 euros. Il a abrogé les lois sur les licenciements collectifs. Il a refusé les nouvelles baisses prévues des salaires et des pensions. Il a décidé de distribuer l’électricité gratuitement (300 kWh par mois) à 300.000 foyers, qui vivent sous le seuil de pauvreté. Il a mis en place un programme de repas subventionnés pour 300.000 familles sans aucun revenu et un programme de fourniture de 30.000 appartements. Il a rétabli la prime de Noël, équivalent à un treizième mois pour 1.262.920 retraités. Il a décidé que les soins médicaux et pharmaceutiques seront gratuits pour les chômeurs sans assurance, que ces derniers et les personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté bénéficieront des transports gratuits, etc.

Ce pays de onze millions d’habitants a stupéfié le monde en tenant tête, seul, au FMI, à la Banque centrale européenne, aux instances dirigeantes de l’Union européenne.

David n’a pas réussi à faire manger son chapeau à Goliath et c’est pourquoi, samedi, à l’annonce d’un « compromis » possible entre l’Europe (Angela Merkel) et la Grèce, les médias titrent : « la Grèce plie sous la pression de Berlin ».

Ah, comme nous aurions aimé que Nicolas Sarkozy et François Hollande plient autant !

Théophraste R. (Spécialiste de la dette allemande de la dernière guerre).

PS. En ce moment précis, nous ne savons pas grand’chose sur le « compromis ». Mais nous savons que le temps de la servilité gouvernementale grecque est du passé (comme le Pasok).

URL de cette brève 4522
https://www.legrandsoir.info/l-europe-et-les-victoires-a-la-pyrrhus.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
21/02/2015 à 22:41 par c.b2-1000

Tsipras : l’accord avec la zone euro annule l’austérité

21 février 2015.

L’accord auquel sont parvenus la Grèce et la zone euro ne comprend pas les dures mesures d’austérité acceptées par le gouvernement précédent.

La Grèce, à partir de maintenant, cesse de s’engager à maintenir des coupes économiques, a annoncé ce samedi le Premier Ministre du pays, Alexis Tsipras.

Lors d’un message télévisé, le représentant du groupe Syriza a affirmé que le nouvel accord conclu ce vendredi entre la Grèce et 18 ministres des finances de la zone euro rend caducs les engagements à légard de l’austérité pris par le gouvernement précédent dirigé par Antonis Samarás.

Tsipras a redit que l’accord conclu "laisse en arrière l’austérité (...)" et débute une négociation pour atteindre "la croissance, l’emploi, et notre futur européen".

De la même manière, le Premier Ministre Grec a souligné que cet accord "en finit avec la réduction des salaires et des pensions, avec les mesures qui conduisent à la récession et avec les excédents exagérés".

L’accord conclu prévoit de faire perdurer 4 mois de plus le plan de sauvetage de la Grèce.

Le gouvernement de gauche récemment élu à Athènes et qui bénéficie d’un important appui populaire demandait initialement une extension de 6 mois afin d’avoir plus de temps pour renégocier une dette de 316 000 millions d’euros.

L’accord élimine le risque que la Grèce se retrouve sans fonds déjà en mars, ce qui aurait pu conduire le pays à sortir de la zone euro.

#113706 
22/02/2015 à 06:22 par Beyer Michel

Le gouvernement grec agit intelligemment. Il n’a peut-être pas "renverser la table". Mais pour la 1ière fois, une nation dit "stop". Quelque soit l’issue dans 4 mois, ce ne sera plus pareil.

#113707 
22/02/2015 à 08:29 par morvandiaux

Allocution d’ A.Tsipras à la suite de l’Eurogroupe  :
http://syriza-fr.org/2015/02/22/allocution-d-a-tsipras-a-la-suite-de-l...

#113708 
22/02/2015 à 09:54 legrandsoir

Merci Morvandiaux de nous signaler ça.
On va le publier, preuve que LGS n’est qu’un rassemblement de lecteurs curieux, avisés et exigeants.

#113709 
23/02/2015 à 06:55 par Abdelkader Dehbi

Comme c’est rigolo de voir "Médiapart" publier dans l’article intitulé : "L’Allemagne fait plier la Grèce"..., une photo montrant côte-à-côte les portraits de Syriza et de Schäuble ! On a l’impression que c’est le grec (pétillant) qui était l’allemand et que c’est l’allemand (lugubre) qui était le grec.... http://www.mediapart.fr/
Et dire que "Médiapart" a le culot de se présenter comme un média à part, comme son nom ne l’indique pas...

#113730 
RSS RSS Commentaires
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI
Le Joueur. Jérôme Kerviel seul contre tous
Paul-Eric BLANRUE
Chris Laffaille, journaliste à Paris-Match, et moi venons d’écrire un livre consacré à Jérôme Kerviel : Le Joueur, Jérôme Kerviel seul contre tous (Scali, 2008). Il s’agit de la première enquête de l’intérieur sur cette incroyable gabegie, qui coûté 5 milliards d’euros à la Société générale (Socgen). Pourquoi un livre sur cette affaire ? Parce que les grands médias ne sont pas parvenus à faire leur job, et notamment à interviewer certaines personnes dont nous avons réussi à obtenir le témoignage. Qui donc ? Des (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si un homme blanc veut me lyncher, c’est son problème. S’il a le pouvoir de me lyncher, c’est mon problème. Le racisme n’est pas une question d’attitude ; c’est une question de pouvoir. Le racisme tire son pouvoir du capitalisme. Donc, si vous êtes antiraciste, que vous en soyez conscient ou non, vous devez être anticapitaliste. Le pouvoir du racisme, le pouvoir du sexisme, vient du capitalisme, pas d’une attitude.

Stokely Carmichael


Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.