RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


La Colombie, un pays salé (El Tiempo)

Le Salado (salé en espagnol) est une ville bicentenaire située dans les montagnes de Maria. A 18 kilomètres de celle-ci, se trouve Carmen de Bolivar, qui a inspiré la plus célèbre chanson de « porro » (musique de fête) à un de ces enfants, le compositeur Lucho Bermudez. A d’autres époques, le Salado a été une ville prospère connue comme « la capitale du tabac de la Côte » et pour ses légumes. Il y a 20 ans elle comptait de grands entrepôts et de bons services publics de santé ainsi que dans l’éducation du primaire au baccalauréat et 33 grands magasins.

Elle est aujourd’hui célèbre pour avoir été le théâtre d’un des massacres les plus cruels de notre histoire. Il y a dix ans jour pour jour s’achevait une orgie de sang qui avait débutée le 16 février 2000 dans des villages voisins et qui, à partir du 17, s’est prolongée dans les rues du Salado. Pendant plus de 70 heures, trois groupes paramilitaires ont organisé dans la ville une machinerie de mort sans qu’aucune autorité n’intervienne. Ils avaient affronté la guérilla dans des combats préalables et, en s’enfuyant, ils sont alors tombés nez à nez avec la population.

Le rapport du Groupe pour la Mémoire Historique sur ces crimes (le massacre du « Salado » : cette guerre n’était pas le nôtre, éditions Taurus-Semana, 2009) affirme que les premiers soldats, des fantassins de la Marine, sont apparus le 19 aux alentours de 17 heures, trois jours après que le massacre eut commencé, et seulement par voie terrestre, sans soutien aérien, alors que deux hélicoptères paramilitaires ont survolé le lieu du massacre pendant au moins trois jours. Pendant ce temps les 450 hommes de Salvatore Mancuso surnommé « Jorge 40 » et Carlos Marron commettaient toutes sortes d’atrocités au Salado. Au même moment, la brigade des fantassins de la Marine marchait en cherchant par monts et par vaux dans d’autres lieux les auteurs du massacre. Selon le procureur, des policiers et des militaires « ont manqué à l’accomplissement de leur devoir ».

Pourtant le Salado a été un massacre annoncé. En effet, deux mois aupravant, d’un hélicoptère, des tracts ont été lancé sur le village invitant les habitants à manger et boire pendant le nouvel An car ils leur restaient que quelques jours à vivre. Depuis des années le village était la victime d’attaques impitoyables et d’extorsions de la guérilla. A cela s’ajoutaient maintenant les menaces des autodéfenses (paramilitaires) pour des complicités supposées avec les FARC. Peu d’habitants ont pensé que ces menaces s’accompliraient. Mais au cours des quatre jours, les paramilitaires ont assassiné 61 personnes dont trois mineurs et dix personnes âgées.

Par respect pour les lecteurs dominicaux, je m’abstiens de décrire les cruautés commises qui vont de femmes empalées par le vagin jusqu’à des hommes décapités au couteau. A la fin du massacre, 4 000 personnes ont abandonné la ville et ne sont restés que quelques centaines d’habitants dans ce qui était déjà devenu un village fantôme. L’interminable histoire des déplacés par la violence dans le département du Bolivar a ainsi commencé. Beaucoup ont fini mendiants dans les bidonvilles des villes côtières.
Dans le procès du massacre, 15 paramilitaires ont été condamnés (aucun d’entre eux d’importance dans la hiérarchie) et quatre militaires d’infanterie de marine ont été sanctionnés disciplinairement.

Il y a quelques années, les déplacées ont décidé de retourner au Salado. Ils ont disposé du soutien généreux de plusieurs fondations, d’ONG, d’autorités et d’entreprises privées. Mais en y retournant, ils ont découvert que les terres de la région qu’ils leur donnaient à manger avaient souffert d’une contre-réforme agraire : de grands investisseurs les contrôlent et l’hectare qui valait 300 000 pesos coûte dix fois plus aujourd’hui.
Le cas du Salado s’avère dramatique, et il l’est plus encore en tant que métaphore de ce qui se passe en Colombie. Des centaines de milliers de personnes innocentes se retrouvent au milieu de la guerre entre les forces belligérantes et souvent elles ne disposent d’aucune protection des autorités. La justice qui s’en suit est lente et mesquine. Et il se trouve toujours quelqu’un pour s’être enrichi avec cette guerre. La reconstruction du Salado pourrait être une note d’optimisme dans un panorama déprimant.

Daniel Samper Pizano
http://www.eltiempo.com/opinion/columnistas/danielsamperpizano/colombi...

Traduction A. Garcia

URL de cet article 10090
   

Même Thème
Tais toi et respire ! Torture, prison et bras d’honneur
Hernando CALVO OSPINA
Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Quelques Colombiennes et Colombiens se regroupent à Quito pour faire connaître la violence et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Comment devenir un expert médiatique millionnaire :

- Ne jamais avoir la moindre idée de ce dont vous parlez.
- Avoir systématiquement tort sur tout.
- Ne jamais admettre qu’on vous a prouvé que vous aviez tort.
- Dire la vérité uniquement lorsque cela sert le pouvoir.
- Ne jamais recevoir d’invités de gauche ou anti-impérialistes.

Caitlin Johnstone

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.