RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La guerre du gaz entre la Russie et l’Ukraine met en péril la sécurité énergétique de l’Europe.


RIA Novosti, Moscou, 23 décembre 2005.


A en juger par la position intransigeante de Moscou et de Kiev, ils ne s’entendront pas avant la fin de l’année sur les prix du gaz que la Russie fournit à l’Ukraine, pas plus que sur le transit du gaz russe destiné à l’Europe occidentale, écrit l’hebdomadaire Moskovskie novosti. Il faut donc s’attendre à une limitation des livraisons à l’Ukraine et aussi, probablement, à une réaction de Kiev qui limiterait celles transitant par son territoire en direction de l’Europe.

L’interdépendance des deux pays est évidente. L’Ukraine est un important corridor d’exportation de gaz russe. 130 milliards de m3 passent tous les ans par son territoire, soit trois quarts des exportations russes et un tiers environ des importations des pays de l’Union européenne. La situation ne changera pas, même après la mise en service du Gazoduc nord-européen : l’Ukraine n’a pas d’alternative pour livrer du gaz à l’Europe centrale, occidentale et méridionale.

Une limitation du transit russe serait incontestablement un coup porté à l’approvisionnement de l’Europe, mais elle ne manquera pas de ternir gravement la réputation de la Russie. Les hommes politiques européens laissent déjà entendre qu’en cas de problème de fiabilité du transit du gaz russe, les conséquences seront très sérieuses, notamment une révision des contrats à long terme auxquels Gazprom tient tant.

La position de la Russie aux négociations sur le prix du gaz n’est guère constructive. Une hausse de 3,2 fois est trop importante, cela ne se pratique jamais sur un marché normal. Pourtant, au lieu de chercher un compromis, la Russie avance des conditions nouvelles. Même l’URSS, qui n’a cessé de fournir ponctuellement du gaz à l’Occident pendant la période de menace réelle de guerre nucléaire, ne s’est jamais montrée aussi inflexible.

Aux négociations avec l’Ukraine, Gazprom ne fait pas la pluie et le beau temps. On comprend que la "commande politique" a été faite par le Kremlin qui veut se venger de Viktor Iouchtchenko et salir la réputation des autorités ukrainiennes à la veille de l’élection à la Rada suprême (parlement) en mars 2006. Maintenant l’Europe doit s’attendre à une crise énergétique, les Ukrainiens à des coupures de chauffage durant l’hiver et la Russie à une flambée d’états d’esprit antirusses.


- Source : RIA Novosti http://fr.rian.ru


Lire aussi : La hausse du prix du gaz pour l’Ukraine : une mesure exempte de toute pression, RIA Novosti<BR>
http://fr.rian.ru/business/20051219/42564502.html



URL de cet article 3064
  

Leur Grande Trouille - journal intime de mes "pulsions protectionnistes"
François RUFFIN
GoodYear, Continental, Whirlpool, Parisot-Sièges... Depuis dix ans, à travers la Picardie d’abord, la France ensuite, j’ai visité des usines de robinets, de pistons, de cacao, de lave-linge, de canapés, de chips ; de yaourts, avec toujours, au bout, la défaite. Ca m’a lassé de pleurnicher. Mieux valait préparer la contre-offensive. C’est quoi, leur grande trouille, en face ? Leur peur bleue ? Il suffit de parcourir le site du MEDEF. Ou de lire leurs journaux, Le Monde, La Tibune, Les Echos : (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Depuis 1974 en France, à l’époque du serpent monétaire européen, l’État - et c’est pareil dans les autres pays européens - s’est interdit à lui-même d’emprunter auprès de sa banque centrale et il s’est donc lui-même privé de la création monétaire. Donc, l’État (c’est-à -dire nous tous !) s’oblige à emprunter auprès d’acteurs privés, à qui il doit donc payer des intérêts, et cela rend évidemment tout beaucoup plus cher.

On ne l’a dit pas clairement : on a dit qu’il y avait désormais interdiction d’emprunter à la Banque centrale, ce qui n’est pas honnête, pas clair, et ne permet pas aux gens de comprendre. Si l’article 104, disait « Les États ne peuvent plus créer la monnaie, maintenant ils doivent l’emprunter auprès des acteurs privés en leur payant un intérêt ruineux qui rend tous les investissements publics hors de prix mais qui fait aussi le grand bonheur des riches rentiers », il y aurait eu une révolution.

Ce hold-up scandaleux coûte à la France environ 80 milliards par an et nous ruine année après année. Ce sujet devrait être au coeur de tout. Au lieu de cela, personne n’en parle.

Etienne Chouard

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.