Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


La ministre, l’écrevisse et les Gaulois

Il me plaît à chaque occasion de raconter l’histoire de l’encyclopédiste qui s’enquit auprès d’un astacologiste de la justesse de sa définition du mot écrevisse : « Sorte de petit poisson de couleur rouge qui avance à reculons ».

Le spécialiste lui répondit  : « Votre définition est parfaitement exacte, à ceci près que l’écrevisse n’est pas un poisson, qu’elle est petite devant une carpe mais pas devant une ablette, qu’elle n’avance pas à reculons et qu’elle n’est rouge qu’après cuisson ».

On appliquera le même traitement à ce propos de Najat Vallaud-Belkacem répondant à un Sarkozy dont les ancêtres seraient Gaulois : « La ministre de l’Éducation que je suis connaît parfaitement les premières phrases de ce livre, Le Tour de France par deux enfants, d’Ernest Lavisse, sous la IIIe République, qui commence par : « Autrefois, notre pays s’appelait la Gaule et les habitants les Gaulois ».

Notre ami Bernard Gensane, implacable et malicieux, nous démontre sur son blog qu’il n’y a pas un seul mot de vrai dans ce qu’elle raconte-là.

Et moi, du coup, d’acquiescer à la sentence pêchée dans le livre de François Hollande : « Ce n’est pas une intello ».

Théophraste R.

URL de cette brève 5215
https://www.legrandsoir.info/la-ministre-l-ecrevisse-et-les-gaulois.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
26/10/2016 à 13:55 par aldamir

Najat est la dernière recrue chez les majorettes , Pom Pom Girls, de la République. Elee est là pour faire le spectacle et amuser les gens et surtout regarder ses jambes qu’elle balancent allégrement. Se parents st ses proches amis sont à plaindre, il leur faut du courage pour affronter cette triste et misérable réalité .

#128566 
26/10/2016 à 17:56 par calame julia

Si la madame avait cité : "Rien ne soutient mieux notre courage que la pensée d’un devoir à remplir" précédant : "Par un épais brouillard du mois de septembre deux enfants, deux frères, sortaient..." on aurait pensé qu’elle connaît le bouquin... Sans doute ignore-t-elle que les meilleurs ouvriers de France sont des compagnons qui effectuent le tour de France pour apprendre la régionalité dans le bâtiment, cuisine, etc... "les gaulois sont dans la plaine"... c’était une chanson non ? mdr !

#128570 
27/10/2016 à 14:19 par Maurice Lecomte

Relativement au dernier article de Jacques François Bonaldi concernant l’abstention des États-Unis lors du vote contre leur blocus de Cuba ; http://www.legrandsoir.info/quel-camouflet-a-l-onu-l-administration-ob...

Obama a effectivement rendu plus efficient le blocus existant (par exemple, les amandes infligées n’ont jamais été aussi importantes aux entités "fautives"]. Je crois qu’il convient d’ajouter la dernière décision prise à l’encontre de l’IFCO-Pasteurs pour la Paix, imposant pour la première fois dans l’histoire sa caravane pour la paix à Cuba au mépris du statut humanitaire reconnu comme tel de cet organisme. Il fallait le faire ! http://www.cubadebate.cu/noticias/2016/08/29/gail-walker-sin-importar-... A ce propos, la pétition lancée par "change.org" sur cette affaire recueille pour l’heure un nombre dérisoire de signatures, et c’est bien dommage...

Bon voilà. Bien à vous.

Maurice Lecomte

#128584 
RSS RSS Commentaires
   
"Pour sauver la planète, sortez du capitalisme" de Hervé Kempf
René HAMM
Le titre claque comme un slogan que l’on clamerait volontiers avec allégresse. Quel immense dommage que si peu de Vert(-e)s adhèrent à ce credo radical, préférant, à l’image de Dominique Voynet Daniel Cohn-Bendit ou Alain Lipietz, quelques commodes replâtrages ! Les déprédations gravissimes de l’environnement découlent d’un mode de production uniquement mû par « la maximisation du profit ». La crise économique actuelle, corollaire des turbulences qui ont frappé la bulle des hedge funds et des subprimes, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si j’étais le président, je pourrais arrêter le terrorisme contre les Etats-Unis en quelques jours. Définitivement. D’abord je demanderais pardon - très publiquement et très sincèrement - à tous les veuves et orphelins, les victimes de tortures et les pauvres, et les millions et millions d’autres victimes de l’Impérialisme Américain. Puis j’annoncerais la fin des interventions des Etats-Unis à travers le monde et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51ème Etat de l’Union mais - bizarrement - un pays étranger. Je réduirais alors le budget militaire d’au moins 90% et consacrerais les économies réalisées à indemniser nos victimes et à réparer les dégâts provoqués par nos bombardements. Il y aurait suffisamment d’argent. Savez-vous à combien s’élève le budget militaire pour une année ? Une seule année. A plus de 20.000 dollars par heure depuis la naissance de Jésus Christ.

Voilà ce que je ferais au cours de mes trois premiers jours à la Maison Blanche.

Le quatrième jour, je serais assassiné.

William Blum


Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.