RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La NSA prévoit de construire un superordinateur pour ses activités d’espionnage (The Washington Post)

Washington. La mondialement critiquée Agence de Sécurité Nationale (NSA) des États-Unis prévoit de construire un superordinateur qui sera capable de déchiffrer n’importe qu’elle codification, par exemple de banques, institutions scientifiques et de gouvernements, d’après des informations publiée aujourd’hui sur la version en ligne du Washington Post.

Le journal étatsunien cite des documents envoyés par l’informateur et ex-employé de la NSA Edward Snowden.

Le projet de cet ordinateur quantique fait partie du programme de recherche « Penetration Hard Targets », qui reçoit 80 millions de dollars de financement.

Développer un tel ordinateur, qui serait capable de réaliser plusieurs calculs de façon simultanée au lien de se contenter d’un seul flux, pourrait prendre des années, d’après le journal. En plus de pouvoir déchiffrer les méthodes qui cherchent à protéger les informations privées, cette machine aurait un fort impact dans le champ de la médecine, a signalé le journal.

D’autres chercheurs non gouvernementaux tentent aussi de développer des ordinateurs quantiques, et on ne sait trop si le programme de la NSA devance ou soutient les efforts d’institutions privées.

Snowden, qui jouit d’un asile temporaire en Russie, a filtré l’année dernière des documents qu’il a réunis alors qu’il travaillait à la NSA.

Les États-Unis l’ont accusé d’espionnage et il pourrait faire face à d’autres chefs d’accusation.

Ses révélations ont provoqué un débat au sujet du niveau de liberté dont peut jouir le gouvernement des États-Unis afin qu’il puisse réunir des informations dans le but de protéger ses citoyens du terrorisme, et ont provoqué plusieurs plaintes.

La semaine dernière, un juge fédéral a émis une sentence qui indique que
la collecte de registres d’appels téléphoniques par la NSA est légal ; alors qu’un autre juge avait mis en doute la constitutionnalité du programme de l’agence d’espionnage en décembre 2013. Il est probable que l’affaire remonte jusqu’à la Cour Suprême des États-Unis.

Jeudi [02/01], le comité de rédaction du New-York Times a signalé que le gouvernement des États-Unis devrait pardonner à Snowden ou bien négocier un accord avec lui, vu la valeur publique des révélations [qu’il peut faire] sur le programme d’espionnage de la NSA.

Source : La Jornada (Mexique) 02/01/2014

Traduit par Luis Alberto Reygada pour Le Grand Soir

»» http://www.jornada.unam.mx/ultimas/2014/01/02/nsa-planea-construir-sup...
URL de cet article 24047
  

Rêves de droite : Défaire l’imaginaire sarkozyste
Mona CHOLLET
« Elle, je l’adore. D’abord, elle me rassure : elle ne dit jamais "nous", mais "moi". » Gilles Martin-Chauffier, « Fichez la paix à Paris Hilton », Paris-Match, 19 juillet 2007. En 2000, aux États-Unis, un sondage commandé par Time Magazine et CNN avait révélé que, lorsqu’on demandait aux gens s’ils pensaient faire partie du 1 % des Américains les plus riches, 19 % répondaient affirmativement, tandis que 20 % estimaient que ça ne saurait tarder. L’éditorialiste David Brooks l’avait (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il y a bien une grande différence entre les articles publiés dans les médias institutionnels et les articles publiés dans les médias alternatifs (comme Le Grand Soir) : les leurs vieillissent super mal alors que les nôtres ne font que s’améliorer avec le temps.

Viktor Dedaj

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.