Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Laconisme estival et caniculaire

D’un lecteur : « Les éditos de Théophraste R. sont les plus courts qu’on puisse lire dans les médias. Je fais glisser mon doigt sur mon Smartphone pour lire la suite et… paf : la signature ».
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
Théophraste R. (Ah, si ce site mettait la clim et me payait à la ligne… !).

URL de cette brève 6229
https://www.legrandsoir.info/laconisme-estival-et-caniculaire.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
28/06/2019 à 06:35 par babelouest

Ah Théo.... au mois j’ai de la chance : ma petite bécane de 25 Kg m’aide à chauffer les mains en hiver, en été aussi mais c’est moins souhaitable. Les fenêtre sont ouvertes toutes grandes depuis minuit, pour apporter un hypothétique léger rafraîchissement. Dans un quart d’heure je ferme tout.

#160545 
28/06/2019 à 11:50 par AUBERT

Obligé de reconnaître que je suis plus long que toi... Mais ce n’est pas la quantité de mots utilisés qui font la qualité, c’est la conviction que les mots utilisés portent. A ce niveau tu es champion, à la fois court et des mots qui portent et dont en plus on sent qu’ils sont sortis du cœur...Or rien de grand (même petit) ne se fait sans passion...Amitié au tisserand des mots...Fabrice

#160557 
28/06/2019 à 13:54 par Roselyne Arthaud

courts ? ...mais excellents puisque toujours largement commentés !! Ils nous font rire et pleurer à la fois, encore, encore SVP

#160560 
28/06/2019 à 17:20 par Autrement

Par cette chaleur, le pauvre Théophraste doit avoir un grand mal de tête. Je lui propose un remède recommandé par l’illustre médecin Galien (2e s. ap. JC), admirateur, commentateur et continuateur d’Hippocrate :

Pastille contre le mal de tête du botaniste Antonios, qui a une grande expérience de la pharmacie : suc de peucédan (plante ombellifère), suc de pavot, anis, semence de jusquiame (« fève des porcs »), safran, myrrhe, scammonée (plante purgative). Après avoir tout broyé avec du vinaigre, pétris des pastilles et fais-les sécher à l’ombre, puis au moment de les utiliser, après les avoir diluées dans du vinaigre, frictionne-s-en le front, en commençant par une tempe et en terminant par l’autre tempe. S’il y a de la fièvre, utilise de l’eau pour les frictions.
Pour l’usage qu’en fit Alexandre, voici la recette : racine ou suc de peucédan, safran, myrrhe, opium ; prends du vinaigre et confectionne des pastilles, puis dissous-les dans du vinaigre au moment de les utiliser et frictionne les endroits sensibles.
Autre recette. Antigone à l’armée en a été guéri de façon spectaculaire. Feuilles de laurier nettoyées, séchées et réduites en poudre, scammonée, suc de pavot, semence de persil, safran, myrrhe, verjus, serpolet ; vinaigre en quantité suffisante. Prépare et utilise comme indiqué plus haut.


Rabelais, lui aussi "docteur ès-plantes officinales", s’en est souvenu ; il connaît même les plantes à double usage :

Les premières « notions » de botanique apparaissent ensuite très vite dans Gargantua (chap. 13), pour un usage très particulier : « le torche-cul ». Rabelais nous cite la sauge, le fenouil, l’aneth, la marjolaine, les roses, les courges, les choux, les bettes, la vigne, la guimauve, la laitue, l’épinard, la mercuriale, la persicaire, les orties, la consoude, et encore le foin, la paille, la bauduffe, la bourre. Gargantua (chap. 24) se purge ensuite le cerveau avec de l’ellébore d’Anticyre. Pendant ses études, en fin de journée, Gargantua examine arbres et plantes, les ramène au logis et « arborize ». En cas de pluie, il visite les droguistes, herboristes et apothicaires et observe soigneusement les « fruictz, racines, fueilles, gommes, semences, axunges peregrines, ensemble aussi comment on les adulteroit. » Pendant la Guerre Picrocholine (chap. 25), les jambes du berger Frogier, blessées par un coup de fouet, sont soignées par un bain de « gros raisins chenins ».

On dirait que la canicule me rend plutôt prolixe : mais le pire, c’est que maintenant, Théophraste doit avoir encore plus mal à la tête qu’avant...

#160562 
RSS RSS Commentaires
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI
Chroniques bolivariennes : Un voyage dans la révolution vénézuelienne
Daniel Hérard, Cécile Raimbeau
Après la mort d’Hugo Chávez, que reste-t-il de la révolution vénézuélienne, de ce « socialisme du XXIe siècle » ? Ses obsèques grandioses, pleurées par des foules pendant plusieurs jours et honorées par de nombreux chefs d’État, ont contrasté avec les critiques virulentes dont il avait fait l’objet dans les médias occidentaux. Cécile Raimbeau et Daniel Hérard nous entraînent au cœur de cette révolution pacifique, à la rencontre de la base, des supporters de Chávez. Ils les écoutent et les photographient, en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand je donne à manger aux pauvres, ils disent que je suis un Saint. Quand je demande pourquoi les pauvres sont pauvres, ils disent que je suis un communiste.

Dom Helder Camara


Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.