Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Le 9 mars en chansons dans la rue

J’ai trouvé ça, de Jean Ferrat :
« En groupe en ligue en procession
En bannière en slip en veston
Il est temps que je le confesse
A pied à cheval et en voiture
Avec des gros des p’tits des durs
Je suis de ceux qui manifestent
Avec leurs gueules de travers
Leurs fins de mois qui sonnent clair
Les uns me trouvent tous les vices
Avec leur teint calamiteux
Leurs fins de mois qui sonnent creux
D’autres trouvent
que c’est justice…
 »

(La suite : ICI

J’avais pensé à « La Jeune garde » ICI mais il vaut mieux ratisser large pour la manif du 9 mars.

Théophraste R. (Rassembleur pédestre)

URL de cette brève 5005
https://www.legrandsoir.info/le-9-mars-en-chansons-dans-la-rue.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
09/03/2016 à 06:36 par "Personne"

Citoyen, réveille-toi !

Quand, à Autrui, Ils ont voulu toucher,
N’étant pas celui-là, je n’ai rien pensé.
Quand, aux Retraites, Ils ont voulu toucher,
N’étant pas concerné, je n’ai rien montré.
Quand, à la Sécu, Ils ont voulu toucher,
N’étant pas malade, je n’ai rien osé.
Quand, au Travail, Ils ont voulu toucher,
N’étant pas affranchi, je n’ai rien mené.
Quand, aux Idéaux, Ils ont voulu toucher,
N’étant pas au courant, je n’ai rien pigé.
Quand, à ma Conscience, Ils ont voulu toucher,
N’étant pas réveillé, je n’ai rien tenté.
Quand, enfin, à Tout, Ils auront pu toucher,
Ne subsistera plus Rien à sauvegarder.
(d’après Martin Niemöller, 1942, Dachau)

Sinon, hier matin, « à l’heure où blanchit la campagne », j’ai écouté l’évangile économique selon Saint Macron (sur France Inter) : je suis aux anges, ce type est ’formidable’ (choisissez le sens de ce mot selon votre humeur).
Je résume : il y a trop de CDD, de précarité pour la Jeunesse. Il faut qu’elle accède au CDI.
C’est vrai, nous sommes ringards, archaïques car nous sommes ’attachés’ (choisissez le sens...) au Code du Travail (première mouture achevée en 1927) et au CDI.
Voici donc le CDI nouveau, le 2.0.
On garde le sigle, il est vendeur. Pour le contenu, je propose en vrac :
- Contrat à Durée Incertaine,
- Contrat à Disponibilité Illimitée,
- Contrat à Droits Incertains, ou Insuffisants, ou Inégaux, ou Imparfaits, …
- Corvéable, Disponible et Intermittent.
Qu’importe le contenu, pourvu que le patronat ait l’ivresse !

#122859 
RSS RSS Commentaires
   
Déposséder les possédants - La grève générale aux « temps héroïques » du syndicalisme révolutionnaire (1895-1906)
Miguel CHUECA
Textes de Édouard Berth, Henri Girard, Jean Jaurès, Hubert Lagardelle, Paul Louis, Fernand Pelloutier, Émile Pouget, Georges Sorel et Henri Van Kol Réunis & présentés par Miguel Chueca La grève générale exprime, d’une manière infiniment claire, que le temps des révolutions de politiciens est fini. Elle ne sait rien des droits de l’homme, de la justice absolue, des constitutions politiques, des parlements ; elle nie le gouvernement de la bourgeoisie capitaliste. Les partisans de la grève générale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Tout le savoir-faire de la politique conservatrice du 20ème siècle est déployé pour permettre à la richesse de convaincre la pauvreté d’user de sa liberté politique pour maintenir la richesse au pouvoir."

Aneurin Bevan (1897-1960)


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.