RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
16 

Le Canard Enchainé tire sur les Palestiniens

Au moment ou se déroule, dans l'indifférence, un génocide à Gaza, Le Canard Enchaîné, incapable d'une larme pour les 3 000 enfants assassinés, ne trouve rien de mieux que de piocher dans les dessous sales de l'Europe afin de savoir si une aide de l'UE n'aurait pas été utilisée par le Hamas. Le Canard au sang.

Hervé Martin est un salarié du Canard Enchaîné, où il est fort utile puisque capable de défendre la pensée inique. Il le montre cette semaine en suivant une philosophie inverse à celle qui doit présider au journalisme : Martin est un as pour affliger les faibles et réconforter les puissants. Ainsi, visés à mort chaque seconde, les Palestiniens sont également une cible pour Le Canard Enchaîné. Mais revenons à la prose chaotique d’Hervé Martin. Ce dernier observe que l’Union Européenne accorde des aides à ces naufragés de l’histoire vivant boucherie à Gaza ou en Cisjordanie. Et le généreux journaliste se fait une idée noire : « et si ces euros étaient utilisés pour financer le terrorisme ? ». En Irak, après la destruction du pays – sur un mensonge – par les forces du bien, l’embargo a fait mourir 400 000 enfants. Et instauré des « sanctions » allant jusqu’à interdire l’importation de crayon à papier, la mine en graphite pouvant servir à faire une bombe atomique. Dans cet idée, Martin et Le Canard peuvent se dirent « faisons de même avec ces palestiniens, assez sataniques pour forger la ferraille des pièces d’euros en terribles missiles ». Mettons-les au pain sec.

Analysons la prose écrite avec le sang des autres, de ce Martin l’enchanté, le choix de ses mots. Il s’étouffe que les familles des1 500 « terroristes » du Hamas – tués lors de l’attaque du 7 octobre -, allaient (peut être bien car Martin n’en sait rien), toucher une indemnité. Et qu’il se pourrait (Martin n’en sait toujours pas plus) que des euros soient utilisés pour compenser le prix de la mort... Pour corseter son histoire, le collaborateur du Canard convoque un témoin en acier : Eric Ciotti. Voilà l’homme qui n’a qu’une place, celle du juste, de l’inflexible. Incapable de mensonges ou de jonglerie avec des fonds publics, et qui a donc, dans le dortoir du Sénat, pondu une résolution pour attirer la vigilance de l’Etat sur ces voleurs de Palestine. Des fois que, là-bas, un mal élevé paierait l’Ehpad de sa belle mère avec ces sous-là ! Car Martin est un vétilleux, lui qui a appris l’humanisme en récitant le Petit Livre Rouge.

Précis donc , ce « mao » passé au Rotary nous indique qu’un prisonnier touche « 400 dollars par mois » pour moins de trois ans de prison et jusqu’à « 3 500 » pour « trente ans et plus ». Une fortune que d’aller en taule, d’y être torturé, humilié. Sans compter que notre comptable ne nous dit rien des conditions des «  jugements » ayant aboutis à ces peines, rien non plus des 1 500 prisonniers « administratifs », incarcérés par l’arbitraire de la théocratie israélienne. Alors Hervé ? Ceux-là ils tapent à combien ? Pas un mot sur l’administration de la « justice » coloniale. Qui, si elle en a envie, transfère les accusés sur le territoire même d’Israël pour les « juger », ce qui est illégal. Mais Martin se moque du tordu, lui n’aime que le droit. Et les euros d’Ursula. A propos de l’allocation versée à ces victimes de la colonisation, Martin utilise le mot approprié de « pactole ». Un moment j’ai cru qu’Hervé nous parlait du trésor bancaire de son journal. Non, les Palestiniens ne sont pas sous les bombes, mais sous un « pactole. Pour faire vrai, nous montrer que l’investigateur a fait une bonne enquête et pas seulement sonné à la porte du CRIF, l’humaniste du Canard nous cite un think tank, le « Jérusalem Center for Public Affairs », moulin à vent tout à fait crédible puisque métastase du gouvernement néo fasciste israélien. Voilà donc un bien bel article. Hélas, Martin, l’homme qui rit dans les cimetières, a déposé ses états d’âme devant la Commission Européenne et aussi devant le Quai d’Orsay. Mais ses questions sont restées lettres mortes. Si je puis dire. Le Canard, Martin et Ciotti sont donc les seuls à croire à ce « scandale ». A trois on peut faire une belote.

Quelques conseils pour le prochain article de Martin. Mon garçon il te faut transposer tout cela à Guantanamo là où, en plus, ces salauds de prisonniers jouissent d’une météo tropicale avec des airs de musique afro-cubaine flottant dans l’air. Peut être ont-ils une alloc ? Un détail, les journalistes de la BBC qui, il est vrai, n’ont pas le label Martin, se refusent à parler de « terrorisme » à propos du Hamas. « Crimes de guerre » c’est sûr, « terrorisme » non puisque, pour un Palestinien la violence est autorisée par l’ONU. C’est un moyen légal que de reconquérir sa terre par les armes. D’ailleurs, dans le mot terrorisme, il y a « terre »...

Ultime question. Pourquoi Le Canard est-il si furieusement « sioniste » (pardon Darmanin pour mon antisémitisme) ? Faut-il chercher l’explication de cette invariable doctrine dans le passé du journal ? Quand, entre 1940 et 1944, l’hebdomadaire étant fermé, de trop nombreux journalistes se sont soudain sentis à l’aise dans des titres de la presse collaborationniste ? Pour quelques-uns 1944 a été une année difficile, se rétablir du « Maréchal » à Maréchal (1) exigeait une bonne pratique de l’équilibre et de solides fidélités maçonniques. Et, 78 années plus tard, la frayeur de ce moment là, celui d’un choix honteux, a peut être figé « l’hebdomadaire paraissant le mercredi » dans une défense aveugle d’Israël.

(1) Maurice Maréchal, cofondateur du Canard Enchainé.

URL de cet article 39101
  

Point de non-retour
Andre VLTCHEK
LE LIVRE : Karel est correspondant de guerre. Il va là où nous ne sommes pas, pour être nos yeux et nos oreilles. Témoin privilégié des soubresauts de notre époque, à la fois engagé et désinvolte, amateur de femmes et assoiffé d’ivresses, le narrateur nous entraîne des salles de rédaction de New York aux poussières de Gaza, en passant par Lima, Le Caire, Bali et la Pampa. Toujours en équilibre précaire, jusqu’au basculement final. Il devra choisir entre l’ironie de celui qui a tout vu et l’engagement de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs.

Malcolm X.

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.