RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les droits de l’homme riche et capricieux

Karl Marx : « On fait une distinction entre les “droits de l’homme” et les “droits du citoyen”. Quel est cet “homme” distinct du citoyen ? Personne d’autre que le membre de la société bourgeoise. (...) “Le droit de propriété est celui qui appartient à tout citoyen de jouir et de disposer à son gré de ses biens, de ses revenus, du fruit de son travail et de son industrie” (Constitution de 1793, article 16). Le droit de propriété est donc le droit de jouir de sa fortune et d’en disposer “à son gré”, sans se soucier des autres hommes, indépendamment de la société ; c’est le droit de l’égoïsme. C’est cette liberté individuelle, avec son application, qui forme la base de la société bourgeoise. Elle fait voir à chaque homme, dans un autre homme, non pas la réalisation, mais plutôt la limitation de sa liberté. Elle proclame avant tout le droit “de jouir et de disposer à son gré de ses biens, de ses revenus, du fruit de son travail et de son industrie” (…). Aucun des prétendus droits de l’homme ne dépasse donc l’homme égoïste, l’homme en tant que membre de la société bourgeoise, c’est-à-dire un individu séparé de la communauté, replié sur lui-même, uniquement préoccupé de son intérêt personnel et obéissant à son arbitraire privé ».

Exemple : le roi Charles III exige que ses valets repassent ses lacets et étendent 2 cm de dentifrice sur sa brosse à dents. Authentique, hélas !

Théophraste R. Chanteur de « Ah ça ira, ça ira, ça ira, les aristocrates à la lanterne, ah ça ira, ça ira, ça ira, les aristocrates on les pendra ».

URL de cette brève 7057
https://www.legrandsoir.info/les-droits-de-l-homme-riche-et-capricieux.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
17/09/2022 à 09:58 par J.J.

Théophraste R. Chanteur de « Ah ça ira, ça ira, ça ira, les aristocrates à la lanterne, ah ça ira, ça ira, ça ira, les aristocrates on les pendra ».
Je suis prêt à reprendre en chœur et aussi à danser la Carmagnole.

#196293 
17/09/2022 à 13:22 par Roselyne Arthaud

J’ai beau réfléchir, me mettre à la place..C’est inimaginable que l’on apprécie se faire déposer du dentifrice sur sa propre brosse à dents, Se faire habiller, coiffer, pommader, il se fait masturber aussi par ses domestiques ?
ces gens sont d’une autre planète !

#196300 
17/09/2022 à 13:48 par françois gerard

droits de l’homme ou droits humains. les premiers ( droits de l’homme sont des droits abstraits, inhérents à la FORME SOCIALE de la société bourgeoise ( droit de vote ( enfin, jusqu’à un certain point ) individualisme au dessus de tout , droit d’entreprendre, droit de propriété et d’exploitation et de devenir riche etc etc .
les droits humains sont inhérents aux besoins fondamentaux de l’homme sur terre. Manger, logement, travail, chauffage si besoin, eau courante et éducation, etc etc
le capitalisme met en avant les premiers , le socialisme les seconds
Quand j’ai eu l’occasion de préciser tout cela à diverses occasions, les gens en général sont moins critiques vis à vis de pays comme cuba ou la chine par exemple . Les droits de l’homme version bourgeoisie, c’est la liberté abstraite, les droits humains permettent une liberté concrète pour tout le monde. Mais tout cela mériterait des livres entiers d’analyses.
PS : j’ai vu une séquence sur les évènements actuels en Angleterre, Charles serrait les mains des gens dans la foule, tout à coup, une femme l’interpelle et lui dit : " avec l’argent que vous dépensez pour toutes ces manifestations, nous, nous n’en aurons pas autant pour nous chauffer cet hiver. " le roi visiblement agacé une fraction de seconde, continue son chemin en serrant les mains des gens à côté sans lui répondre.
Je n’avais pas d’idée sur ce type, mais je pense que c’est une crapule finie .

#196301 
18/09/2022 à 07:46 par calame julia

@ Roselyne Arthaud,
il faut réfléchir encore car c’est essentiel pour la survie de la monarchie !
Sinon, il est connu pour mal traiter ses sujets ; alors pensez donc sujet et valet !

#196306 
18/09/2022 à 10:02 par André LACROIX

Sans satisfaction des droits sociaux, les droits individuels ne sont que du vent : que signifie, par exemple, le droit de vote si on meurt de faim ? Cette vérité élémentaire semble pourtant échapper, même à des universtaires de haut rang. Voir, par exemple : https://www.legrandsoir.info/ideologie-antichinoise-primaire-a-l-ulb-l...

#196309 
18/09/2022 à 12:11 par T 34

Il ne sait pas nouer ses lacets et ne sait pas se laver les dents tout seul, donc c’est qu’il n’a même pas le niveau maternelle.

#196312 
19/09/2022 à 10:13 par J.J.

@ François Gérard "Je n’avais pas d’idée sur ce type, mais je pense que c’est une crapule finie ."
Il a été élevé pour être une crapule finie, il n’est même pas responsable, c’est le système qui est ainsi, faire croire dés quasiment la naissance que les enfants royaux sont d’essence divine, ils n’ont jamais connu autre chose et en conséquence cultivent un ego démesuré.
"Pardonnez leur mon père, ils ne savent pas ce qu’ils font."
Nos ancêtres de 1789 nous ont débarrassé (enfin presque) de ces coutumes barbares et il en est hélas qui voudraient les rétablir.

« Ah ça ira, ça ira, ça ira,," plus que jamais d’actualité !

#196328 
19/09/2022 à 11:25 par Assimbonanga

Ils voulaient l’instruire pour en faire un roi mais ils n’ont réussi qu’à en faire un tyran domestique.
Ainsi foire une éducation.

#196333 
19/09/2022 à 14:24 par IMBERT ou kim jung un en idiotie internationale jean edern hallier tombé opportunément d'une falaise

Voilà pour ce texte, ci-dessus, issu de "la question juive"(1843) et que Bensaïd a bien mis en perspective quoique trop gentil par rapport à certaines bêtises, (et alors la mort subitement l’a étreint...ou éteint ) néanmoins voilà ce que cela devient dans "le capital" (25 ans à peu près, après 1865) : « En réalité, la sphère de la circulation ou de l’échange de marchandises, entre les bornes de laquelle se meuvent l’achat et la vente de la force de travail, était un véritable Eden des droits innés de l’homme. Ne règnent ici que la Liberté, l’Egalité, la Propriété et Bentham. Liberté ! Car l’acheteur et le vendeur d’une marchandise, par exemple de la force de travail, ne sont déterminés que par leur libre volonté. Ils passent un contrat entre personnes libres, à parité de droits. Le contrat est le résultat final dans lequel leurs volontés se donnent une expression juridique commune. Egalité ! Car ils n’ont de relation qu’en tant que possesseurs de marchandises et échangent équivalent contre équivalent. Propriété ! Car chacun ne dispose que de son bien. Bentham ! Car chacun d’eux ne se préoccupe que de lui –même. La seule puissance qui les réunisse et les mette en rapport est celle de leur égoïsme, de leur avantage personnel, de leurs intérêts privés. Et c’est justement parce qu’ainsi chacun s’occupe de ses propres affaires, et personne des affaires d’autrui, que tous, sous l’effet d’une harmonie préétablie des choses ou sous les auspices d’une providence futée à l’extrême, accomplissent seulement l’œuvre de leur avantage réciproque, de l’utilité commune, et de l’intérêt de tous.
Au moment où nous prenons congé de cette sphère de la circulation simple et de l’échange des marchandises, à laquelle le libre-échangiste vulgaris emprunte les conceptions, les notions et les normes du jugement qu’il porte sur la société du capital et du travail salarié, il semble que la physionomie de nos dramatis personae se transforme déjà quelque peu. L’ancien possesseur d’argent marche devant, dans le rôle du capitaliste, le possesseur de force de travail le suit, dans celui de l’ouvrier ; l’un a aux lèvres le sourire des gens importants et brûle d’ardeur affairiste, l’autre est craintif, rétif comme quelqu’un qui a porté sa propre peau au marché et qui, maintenant, n’a plus rien à attendre…que le tannage. »
K.Marx, Le Capital, Chapitre IV, page 197 trad PUF.
Pour ce qui concerne la société civile bourgeoise, le citoyen et l’égoiste en individu et sa propriété voilà Hegel au centre entre hégélien de droite et de gauche une pensée inventive et donc ce qui suit, et à propos de quoi ni Constant ni Tocqueville ne peuvent se prévaloir de quoique ce soit : « Il y a division de l’activité, dont chacun n’a qu’une portion ; il en est comme dans une fabrique, où aucun individu ne fait une chose dans sa totalité, mais seulement une partie, où aucun ne possède les autres habilités, et où quelques-uns seulement effectuent l’assemblage. Les peuples libres n’ont de conscience et d’activité que pour le tout ; les peuples modernes, considérés pour soi en tant qu’individus, sont non libres,-la liberté civile est précisément la privation de l’universel, elle est un principe d’isolement. Mais la liberté civile (nous n’avons pas deux mots pour bourgeois et citoyen) est un moment nécessaire que les anciens Etats ne connaissaient pas : autrement dit, ils ne connaissaient pas cette parfaite indépendance des points, et par là même une plus grande indépendance du tout,-la vie organique supérieure. Lorsque l’Etat eut accueilli ce principe en son sein, une liberté supérieure put voir le jour ; dans le premier cas, on n’a que jeux de la nature et produits de la nature, contingence et caprice de l’individu,- dans l’autre on a la consistance intérieure et l’universalité indestructible qui est réelle et consolidée dans ses parties. »
Hegel, Leçons sur la philosophie de l’histoire, la philosophie grecque, Aristote.
Ben parmi les ignorants appelés les communicants s’adressant aux simples, ils devraient apprendre à en respecter la leçon de penser assez populacière et en même temps savante et complexe !

#196340 
RSS RSS Commentaires
   

Laurent Mauduit. Les Imposteurs de l’économie.
Bernard GENSANE
Serge Halimi expliquait autrefois pourquoi il ne voulait jamais débattre avec un antagoniste ne partageant pas ses opinions en matière d’économie : dans la mesure où la doxa du capitalisme financier était aussi « évidente » que 2 et 2 font quatre ou que l’eau est mouillée, un débatteur voulant affirmer un point de vue contraire devait consacrer la moitié de ses explications à ramer contre le courant. Laurent Mauduit a vu le « quotidien de référence » Le Monde se colombaniser et s’alainminciser au (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Etre radical, c’est prendre les choses par la racine. Et la racine de l’homme, c’est l’homme lui-même.

Karl Marx

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.