Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les guerres de la France : si ça gagne pas, ça débarrasse

Redevenue, grâce à Hollande et Sarkozy, le pays le plus agressif au monde, la France renoue avec son passé "révolutionnaire", côté Girondins et Buonaparte, mais aussi côté De Gaulle d'après 1945... Pour quels résultats ? Toujours l'Empire en miettes. Regardons-y de plus près.

Selon Charles De Gaulle himself :

"La France fut faite à coups d’épée. Nos pères entrèrent dans l’Histoire avec le glaive de Brennus. Ce sont les armes romaines qui leur portèrent la civilisation." (La France et son armée, 1938)

Nous le sentons à merveille : Nicolas Sarkozy et François Hollande sont occupés à nous civiliser.

L’avantage, c’est qu’ils le font sans qu’il nous en coûte la moindre plaie, la moindre bosse : il suffit de regarder les résultats à la télévision. Aussitôt, nous voici meilleur(e)s, et nettement plus civilisé(e)s.

Désormais, nous autres, Françaises et Français, nous cassons du dictateur à n’en plus finir. À qui le tour ?

Un bémol toutefois : nous ne faisons encore qu’assez peu de morts...

C’est regrettable puisque, selon nos classiques :
"À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire." (Pierre Corneille)

Il faut en convenir : ici encore, nous trahissons la pensée profonde de notre grand maître à toutes et tous : Charles De Gaulle. D’avance, en effet, Sarkozy et Hollande sont des personnages glorieux. Il est donc manifeste que nous ne leur avons pas encore rendu ce que nous devons à leur future immortalité dans les livres d’Histoire et autres jolis produits de la mémoire : nous allons devoir leur immoler ce que nous possédons, tout ce que nous possédons, et puis nos propres personnes – de chair et de sang – et celles de nos enfants, etc.

Depuis Colombey-les-Deux-Églises, c’est Charles qui nous le rappelle de sa belle voix d’outre-tombe :

" Napoléon a laissé la France écrasée, envahie, vidée de sang et de courage, plus petite qu’il ne l’avait prise, condamnée à de mauvaises frontières dont le vice n’est point redressé, exposée à la méfiance de l’Europe dont, après plus d’un siècle, elle porte encore le poids. Mais, faut-il compter pour rien l’incroyable prestige dont il entoura nos armes, la conscience donnée, une fois pour toutes, à la nation de ses incroyables aptitudes guerrières, le renom de puissance qu’en recueillit la patrie et dont l’écho se répercute encore ?" (La France et son armée)

Nous sommes prévenu(e)s. Quant à ce couteau bien fait pour qu’il y ait du sang – la Constitution de la Cinquième République - que nous a légué Charles, le voici qui a redoutablement bien fonctionné dans les mains d’un Sarkozy en Libye (le Hollande attend son heure avec impatience).

Que sera donc l’épilogue des rodomontades actuelles des plus récents titulaires de la présidence de la république française ? Autrement dit : quel va être le montant de la facture à régler au bout de l’exploit que nous attendons, toutes et tous, d’eux ?

Pour rappel : grâce au fait, pour lui, d’avoir accaparé l’exercice de la souveraineté de la France dès la Libération, Charles De Gaulle a réussi, par ses décisions du 8 mai 1945 (Algérie) et de septembre 1945 (Indochine) à déclencher un processus qui devait nous couper complètement de ces deux pays tout en occasionnant la mort de plus de deux millions de personnes dont 315 000 Françaises et Français.

Allons, Nicolas et François : encore un effort !

En ce qui concerne la personnalité réelle de Charles De Gaulle, et certains des éléments qui peuvent aider à comprendre où nous en sommes, et les graves périls où nous nous trouvons, du fait des institutions de la Cinquième République, je renvoie à cette vidéo.

»» http://www.michejcunysitegeneral.sitew.fr
URL de cet article 27202
   
RÉVOLUTIONNAIRES, RÉFUGIÉS & RÉSISTANTS - Témoignages des républicains espagnols en France (1939-1945)
Federica Montseny
Il y a près de 80 ans, ce sont des centaines de milliers d’Espagnols qui durent fuir à l’hiver 1939 l’avancée des troupes franquistes à travers les Pyrénées pour se réfugier en France. Cet événement, connu sous le nom de La Retirada, marquera la fin de la révolution sociale qui agita l’Espagne durant trois ans. Dans ce livre, on lit avec émotion et colère la brutalité et l’inhumanité avec lesquelles ils ont été accueillis et l’histoire de leur survie dans les camps d’internement. Issu d’un travail de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse :
renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasement.

H. Krazucki
ancien secrétaire général de la CGT


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.