RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les ONG deviennent les fantassins de la guerre économique

La fondation du géant aéronautique EADS soutient la fondation Prometheus et l’ONG Transparency International. 



Une étude française sur le financement d’ONG comme Transparency International et Greenpeace souligne que ces dernières sont les fantassins de la compétition économique. Au service de qui ?

Les débats sur le secret bancaire en Suisse comme sur la transparence de la vie politique en France ont occulté un intéressant rapport sur un sujet connexe : la transparence des Organisations non gouvernementales (ONG) qui jouent souvent le rôle de « whistleblower » (lanceur d’alerte) sur ces sujets. Publié il y a quelques jours par la Fondation Prometheus à Paris, le sixième Baromètre de la transparence des ONG s’intéresse ainsi aux sources de financement des organisations non gouvernementales et, en particulier, à celles qui exercent le plus d’influence sur la vie économique. C’est, par exemple, le cas de Transparency International, l’ONG qui est à la pointe de la lutte contre la corruption, les paradis fiscaux et l’évasion fiscale.

Selon les conclusions des auteurs, l’existence de Transparency International « doit tout à des fondations (Bill Gates et Soros) et des multinationales anglo-saxonnes (BP, Shell, General Electric, Procter & Gamble) ou encore des institutions gouvernementales (l’Agence américaine pour le développement international – USAID, notoirement proche de la CIA). » Les auteurs affirment aussi que le chapitre britannique de l’ONG « est financé à près de 60 % par le gouvernement britannique via le Departement of International Developement. »

À partir de ces observations troublantes, la Fondation Prometheus dresse cependant des conclusions plus discutables. Selon elle, Transparency International « concentre ses actions judiciaires sur les pays africains avec lesquels la France entretient des relations de proximité, mais s’abstient de ce type de procédure à l’encontre d’autres États du continent, plus proches des Anglo-saxons. » En d’autres termes, l’ONG serait à la solde de Londres et de Washington qui la manipulerait à l’avantage de leurs grandes entreprises.

EADS des deux côtés

À partir de là, il est intéressant de constater que la Fondation Prometheus est elle-même exclusivement supportée par neuf grands groupes français souvent issus de secteurs stratégiques à l’instar de Safran, EADS et Thales. Certes, la fondation ne le cache pas. Mais la réalité, c’est que Transparency International ne cache pas non plus ses sources de financement. Son rapport annuel 2012 indique ainsi que Shell lui a effectivement donné 57 000 euros et le groupe minier Rio Tinto 7 000 euros, une somme équivalente à ce que lui avait remis l’entreprise suisse SGS en 2011 (mais pas en 2012).

Cependant, on découvre en parallèle que la fondation d’EADS (l’entreprise aéronautique qui soutient aussi la fondation Prometheus) avait aussi remis 7 000 euros à TI en 2011… Quand aux sources de financement public, certes, en 2012, les bailleurs de fonds américains et anglais représentent environ deux tiers des financements de TI, mais c’est essentiellement parce que les fonds venus des pays d’Europe continentale ont disparu, sauf en ce qui concerne la Belgique, la Suède et la Finlande. Jusque-là, l’origine de ces financements était plus équilibrée.

Ainsi, laisser entendre comme le fait la fondation Prometheus que Transparency International est le poisson pilote d’intérêts économiques anglo-saxons n’apparaît pas démontrable avec ces chiffres. Par contre, cette polémique souligne l’importance stratégique qu’ont prise les ONG. Dans une guerre économique, qui est avant tout une guerre de l’information dans laquelle les classements (de transparence, de corruption etc.) sont devenus de véritables missiles, leur influence est redoutable et redoutée.

À ce titre, la fondation Prometheus a raison de poser la question de savoir d’où vient l’argent comme celle des méthodes utilisées pour classer pays ou entreprises, surtout si comme le souligne le directeur de la Fondation Prometheus « la moitié des ONG interrogées refusent encore de communiquer sur ces questions ». Pour autant, la fondation Prometheus, créée par des députés de droite comme de gauche en France, ne devrait pas sous-entendre des collusions d’intérêts sans preuve plus tangible.

Fabrice Delaye

»» http://www.bilan.ch/economie-les-plus-de-la-redaction/les-ong-devienne...
URL de cet article 21306
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

La poudrière du Moyen-Orient, de Gilbert Achcar et Noam Chomsky.
Noam CHOMSKY, Gilbert ACHCAR
L’aut’journal, 8 juin 2007 Les éditions Écosociété viennent de publier (2e trimestre 2007) La poudrière du Moyen-Orient, Washington joue avec le feu de Gilbert Achcar et Noam Chomsky. Voici un extrait qui montre l’importance de cet ouvrage. Chomsky : Un Réseau asiatique pour la sécurité énergétique est actuellement en formation. Il s’articule essentiellement autour de la Chine et de la Russie ; l’Inde et la Corée du Sud vont vraisemblablement s’y joindre et peut-être le Japon, bien que ce dernier soit (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le Capital a horreur de l’absence de profit. Quand il flaire un bénéfice raisonnable, le Capital devient hardi. A 20%, il devient enthousiaste. A 50%, il est téméraire ; à 100%, il foule aux pieds toutes les lois humaines et à 300%, il ne recule devant aucun crime.

Karl Marx, Le Capital, chapitre 22

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.