Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

11 

Les repentis d’hier, d’aujourd’hui et de demain

Romain Goupil
A la veille de l’intervention de l’armée des USA en Irak, Romain Goupil jurait (oui, jurait) à la télévision avec une véhémence inouïe que Saddam Hussein avait des armes de destruction massive et que l’intervention militaire était nécessaire.
Télérama (N° 2839, 9 juin 2004) : « Goupil confesse aujourd’hui que « cette guerre est un désastre, une catastrophe absolue ». Il avoue que « l’erreur a été de croire que la démocratie allait s’installer facilement, que la liberté pouvait s’imposer. »
Trop tard, le mal est fait.

Patrick Braouezec, ancien député-maire communiste de Saint-Denis a soutenu dès le mois de mars 2017 Macron aux présidentielles. Il se dit aujourd’hui déçu que le chef de l’Etat n’ait pas su « contenir la puissance de l’argent. »
Trop tard, le mal est fait.

Clémentine Autain
Le mouvement auquel elle appartient (Ensemble) affirme que « Maduro a choisi la fuite en avant dans le seul objectif de se maintenir au pouvoir » que 8 millions de Vénézuéliens viennent d’élire une « pseudo Assemblée constituante » qu’a cette « farce électorale », s’ajoute « la répression des opposants politiques, les violences quotidiennes contre les manifestants qui ont fait des dizaines de morts » et que « le Venezuela n’est plus aujourd’hui un Etat de droit. »
Trop tôt pour aller demander des comptes à Ensemble et à Clémentine Autain puisque le gouvernement du peuple vénézuélien, vent debout contre l’Empire, n’est pas tombé aux mains d’une opposition fasciste dirigée par un pantin des USA comme le fut Pinochet.

Trop tard : Clémentine Autain est députée dans l’équipe de JLM. Mais comme, finalement, elle n’est pas très nette sur sa position, on attend qu’elle se démarque de ce qu’a écrit son mouvement et qu’elle choisisse entre le bien-fondé de son appartenance au groupe de la FI et un désir frileux de préserver son avenir et sa carrière.

Sois grande, Clémentine, l’histoire te jugera. Et on va l’y aider.

Théophraste R. (débusqueur d’oxymores : « Ensemble pour diviser »).

URL de cette brève 5508
https://www.legrandsoir.info/les-repentis-d-hier-d-aujourd-hui-et-de-demain.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
13/08/2017 à 21:07 par irae

Braouzec le seul qui n’avait pas perçu que l’actuel prési n’avait jamais rien fait d’autre que de servir la finance et les multinationales. Mais oú était-il pendant les mois précédant l’élection ?
Hum les anciens pseudo communistes (hue, braouzec) les anciens pseudo écolos ou gôchos (rugy pompilli coronado autain etc...etc..) n’ont qu’une unique préoccupation leur carrière si rémunératrice pour eux mêmes ou leurs proches (clin d’oeuil).

#138613 
14/08/2017 à 08:27 par morvandiaux

Clémentine Autain derrière Trump ? pas tout à fait une "surprise" pour qui connait son "opportunisme" elle peut demain dire le contraire, c’est une manœuvrière.

#138620 
14/08/2017 à 09:07 par Autrement

Alors c’était ça le mauvais coup préparé pour le mois d’août ? Que la propagande anti-Maduro ait aussi d’autres sources que les officines de la bourgeoisie, auxquelle d’ailleurs ces dernières s’alimentent, l’article de Romain Migus était bien explicite là-dessus. Je crois que Clémentine s’est fait avoir par des dinosaures infiltrés, eux qui pourtant seraient bons aujourd’hui pour les étagères du Museum d’histoire naturelle (l’Histoire est l’histoire naturelle de l’homme). Des "militants" (eux-mêmes souvent manipulés) qui ont pour principale occupation de se répandre en storytelling, destiné à faire entrer de force les événements dans leurs préjugés et schémas doctrinaux, à des fins d’auto-justification identitaire et alimentaire.

#138623 
14/08/2017 à 13:33 par juan

que ni ni complètement d’accord avec LGS
Romain Goupil avait déjà sévit contre Cuba dans les années 2000 avec RSF , puis chez Libération ; et contre l’Iraq plus tard
Autain ne changera pas sa boucle n’est pas encore bouclée ....
regardez Super Hue a su mener sa barque , lorsque le gouvernement de Macron allait se former il se voyait ministre ?

#138630 
14/08/2017 à 14:45 par hf

Hum... et Garido, ça va prendre combien de temps, elle qui va monter sur le bateau de Bolloré ? Elle nous la fait à l’envers, d’abord la critique puis..., on peut dire "collabollorer" ?
Je me souviens ; il y a peu, tous ceux qui, ici, critiquaient indistinctement les élus, communistes de préférence, qui se présentant aux élections étaient présentés comme "allant à la soupe". Visiblement il restait des places à table. trop tôt pour en parler ?

#138632 
15/08/2017 à 06:44 par legrandsoir

Il n’a jamais été dit que se présenter aux élections était aller à la soupe. Sauf dans des cas particuliers (brader le Front de gauche à Paris contre un siège de sénateur pour Pierre Laurent avec les voix du PS.
Dans la foulée de 1981, on a vu des journalistes communistes nommés dans des médias de grande audience et c’est tant mieux. Le pb aujourd’hui c’est qu’il n’y ait pas de journalistes, de commentateurs politiques, d’analystes économistes communistes ou de la FI dans chaque médias.
Pas assez de Garido, de vers dans le fruit, une autre musique dans les orchestres qui nous jouent l’air du CAC.

#138650 
15/08/2017 à 08:35 par morvandiaux

"Il n’a jamais été dit que se présenter aux élections était aller à la soupe. Sauf dans des cas particuliers..." quand il s’agit de "cocos" seulement ! les autres ? des purs, désintéressés, même à droite...c’est dire les degrés de perversions des Pierre Laurent and Cie, des ennemis camouflés de la "classe ouvrière". Le Grand Soir a bien raison de dénoncer ces "bolcheviks" ces suppôts de l’URSS ...

#138651 
15/08/2017 à 09:15 legrandsoir

LGS donne souvent à lire des militants et dirigeants du PCF.
Les "perversions des Pierre Laurent and Cie, des ennemis camouflés de la "classe ouvrière" sont des mots que vous utilisez par antiphrase, mais vous avez tort : par proximité, ils s’accouplent parfois dans l’inconscient du lecteur.

#138653 
16/08/2017 à 07:59 par morvandiaux

je ne suis pas un militant du PCF, encore moins un dirigeant : je vous souhaite une France sans communiste telle que vous la souhaitée, sûr que "çà" ira mieux pour la "classe ouvrière"...ces lansquenets du Capital, ces Sbires du PS, ces séides des "Libertés" doivent disparaître au plus vite conformément aux voeux de Denis Kessler et du Medef.

#138663 
16/08/2017 à 09:30 legrandsoir

Nous n’avons jamais souhaité "une France sans communistes". Nous donnons à lire toutes les sensibilités de gauche et le PCF est bien servi. Par exemple, Jean Ortiz, militant du PCF, a publié 156 articles sur LGS. Qui dit mieux ?
Mais il est vrai que nous ne sommes pas le relais de la place du Colonel Fabien, pas plus que d’aucune autre organisation.
Et c’est ça, LGS.

#138665 
17/08/2017 à 13:15 par L. A.

Je sais gré au Grand Soir et à son équipe :
1°) d’être réellement insoumis, au sens de non inféodés à des consignes ;
2°) d’accepter malgré tout de publier, de la part de certains suiveurs de consigne obtus, des messages pourtant nettement hors sujet et parfois à la limite de l’injure envers nous autres de la France insoumise ;
3°) de toutefois ne pas avoir laissé passer leurs inepties criantes de mauvaises foi sans leur apporter les réponses qu’elles méritent.
N’hésitons pas à rappeler à certains cuistres que « communiste » ne signifie pas « encarté au PCF » et vice versa. Bien des gens véritablement et sincèrement communistes n’ont pas grand-chose à voir avec le PCF, tout comme, à l’inverse, certains encartés au PCF n’ont pas grand-chose à voir avec le communisme (j’ai bien écrit « certains »). Une France sans le parti du journaliste Pierre Laurent et de ses subordonnés ne deviendrait certainement pas une France « sans communistes », qu’on arrête avec cette usurpation de qualité, c’est un abus éculé.
Merci donc au Grand Soir de ne rien lâcher et de nous informer. Vive la VIe !
Et, en passant, merci à Garrido — qui est bénévole, qui n’est pas une élue et qu’il est donc particulièrement stupide de comparer à ceux qui nouent des alliances contre-nature (et contre serment) pour être élus — de se dévouer comme elle le fait pour défendre nos idées. Y compris, oui, en acceptant d’être programmée sur un média pourri — mais que les gros malins nous disent plutôt quel média grand public ne l’est pas —, se condamnant donc à braver régulièrement la meute des chiens de garde. Son salaire sera amplement mérité.
Et oui, toujours en passant, les positions d’Autain sont parfois tellement vaseuses qu’elles entament réellement sa fiabilité…
L. A. (Lecteur régulier, même en août, mais qu’une fatigue due à la saturation décourage souvent de répondre directement aux calomnies des teigneux malcomprenants.)

#138682 
RSS RSS Commentaires
   


Vous avez une minute ?

Ainsi parle Chávez
Hugo Chávez, figure du Venezuela et de l’Amérique latine contemporaine, si critiqué et diffamé dans la plupart des médias, était indéniablement le président métisse, issu d’une famille pauvre, avec lequel les classes populaires pouvaient s’identifier. Pendant 13 ans, chaque dimanche, il s’est adressé à son peuple dans une émission appelée « Allô président », fréquemment enregistrée sur le terrain et en public. Ce livre recueille certaines de ses allocutions. Tour à tour professeur, historien, blagueur, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si le Président se présente devant le Peuple drapé dans la bannière étoilée, il gagnera... surtout si l’opposition donne l’impression de brandir le drapeau blanc de la défaite. Le peuple américain ne savait même pas où se trouvait l’île de la Grenade - ce n’avait aucune importance. La raison que nous avons avancée pour l’invasion - protéger les citoyens américains se trouvant sur l’île - était complètement bidon. Mais la réaction du peuple Américain a été comme prévue. Ils n’avaient pas la moindre idée de ce qui se passait, mais ils ont suivi aveuglement le Président et le Drapeau. Ils le font toujours ! ».

Irving Kristol, conseiller présidentiel, en 1986 devant l’American Enterprise Institute

Le 25 octobre 1983, alors que les États-Unis sont encore sous le choc de l’attentat de Beyrouth, Ronald Reagan ordonne l’invasion de la Grenade dans les Caraïbes où le gouvernement de Maurice Bishop a noué des liens avec Cuba. Les États-Unis, qui sont parvenus à faire croire à la communauté internationale que l’île est devenue une base soviétique abritant plus de 200 avions de combat, débarquent sans rencontrer de résistance militaire et installent un protectorat. La manoeuvre permet de redorer le blason de la Maison-Blanche.


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.