Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les Sorcières de Zugarramurdi : un film où l’on rit !

Alex de la Iglesia est plus populaire en Espagne qu’Almodovar. Il y a deux ans, il s’était fourvoyé dans le genre sérieux, essayant d’appliquer son humour à l’Histoire, celle de la Guerre civile, mais n’aboutissant qu’à renvoyer dos à dos républicains et franquistes.

Ses films purement comiques donnent en fait des critiques bien plus pertinentes et percutantes. Dans le cinéma populaire, il représente un comique grotesque et même brutal qui rit de tout, y compris de sujets tabous (l’esperpento) ; il a pour compère Santiago Segura, auteur du plus grand succès espagnol, avec son film Torrente, le bras gauche de la loi (où il se moque même des mongoliens).

Rire de tout, grave défaut aujourd’hui, où le domaine du rire se rétrécit de plus en plus : on n’a pas le droit de rire des Juifs (pourtant, l’humour juif ne consiste-t-il pas à se moquer de sa tribu ?), mais on ne peut plus se moquer non plus du sexe (d’où les attaques haineuses contre Nymphomaniac sur Critikat par exemple), ni des femmes et du féminisme ; c’est pourquoi les Cahiers du Cinéma exécutent les Sorcières : film machiste ! Pourtant, sur cette voie, les Étasuniens (semble-t-il) l’ont précédé, démolissant aujourd’hui la figure de la super-woman répressive, parfaite dans tous les domaines et porte-parole du politiquement correct : ils mettent maintenant en avant des personnages féminins trash.

Dans les Sorcières, on part d’un thème commun à Ken Loach (qui pourtant, lui, ne peut être accusé de machisme) : le problème des divorcés. Dans The Navigators, Loach montrait un personnage de cheminot qui, divorcé avec deux petites filles, consacrait la plus grande partie de son salaire à payer la pension alimentaire de sa femme, qui vivait avec un autre homme (et sur le salaire de celui-ci) ; en outre, s’il voulait pouvoir recevoir ses filles un week-end sur deux, il devait aussi payer le loyer d’un appartement avec une chambre pour elles. Résultat : pris à la gorge, il devait renoncer au statut de fonctionnaire "résiduel", et accepter le statut d’intérimaire, conçu sur le principe du "travailler plus pour gagner plus" (avec toutes ses contraintes et ses risques). Dans les Sorcières, un personnage, dans la même situation, en est réduit à dormir dans sa voiture.

Machisme ou pas, il y a là un problème et un problème social (et non "sociétal") : le divorce est un petit jeu agréable chez les classes aisées (et nos dirigeants libéraux montrent allègrement l’exemple). Mais, chez les ouvriers, hommes ou femmes, il entraîne le plus souvent une dégradation de la situation socio-économique et souvent même des situations dramatiques qui rendent les travailleurs corvéables à merci. On pourrait en conclure que la promotion du divorce et d’un certain féminisme est aujourd’hui une forme de la lutte des classes (des riches contre les pauvres).

Certes, la généralisation de la situation (tous les hommes du film se découvrent solidaires dans leurs griefs contre leur femme ou ex-femme) relève de l’exagération comique ; on pourrait aussi y voir une dénonciation de la guerre de tous contre tous, et en particulier, de la guerre des sexes qu’instaure la société libérale. En tous cas, de la Iglesia soulève un problème que les films "sérieux" (psychologiques) travestissent, eux, sous le mythe de la famille recomposée, gage de liberté et d’épanouissement individuel.

Mais la première raison du plaisir que procure le film, c’est la forme du comique, à la fois réaliste et surréaliste ; car nous sommes dans le réel le plus quotidien (le succès des commerces d’achat d’or, dû à la crise), mais, en même temps, les situations réalistes (un hold-up dans un de ces magasins) dérapent vers des gags loufoques : les cambrioleurs, pour détourner l’attention, se déguisent en statues vivantes incongrues, ou encore, pendant le hold-up, le héros, un fusil dans une main, le portable dans l’autre, doit régler avec sa femme les problèmes relatifs à la garde partagée de leur fils.

La deuxième partie (les cambrioleurs, dans leur fuite, arrivent dans un village de sorcières ogresses) est d’un comique moins efficace, dans la mesure où l’élément réaliste s’affaiblit. Mais on reste au niveau d’un bon film de vampires gore ; et même si on retrouve les clichés liés au personnage de la sorcière, la nuit de sabbat permet aussi au réalisateur de déployer toute sa fantaisie, et une certaine puissance dans les séquences collectives. Certes, la charge anti-féministe se poursuit dans le personnage de la déesse des sorcières, Vénus hottentote géante, mais, après tout, les fantaisies de la Iglesia rappellent, et sur un rythme endiablé, les fantasmes de Fellini dans La Cité des femmes.

Rire semble devenu aujourd’hui une activité hautement subversive et sous surveillance, comme dans le film médiéval de J. J. Annaud, Le Nom de la rose ; curieusement, la laïcité n’a pas fait disparaître la fonction de Grand Inquisiteur. Profitons donc de la liberté dont jouissent encore les "clowns", surtout lorsque le rire suscité est aussi stimulant. (Du côté français, le premier film au box-office est Profs avec son comique infantilisant ! Heureusement, on peut encore voir, sur un registre plus contenu que les Sorcières, Quai d’Orsay).

Rosa Llorens

URL de cet article 24062
   
Communication aux lecteurs
24 février : Tous ensemble à Londres pour soutenir Julian Assange

La date du 24 février ouvre le départ des dernières audiences d’extradition du fondateur de WikiLeaks Julian Assange sur la demande des Etat-Unis. Sur le territoire américain Julian risque jusqu’à 175 années de prison pour avoir diffuser des documents sur la guerre en Irak et en Afghanistan dévoilant ainsi au grand jour tortures et exactions de l’armée américaine, pour avoir fait son travail de journaliste. S’il est jugé par un tribunal fédéral dans un état où la peine capitale est autorisée, il risque la peine de mort pour espionnage et divulgation de secrets d’Etat .

Nous organisons ce 23 février un départ de Paris en Bus pour Londres. Nous arriverons le 24 au matin pour commencer la manifestation et repartirons le soir afin d’être de retour le 25 au petit matin sur Paris.

Au nom de la Liberté de la presse, de la Liberté d’expression, de la Vérité nous demandons l’arrêt immédiat de la procédure d’extradition et la libération de Julian Assange.

Informations/contacts : https://www.facebook.com/events/467998704155446/

Réservations : https://yurplan.com/event/Tous-ensemble-a-Londres-pour-Julian-le-24-fe...

15 
DEPUIS LA NUIT ET LE BROUILLARD - FEMMES DANS LES PRISONS FRANQUISTES - de Juana Doña
traduit par à ngeles Muñoz avec la collaboration de Sara Albert Madrid, février 1939. La Guerre d’Espagne touche à sa fin. Leonor va connaître l’exode, la torture, la condamnation à mort, et les longues années de prison... L’horreur quotidienne de l’univers carcéral franquiste tel que l’ont vécu des milliers de femmes et d’enfants est décrite ici par Juana Doña avec un réalisme sans concession et sans complaisance. Ce livre est son témoignage. Écrit en 1967, publié seulement après la mort du dictateur, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je pense que nous risquons de devenir la société la mieux informée à mourir par ignorance.

Reuben Blades


Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.