Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

12 

Marion Bartoli : le retour, enfin !

Quel beau cadeau de Noël ! Quatre ans après son départ, Marion Bartoli annonce officiellement son retour.

Bien qu’ils soient honteux et confus les tennismen français qui résident comme elle en Suisse ne se résolvent pas à la suivre. Dame, quitter la mer d’émeraude, les plages de sable blanc, les cocotiers, les aras multicolores, la douceur du climat tropical helvète, c’est dur de chez dur !

Aïe ! on m’annonce dans l’oreillette droite qu’elle revient pour jouer, pas pour habiter ni payer ses impôts.

Remarquez, persifle l’oreillette gauche, si c’est pour jouer, elle aurait pu rester en Suisse où se trouvent pratiquement tous ses adversaires (1).

Théophraste R. (Auteur des tags : « Ne pas confondre : raquette et racket, hernie discale et exil fiscal » et « Marion, on te dit pas Bercy »).

Note (1). Un humoriste observateur n’a-t-il pas prétendu que, pour affronter l’équipe de tennis suisse, l’équipe de France n’a qu’à traverser la rue ?

URL de cette brève 5653
https://www.legrandsoir.info/marion-bartoli-le-retour-enfin.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
20/12/2017 à 08:12 par irae

Et allez à propos d’argent nouvelle polémique le retour en avion du 1er sinistre à 350 000 euros. Commentateur autorisé et très clairement ultra libéral pascal perry qui se prétend économiste affiche sa décomplexion. Non ce n’est pas choquant et oui les français sont trop prudes avec l’argent.
5 euros dans les poches des bénéficiaires d’apl (qui en conséquence on des revenus faibles) c’est pas beaucoup mais toujours bon à prendre mais 350 000 c’est pas beaucoup non plus. Vous arrivez à suivre ? Tout ce que je vois c’est que c’est la moitié de ma vie de labeur en un vol (le terme est à prendre dans les 2 sens du terme).
Un gouvernement de droite ultra libéral de plus adepte des économies c’est bon pour la populace le somptuaire c’est pour l’élite (cf. augmentation des indemnités des parlementaires pour qu’ils puissent se loger à paris tant il est vrai que pour 5 000 euros t’as plus rien).

#143063 
20/12/2017 à 08:44 par daniel

Exilés fiscaux : liste d’enfoirés.
www.gauchemip.org/spip.php?article20153

#143065 
20/12/2017 à 15:09 par Ellilou

Ce qui m’attriste le plus dans cette lamentable petite histoire c’est que souvent ces mêmes sportifs exilés fiscaux ont pu bénéficier des infrastructures de l’INSEP pour se former et atteindre leur niveau actuel. Une fois leur carrière lancée, ils oublient que cet institut est national et donc payé par l’ensemble des citoyens :-(

#143078 
20/12/2017 à 17:24 par AF30

Un de mes préférés c’ est Paul Durule ( groupe accor ) , exilé en Suisse , qui doit percevoir, en plus, sa retraite d’ancien sénateur payée par les veaux de contribuables. C’est grandiose
Quant aux 350 000€ qui ont été bien évidemment dépensés justement ils ont 2 avantages d’abord notre cher ministre et sa meute auront voyagé confortablement et secondement provoqué pendant quelques temps des débats sans conséquence sur les médias évitant complémentairement de nous informer sur les projets concernant l’université.

#143081 
20/12/2017 à 18:31 par Fald

Vous écrivez : « Remarquez, persifle l’oreillette gauche, si c’est pour jouer, elle aurait pu rester en Suisse où se trouve pratiquement tous ses adversaires (1). »

Ma bugne (spécialité culinaire rhônalpine proche de l’oreillette du sud-ouest) me dit qu’on devrait ajouter un "s" à "trouve" pour marquer le pluriel.

Mais je ne sais pas si je dois la croire...

#143089 
21/12/2017 à 10:14 legrandsoir

Pas un "s", un "nt". Vous êtes le seul à avoir remarqué une faute d’accord. On demande à Théo (pas remis du Jeaubolais vouneau) de corriger illico.

#143110 
20/12/2017 à 21:15 par adel

chers tous,

Au sujet d’Edouard Philippe, Vous n’y êtes pas. Cessez d’exiger l’exemplarité pour les dirigeants. Il y a peu d’exemple dans le monde de dirigeants qui se sont astreints à exiger d’eux même ce qu’ils demandaient à leurs administrés. Dans ce cas, il fait ce que son statut de 1er ministre l’autorise à faire, pour le reste il peut vous ou nous répondre savez qu’à être 1er ministre et fermez le ban ! si ça remue trop et trop longtemps bfm fera la une sur une série d’interpellations d’une cellule dormante qui projetait des attaques quelque part, on remplira les plateaux d’experts en fraude intellectuelle, quelques phrases polémiques et puis pschitt. La matière 1ère ne manque pas malheureusement pour nous, les gouvernement précédents ont bien travaillé.
Sinon pour Bartoli, elle doit bien s’ennuyer chez les suisses pour sortir de sa retraite, la France reste quand même un beau pays malgré tout ceux qui veulent l’"israéliser" (propos de Hervé Morin suite à un attentat en 2015). Une fois lues cette dernière phrase, n’oubliez pas de tirer la chasse ! Désolé pour le désagrément

#143096 
21/12/2017 à 00:09 par irae

Allez il s’est fait un petit plaisir un peu cher, à voir les photos de la cabine de l’avion loué et un rien polluant. Mais c’est pas grave, c’est pas comme si les déficits étaient savamment entretenus et imputés à ces salops de fonctionnaires surtout les gueux de la catégorie C pour mieux faire gober les politiques de rigueur et le serrage de ceinture pour les manants.
Tout se tient.

#143100 
21/12/2017 à 07:58 par Pierre M. Boriliens

@irae
Bonjour,

Je suis toujours épaté par la déficience du sens des proportions de mes contemporains. Les dividendes versé annuellement à quelques gros actionnaires rien que par le CAC40, en vertu du droit de propriété des moyens de production (une raison tout de même plutôt faible) et donc au détriment des salaires, représentent bon an mal an, environ 800€ par français, de sa naissance à sa mort.
C’est tout de même un ordre de grandeur sans commune mesure avec le demi-centime d’euro que coûte une fois, à chaque français, le voyage incriminé.

#143106 
21/12/2017 à 10:09 par GZ

@ Irae

Quand Théophraste évoque de l’équipe de France de tennis, vous citez Edouard Philippe. Je croyais qu’il faisait plutôt de la boxe.
Cela dit, quelle douleur de voir les pauvres applaudir des sportifs qui gagnent parfois plus d’un million par mois et qui s’acharnent à ne rien redonner au peuple.

#143109 
21/12/2017 à 17:09 par Xiao Pignouf

Dans le fond, ici, Bartoli et not’ bon ministre sont les deux extrémités d’une même andouille, l’une fuyant sa participation aux deniers publics quand l’autre les dilapide sans discernement. C’est dans leur soit-disant exemplarité qu’ils sont à chier, bien que cette fois je me permettrais d’émettre quelques doutes quant à la responsabilité unique et directe de M. Philippe. Vous comprenez, tout à son altitude (point aérienne, celle-là), il ne doit pas s’embarrasser de vétilles comme la réservation d’un vol, fut-il de grand luxe. Non, pour ça, ils ont des chargés de mes deux et c’est, on s’en accommodera quand même, eux qui ont du se faire botter le cul devant la polémique. Eh oui, ils ont obligé leur bon maître à se justifier d’avoir dépensé... de la menue monnaie, allez quoi !

Les gens comme Bartoli devraient se voir retirer leur droit de vote. En attendant mieux, genre un impôt universel.

Le problème du voyage primo-ministériel se situe, à mon humble avis, au niveau de la nécessité ou pas de l’effectuer, et en si grand nombre. Je ne crois pas que nos amis néo-calédoniens s’en soient sentis mieux a posteriori.

Quatennens a raison d’insister sur le fait que si ce n’est pas particulièrement choquant dans notre système monarchique 2.0, cela le devient face aux incessantes restrictions budgétaires dont les premiers à souffrir sont les gens lambda, ou bien quand ce gouvernement retire littéralement l’argent du porte-monnaie de ces mêmes gens lambda.

#143126 
21/12/2017 à 21:04 par irae

C’est tout de même un ordre de grandeur sans commune mesure avec le demi-centime d’euro que coûte une fois, à chaque français, le voyage incriminé


Aucune raison de leur faire grâce du moindre centime. 0,5 c multiplié par 60 et quelques millions multiplié par quelques déplacements des monarques + les sorties + le caprice d’un nouveau joujou volant pour le top gun d’opérette + + + à convertir en emplois utiles de fonctionnaires ou d’investissement.
Je vous laisse à vos calculettes en précisant que l’argument les petits ruisseaux ne font pas les tsunami tant au plan économique qu’écologique est une forme de déni comme une autre qui nous conduit dans la situation florissante où nous sommes.

#143131 
RSS RSS Commentaires
   
La Tiers-Mondialisation de la planète - Bernard Conte
La Tiers-Mondialisation de la planète, c’est le laminage des classes moyennes et la polarisation riches-pauvres de l’ensemble des sociétés, les ramenant toutes à l’état du Tiers-monde d’avant les « miracles ». On peut diversement décrire ce phénomène : « prolétarisation des classes moyennes », « classes moyennes à la dérive », « déclassement »… Bernard Conte analyse le caractère universel de cette transformation sociale comme résultat des politiques économiques néolibérales mises en oeuvre depuis le milieu des (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsque l’on tente, comme ce fut le cas récemment en France, d’obliger une femme à quitter la Burqa plutôt que de créer les conditions où elle aurait le choix, ce n’est pas une question de libération mais de déshabillage. Cela devient un acte d’humiliation et d’impérialisme culturel. Ce n’est pas une question de Burqa. C’est une question de coercition. Contraindre une femme à quitter une Burqa est autant un acte de coercition que l’obliger à la porter. Considérer le genre sous cet angle, débarrassé de tout contexte social, politique ou économique, c’est le transformer en une question d’identité, une bataille d’accessoires et de costumes. C’est ce qui a permis au gouvernement des Etats-Unis de faire appel à des groupes féministes pour servir de caution morale à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Sous les Talibans, les femmes afghanes étaient (et sont) dans une situation très difficile. Mais larguer des "faucheuses de marguerites" (bombes particulièrement meurtrières) n’allait pas résoudre leurs problèmes.

Arundhati Roy - Capitalism : A Ghost Story (2014), p. 37


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.